Librairie Hatchuel - Livres anciens et rares
English version
Accueil
Menu Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Afficher les livres par : prix décroissants | prix croissants | de A à Z | de Z à A

434 fiche(s) - Page 1


MORE (Thomas) ou MORUS. 1- MORE (Thomas). [Utopia]. De optimo reip[ublicae] statu, deque nova insula Utopia, libellus vere aureus, nec minus salutaris quàm festivus (...). [Suivi de:] Epigrammata clarissimi disertissimique viri Thomae Mori britanni pleraque e Graecis versa. Basileae, Apud Io. Frobenium [Bâle, Frobenius], 1518. In-4, 162 p., f. 163-164, [3] p., p. 166-271 (1) p., caractères romains et grecs, alphabet des Utopiens dessiné par Pieter Gillis (Petrus Aegidius) gravé sur bois en b3 r°, large encadrement sur bois de titre par Hans Holbein (répété en C1), carte de l’Utopie à pleine page gravée par Ambrosius Holbein en b2 v°, bandeau gravé sur bois à mi-page montrant John Clement, Raphael Hythloday, Thomas More et Pieter Gillis par Ambrosius Holbein en ouverture du texte d1 r°, 2 grandes marques de l’imprimeur en fin de chaque partie, grandes lettrines historiées par Urs Graf ainsi que par Ambrosius et Hans Holbein.
2- FROBENIUS, ERASME (éditeurs), CATON, etc. [Disticha moralia] Frobenius studiosae juventutis, accipite nunc opuscula quaedam moralia adulescentes studiosi: partim locupletiora castigatioraque partim nova, quorum vobis catalogum sequens exhibebit pagella Valete. Basileae, Ioannem Frobenium [Bâle, Frobenius], mense Octobri an 1520. In-4, 171, (1) p. [sign. A-V4, X6], encadrements aux deux premiers ff. par Holbein, marque d’imprimeur en fin.

Ensemble de deux ouvrages reliés en un volume in-4 (203x152 mm), vélin rigide de l'époque, dos lisse titré à la plume.
Quatrième édition de 'l’Utopie' de Thomas More, la dernière parue du vivant de l'auteur et corrigée par ses soins.
"La perfection du texte, le souci apporté aussi bien au contenu qu’à la présentation graphique et esthétique faite par Hans Holbein font de cette édition de l’Utopie l’un des plus beaux documents et des plus hauts monuments de la littérature et de la pensée moderne" (‘5e centenaire de la naissance de Thomas More. L'Utopie’, Catalogue de l'exposition bibliographique au Centre Culturel Portugais, Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 1977, n°4).
La deuxième partie de l'ouvrage contient les ‘Épigrammes’ en seconde édition.
L'illustration, entièrement gravée sur bois, se compose d'un bel encadrement d'Hans Holbein sur le titre, répété en tête de la préface, d'une carte à pleine page de l'île d'Utopie gravée par Ambrosius Holbein, d'une vignette à mi-page du même artiste représentant John Clement, Raphael Hythloday, Thomas More et Peter Gillis au début du texte, de grandes lettrines historiées par Urs Graf, Hans et Ambrosius Holbein, d'un second encadrement sur le titre intermédiaire des Épigrammes et de deux marques typographiques de Froben. On trouve aussi, en regard de la carte d'Utopie, une savoureuse représentation de l'alphabet utopien conçu par Pieter Gillis.
La troisième partie de l'édition, contenant une réimpression des Épigrammes d'Érasme, n'a pas été reliée dans cet exemplaire.
On a relié à la suite, en revanche, un intéressant recueil d'opuscules moraux à l'usage de la jeunesse publié par Érasme, en seconde édition.
(Pour le premier: Gibson, 'Th. More', n°4. Adams, M-1756. Van der Hagen, III, 41. VD16, M-6300. Pour le second: Adams, C-1115. Van der Hagen, II, 15. VD16, C-1606).
Ex-libris manuscrit de Stephanus Bertolini (?) et cachet d'inventaire au pied du titre.
Traces de restauration à la reliure, gardes renouvelées, marge inférieure de la page de titre renforcée.
Exemplaire bien conservé, très frais.

Réf.: 36263 - Eur 10000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



PASCAL (Blaise). Pensées de M. Pascal sur la Religion et sur quelques autres sujets, Qui ont esté trouvées après sa mort parmy ses papiers.
Paris, Guillaume Desprez, 1670.
In-12 (159 x 88 mm), plein maroquin noir janséniste, dos à lisse, titre doré, daté en pied (rel. moderne Devauchelle), (41) f., 365 p., (10) f. de tables.
Edition originale posthume, publiée en 365 p., comportant, comme il se doit, le chiffre de Desprez sur le titre ainsi que la vignette de la Sorbonne en page 1.
C'est l'édition dite "de Port-Royal", avec en-tête la préface d'Etienne Perier, les approbations des docteurs et à la fin 10 feuillets de Table.
Le privilège est daté du 7 janvier 1667 (achevé d'imprimé le 2 janvier 1670), avec, au verso, les "fautes à corriger".
(Maire, IV, n°3. Petit, p. 207-213. Tchemerzine-Scheler, V, p. 70. PMM, n°152. En français dans le texte, n°96).
Quelques rousseurs et piqûres éparses. Fond un peu court.
Très bon exemplaire, grand de marges (159 x 88 mm), très bien relié.

Réf.: 37139 - Eur 7500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DU CHATELET (Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise), NEWTON (Isaac). Principes mathématiques de la philosophie naturelle.
Paris, Desaint & Saillant, Lambert, 1759.
2 volumes in-4 (255 x 196 mm), plein veau havane marbré de l'époque, dos à nerfs ornés de compartiments richement fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux et havane, triple filet d'encadrement à froid sur les plats, filet doré sur les coupes, tranches jaspées, (2) f., xxxix, (1), (4), 437 p., 9 planches dépliantes et (2) f., 180 p., 2 planches dépliantes, 297, (2) p., 3 planches dépliantes.
Édition originale posthume de la traduction par la marquise du Châtelet de 'Philosophiae naturalis principia mathematica', l’œuvre maîtresse de Newton, l’un des ouvrages scientifiques les plus importants jamais édités. L’illustration comprend 14 planches gravées dépliantes représentant des centaines de figures mathématiques.
Entreprise dès 1745, cette traduction a été la grande œuvre de la vie de Madame du Châtelet sur laquelle elle travailla pendant cinq années. L’édition s’avéra une entreprise plus longue et chaotique que prévu: lorsque le livre parut enfin, en 1759, la marquise était morte depuis dix ans. Si la bataille des newtoniens était alors gagnée, Voltaire dans sa préface rappelle la férocité de la lutte et l'action décisive de Madame Du Châtelet.
La traduction des "Principes" est suivie de deux travaux théoriques majeurs de Madame Du Châtelet qui prolongent et complètent ceux de Newton: "Exposition abrégée du système du monde et explication des principaux Phénomènes astronomiques tirée des Principes de Newton" et "Solution analytique des principaux Problèmes qui concernent le Système du Monde".
Importante tant du point de vue scientifique que méthodologique, cette traduction contribua à la diffusion du newtonianisme à travers le monde.
Des études récentes du manuscrit prouvent que Madame du Châtelet est bien l'auteur de ce travail considérable et non, comme il a été parfois dit, le mathématicien Alexis Clairaut qui a annoté des passages et à qui elle a envoyé les épreuves corrigées.
(Babson, 28. DSB, III, 215-217. Gray, 38).
Quelques rousseurs minimes éparses. Petite étiquette imprimée de l’époque sur le contreplat: "Se vend à Bordeaux chez Labottière, Libraire Juré de l’Université (…)".
Très bel exemplaire, parfaitement conservé, grand de marges, très bien relié à l’époque.

Réf.: 34584 - Eur 6500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ROUSSEAU (Jean-Jacques). Collection complète des oeuvres de J.J. Rousseau, Citoyen de Genève. (BIEN COMPLET DES SUPPLEMENTS ET DES PLANCHES. BEL EXEMPLAIRE).
Genève, [Société typographique] : [puis: Barde et Manget], 1782-1789.
17 volumes in-4 (252 x 195 mm), plein veau porphyre de l'époque, dos à 5 nerfs filetés or, ornés de caissons fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin noir et acajou, triple filets dorés en encadrement sur les plats, roulette dorée sur les coupes, tranches marbrées.
Édition originale des œuvres complètes de J.-J. Rousseau de grand format in-4°, publiée par la Société typographique de Genève, comportant sa marque en vignette de titre.
Elle est considérée comme la plus belle et la première véritable édition des œuvres complètes de Rousseau, car elle contient de nombreuses œuvres restées jusque-là inédites. C’est le cas notamment des 'Confessions', des 'Rêveries du promeneur solitaire', de 'l’Essai sur l’origine des langues', de sa correspondance ainsi que de nombreuses autres œuvres de politique, de musique, de botanique et de théâtre.
A la mort de Rousseau, P.-A. du Peyrou, Paul Moultou et le marquis de Girardin, dépositaires de ses manuscrits, décident de joindre leurs forces, conformément aux dernières volontés de Rousseau, et s’associent en 1778 pour fonder la Société typographique de Genève (STN) (cf. N. Enrico, 'Les œuvres de Rousseau…', Revue d'anthropologie des connaissances, 4/2014, Vol. 8, n° 4, p. 725-757).
Les douze premiers volumes ont été immédiatement augmentés d’un premier supplément (T.13-15).
En 1789, la deuxième partie des 'Confessions' a été publiée par les libraires genevois Barde & Manget en 2 tomes (avec des Lettres), sous le titre de "Second supplément…" qu’ils ont numéroté à la suite (T. 16-17) (cf. Leigh, 'Unsolved problems in the bibliography of Rousseau', p. 140-145).
L’illustration comporte le portrait de Rousseau en frontispice par Quentin La Tour gravé par Augustin de Saint-Aubin, 37 planches, dont 30 d’après Moreau dont c’est "le chef-d’œuvre" selon Girardin ('Iconographie des œuvres de Rousseau', p. 27 et 7 d’après Le Barbier) ainsi que 24 planches de musique dont 14 dépliantes.
T.1- Politique. T.2-3- Julie ou La nouvelle Héloïse. T.4-5- Émile et Émile & Sophie. T.6-7- Mélanges. T.8- Théâtre & poésie. T.9- Dictionnaire de Musique. T.10-11- Mémoires. T.12- Pièces diverses et recueil de lettres. T.13-15- Supplément. T.16-17- 2e Supplément (1789).
(Brunet, IV, 1422. Dufour, II, n°392. Senelier, n°1896. Tchemerzine-Scheler, V, 568).
Quelques petits accrocs et épidermures éparses. Quelques rousseurs.
Très bon exemplaire, bien complet de l’ensemble de ses planches et suppléments, bien relié à l’époque.

Réf.: 36587 - Eur 5000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[SPINOZA (Baruch)]. Tractatus Theologico-Politicus, Cui adjunctus est Philosophia S. Scripturae interpres Ab Authore longé Emendiator.
S.l., s.n. [Amsterdam, Jan Rieuwertsz], 1674.
2 parties en un volume in-8, plein veau brun de l'époque, dos à 5 nerfs orné de caissons fleuronnés et cloisonnés, roulette dorée sur les coupes, tranches mouchetées, (1) f. de titre, (10), 334 p, (2) f. blanc et (1) f. de titre, (16), 182, (20) p.
Troisième édition, in-8°. L’éditeur ajoute au 'Tractatus Theologico-Politicus', le traité ‘Philosophia S. Scripturae interpres', longtemps attribué à Spinoza mais composé par le médecin hollandais Lodewijk Meijer, proche ami de Spinoza et l’un de ses disciples les plus fidèles.
Ce tirage, publié sous le titre véritable et non dissimulé de l’oeuvre, auquel Bamberger se réfère comme possédant une "page de titre anglaise", était de fait destiné au marché britannique où le ‘Tractatus’ n’était pas encore interdit.
L’éditeur du livre et ami de Spinoza, Jan Rieuwertsz, dut, en effet, après l’immense agitation et les interdictions qui accompagnèrent la sortie du livre, trouver différentes stratégies pour détourner la censure.
Exemplaire bien complet des deux feuillets blancs entre les deux œuvres et des deux pages de titre, dont celle de 'Philosophia S. Scripturae interpres' qui manque à la quasi-intégralité des exemplaires, comme le signale Kingma & Offenberg (p. 16) et Bamberger (p.27).
(Bamberger, 'Early editions of Spinoza's Tractatus Theologico-Politicus', T.3E. Kingma & Offenberg, n°12. Van der Linde, n°7. Wolf Collection, n°363: “extremely scare edition, of which van der Linde could not trace a copy in the Netherlands”).
Quelques taches d’encre, qqs piqûres et qqs rousseurs. Notes anciennes bibliographiques manuscrites sur la première garde blanche.
Très bon exemplaire, très bien relié à l'époque.

Réf.: 36882 - Eur 4500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[MONTESQUIEU (Charles-Louis de Secondat, baron de)]. De l'Esprit des Loix ou du Rapport que les loix doivent avoir avec la Constitution de chaque gouvernement, les moeurs, le climat, la religion, le commerce, &c. à quoi l'auteur a ajouté des Recherches nouvelles sur les Loix Romaines touchant les Successions, sur les Loix Françoises, & sur les Loix féodales.
Genève, Barillot, & Fils, s.d. [Paris, Durand, 1748].
2 volumes in-4, plein veau fauve, dos à 5 nerfs guillochés or garnis de caissons ornés alternativement d’une hermine et d’une macle d’or, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux et bronze, palettes en têtes et pieds, roulette sur les coupes, dentelle intérieure (reliure de l'époque), (2) f., (4), xxiv, 522 p., (2) p. d'errata, v° blanc et (2) f., xvi, 564 p., qqs auréoles claires et qqs rousseurs.
Premier tirage de la seconde édition, imprimée clandestinement à Paris par Durand en décembre 1748, un mois après l'originale, comportant l'errata en fin du premier tome.
"In many ways one of the most remarkable works of the eighteenth century" (PMM, n°197).
(C.P. Courtney, "L'Esprit des Lois" in: 'Le temps de Montesquieu', n°2 p. 78. Gébelin, n°2. A. Postigliola, 'Les premières éditions de l'Esprit des Lois', 48P. Tchemerzine-Scheler, IV, p. 930).
Provenance: de la bibliothèque de Charles de Rohan, prince de Soubise.
"Les livres du maréchal de Soubise étaient reliés par la plupart en veau fauve, sans arme, ornés simplement de mâcles et de mouchetures d’hermine couronnées, frappées alternativement entre les nervures du dos" (Oliver, Hermal, Roton, ‘Reliures armoriées’, pl. n°2034 et Guigard, II, p. 416).
Charles de Rohan, prince de Soubise (1715-1787), maréchal de France et ministre d’Etat, ami intime de Louis XV, fut également un bibliophile émérite du siècle des Lumières. Son hôtel parisien abrite aujourd'hui les Archives nationales, rue des Francs-Bourgeois.
La bibliothèque, considérable, augmentée de celle qu’il avait reçu en héritage de son oncle le cardinal de Rohan, a été dispersée en 1788 et rachetée en grande partie par le comte d’Artois qui la céda à la bibliothèque de l’Arsenal.
Cet exemplaire figure à l’inventaire de sa vente: 'Catalogue des livres imprimés de la bibliothèque de feu M. Le prince de Soubise’, Paris, Leclerc, 1788, p. 126, n°1854.
Reliures habilement restaurées. Quelques auréoles pâles marginales au tome I, une tache d’encre (t.I, ii), quelques rousseurs et piqûres éparses.
Bon exemplaire.

Réf.: 36887 - Eur 4500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



MACHIAVELLI (Niccolo) ou MACHIAVEL (Nicolas). 1- Le Prince (…). Traduit de l'Italien en François avec la vie de l'auteur mesme, par Jacq. Gohory Parisien. Paris, Robert le Mangnier (…), 1571. (8) f. de titre, d’épîtres, "Vie de Machiavel" et table, 64 feuillets [sign. a8 A-H8], portrait de Machiavel gravé sur bois (verso a7). [Suivi de :]
2- Les Discours (…). Sur la premiere decade de Tite Live, dez l’edification de la Ville. Traduitz d’Italien en François, & de nouveau reveuz & augmentez (…). Paris, Robert Mangnier (…), 1571. (8), 280 feuillets (mal folioté 179), (11) f. dont portrait sur bois au dernier f.

2 ouvrages reliés en un volume in-8, plein maroquin rouge, dos à 5 nerfs filetés or, pièce de titre et de date de maroquin olive, grandes armoiries mosaïquées au centre des plats sur pièce de maroquin olive ovale, filet sur les coupes, triple filet sur les chasses, tranches dorées (reliure moderne dans le goût de l’époque).
1- Edition originale de la traduction du Prince de Machiavel par Jacques Gohory, avocat, médecin et alchimiste français. Ses traductions de Machiavel seront les plus fidèles de son temps, jusqu’à demeurer la traduction de référence aujourd’hui encore (cf. édition Folio Gallimard, 2007, accompagnée d’une préface de Paul Veyne).
Contient, parmi les feuillets préliminaires, la dédicace de Machiavel à Laurent le Magnifique, l’épître de Gohory à Gian Francesco Carafa, une "Vie de Machiavel" par le même, ainsi que la table.
(Bertelli & Innocenti, n°149. Gerber, III, 34, n°3).
2- Première édition de la seconde traduction donnée par Jacques Gohory, des "Discours sur la première décade de Tite Live". Il en avait publié une première version du premier livre seul dès 1544.
"La décennie 1570-1580 marque une nouvelle phase, décisive, de la fortune française de Machiavel. En 1571, Jacques Gohory présente [cette] seconde traduction des Discours et une traduction du Prince (…). Ces différentes éditions ont un objectif : s'attirer les grâces de la reine Catherine de Médicis, fervente admiratrice de Machiavel" (R. Descendre, 'L'Etat du monde (…)', p. 51-52).
(Bertelli & Innocenti, n°148. Gerber, III, 24, n°4).
Les deux ouvrages furent imprimés séparément mais distribués en même temps et parfois joints.
Sur l’importance de cette traduction et le rôle fondamental joué par Jacques Gohory "dans la préhistoire de la découverte de Machiavel", cf. R. Gorris Camos, 'Dans le labyrinthe de Gohory, lecteur et traducteur de Machiavel', in "Laboratoire italien", ENS Lyon, 8/2008, p. 195-229.
Quelques fines annotations anciennes en marge et petit ex-libris manuscrit ancien masqué sur le titre des ‘Discours’.
Provenance: le marquis de Villoutreys, au château de Plessis-Villoutreys (Maine et Loire), avec ses grandes armes dorées sur les plats et son ex-libris gravé.
Bel exemplaire, frais, très bien relié en maroquin aux armes, dans le goût de l’époque.

Réf.: 37141 - Eur 4000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ROUSSEAU (Jean-Jacques). 1- Les Confessions de J.J. Rousseau, Suivies des Rêveries du Promeneur Solitaire. Genève, [Société Typographique], 1782. (4), 471 p. et (4), 279, (1) p. et 300 p., 2 bandeaux historiés.
2- [Les Confessions de J.J. Rousseau]. Second supplément à la collection des œuvres de Rousseau (…). Tome premier [second]. Genève, s.n [Barde et Manget], 1789. [2-], 439 p. et [2-], 403 p.
(ENSEMBLE COMPLET EN EDITION ORGINALE - COMPLETE SET OF ALL PARTS IN FRIST EDITION).

4 volumes in-8, plein veau porphyre de l'époque, dos lisses ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux et vert bronze, double filet en encadrement sur les plats, filet sur les coupes, tranches rouges.
Rare réunion, en éditions originales, et reliure uniforme de l’époque, de l’ensemble complet des parties qui constituent l’autobiographie de J.-J. Rousseau. La publication en fut entièrement posthume: 1782 pour la première partie et 1789 pour la seconde.
1- Véritable édition originale de premier tirage (dite "à gros caractères") comprenant les 6 premiers livres des 'Confessions' et les 'Rêveries du promeneur solitaire', exemplaire parfaitement conforme aux descriptions. (Dufour, I, n°340. Gagnebin, n°1, p. 1889).
2- Edition originale de la seconde partie des ‘Confessions’, parue comme "second supplément" à la "Collection des Œuvres de J.J. Rousseau". Elle a été imprimée par Barde et Manget à Genève et publiée par Pierre Moultou, fils aîné de Paul-Claude, ami et exécuteur littéraire de Rousseau. (Dufour, I, n°341. Gagnebin, n°3, p. 1893).
Sur l’histoire la publication de ces œuvres et leur bibliographie détaillée, cf. R.-A. Leigh, 'Unsolved problems in the bibliography of J.-J. Rousseau', p.133-137 et J. Calemard, ‘L'édition originale des 'Confessions', p. 85 à 89.
Inversions de 2 feuillets (‘Rêveries’, p. 289-292). Quelques petites taches, auréoles claires et légères rousseurs éparses. Reliures comportant quelques traces de restaurations anciennes, qqs petits accrocs et épidermures et ensemble, légèrement frotté. Défauts sans gravité.
Bon exemplaire, bien relié à l’époque.

Réf.: 37167 - Eur 3800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[HERVEY DE SAINT-DENYS (Marie Jean Léon de)]. Les rêves et les moyens de les diriger. Observations pratiques.
Paris, Amyot, 1867.
In-8, demi-veau bleu nuit de l’époque, dos à 5 nerfs orné d'un fer spécial répété entre-nerfs, couverture illustrée conservée, (4), 496 p., frontispice chromo-lithographié, exemplaire non rogné.
Édition originale, rare, de cet ouvrage devenu célèbre. Composé par le sinologue et précurseur de l’onirologie moderne Léon d’Hervey de Saint-Denys (1822-1892), il renferme le fruit de ses propres observations au long de 1946 nuits, relevées dès l’adolescence et consignées dans son journal.
Esprit curieux, créatif et pragmatique, il livre la synthèse de ses découvertes sur l’état de rêve, sur le sommeil et sur les états intermédiaires. Il propose également des techniques pour contrôler les rêves, des recherches historiques et une analyse des principaux ouvrages sur le sujet. L’ouvrage se termine par un chapitre intitulé: "Un rêve après avoir pris du hatchich (sic)".
Ce livre, qui est devenu un classique du genre, a toujours été rare. Freud (in ‘L’interprétation des rêves’) écrit qu'il avait tenté de s’en procurer un exemplaire sans jamais y parvenir. Il n'échappa pas non plus à Bergson ni à André Breton qui, en 1932, commença son ouvrage 'Les Vases communicants' par un hommage à Hervey de Saint Denys intronisé "surréaliste dans le rêve dirigé".
Le livre est illustré d’un beau frontispice lithographié en couleurs dont l'explication se trouve aux pages 381, 421 et 422. Il représente, dans sa moitié supérieure, l’auteur dînant chez des hôtes, alors qu’entre, dans la pièce, le peintre M. D… accompagné de l’un de ses modèles, entièrement nu. Le reste de la planche est occupé par six vignettes d'illusions visuelles désignées comme “hallucinations hypnagogiques”.
La couverture, conservée, est également illustrée d’une belle et onirique lithographie d’Henri-Alfred Darjou.
(Caillet, III, p. 259. Ellenberger, ‘Histoire de la découverte de l'inconscient’, p. 337-339 et passim. Jean Garrabé, ‘Hervey de Saint-Denis’. In « Annales Médico-psychologiques », 2005, 163, p. 716-717).
Rousseurs et brunissures, plus soutenues à certains feuillets.
Très bon exemplaire, bien relié à l’époque, entièrement non rogné.

Réf.: 25438 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


BOURDIEU (Pierre). Actes de la Recherche en Sciences Sociales. Ensemble complet du n°1 (janvier 1975) au n°179 (septembre 2009).
Paris, M.S.H. puis Seuil, 1975-2009.
Ensemble de 179 livraisons in-4 (210 x 299 mm).
Exceptionnel ensemble parfaitement complet du numéro 1 (janvier 1975) au numéro 179 (septembre 2009) de cette célèbre revue fondée en 1975 à la Maison des sciences de l'homme (MSH) par Pierre Bourdieu, qui dirigea la revue jusqu'à sa mort en 2002.
Son titre a été choisi pour souligner l'interdisciplinarité des travaux en sciences sociales influençant leurs objets d'études (histoire, anthropologie, linguistique, économie, etc.) et marquer qu'un travail de recherche est toujours en "actes", c'est-à-dire en train de se faire.
"Opposé à la constitution d’une ‘école de pensée’ mais soucieux d’offrir à des sociologues non confirmés l’occasion de s’exprimer et de briser ce qu’il appelle "le cercle enchanté de la légitimité", Bourdieu a fondé en 1975 la revue Actes de Recherche en sciences sociales, qui est devenue l’un des vecteurs essentiels de la diffusion de la sociologie auprès d’un public plus large et qui a marqué par son style toute une génération de sociologues" (H. Jurado & M. Nicole, DSO en ligne).
Exemplaire à l’état de neuf.

Réf.: 36390 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DA COSTA (Uriel), LIMBORCH (Philipp van). Exemplar humanæ vitæ. [In: LIMBORCH (Philipp van). De veritate religionis christianæ amica collatio cum erudito judæo].
Goudae, Justum ab Hoeve [Gouda, Justus van der Hoeve], 1687.
In-4, plein vélin rigide de l'époque, dos titré à la plume, (16), 364, (14) p.
Édition princeps de la célèbre autobiographie testamentaire d’Uriel da Costa ('Exemplar humanae vitae'), composée à la veille de son suicide en 1640 et publiée "presque par hasard" (Daniel Lacerda) quarante-sept années après sa mort.
Elle est insérée entre les pages 341 et 354 d’un recueil qu’un ministre calviniste arminien, Philip Van Limborch professeur à Amsterdam (1633-1712), consacre à la défense de la "vérité de la religion chrétienne", en discussion avec un Juif érudit, Isaac Orobio de Castro (c.1617-1687), lui-même réfugié du Portugal à Amsterdam.
Éditée d’après un manuscrit et peut-être révisée, "Une vie humaine" est suivie de sa réfutation par Limborch.
Né au sein d’une famille portugaise marrane, Uriel Da Costa (1585-1640) s’installa à Amsterdam en 1617 et revint au judaïsme, mais il entra bientôt en conflit avec la synagogue. Soumis à une humiliante pénitence publique, il se suicida.
Ce document demeurait l’unique seule source d’informations sur Uriel da Costa jusqu’à la découverture récente (1990), à la bibliothèque d’Amsterdam, d’un exemplaire unique d’un autre de ses textes que l’on croyait perdu ("Exame das tradições fariseas") et qui le qui place aux côtés de Spinoza, dix années avant la condamnation de celui-ci, parmi les victimes du durcissement doctrinaire des autorités juives d’Amsterdam.
"Cette autobiographie écrite par Uriel da Costa en 1640 avant de se suicider, reflète toute la culture et toutes les interrogations religieuses de cet esprit qui passa du christianisme-marranisme au judaïsme puis au sadducéisme, enfin au déisme vénérant la Nature. Juif portugais d’Amsterdam, Gabriel, devenu Uriel da Costa, reflète - lui et toute sa famille, affiliée à celle de Spinoza - les recherches de cette société des nouveaux convertis du Portugal et des pays occidentaux au XVII° siècle" (Béatrice Leroy).
(Bamberger, 'The printed literature of Spinozism', n° 67. Fürst, 'Bibliotheca judaica', I, p. 17).
Quelques rousseurs éparses. Petite trace de restauration de vélin au dos.
Très bon exemplaire, très bien conservé dans sa première reliure hollandaise de vélin rigide.

Réf.: 37003 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VOLTAIRE. 1- Vie de Molière, avec des jugements sur ses ouvrages. Paris, Prault, 1739. (1) f. bl., (2) f., 120, (4) p. approbation et privilèges.
2- Lettre de Mr*** au sujet d'une brochure intitulée Vie de Molière. S.l.n.d. [i.e. 1739]. 24 p.

2 ouvrages reliés en un volume in-12 (160 x 91 mm), plein veau brun granité de l'époque, dos à 5 nerfs guillochés or, orné de caissons richement fleuronnés, pièce de titre de maroquin rouge, plats encadrés d'un filet à froid, roulette dorée sur les coupes, tranches mouchetées rouges.
Edition originale de premier tirage, très rare, publiée anonymement. Cette biographie a été composée par Voltaire pour servir de préambule à l’édition in-4° des œuvres de Molière (Paris, Prault, 1734), mais elle en fut évincée au profit d’une préface de Jean Louis Ignace de Lasserre.
La biographie proprement dite est suivie d’une analyse des principales pièces de Molière accompagnée d’un historique.
Au contraire de ses prédécesseurs (Grimarest), Voltaire ignore les aspects anecdotiques ou triviaux pour exprimer son admiration pour "ce philosophe de Molière", l’écrivain comme l’homme, dans lequel il reconnaît un "frère" dans sa dénonciation du fanatisme et des hypocrisies.
Il souligne la fidélité de Molière aux idées de Gassendi, les persécutions dont il a fait l’objet et loue la protection éclairée de Louis XIV, pour finir par un tableau lugubre de son scandaleux enterrement.
L’ouvrage fut censuré par Fontenelle qui signe l’approbation datée du 29 février 1739; le privilège est accordé le 9 juin 1739 à Laurent-François Prault fils.
Le volume contient, relié à la suite, une brochure anonyme qui fit grand bruit, critique de Voltaire et défense de Grimarest contre l'accusation de futilité portée par Voltaire (cf. Paul Lacroix, ‘Bibliographie moliéresque’, n°997 et Colon, ‘Siècle des Lumières’, 39:168).
En fin d'ouvrage, 2 p. manuscrites à l’époque de "Table des jugements sur le Sieur" renvoient aux principales pièces citées.
(Bengesco, II, 1578. Colon, ‘Siècle des Lumières’, 39:757. Voltaire à la BN, 3769). Seulement 7 exemplaires sont recensés dans les bibliothèques françaises, toutes à la BnF.
Très bon exemplaire, très bien relié à l’époque.

Réf.: 37088 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CONDORCET (Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de). Oeuvres complètes de Condorcet.
A Brunswick chez Vieweg, et à Paris, Chez Henrichs, Fuchs, Koenig, Levrault, Schoell et Cie, An XIII - 1804.
21 volumes in-8, plein veau raciné de l'époque, dos lisses ornés d'un jeu de compartiments garnis de fers spéciaux, roulettes perlées et dentelle dorés, pièce de titre et de tomaison de maroquin rouge et vert, dentelle d’encadrement sur les plats, tranches mouchetées (qqs rouss.), 7 tableaux en fin du tome XIV.
Rare ensemble, de cette monumentale première édition collective des œuvres de Condorcet, préparée entre 1801 et 1804 par sa veuve Marie-Louise-Sophie de Grouchy Condorcet, avec le concours de A.-A. Barbier, P.-J.-G. Cabanis et Dominique Joseph Garat.
Esprit brillant, Femme des Lumières sceptique et rationaliste, artiste peintre et épistolière, Sophie de Grouchy fut également, au lendemain de la mort de son mari (mars 1794), la principale éditrice de ses écrits et joua un rôle décisif dans la diffusion de sa pensée.
La publication de cette première édition se fit dans un contexte très difficile et fut semée d’embûches. Elle demeure d’un intérêt historique décisif, tant par les œuvres inédites qu’elle diffusait pour la première fois que par les notes et commentaires rédigés par le premier cercle des proches de Condorcet, notes qui ne furent pas toujours reprises dans les éditions ultérieures.
Vol. 1-10 : Littérature et philosophie, éloges, Vie de Turgot et de Voltaire, instruction publique.
Vol. 11-18 : Politique.
Vol. 19-21 : Économie politique. Écrits et interventions de la période révolutionnaire.
(Quérard, 'France littéraire', II, 270-272, qui donne le détail du contenu).
Quelques accrocs et épidermures, quelques dos lég. frottés, des coiffes et coins usés.

Réf.: 36663 - Eur 3000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DESCARTES (René). Les principes de la philosophie. Escrits en Latin, par René Descartes. Et traduits en François par un de ses Amis [Claude Picot].
Paris, De l'imprimerie de Pierre Des-Hayes et se vendent, chez Henry Le Gras, 1647.
In-4, plein veau brun marbré de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments richement dorés à la grotesque, titre doré, tranches rouges, titre frontispice gravé, (1) f. de titre, (58), 420 (i.e. 486) p., (1) f. d'errata, 20 planches dépliantes en fin.
Edition originale française, dans la traduction de Claude Picot, revue et approuvée par l’auteur, augmentée par lui-même de la célèbre lettre-préface à son traducteur où Descartes expose pour la première fois la célèbre conception de la philosophie comme une arborescence.
L'édition latine date de 1644.
L'illustration se compose d'un titre-frontispice gravé dans un large encadrement et de 20 planches gravées dépliantes en fin de volume.
Avec le 'Discours de la méthode', l'ouvrage que Descartes considérait comme l'expression la plus achevée de sa pensée. Unique exposé d’ensemble de sa philosophie, c'est par ce livre que l'oeuvre du philosophe sera reçue par les grands post-cartésiens, de Spinoza à Leibniz.
Le frontispice est à la date de 1651, particularité commune à plusieurs exemplaires (WorldCat).
(Guibert, n°2 p. 119-121. Tchemerzine-Scheler, II, 788).
Petites traces de restauration à la reliure. Quelques rousseurs. Galerie de vers dans la marge intérieure du fond des 30 prem. feuillets.
Très bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 37056 - Eur 3000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



HOLBACH (Paul Thiry, baron d'), MIRABAUD (Jean-Baptiste de), FRERET (Nicolas), NAIGEON (Jacques André) - RECUEIL. 1- MIRABAUD (Jean-Baptiste de). Opinions des anciens sur les Juifs. Par feu M. de Mirabaud (…) [suivi en pagination continue de "Réflexions impartiales sur l'Evangile"]. Londres, 1769. (2), 127 p. et [129-], 238 p.
2- [HOLBACH (Paul Thiry, baron d')]. L'Esprit du Judaïsme ou Examen raisonné de la Loi de Moyse, & de son influence sur la Religion Chrétienne. Londres [i.e. Amsterdam, Marc Michel Rey], 1770. (4), xxii, 201 p.
3- [HOLBACH (Paul Thiry, baron d')]. La Contagion sacrée, ou Histoire naturelle de la superstition. Ouvrage traduit de l'Anglois. Prima mali labes. Londres, 1768. 2 tomes, (1) f., x, 169 p. et (1) f., (2), 184 p.

3 ouvrages reliés en un fort volume in-12, plein maroquin bordeaux de l'époque, dos lisse orné de caissons fleuronnés et cloisonnés, triple filet doré d’encadrement sur les plats, chasses et coupes filetées, roulette intérieure, tranches dorées sur marbrures, gardes de papier doré dominoté.
Exceptionnel ensemble de quatre textes matérialistes, en édition originale, réunis à l'époque en un volume.
1- Recueil de deux textes matérialistes : "Opinions des anciens..." attribué à D’Holbach et publié par Naigeon selon Naville dans sa bibliographie (p.429), suivi des "Réflexions impartiales sur l'Evangile" qui sera réédité en 1777 sous le titre de: "Examen critique du Nouveau Testament" et sous le nom d’auteur de Nicolas Freret. (Vercruysse, p. 41 et 43).
2- Dans ce "classique du matérialisme" imprimé par M.-M. Rey à Amsterdam vers la fin de 1769, D’Holbach jette les bases d’une dénonciation radicale des religions révélées. Il démontre que le christianisme conserve l'essentiel de son héritage provenant du judaïsme, dont il aurait repris et amplifié le pouvoir d'asservissement et d'obscurantisme. (Vercruysse, 1770, D1).
3- Composé par d’Holbach et publié fictivement comme une traduction de Jean Trichard, ce réquisitoire contre la religion et ses méfaits a été brûlé par arrêt du Parlement de Paris du 18 août 1770. "C'est, dit l'arrêt, une invective amère contre la révélation prise en elle-même. L'auteur la montre comme une imposture, comme une contagion sacrée, dont tous les esprits et tous les gouvernements ont éprouvé les sinistres effets, comme le fatal instrument dont l'ambition s'est servie pour opprimer la terre, et enfin comme une invention funeste, incompatible avec la saine morale, et nécessairement liée avec la servitude, le fanatisme et la superstition" (Peignot, ‘Livres interdits', I, p. 180). (Vercruysse, 1768-A2).
Quelques petites traces de restauration à la reliure.
Très bel exemplaire, très bien relié en maroquin rouge à l’époque, condition peu courante pour ce type d’ouvrages.

Réf.: 36651 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LA METTRIE (Julien Offray de). Oeuvres philosophiques, de Mr. de La Mettrie. [Contient: 'L'Homme Machine', Leyde, 1748].
Amsterdam, 1753.
2 volumes in-12, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs guillochés or, garnis de compartiments ornés d'un jeu de filets d'encadrement et fer spécial répété entre-nerfs, palettes en tête et pied, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et vert, tranches mouchetées rouges, roulette sur les coupes.
Edition collective des "Œuvres philosophiques de La Mettrie".
Elle contient la rare seconde édition de 'L'Homme machine', en 109 pages, insérée sous sa page de titre d’origine à la date de 1748. Le plus célèbre et le plus scandaleux des brûlots de La Mettrie, dans lequel il livre ouvertement les principes de sa doctrine radicale, matérialiste et athée, fondée sur un biologisme intégral. Cette véritable seconde se distingue d’un retirage postérieur par l’orthographe de l’imprimeur sur le titre: "Luzac" qui deviendra "Lusac". La première édition, dont il ne subsiste que quelques exemplaires, avait été presque totalement détruite par ordre du Consistoire de Leyde en décembre 1747.
I - Discours préliminaire - L'Homme Machine (Leyde, De l'Imp. d'Elie Luzac Fils, 1748) - Traité de l'âme.
II - Abrégé des systèmes - Les Animaux plus que Machine - L'Homme Plante - Système d'Epicure - Anti-Sénèque ou Discours sur le Bonheur - L'Art de jouir.
(Pour 'L’Homme machine': En Français dans le texte, n°151. Garrison & Morton, n°586. Stoddard, La Mettrie, n°31. Tchemerzine-Scheler, III, 949. Pour l’édition collective des œuvres: Stoddard, n°59).
Rousseurs et brunissures éparses, plus prononcées à certains cahiers.
Exemplaire très bien relié, dans sa première reliure.

Réf.: 37050 - Eur 2200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[GARZONI (Tommaso)]. L'Hospital des fols incurables; Où sont déduites de poinct en poinct toutes les folies & les maladies d'esprit, tant des hommes que des femmes. Oeuvre non moins utile que recreative & necessaire à l'acquisition de la vraye sagesse. Tirée de l'Italien de Thomas Garzoni, & mise en nostre langue, par François de Clarier, sieur de Long-val, Professeur ez Mathematiques, & Docteur en Medecine.
Paris, François Julliot, 1620.
In-8, plein veau moucheté de l'époque, dos lisse ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, triple filet doré en encadrement sur les plats garnis d'un petit fer en écoinçon, filet doré sur les coupes, tranches mouchetées (rel. vers 1730), (1) f de titre, (2), 267 p., (1) p. de privilège.
Première édition française de cette traduction et adaptation, par François de Clarier, de ‘L'Hospidale de pazzi incurabili’ (Venise en 1586), traduction qui assura la diffusion européenne de l’œuvre.
Religieux, philosophe et théologien né en Émilie-Romagne, Tomaso Garzoni, invite les visiteurs à voir en un spectacle distrayant "trente et une catégories de fous" enfermés dans un asile imaginaire. Le dernier discours concerne le "Département de l'Hospital qui sert à loger les femmes".
L'hôpital est une vaste demeure où toutes les formes de folie ont leur place assignée. Les fous sont classés par catégorie et reclus dans la cellule qui leur a été attribuée.
"Nous lirons cette histoire comme le moment inaugural où se joue simultanément, pour la folie, sa mise au ban de la société (…) où se noue un ensemble: fous/enfermés /laids. (…). Il anticipe ce que le classicisme, moins d'un siècle plus tard, énoncera comme dogme : la Raison, érigée en principe universel, est intelligence" (cf. Anik Kouba, ‘La "laideur" des fous’, ‘Communications’, 1995, vol. 60, n°60, p. 49-61).
Garzoni, qui place son ouvrage sous l’autorité d’un célèbre médecin du temps, Bernadino Paterno, jette les fondements d’une l’ébauche d’une nosologie psychiatrique : les "Frénétiques" (discours II), les "Mélancholiques" (discours III), les "Lunatiques" (discours XVII), etc.
L’ouvrage assure ainsi la transition entre les représentations allégoriques de la folie au Moyen-Âge, et celle, contemporaine, de la description de la déraison fondée sur des observations de cas de folie.
(Arbour, 'L'ère baroque en France', n°9742. Brunet, II, 1496. G. Dotoli, 'Traductions de l'italien en français au XVIIe s.', p.242).
Quelques épidermures sur les plats.
Provenance : De la bibliothèque du Dr Maurice Villaret avec son ex-libris gravé sur le contreplat.
Bel exemplaire, frais, bien relié.

Réf.: 37080 - Eur 2200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[DU CHATELET (Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise)]. Institutions de physique.
Paris, Prault fils, 1740.
In-8, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs ornés de compartiments cloisonnés et fleuronnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches rouges, (2) f. de faux-titre et titre, (2), 450, (22) p. de table, approbation et privilège, (4) p. de catalogue éditeur, frontispice gravé, 11 planches dépliantes, vignette de titre et 22 vignettes dans le texte.
Edition originale, complète du frontispice allégorique avant la lettre, qui ne figure qu'à quelques exemplaires.
11 planches dépliantes contenant 83 figures gravées en taille-douce, vignette de titre et 22 jolies vignettes au burin dans un encadrement rocaille en tête de chaque chapitre.
Brillante tentative de synthèse entre la physique de Newton et la métaphysique de Leibniz, les "Institutions" sont considérées encore aujourd'hui comme l'une des meilleures expositions de la physique leibnizienne.
L’ouvrage fut également composé à des fins pédagogiques par Mme Du Châtelet, qui ambitionna de mettre ses vastes connaissances au service de la jeunesse, en pensant à son fils auquel l’ouvrage est dédié.
"Elle y part de notions simples pour aboutir aux connaissances les plus complexes de la science de son temps (…). Dans sa préface, elle réhabilite l’éducation scientifique, en insistant sur sa valeur formatrice, mais aussi en expliquant pourquoi elle doit se situer dès l’enfance" (M. Touzery, 'E. Du Châtelet, un passeur scientifique au XVIIIe s.', Revue pour l’hist. du CNRS, n°21, 2008).
Bien qu’applaudi par les milieux scientifiques, le livre donna lieu à d’ardentes controverses.
En 1746, Madame Du Châtelet fut élue à l’Académie de Bologne, la seule ouverte aux femmes et la Décade d’Augsbourg la classa parmi les dix savants les plus célèbres de l’époque.
(DSB, III, 216).
Petites traces de restauration aux coiffes. Quelques auréoles claires. Sans l'errata, lequel ne figure pas à l'ex. de la BnF.
Bel exemplaire, frais, très bien relié à l'époque, complet du frontispice et du catalogue éditeur.

Réf.: 37108 - Eur 2200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ALEMBERT (Jean Le Rond d'). Oeuvres philosophiques, historiques et littéraires (...).
Paris, Jean-François Bastien, An XIII (1805).
18 volumes in-8, plein veau raciné de l'époque, dos lisses ornés d'un décor consulat de compartiments entièrement garnis d'une résille et palettes dorées, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux et bleu, roulette d'encadrement sur les plats, filets dorés sur les coupes, portrait gravé de l'auteur en frontispice et une planche dépliante.
Première édition collective complète des œuvres de d’Alembert, qui demeurent une source importante pour les toutes les éditions postérieures.
"[Ces œuvres de d’Alembert] que le libraire-imprimeur Jean-François Bastien fit paraître à Paris en 18 volumes, tous datés de 1805, se voulaient une édition soignée : une partie du tirage s’est faite sur papier vélin ; un portrait gravé de D’Alembert est placé en frontispice du tome I ; en tête de l’ouvrage figurent les notices autobiographiques de l’auteur et divers textes biographiques, signés de La Harpe, de Marmontel et de Condorcet. Le titre rappelle celui des 'Mélanges' publiés par D’Alembert de son vivant, mais la distribution des matières a été réorganisée et Bastien n’a pas manqué d’incorporer à cette première édition complète (ainsi qu’il la qualifie lui-même dans sa dédicace) les textes publiés en dehors des Mélanges avant et après la mort de l’auteur" (Irène Passeron, 'Les œuvres complètes de d’Alembert', Introduction, p. xxxiv-xxxvii).
Bien complet de la planche dépliante "Système figuré des connoissances humaine" avec son explication.
(Brunet, II, 471. France littéraire, I, 27. Cioranescu, 7499).
Accidents aux reliures et accrocs, sinon exemplaire solide, intérieur frais.

Réf.: 22915 - Eur 2000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



REGIS (Pierre Sylvain). Système de Philosophie, contenant la Logique, la Métaphysique, la Physique & Morale.
Lyon, Anisson, Posuel & Rigaud, 1691.
7 volumes in-12, plein veau granité de l'époque, dos à nerfs filetés or, ornés de compartiments dorés au petit fer, pièces de titre de maroquin bordeaux, roulette sur les coupes, tranches mouchetées, bandeaux et culs-de-lampe, nombreuses figures in-texte et planches hors-texte, dont dépliantes.
Deuxième édition publiée quelques mois après la première. L’oeuvre maîtresse de P.-S. Régis, fondamentale dans l’histoire de la diffusion du cartésianisme, portant sur l’ensemble du système philosophique et scientifique de Descartes.
Selon sa propre préface, Régis attendit l'autorisation de publier son livre pendant dix années et n'obtint le privilège qu'en ôtant du titre toute référence à Descartes.
Une édition a été imprimée, sans autorisation, en Hollande la même année, sous le titre de: ‘Cours entier de philosophie ou Système général selon les principes de M. Descartes’.
Bien que reçu par ses contemporains comme l’œuvre de "Descartes lui-même revenu sur la terre" (Daniel, ‘Voyage du monde de M. Descartes’), l’ouvrage contient nombreuses influences extérieures, en particulier Gassendi pour la logique ou Hobbes pour la morale.
Nombreuses illustrations sur bois in et hors-texte, dont planches dépliantes. Le dernier volume renferme un précieux "Dictionnaire des termes propres à la philosophie" et une table générale des matières.
L'impression se fit pour le compte des libraires associés Anisson, Posuel et Rigaud qui dominaient la librairie lyonnaise et pour lesquels cette publication servit d'introduction sur le marché parisien.
(Dict. des philosophes, PUF, II, 2428. France littéraire, VII, 493).

Réf.: 36758 - Eur 2000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LA METTRIE (Julien Offray de)]. Histoire naturelle de l'âme, Traduite de l'Anglois de M. Charp, par feu M. H** de l'Académie des Sciences, &c. (BEL EXEMPLAIRE)
La Haye, Jean Neaulme, 1745.
In-12, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, filet doré sur les coupes, tranches rouges, (2) f. de faux-titre et titre, (2) p. d'épître à Maupertuis, (6) p. de table et errata, 398 p.
Edition originale publiée clandestinement à Paris sous l'adresse factice de La Haye.
L'expression la plus radicale, en son temps, d'un matérialisme athée appuyée sur une théorie mécaniste du corps humain qui valut à l’auteur une réprobation universelle et les critiques de Voltaire et de Diderot.
"Apre critique de la morale et de la métaphysique traditionnelles tournée vers l'édification d'une philosophie biologique fondée sur un athéisme militant et sur un matérialisme mécaniste sans concessions" (A. Vartanian, ‘La Mettrie…’, "Annales. Économies, Sociétés", 1967, vol. 22, n°4, p. 923 sq.).
L'ouvrage fut saisi et condamné au feu par le Parlement de Paris, le 7 juillet 1746, en compagnie des 'Pensées philosophiques' de Diderot.
(Stoddard, n°18. Tchemerzine-Scheler, III, 946).
Quelques petites traces de restaurations.
Bel exemplaire, bien relié à l’époque, grand de marges.

Réf.: 20963 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SPINOZA, BOULAINVILLIERS (Henri de), FENELON, COLERUS (Jean), OROBIO (Isaac). 1- BOULAINVILLIERS (Henri de), FENELON (F. de Salignac de la Mothe), LAMY (François). Réfutation des erreurs de Benoit de Spinosa, par M. de Fénelon (…), par le P. Lami (…) & par M. le Comte de Boullainvilliers, avec la Vie de Spinosa, Ecrite par M. Jean Colerus, (…) ; augmentée de beaucoup de particularités tirées d’une Vie manuscrite de ce philosophe, faites par un de ses amis [Lucas, médecin à La Haye]. Bruxelles, François Foppens, 1731. (10), 158 p. et 386 p.
2- OROBIO (Isaac). Certamen Philosophicum (...). Amsterdam, 1703. [387]-483, (2) p. de tables.

Ensemble relié en un volume in-12, plein veau blond glacé de l'époque, dos lisse entièrement garni d’une résille aux fers quadrilobés et d’un caisson de pied orné d’un fer spécial, chaînons, palettes et filets dorés, pièce de titre de maroquin rouge, triple filet doré en encadrement des plats, roulette dorée sur les coupes, tranches jaspées.
Edition originale de ce recueil collectif sur Spinoza et sa doctrine, édité par Nicolas Lenglet du Fresnoy.
Il contient la 'Vie de Spinoza' (p. 1 à 150) par Jean Colerus (Johann Koehler), pasteur luthérien à La Haye -- La préface et la "Réfutation" de Spinoza par le comte de Boulainvilliers, auquel celui-ci avait donné initialement le titre de "Essai de métaphysique dans les Principes de B*** de Sp*** " ainsi que la "réfutation" de Fénelon (p. 151 à 320) – ‘Extrait du nouvel athéisme renversé’ oeuvre du cartésien François Lamy (p. 321 à 386) sous page de titre particulière à la date de 1696 -- ‘Certamen Philosophicum’ (...) d’Isaac Orobio (p. 387 à 483) ici en dans sa seconde édition également sous page de titre particulière, à la date de 1703. Médecin, personnalité de la communauté juive d’Amsterdam, Orobio tente "d’effacer toute idée de collusion entre le judaïsme et le spinozisme " (P. Vernière, 'Spinoza et la pensée française', p. 341).
"Sous prétexte de rendre plus facile la réfutation de Spinoza en mettant ses opinions à la portée de tout le monde, Boulainvilliers a eu réellement pour but de propager le système de ce philosophe (...) en substituant au langage austère du métaphysicien hollandais une forme simple et pleine d’attraits" (Franck, p. 202).
Sur l’importance décisive de ce recueil dans la propagation du spinozisme en France, cf. P. Vernière, ‘Spinoza et la pensée française’, p. 373 sq.
(Brunet, II, 1209. Fürst, III, p. 54. Cat. Expo. Spinoza, Herzog August Bibliothek, n° 64. Tchemerzine-Scheler, III, 232. Van der Linde, 107 et 108).
Mors très légèrement frottés.
Très joli exemplaire, très frais, très bien relié.

Réf.: 22667 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[DIDEROT (Denis)]. Pensées philosophiques.
La Haye, Aux dépens de la Compagnie [i.e. Paris, Laurent Durand], 1746.
In-12, plein veau marbré de l'époque, dos à nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, filets d'encadrement à froid sur les plats, filet doré sur les coupes, tranches rouges (2), 136 p., (12) p. de table, planche frontispice gravée.
Edition originale illustrée d’une planche gravée en frontispice: "La vérité arrache le masque à la superstition".
"L’oeuvre fulgurante d'un jeune philosophe à la recherche de lui-même" (R. Mortier).
Dans ce volume scandaleux, Diderot s’attache, par aphorismes, à explorer les voies d’une morale fondée sur la raison, la réhabilitation des passions et la libre pensée, affranchie du joug de la religion. "Ce livre mérite d'être considéré, vu les polémiques et les échos qu'il suscita, comme l'un des plus importants du XVIIIe siècle" (Wilson, ‘Diderot’, p. 47).
"La pensée qu'il n’y a point de Dieu n'a jamais effrayé personne; mais bien celle qu’il y en a un, tel que celui qu’on me peint" (Aphorisme n°IX, p. 13).
Selon Adams, exemplaire de second tirage, en tout point semblable au premier, à l'exception des feuillets A2 (p. 3-4) et H2 (p. 91-92) corrigeant deux fautes du premier tirage.
L'ouvrage fut condamné au feu par arrêt du parlement de Paris, le 7 juillet 1746.
(Adams, ‘Bibliographie des oeuvres de D. Diderot’, II, PD2. Tchemerzine-Scheler, II, 919).
Infime accroc à la coiffe supérieure.
Bel exemplaire, très frais, bien relié à l'époque, imprimé sur papier fort, grand de marges (153 x 88 mm).

Réf.: 26924 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[FONTENELLE (Bernard Le Bovier de)]. Théorie des Tourbillons cartésiens; avec des réflexions sur l'attraction.
Paris, Hippolyte-Louis Guerin, 1752.
In-12, plein veau moucheté de l'époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, roulette sur les coupes, tranches rouges, xxxj, 215 p., (1) p. bl., (4) p. de table, approbation et privilège.
Rare édition originale et unique séparée du dernier ouvrage de Fontenelle, tentative désespérée pour soutenir la cosmogonie cartésienne contre le newtonianisme alors triomphant.
Fontenelle était âgé de 95 ans lorsqu’il publia ce traité probablement conçu autour de 1733.
Plus métaphysique que scientifique, la ‘théorie des tourbillons cartésiens’ justifiait l’héliocentrisme et attribuait le mouvement des planètes à des tourbillons d'éther emplissant l’espace. Elle permettait à Fontenelle de défendre une interprétation de l’univers accessible, à l’opposé d’une théorie newtonienne que les cartésiens jugeaient occulte et inintelligible.
La "préface de l'éditeur" est de Camille Falconet, médecin et physicien consultant du roi, ami de Malebranche et de l'auteur. Il livre une bonne synthèse du débat qui opposait newtoniens et cartésiens en France, ainsi que des enjeux scientifiques qui en résultaient.
Voir F. Grégoire, ’Le dernier défenseur des tourbillons: Fontenelle’, in "Revue d'histoire des sciences" (1954, VII, 3, p. 220-246) et R. Locqueneux, 'Fontenelle et les tourbillons cartésiens à l'aube des Lumières', in "Sciences et techniques en perspective" (1999, 2.3, p. 447-80).
(CG, LIII, 294, n°221. Conlon, 'Siècle des Lumières', 52:629. France littéraire, III, 156).
Très bon exemplaire, frais, bien relié à l'époque.

Réf.: 36445 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FICINO (Marsilio) ou FICIN (Marsile). Marsilio Ficino sopra lo amore o ver’ convito de Platone.
Florence, Néri Dortelata, 1544.
In-8, plein vélin souple ancien à petits recouvrements, dos lisse titré à la plume, (20) f. dont le dernier blanc, 251 [i.e. 252] p., (45) p. de table, errata et colophon.
Première édition, rare, de la traduction italienne du Commentaire latin du "Banquet d’amour" ("Symposium") de Platon, composé en latin et traduit en italien par l’humaniste florentin et philosophe néo-platonicien Marsile Ficin (1433-1499).
Cette édition a été publiée par le poète et mathématicien Cosimo Bartoli (1503-1572) qui signe l’épître dédicatoire et qui est également l’auteur des "Osservazioni per la pronunzia fiorentina di Neri Dorteláta da Firenze" (p. [6]-[38]): "It deals with the correct representation of the sounds of the Italian language, by means of accents and the introduction of new letters (j and v, as distinct from i and u, etc.)" ( Cicognara 3221).
Considérée comme un des traités philosophiques les plus influents de la Renaissance européenne, "cette œuvre de Ficin a marqué profondément et durablement la réflexion sur l’amour à l’aube des temps modernes, déclenchant une longue série de dialogues et traités" (Pierre Laurens, Belles Lettres, 2002).
Marque de l’imprimeur sur le titre, répétée au dernier feuillet.
(BM STC Italian, 1465-1600, p. 249. Brunetti, 1245. Cicognara 3221. Gamba, 1097. Haym, 509, I: “Rarissimo ed assai ricercato”. Manque à Adams).
Taches claires au titre.
Provenance: Antonio Orsetti, avec ex-libris manuscrit (ancien) sur la première garde.
Bel exemplaire, très frais, dans une jolie reliure ancienne de vélin souple, assez grand de marges.

Réf.: 37083 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 |