English version
Accueil
Menu Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Afficher les livres par : prix décroissants | prix croissants | de A à Z | de Z à A

1 fiche(s) - Page 1


[PEGURIER (Laurent)]. Décision faite en Sorbonne touchant la Comédie, Avec une réfutation des Sentimens relâchez d'un nouveau Théologien, sur le même sujet.
Paris, Jean Baptiste Coignard, 1694.
2 parties en un volume petit in-8, plein veau brun de l'époque, dos à 5 nerfs guillochés or orné de compartiments cloisonnés et fleuronnés, pièce de titre de maroquin rouge, double filets à froid en encadrement des plats, roulette dorée sur les coupes, tranches mouchetées rouges, (1) f., (4), 132 p. et (1) f., (2), 190 p.
Edition originale de ce volume divisé en deux parties.
En 1694, Boursault publia en tête de son théâtre une dissertation en faveur de la "comédie", appuyée de l'approbation motivée d'un religieux, le père Caffaro.
Ce fut l’occasion d’une querelle qui s’envenima au point d’être portée devant les docteurs de la Sorbonne en décembre 1693. Leur délibération, qui figure en première partie de ce volume, fut sans appel: les comédiens sont "en état de péché mortel", quant aux spectateurs "quoiqu’ils ne soient pas si coupables que les comédiens, c’est un péché en matière importante de sorte qu’on doit leur refuser l’absolution".
Dans la deuxième partie, l’abbé Laurent Pégurier commente et appuie la décision de la Sorbonne.
Bossuet se mêla de la partie et le P. Caffaro dut finalement se rétracter publiquement.
L’affaire s’inscrit dans la querelle des Anciens et des Modernes (le talent de Molière, de Corneille et de Boursault est opposé aux horreurs des pantomimes antiques et des combats de gladiateurs).
(J.-M. Civardi, ‘Bibliogr. des querelles théâtrales au XVIIe s.’, "Litt. classiques", 59, 1, 2006, p.193-221. Soleinne, "Bibliothèque dramatique", V, I, 22).
Accrocs aux coiffes, coins et mors.
Une note rageuse manuscrite p. 132 commente: « 21 ans après la mort de Molière ! »
Bon exemplaire relié à l'époque.

Réf.: 37208 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier