English version
Accueil
Menu Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Afficher les livres par : prix décroissants | prix croissants | de A à Z | de Z à A

218 fiche(s) - Page 1


TORQUEMADA (Tomás de), ARGUELLO (Gaspar Isidro de) - "Code de la terreur". 1- TORQUEMADA (Tomás de). Copilación de las Instruciones [sic] del Oficio de la Santa Inquisición, hechas por (...) Tomás de Torquemada (...) e por los otros (...) señores Inquisidores generales que después sucedieron (…). En Madrid, En la Imprenta Real, 1630. 38 feuillets (sign. A-B8, C10 A12).
2- ARGUELLO (Gaspar Isidro de). Instrucciones del Santo Oficio de la Inquisición, sumariamente, antiguas y nuevas. En Madrid, En la Imprenta Real, 1630. 18 feuillets, non foliotés.

2 ouvrages reliés en un volume in-folio (295 x 208 mm), plein vélin souple de l'époque.
Rarissime réunion de ces deux documents, parmi les plus importants pour l’histoire de l'Inquisition espagnole et du judaïsme européen: le "Code de la terreur" destiné à la répression des "faux chrétiens", juifs, conversos, marranes et morisques et sa procédure à l'usage des inquisiteurs.
Ces documents sont d'une extrême rareté. Seuls deux exemplaires complets de cette édition sont recensés dans le monde (WorldCat) : Univ. de Valladolid et Univ. Göttingen.
Cette rareté s’explique par leur origine et leur destination: l’Inquisition était protégée par le secret et ses publications rigoureusement réservées aux seuls membres du tribunal du Saint-Office de l'Inquisition:
“Las ‘Instrucciones’ tenían carácter secreto (…), iban destinadas exclusivamente a los inquisidores, estando prohibida su lectura para cualquier persona ajena al aparato inquisitorial” (“Cien impresos españoles sobre la Inquisición”, Biblioteca Sefarad, Exposición Abril 2018, p. 105).
1- L’édition de référence du "Code de la terreur", mise à jour en 1630, recueil des lois organiques du tribunal de l'Inquisition élaboré par Tomás de Torquemada en 1484.
Composé sur le modèle du ‘Directorium inquisitorum’ de Nicolas Eymerich, ce recueil n'avait été disponible que sous forme manuscrite avant d'être imprimé pour la première fois en 1537, à Grenade.
Il fut régulièrement revu et "réformé" par les successeurs de Torquemada au poste d’Inquisiteur général: Diego de Deza (révisions de 1500 et 1503), Alonso Manrique (révisions de 1523 et 1539), puis Fernando Valdés (entre 1547 et 1566), pour trouver sa forme systématique dans cette version.

Réf.: 37161 - Eur 8500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BOULAESE (Jehan). 1- Le Manuel de l'admirable victoire du Corps de Dieu sur l'Esprit maling Beelzebub, obtenue à Laon, 1566 (…). Prins pour l'Extraict et souverain Sommaire de toute l'histoire notoire par les Hérétiques impugnée et publiquement avérée par la veuë de plus de cent cinquante mil personnes (…). Paris, Denys du Val, 1575. (64), 319 p.
2- L'abbregee histoire du Grand Miracle par nostre Sauveur & Seigneur Iesus-Christ en la Saincte Hostie du sacrement de l'Autel, faict à Laon 1566 (...). Paris, Thomas Belot, 1573. 16 f.

2 ouvrages reliés en un volume petit in-8 (123 x 80 mm), plein vélin souple ivoire de l’époque, dos lisse cordé titré à la plume, traces d’attaches sur les plats.
Réunion, à l’époque, de ces deux rarissimes ouvrages parus séparément relatant la célèbre affaire de possession et d’exorcisme de Nicole Obry de Vervins en Picardie, alors âgée de 15 ans.
Possédée par plusieurs démons, la jeune femme subit des séances d’exorcisme à Vervins et à Liesse, avant d’être conduite à Laon le 24 janvier 1566 pour être exposée sur un échafaud dressé dans la cathédrale. Elle y fut finalement "délivrée" du dernier des démons, Belzebuth, par l'hostie que lui tendit l’évêque. L’affaire fut immédiatement utilisée contre les huguenots: le Diable, lors de l’exorcisme, désigna les hérétiques comme ses meilleurs amis et l’œuvre de l’hostie apporta la preuve de la transsubstantiation.
Le retentissement fut immense: le roi Charles IX et Catherine de Médicis, de passage à Laon, reçurent Nicole Obry le mardi 27 août 1566. Jean Bodin, qui représenta la ville de Laon aux premiers Etats de Blois (1576-1577), commente le cas dans sa 'Démonomanie des Sorciers'. Au XIXe siècle, Gilles de la Tourette se servit de ce cas pour sa description de la crise d’hystérie.
L’auteur, Jehan Boulaese, était prêtre, professeur d'hébreu et principal au Collège de Montaigu. Proche disciple de Guillaume Postel, il devint son secrétaire. Postel vit, dans le "miracle de Laon", l’aube d’une ère nouvelle pour la chrétienté et l'annonce de la "Concorde universelle", ce qui l'amena à envoyer Boulaese en Espagne, muni de sa brochure ('L'abbregée histoire du Grand Miracle') traduite en cinq langues, pour y chercher le soutien de Philippe II.
Le privilège comporte en bas de page du Manuel p. 319, la signature autographe de L. Loysel inspecteur de la librairie, authentifiant le document.
La première partie est ornée de blasons gravés sur bois dont certains à pleine page. La planche, annoncée au titre du second texte, manque, comme dans l'exemplaire de la BnF.
(Caillet, 1526 et 1524. Courmont, 'Demonology & Witchcraft, A bibliography', B109.2 et B109.1. Guaita, 99 et 98. Yve-Plessis, 'Sorcellerie', n°625 et 626)
Les deux ouvrages ont été publiés et diffusés séparément, il n’existe que 3 exemplaires recensés dans le monde de chacun de ces deux ouvrages, dont celui de la BnF (WorldCat).
Le livre est percé de part en part d’un petit trou dans la marge du coin inférieur gauche. Il devait servir, à travers un cordon, à le protéger. Petite auréole claire en pied de la première moitié du volume, sans gravité.
Très bon exemplaire, frais et parfaitement conservé dans sa première reliure de vélin souple.

Réf.: 36968 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DA COSTA (Uriel), LIMBORCH (Philipp van). Exemplar humanæ vitæ. [In: LIMBORCH (Philipp van). De veritate religionis christianæ amica collatio cum erudito judæo].
Goudae, Justum ab Hoeve [Gouda, Justus van der Hoeve], 1687.
In-4, plein vélin rigide de l'époque, dos titré à la plume, (16), 364, (14) p.
Edition princeps de la célèbre autobiographie testamentaire d’Uriel da Costa ('Exemplar humanae vitae'), composée à la veille de son suicide en 1640 et publiée "presque par hasard" (Daniel Lacerda) quarante-sept années après sa mort.
Elle est insérée entre les pages 341 et 354 d’un recueil qu’un ministre calviniste arminien, Philip Van Limborch professeur à Amsterdam (1633-1712), consacre à la défense de la "vérité de la religion chrétienne", en discussion avec un Juif érudit, Isaac Orobio de Castro (c.1617-1687), lui-même réfugié du Portugal à Amsterdam.
Éditée d’après un manuscrit et peut-être révisée, "Une vie humaine" est suivie de sa réfutation par Limborch.
Né au sein d’une famille portugaise marrane, Uriel Da Costa (1585-1640) s’installa à Amsterdam en 1617 et revint au judaïsme, mais il entra bientôt en conflit avec la synagogue. Soumis à une humiliante pénitence publique, il se suicida.
Ce document demeurait l’unique seule source d’informations sur Uriel da Costa jusqu’à la découverture récente (1990), à la bibliothèque d’Amsterdam, d’un exemplaire unique d’un autre de ses textes que l’on croyait perdu ("Exame das tradições fariseas") et qui le qui place aux côtés de Spinoza, dix années avant la condamnation de celui-ci, parmi les victimes du durcissement doctrinaire des autorités juives d’Amsterdam.
"Cette autobiographie écrite par Uriel da Costa en 1640 avant de se suicider, reflète toute la culture et toutes les interrogations religieuses de cet esprit qui passa du christianisme-marranisme au judaïsme puis au sadducéisme, enfin au déisme vénérant la Nature. Juif portugais d’Amsterdam, Gabriel, devenu Uriel da Costa, reflète - lui et toute sa famille, affiliée à celle de Spinoza - les recherches de cette société des nouveaux convertis du Portugal et des pays occidentaux au XVII° siècle" (Béatrice Leroy).
Cf. I.S. Revah, H. Méchoulan et coll., 'Des Marranes à Spinoza', Vrin, 1995, passim.
(Bamberger, 'The printed literature of Spinozism', n° 67. Fürst, 'Bibliotheca judaica', I, p. 17).
Quelques rousseurs éparses. Petite trace de restauration de vélin au dos.
Très bon exemplaire, très bien conservé dans sa première reliure hollandaise de vélin rigide.

Réf.: 37003 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VANINI (Lucilio). Amphitheatrum aeternae providentiae divino-magicum. Christiano-Physicum, nec non Astrologo-Catholicum. Adversus veteres Philosophos, Atheos, Epicureos, Peripateticos, & Stoicos (...).
Lugduni, Apud Viduam Antonii de Harsy [Lyon, Veuve Antoine de Harsy], 1615.
In-8, plein maroquin olive, dos à nerf richement orné de caissons cloisonnés et fleuronnés, double pièce de titre de maroquin havane, triple filet d'encadrement sur les plats, filet sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées, protégé sous étui de cartonnage marbré (rel. ca 1770 "Derôme Le jeune"), (1) f., (22), 336 p. et (8) f. d'index et errata, bandeau, lettrines et culs-de-lampe.
Edition originale de ce livre qui valut à l’auteur d'être arrêté, jugé et brûlé vif la langue tranchée, à l'âge de 34 ans. Véritable brûlot, l’ouvrage est de ceux qui ont contribué à jeter les bases de la philosophie moderne.
"Habileté dialectique, force de dénigrement, indépendance vis-à-vis de ses maîtres, connaissance étendue des systèmes les plus divers, malice enfin... L'Amphitheatrum, plus qu'un bréviaire d'athéisme, est une revue des différents systèmes et un document inestimable sur l'état de la spéculation au début du XVIIe siècle" (A. Levi, Encyclopaedia Universalis).
"Cet impie dont le hurlement blasphémateur, traversant les années, semble avoir, jusqu'à l'apogée dévot du règne de Louis XIV, bouleversé les cœurs des fidèles, empli de terreur les défenseurs de la foi et atteint comme une menace dans leur retraite prudente les incrédules" (Pintard, 'Libertinage érudit', p. 20).
Né près de Naples, Vanini étudia la théologie, la, médecine, le droit et la philosophie en Italie; il entra dans les ordres et parcourut l'Europe en propageant une doctrine qui évolua vers l'athéisme. Venu à Paris, puis à Toulouse pour y continuer son enseignement, il y fut arrêté. Convaincu d'athéisme, de blasphème et de sorcellerie mais aussi d’homosexualité et de corruption de mœurs, il fut condamné à avoir la langue tranchée et à être brûlé, le 9 février 1619, sur la place du Salin à Toulouse ; ses cendres furent dispersées au vent.
Devant la mort, fidèle à ses convictions, Vanini repoussa le crucifix en proclamant que Dieu n'existe pas et que la mort n'est que l'antichambre du néant.
Le livre, sévèrement poursuivi et détruit, est "rarissime" selon Dorbon.
(Brunet, V, 1075. Caillet, 11028. Dorbon, 5060. Peignot, 'Livres condamnés', II, 174. Thorndike, VI, 568-573. Wellcome, 6485).
Provenances: baron de Caule, avec ex-libris ancien gravé. Bibliothèque de la demeure d'Auchincruive en Ecosse et "Mortimer L. Schiff" avec son ex-libris doré sur cuir.
Petite restauration de papier au f. 9. Quelques rousseurs.
Très bel exemplaire dans une reliure de maroquin olive de Nicolas-Denis Derôme dit "Derôme jeune", le plus célèbre représentant de la dynastie des relieurs, avec sa petite étiquette imprimée: "Relié par Derôme le Jeune rue St Jacques au-dessus de St Benoist".

Réf.: 35285 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



PASCAL (Blaise). Oeuvres de Blaise Pascal.
La Haye, Detune [i.e. Paris, Nyon], 1779.
5 volumes in-8, plein veau porphyre de l’époque, dos à 5 nerfs richement ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de veau fauve, triple filet doré d’encadrement sur les plats, filet sur les coupes, tranches jaspées, portrait de Pascal en frontispice, un feuillet dépliant (II, p. 549) et 14 planches dépliantes gravées hors texte.
Première et unique édition collective ancienne, en partie originale, augmentée de Pensées, de "Écrits sur la Grâce", "Traité du vide" et d’une importante correspondance.
L’ouvrage est illustré d’un portrait de Pascal par François Quesnel et de 14 planches dépliantes gravées en taille-douce.
Du fait des querelles jansénistes et de la répression qui s’en suivit, il fallut attendre un siècle pour que cette édition des oeuvres de Pascal voie le jour - encore avait-on dissimulé les nom et adresse de l’éditeur parisien Nyon aîné sous une adresse fictive hollandaise.
Les tomes IV et V réunissent les oeuvres scientifiques éditées "très consciencieusement" selon Maire. On y trouve, pour la première fois en librairie, le recueil des pièces concernant la "Pascaline" (T.IV, p. 7-50) accompagné de 5 figures descriptives en 2 planches dépliantes.
La page 549 du tome II des "extases" de Pascal est dépliante.
(Brunet, IV, 395. Maire, I, 246-255. Tchemerzine-Scheler, V, 76).
Quelques infimes accrocs à la reliure. Exemplaire sans restaurations.
Très bel exemplaire, grand de marges (125 x 196 mm) imprimé sur papier vergé, très bien relié en veau porphyre à l'époque à l’époque.

Réf.: 37548 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VILLENEUVE BARGEMONT (vicomte Alban de). Economie politique chrétienne, ou Recherche sur la nature et les causes du paupérisme, en France et en Europe, et sur les moyens de le soulager et de le prévenir.
Paris, Paulin, 1834.
3 volumes in-8, demi-chagrin à grain long rouge cerise à coins, dos à 5 nerfs plats ornés d’un jeu de roulettes, filets au noir et dorés, titres et tomaisons dorés, tranches citron (reliure de l’époque), (4), 509, (2) p.; (4), 652 p. et (4), 603, (1) p., 4 cartes dépliantes lithographiées au tome II et 4 plans et vues en 3 planches dépliantes au tome III.
Edition originale de cet ouvrage fondateur, "initiateur du catholicisme social" (J.-B. Duroselle).
Entre celles de ses contemporains, l'une des rares études à dresser un réquisitoire radical des théories libérales, à répudier l'individualisme triomphant dans le domaine économique et à déplorer les conséquences de l'industrialisation sauvage sur les classes laborieuses et les plus démunis.
L’auteur réalise, en un effort original, une synthèse entre le christianisme "seule base d’un état social conforme à la nature de l’homme" et une économie politique qui serait soucieuse du "bien-être du plus grand nombre" et non des impératifs de la seule production.
L’étude, qui se fonde sur d’abondantes statistiques et références, incorpore la question de l’accroissement de la population et de ses rapports avec la morale chrétienne. Pour soulager la misère, Villeneuve-Bargemont préconise - et c’est alors une nouveauté - un système positif et des solutions inédites, même au sein des milieux catholiques sociaux: interventionnisme massif de l’Etat et important dispositif législatif en matière de protection sociale et d’éducation.
Sur cet ouvrage, son importance et son originalité cf., J.-B. Duroselle, ‘Les Débuts du catholicisme social en France’, p. 59-71.
(Einaudi, 5910. Goldsmith’s, 2845. Kress, C.3891).
Petit accroc à une coupe et en coin d'un plat.
Bel exemplaire, très bien relié.

Réf.: 19559 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CALVIN (Jean), BEZE (Théodore de). Ioannis Calvini Epistolae et responsa. Quibus interjectae sunt insignium in ecclesia Dei virorum aliquot etiam epistolae. Eiusdem I. Calvini vita à Theodoro Beza (...) accurate descripta. Index rerum insigniorum. Omnia nunc primùm in lucem edita.
Genevae, apud Petrum Santandreanum [Genève, Pierre de Saint-André], 1575.
In-folio, cartonnage papier moucheté à la Bradel (rel. vers 1780), (40), 5-411, (13) p. (dern. p. bl.).
Première édition de cette correspondance de Calvin publiée après sa mort, établie par Théodore de Bèze à la demande de l'auteur, avec l'aide de Charles de Jonviller (ou Jonvilliers) qui avait été secrétaire de Calvin.
Entrepris du vivant du réformateur et mené pendant près de vingt années, le travail de collecte aboutit à l’édition de ce recueil de 399 lettres, dont 299 de Calvin lui-même, le reste étant formé des réponses.
Il contient parmi les préliminaires une dédicace à l'Électeur palatin Frédéric III, indéfectible soutien du calvinisme, dans laquelle Th. de Bèze résume l’histoire de cette publication, ainsi qu'une précieuse "Vie de Calvin" également par Th. De Bèze, troisième version, la plus complète de cette biographie, suivie d’une bibliographie des œuvres de Calvin.
Cette correspondance joua un rôle important dans les débuts de la réforme, comme source à laquelle puisèrent abondamment apologistes et adversaires du calvinisme.
(Adams, C. 387. Chaix, Dufour & Moeckli, p. 83. Erichson, 'Calviniana', p. 33. Gardy, 'Th. de Bèze', n° 200. Haag, III, 160, n°95. Peter, 'Bibliotheca Calviniana', III, 75/1).
Mors et coins frottés, quelques auréoles anciennes.
Bon exemplaire.

Réf.: 36338 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



JACQUES DE VITRY. Jacobi de Vitriaco (...) libri duo. Quorum prior orientalis sive Hierosolymitanae, alter occidentalis historiae nomine inscribuntur. Omnia nunc primum studio & opera D. Francisci Moschi (...) edita.
Duaci, Ex officina typographica Balthazaris Belleri [Douai, Balthazar Bellère], 1597.
In-8, plein vélin souple, dos titré à la plume (reliure ancienne), (46), 479 p., (1) p. bl., vignette de titre sur bois à la marque de l'imprimeur, portrait gravé.
Edition princeps, rare, établie par l'humaniste François Mosch de Nivelle, historien et docteur de l'Université de Douai, sur un manuscrit aujourd'hui perdu.
Portrait gravé sur cuivre hors texte du dédicataire, l'archiduc Albert d'Autriche, archevêque de Tolède.
Contient une vie de l'auteur et des notes par André Van Hoye (1551-1631).
Prélat de l'Orient latin, originaire de Champagne, Jacques de Vitry (ca. 1160-1240) devint Maître de l'Université de Paris, chanoine augustinien à Oignies et entra au service de l'évêque de Liège. Il prêcha la croisade contre les Albigeois, puis pour la Terre Sainte où il se rendit en 1216 comme évêque de Saint-Jean d'Acre. Il accompagna l'armée de la cinquième croisade et assista à la prise de Damiette. Revenu en Europe, il fut appelé auprès du pape en 1228.
Cette ‘Histoire de Jérusalem’ est divisée en deux parties: "Historia orientalis" consacrée à la Terre Sainte et à l'histoire des Croisades, jusqu'à la cinquième; et "Historia occidentalis", tableau social et religieux de l'Europe de son temps.
Jacques de Vitry s'avère un grand historien et l’un des meilleurs observateurs de son époque. Souvent citée, son histoire demeure une source fondamentale pour l’histoire des croisades, d'autant plus que le manuscrit, anciennement conservé au prieuré des chanoines augustins d'Oignies, est aujourd'hui perdu.
Parmi de nombreux détails, on remarque un passage qui témoigne que la boussole, dont on fait remonter l'origine au XIVe siècle, aurait déjà été employée aux XIIIe s. pour la navigation.
Sur cet ouvrage et cette édition princeps, cf. J.-F. Hinnebusch, ‘The Historia Occidentalis of Jacques de Vitry’, Univ. Press Fribourg, 1972, p. 65 et passim.
(Adams, V-901. Brunet, V, 1326 souligne la rareté de ce volume. Duthilloeul, 'Bibliographie douaisienne', n°208).
Quelques petits accrocs de papier et petits travaux de vers aux derniers feuillets. Des brunissures, plus soutenues à certains cahiers.
Provenance: bibliothèque des marquis Terzi, éminente famille originaire de Bergame, avec ex-libris gravé et petite signature au titre. La bibliothèque fut dispersée aux enchères à Paris en 1861.
Bon exemplaire.

Réf.: 36904 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CALVIN (Jean). Leçons de M. Jean Calvin sur le livre des propheties de Daniel. Recueillies fidelement par Jean Budé et Charles de Jonviller, ses auditeurs : & translatées de Latin en François. Avec une table ample des principales matieres contenues en ce livre.
Genève, De l'Imprimerie de François Perrin, 1569.

In-folio (314 x 198 mm), pleine peau retournée, dos gothique à 6 nerfs, (8), 172, (8) feuillets [*8, a-z6, A-G6].
Deuxième édition de la traduction française de 'Praelectiones in librum prophetiarum Danielis' (1561) donnée par Jean Budé et son beau-frère Charles de Jonvillier, secrétaire de Calvin. Impression soignée, grande marque gravée de l'imprimeur sur le titre. Lettrines et bandeaux.
On trouve en tête de cette édition une importante épître de Calvin à ses "coreligionnaires de France" sur 13 pages: "Il y fait quelques confidences intéressantes sur le rôle qu’il attribue à ses propres écrits. Il regrette une absence de 26 ans, l'expliquant par son refus de vivre 'en lieu duquel la vérité de Dieu, ensemble aussi la pure religion, et la doctrine du salut éternel estoyent dechassées et bannies'. Mais il ne se désintéresse pas 'du peuple dont je suis sorti'. Il continue : 'Puis donc que tout ce temps-là je me suis efforcé de secourir et aider publiquement aux François, et qu'en particulier aussi je n'ay point cessé de resveiller les endormis et paresseux, d'aiguillonner ceux qui estoyent lasches et tardifs (…). Puisqu'on imprimoit mes leçons, ausquelles j'ay exposé les Prophéties de Daniel, rien ne me pouvoit mieux venir à propos, treschers et bien-aimez freres, pour vous representer en ce mirouêr… " (cf. J.-F. Gilmont et R. Peter, Bibliotheca Calviniana, p. 847).
D’avril 1560 à septembre 1562, pendant deux ans et demi, Calvin a commenté dans des leçons latines orales les Livres des prophètes. Selon son habitude, il s’adressait directement à ses étudiants. Ces cours étaient recueillis par Charles de Jonviller, son secrétaire, assisté de son beau-frère Jean Budé, fils de Guillaume, devenu bourgeois de Genève et membre du grand conseil. "Ensemble ils mettaient en forme leurs notes le soir même et le lendemain les présentaient à Calvin pour correction et approbation" (cf. Yves-Marie Bercé, 'Leçons de Calvin…', Droz, 2016).
(Chaix, Dufour et Moeckli, 'Livres imprimés à Genève de 1550 à 1600', p. 71. Erichson, 'Calviniana', p. 31. Peter & Gilmont, 'Bibliotheca calviniana', n°69/2.).
L’ouvrage est rare.
Ex-libris moderne gravé de R. Peter, spécialiste de Calvin et auteur des études et bibliographies citées supra.
Infirmes auréoles claires en coin et quelques piqûres éparses.Epidermures sur les plats avec petits manques. Trace de restauration à un mors.
Bon exemplaire, dans sa première reliure de peau retournée.

Réf.: 36753 - Eur 1500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FICINO (Marsilio) ou FICIN (Marsile), BENOIT (René) éditeur. Marsilii Ficini (...) De Religione Christiana opus plane divinum, & huic nostro seculo pernecessarium (...). Huic liber redditus est pristino suo nitori, & (...) multum locupletatus (...). [Renato Benedicto curante.]
Parisiis, Gulielmum (Guillaume) Guillard, 1559.
Petit in-8 (155 x 102 mm), demi-basane fauve, dos lisse orné de filets ondulés et fleurons dorés, titre doré (reliure du XIXe), (1) f. titre, (28) p., (1) f. blanc, 123, (1) f. d'errata [sign. a8 e8 A-P8 Q4], 2 lettrines sur fond criblé, caractères romains ronds et italiques, qqs caractères grecs.
Première édition du célèbre traité de Marsile Ficin, publiée par René Benoît sous le patronage du duc de Lorraine, enrichie d’une préface, de notes, de tables et d’un index.
Angevin d'origine, René Benoît (1521-1608) fut ordonné prêtre en 1551. Il fit partie de la suite de Marie Stuart en Écosse, puis devint curé de Saint-Eustache en 1569. Son influence sur ses paroissiens et les marchands des Halles fut telle, qu’on le surnomma "le Pape des Halles".
En 1566, il fit imprimer une traduction française de la Bible qui fut dénoncée comme calviniste et qui lui valut d’être exclu de la Faculté de théologie. Confesseur et intime d’Henri IV, il revint en grâce et fut désigné évêque de Troyes de 1593 à 1604.
L’impression est due à Guillaume Guillard, neveu de Charlotte Guillard (1480-1557), première femme imprimeuse en France, qui avait associé son neveu à son entreprise à partir de 1553. Elle avait été l’épouse de l'imprimeur Berthold Rembolt, associé d'Ulrich Gering, lequel créa la première imprimerie en France à l’enseigne du "Soleil d’Or".
Par cette œuvre capitale dans l’élaboration de la synthèse, alors proprement révolutionnaire, entre révélation chrétienne et "théologie platonicienne", Marsile Ficin aboutit à une nouvelle apologétique fondée sur la réconciliation entre théologie et philosophie, "docta religio" et "pia philosophia".
Deux belles lettrines sur fond criblé. Caractères romains ronds et italiques. Quelques citations en caractères grecs.
(Manque à Adams et aux principales bibliographies spécialisées. Un unique exemplaire dans les bibliothèques françaises [CCFr] : celui de la BnF).
Petite étiquette au dos.
Très bon exemplaire, imprimé sur beau papier, frais, très bien conservé.

Réf.: 37036 - Eur 1500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



RELIURE DE PAYSAN ("BAUERNEINBAND") - LUTHER (Martin). Geistliches neuvermehrtes Altenburgisches Gesang- und Gebetbuch, in sich haltend den Kern alter und neür geistreicher Lieder und Gesänge D. Martin Luthers und anderer christlicher Lehrer und frommer Christen, nebst einer Vorrede, Carl Andreas Redels. [Suivi de: Des Königs und Propheten Davids Psalter].
Altenburg, in der Herzogl. Sächs. Hofbuchdruckerey, 1795.
3 parties reliées en un fort volume in-8, plein vélin polychrome sur ais de bois, dos de vélin vert céladon à 4 faux-nerfs orné de guirlandes dorées, plats garnis d’un décor de compartiments délimités de guirlandes, fleurs avec feuilles et tige mosaïquées rouge et vert sur fond ivoire aux 4 coins, réserve noisette en cintre, fleuron doré dans un médaillon rouge au centre, tranches dorées et ciselées, contreplat de papier peint polychrome, provenance datée gravée au noir sur le premier plat: "GK / GFE / 1797" (reliure de l’époque).
Remarquable spécimen de reliure allemande dite "reliure de paysan" ("Bauerneinband"), réalisée à partir de techniques mixtes associant teinture, dorure, estampage, mosaïque et incrustation, colles et vernis.
Ces reliures, inspirées par le folklore et l’esthétique populaire, ont été réalisées de la fin du XVIIe au début du XIXe s. à destination d'une clientèle aisée. Elles recouvrent essentiellement des livres religieux ou de dévotion en milieu réformé, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Scandinavie et dans les Balkans.
Décor légèrement passé.
Bel exemplaire, bien conservé, sans restauration.

Réf.: 37077 - Eur 1500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



URFE (Honoré d'). Les Epistres morales (…). Dernière Edition reveüe, corrigée & augmentée d'un troisiesme livre (...).
Lyon, Jean Lautret, 1620.
In-12, plein veau havane moucheté, dos à 5 nerfs guillochés or, orné de compartiments dorés aux petits fers, double filet d'encadrement sur les plats, filet sur les coupes, tranches rouges (rel. vers 1740), (1) f. de titre-frontispice gravé, (22), 547 p., (12) p. de table et permission.
Très rare édition, en partie originale, augmentée du "troisième livre", l'édition de référence.
Important recueil, dans lequel Urfé livre en une prose élégante un essai autobiographique ainsi qu'un traité philosophique et moral néo-stoïcien.
Selon 'Sources de l'Histoire de France', n°2728: "Lettres écrites durant sa prison en 1595 après sa sortie de captivité. Le premier livre à valeur de mémoires".
"Honoré d'Urfé, précoce partisan de la Ligue, y confie sa rancœur, sa peine (mort du duc de Nemours, le 15 août 1595), ses espoirs de vengeances" (Hubert Houdoy).
Dans le deuxième livre, consacré à l'amour, l'auteur développe la doctrine néo-platonicienne exposée dans 'l'Astrée'; le troisième livre contient une méditation métaphysique érudite sur la destinée humaine et sur le bonheur.
" 'Les Epistres morales' contiennent l'essentiel de la pensée d'Honoré Urfé, somme des doctrines néo-stoïciennes et néo-platoniciennes, fondement sur lequel vont d'édifier les réflexions de l'auteur de 'L'Astrée'" (M. Gaume, 'Honoré d'Urfé…', St Etienne, 1977, p. 650 et passim).
(Arbour, 'L'ère baroque', n°9972. Tchemerzine Scheler, V, 935).
Seulement trois exemplaires de cette édition sont recensés dans le monde (WorldCat): Princeton, BnF et Univ. Bonn.
Petite signature ex-libris de l'époque en pied du titre. Petite trace de restauration à la reliure. Petite notice contrecollée sur la dernière garde.
Bel exemplaire, très bien relié.

Réf.: 37263 - Eur 1300.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LOYOLA (Ignacio de). Constitutiones societatis Jesu cum earum declarationibus.
Romae (Rome), In Collegio eiusdem Societatis, 1583.
In-8 (114 x 175 mm), demi-basane fauve à la Bradel, dos lisse orné d’une guirlande dorée répétée en place des nerfs, pièce de titre de veau noir (reliure du XVIIIe), 309, (71) p., page de titre entièrement gravée dans un encadrement architectonique.
Importante édition des Constitutions de la Société de Jésus, l’acte fondateur et le texte de base de l'organisation de la Compagnie, rédigé en espagnol par Ignace de Loyola et traduit en latin par Juan de Polanco, son secrétaire et assistant.
Cette édition de 1583 est la première à contenir le dernier état du texte révisé en latin par Ignace de Loyola avant sa mort ainsi que ses notes et commentaires, disposés en marge ou intégrés dans des blocs de texte en caractères italiques. Ces commentaires avaient été d’abord publiés séparément.
Elle est également la première à contenir, en pagination continue, "L’examen général", soit les conditions requises pour être admis au sein de la Société ("Primum ac generale examen iis omnibus qui in Societatem Iesu admitti petent proponendum" : p. [3]-48) ainsi qu'un index général.
(Olschki, II, 2499: "Edition fort bien imprimée et peu commune". Backer-Sommervogel, V, 77. Manque à Palau. A.F. Johnson, ‘Catalogue of Italian engraved title pages in the 16e c.’, 19, 20).
Petit cachet ex-libris de bibliothèque jésuite. Mors et dos frottés.
Bon exemplaire, frais, assez grand de marges, bien conservé.

Réf.: 37038 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FAUCHET (Claude). Les Oeuvres (...). Revues et corrigées en ceste dernière édition, supplées & augmentées sur la copie, mémoires & papiers de l'Autheur, de plusieurs passages & additions en divers endroits (...).
Paris, David Le Clerc, 1610.
Fort volume in-4, cartonnage vélin ivoire, pièce de titre de maroquin rouge, monogramme couronné en pied, tranches rouges (rel. moderne), (6) f., (18) p., portrait gravé par L. Gaultier, 196 f., (1) f., (14) p., 197-591 f., (102) p. de table.
Première édition collective, en partie originale, des oeuvres du "fondateur et premier auteur de l'histoire de la littérature en Europe" (J.-C. Espiner-Scott).
Le volume s'ouvre sur un titre général en rouge et noir, suivi du "Catalogue des oeuvres (...) contenues en ce volume". Beau portrait de l'auteur gravé au burin par L. Gaultier (1610). Armes royales aux titres. Bandeaux, lettres ornées et culs-de-lampe gravés sur bois.
Contient : "Les Antiquités gauloises ou françoises" -- "Origines des dignités et magistrats de France" -- "Origines des chevaliers, armoiries et Heraux" -- "Traité des libertés de l'Eglise gallicane" -- "Recueil de l'origine de la langue et poésie françoise, ryme & romans". Table et index.
"Servi par l’excellence de sa documentation (sa bibliothèque est déjà célèbre en 1556), Claude Fauchet va exhumer et sauver un grand nombre de textes inédits tout en s’essayant à un premier classement de la littérature française (…). Outre les notices sur quelque 127 trouvères et troubadours, il donne encore la première étude sur Rutebeuf, et publie bon nombre de leurs textes dont nous n’avons plus d’autres traces que celles figurant dans cet ouvrage. Ce pionnier de l’histoire littéraire sera largement pillé par ses successeurs il reste comme le fait remarquer son biographe, J. Epinner-Scott : 'un des plus grands médiévistes – sinon le plus grand – avant Gaston Paris' " ('En Français dans le texte', n° 74).
(Arbour, 5761. Brunet, II, 1191: "Collection fort recherchée").
Quelques rousseurs et brunissures.
Très bon exemplaire, bien relié.

Réf.: 25470 - Eur 1100.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



OROBIO DE CASTRO (Isaac), HOLBACH (Paul Thiry, baron d') éditeur et traducteur. Israël vengé ou Exposition naturelle des Prophéties Hébraïques que les Chrétiens appliquent à Jésus, leur prétendu Messie.
Londres, 1770.
In-12, demi-veau moucheté de l'époque, dos lisse orné de filets et fleurons dorés, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées bleues, (1) f., (2), iv-243, (1) p., ex. imprimé sur papier fort.
Rare édition originale de cette traduction de "Prevenciones divinas a Israel", ouvrage composé par l'un des plus célèbres philosophes et médecins juifs du XVIIème siècle, Isaac Orobio de Castro (c.1617–1687), traduction revue, éditée et publiée par le baron d'Holbach en raison de la pugnacité de ses attaques contre le christianisme.
D’après Eusèbe Salverte cité par Barbier, Diderot aurait également participé à cette adaptation.
Selon O. Bloch (’Matérialisme du XVIIIe s.’, p. 222-226), le manuscrit d'Orobio aurait été transmis à Holbach par Levesque de Burigny qui résidait à l'époque en Hollande et l'ouvrage aurait longtemps circulé sous forme de copies manuscrites avant d'être imprimé.
"Traduction d'Orobio dans laquelle la part d'Holbach serait prépondérante, Diderot n'étant peut-être pas étranger à l'entreprise (...). La deuxième partie est constituée par une dissertation montrant que le Messie est encore à venir et qu'il ne saurait être comme l'a cru le Christianisme. Les Juifs ont donc raison d'attendre sa venue" (‘D’Holbach et ses amis’, N°151).
(Conlon, 'Siècle des Lumières', 70:1163. Vercruysse, 1770 F1. Szajkowski, 1543).
Petits défauts aux mors.
Très bon exemplaire, très frais, imprimé sur vergé fort.

Réf.: 35563 - Eur 1000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



KEMPIS (Thomas Hemerken ou Malleolus, dit a). Opera Thomae a Campis, cognomento Malleoli (…). Quibus hac editione accesserunt aliquot tractatus ad vitae spiritualis perfectionem mirum in modum facientes (…).
Parisiis, apud Ioannem Roigny [Jean de Roigny], 1549.
2 parties reliées en un volume in folio, veau brun de l'époque, dos à nerfs, plats ornés à froid d'un double jeu de filets gras et petits fleurons d'angles, tranches rouges (reliure frottée, qqs petits manques de cuir, qqs auréoles claires au titre), (11), 5, 202, (2), 82 f., texte sur deux colonnes, vignette à la marque de l'imprimeur sur le titre, lettrines.
Bonne édition augmentée, établie par Josse Bade et Gabriel Dupuiherbault (Putherbeus), un habitué des ateliers de Jean de Roigny, des œuvres du mystique allemand Thomas Hemerken dit à Kempis, l’auteur présumé de l’ 'Imitation de Jésus-Christ'. La vignette de titre sur bois représente une presse de la Renaissance en activité, marque de Jean de Roigny qui épousa la fille de Josse Bade.
La première partie reproduit l’édition de 1523 donnée par Josse Bade; la deuxième contient des ouvrages ajoutés par le nouvel éditeur Gabriel Dupuiherbault :
'Sermonum et exhortationum Joannis Tritemii libri II' - 'De disciplina monastica libellus ex IV tractatulis D. Bernardi compositus' - 'De vita spirituali D. Vincentii libellus' - 'Impedimenta ad perfectionem contendentibus occurentia' - 'Scala graduum perfectionis' - 'Regulae II sive fraternitas discipulorum Christi'.
(Adams, I, K.15).
Ex-libris manuscrit au titre.
Bon état intérieur.

Réf.: 29688 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ALBERT DE SAINT-GERMAIN, BACCONE (Jean de) - REGLE DU CARMEL. La règle qu'observent à présent & à laquelle s'obligent les Carmes et les Carmelines (...). Réduite en escrit par Jean XXXXIIII. Patriarche de Jérusalem, Abrégée & éclaircie dans ses doutes & points differentieux par S. Albert Patriarche de la mesme Eglise (…). Traduite du Latin en François, avec des digressions pour l'intelligence littérale, historique, morale, & mistique d'icelle par Fr. Albert de S. Germain (...). Ensemble un petit Traité du très ancien & sçavant P. Jean de Baccone Religieux du même Ordre (...).
Liège, de l’imprimerie de Guillaume Henry Streel, imprimeur de son Altesse, 1668.
Petit in-8, demi-chagrin fauve, dos à deux faux nerfs encadrant le titre, roulette dorée en tête et pied, fleuron doré (reliure moderne), 102 p.
Rarissime exemplaire de cette traduction française de la "Règle du Carmel", recensée par WorldCat à un unique exemplaire dans le monde (Stadsbibliotheek Maastricht).
Elle est traduite et commentée par Albert de Saint-Germain, provincial de l'Ordre des Carmes à Liège (Belgique) qui installa l’ordre sous son priorat à Verviers où il repose en l’église Saint Joseph.
Imprimé par Guillaume Henri (Luik) Streel à Liège, l’ouvrage est dédié aux religieuses carmélites du couvent de Liège, "au faubourg de Saint Léonard".
La "règle" est précédée d’un long avertissement d’Albert de Saint-Germain, dans lequel il justifie son travail de traduction et d’interprétation.
Contient également, à partir de la page 81, le "Traité analogique du très sçavant Jean de Baccone, religieux carme, appelé dans les Escoles le Docteur Resolu…" (Jean de Baccone ou Bacondorpius, théologien et carme anglais du XIVe siècle).
La "Règle du Carmel", connue comme "Règle de saint Albert", est une véritable charte de vie rédigée par Albert de Jérusalem à la demande des ermites installés sur les pentes du mont Carmel vers 1209, puis adoptée en 1247 et adaptée au mode de vie monastique des carmes réfugiés en Europe.
Elle est toujours en usage comme "Règle du Carmel", dont cet ouvrage contiendrait la seule version française ancienne jamais publiée.
Cette édition manque à Theux de Montjardin, 'Bibliographie liégeoise'.
Cf. Bernard Hours, 'Carmes et Carmélites du XVIIe s. à nos jours', Actes du colloque de Lyon, sept. 1997, Paris, Cerf, 2001, p. 274 et passim.
Le faux-titre manque.
Exemplaire imprimé sur papier fort. Auréoles et taches marginales à quelques cahiers. Petit cachet ex-libris "as".

Réf.: 36992 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LA FORGE (Louis de). Traitté de l'Esprit de l'Homme, de ses Facultez et Fonctions, et de son union avec le Corps. Suivant les Principes de René Descartes [i.e. Traité de l'Esprit de l'Homme].
Paris, Michel Bobin & Nicolas Le Gras, 1666.
In-4, plein veau moucheté de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, titre doré, tranches mouchetées, (56), 453, (2) p.
Edition originale.
Médecin et philosophe, ami et disciple de Descartes, La Forge donne un prolongement à l'oeuvre de son maître et élabore un nouveau rapport de causalité entre l’esprit et le corps. Tout en atténuant certaines conséquences mécanistes du système cartésien, il soumet sa théorie de "l’occasionnalisme", dont il se montre l’un des plus habiles interprètes et, qui en vint à dominer le cartésianisme, de Malebranche à d’Alembert.
Pierre Clair (art. "Esprit", Encyclo. Universalis) souligne un autre aspect novateur de cet essai: "On y trouve une intéressante étude du fonctionnement du cerveau, qui, pourtant, n'est nullement assimilable à l'esprit et qui demeure le simple ‘organe’ (corporel) de celui-ci".
L'ouvrage connut un très large succès, y compris dans les milieux mondains: Madame de Sévigné, dans une lettre, qualifie ce livre "d’admirable".
(Brunet, III, 764. Cf. Véronique Le Ru, ‘La réception occasionnaliste de Descartes: des Malebranchistes à l’Encyclopédie’, in "Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie", 2009, n°38).
Exemplaire sans le portrait.
Quelques piqûres, plus abondantes en coin des 100 derniers feuillets, épidermures.
Exemplaire de Frédéric Le Duchat (1683 - 1746), conseiller au parlement de Metz, avec sa signature autographe sur la première garde blanche.
Bon exemplaire.

Réf.: 36652 - Eur 800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SULPICE-SEVERE (Sulpicius Severus), SLEIDAN (Jean) ou SLEIDANUS (Johannes). Historia sacra. Cum optimis primisque editionibus accurate collata & recognita.
Leyde, Elzevier, 1643.
Petit in-12, plein maroquin rouge, dos lisse fleuronné et cloisonné, filet d'encadrement doré sur les plats, armes dorées au centre, filet sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure du XVIIIe siècle), 212 p. titre compris.
Bonne et jolie édition de cette importante chronique dont le style élégant et concis a valu à son auteur le surnom de « Salluste chrétien ».
Elle est ici complétée par une continuation de Jean Sleidan qui remonte jusqu’à Charles Quint. L’ouvrage est divisé en deux parties : la première contient un abrégé de l'histoire universelle jusqu'à la mort de Jésus ; la seconde l'histoire de l'Eglise jusqu'à l'an 400.
"Cette partie est très estimée, car elle nous a conservé, sur les persécutions et sur les hérésies, des documents que l'on ne trouve pas ailleurs" (Encyclopédie Imago Mundi).
Avocat à Bordeaux, Sulpice-Sévère (Aquitaine 363 - ca. 420) se retira en ascète aux environs de Béziers.
(Willems, 561).
Très bel exemplaire relié en maroquin rouge.
Provenance: le comte Joseph Guilhem de Lagondie (1809-1879) avec ses armes dorées sur les plats, son ex-libris gravé armorié et sa petite signature (OHR, pl. 1936).
Il fut l’un des plus importants collectionneurs d’éditions elzéviriennes de son temps.

Réf.: 37340 - Eur 800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CASTELLION (Sébastien) ou CASTELLIONE (Sebastiano). ΣΙΒΥΛΛΙΑΚΩΝ ΧΡΗΣΜΩΝ ΛΟΓΟΙ ΟΚΤΩ [Sibylliakon chresmon logoi okto]. Sibyllinorum oraculorum Libri VIII. Addita Sebastiani Castalionis interpretatione Latina, quae Graeco e regionè respondeat. Cum Annotationib. Xystii Betuleii in Graeca Sibyllina oracula, & Sebastiani Castalionis in translationem suam: quae Annotationes numeris marginalibus signantur (…).
Basileae, ex officina Ioannis Oporini, Anno Salutis humanae M.D.LV. Mense Augusto (au colophon) [Bâle, Johann Oporinus, 1555].
In-8 (158 x 102 mm), plein vélin souple de l'époque, 336, (1 bl.) p. (sign. a-x8), lettrines gravées sur bois.
Seconde édition bilingue largement augmentée, reproduisant l’original grec d’après un manuscrit d’origine vénitienne ainsi que sa traduction latine en vers par Sébastien Castellion.
La préface est de Marcantonio Antimaco (Mantoue, 1473-1552), les commentaires de l’humaniste originaire d’Augsbourg, Sixte Birck (1501-1554).
Le traducteur, Sébastien Castellion (1515-1563), humaniste et théologien protestant, apôtre de la tolérance religieuse, s’était illustré par sa courageuse défense de Michel Servet condamné à mort pour hérésie à l'instigation de Calvin.
Recueil de quatorze oracles, d’époques diverses, versifiées en grec, ‘Les Oracles sibyllins’ s’inscrivent dans la tradition des discours apocalyptiques antiromains en milieux juif, gnostique et judéo-chrétien.
On les trouve cités aussi bien chez Flavius Josèphe que chez l’apologiste chrétien Athënagoras ou chez les Pères de l’Église ; plusieurs relatent des événements historiques.
“A gold mine for Classical mythology and early first millennium Jewish, Gnostic and Christian beliefs. Notable are apocalyptic passages scattered throughout which at times seem like a first draft of the Biblical Book of Revelation” (Milton S. Terry & Roy A. Sites, ‘The Sibylline Oracles’, 2014).
Cf. Ferdinand Buisson, ‘Sébastien Castellion’, Paris, 1892, p. 278 sq.
(Adams, S.1059. Caillet, 2063. Graesse, VI, 398. Hoffmann, III, 396).
Quelques trous de vers en marge intérieure. Une auréole claire en marge de qqs feuillets. Gardes renouvelées. Signatures ex-libris anciennes.
Bon exemplaire.

Réf.: 37348 - Eur 800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



PEREIRA (Bento) ou PEREYRA (Benito). Elucidarium sacrae theologiae moralis et juris utriusque: Exponens exponens universum idioma (...). Authore Patre Doctore Benedicto Pereyra societatis Jesu Portugallensi Borbano (...).
Venetiis, sumptibus Combi & Lanouii(is) [Venezia, Combi & La Noù], 1678.
In-folio, pleine peau de truie sur ais de bois, dos à 5 nerfs, plats entièrement ornés d'un riche décor à encadrements estampé à froid dégageant un large cartouche central, deux fermoirs d'origine en laiton, titre à la plume, tranches bleutées (reliure germanique de l’époque), (8) f., 550 p., (23) f. d’index, titre rouge et noir, vignette de titre, bandeaux, lettrines, texte sur deux colonnes.
Seconde édition imprimée à Venise, après l'originale posthume de Lisbonne (1668), précédée d’une épître dédicatoire à Sebastiano Pisano, évêque de Vérone. L'ouvrage est divisé en sept "expositions", contenant 1995 divisions ou parties.
Jésuite portugais, Bento Pereira (Borba, Portugal 1606 – Evora 1681) avait été admis dans la Compagnie à Lisbonne en 1620. Il étudia à Evora, devint professeur à l’université de Coimbra, puis recteur du Collège des Irlandais de Lisbonne, passa à Rome comme censeur et revint à Lisbonne pour y enseigner.
L'ouvrage est souvent attribué par erreur à un homonyme également jésuite (né à Valencia 1536 - Rome 1610), actif au Collège romain.
(Bibliotheca Lusitana, 1965, IV, 516. Griffante, Giachery & Minuzzi, 'Le edizioni veneziane del Seicento', n°625 p. 148. Sommervogel, I (1895), 507-512, n°8).
Trace de mouillure aux prem. feuillets, petits accrocs aux coins.
Ex-libris de l'abbaye de Schussenried (Reichsabtei Schussenried) de l'ordre des Prémontrés en Allemagne. La reliure a été exécutée sur place à leur usage.
Bel exemplaire, parfaitement conservé dans son vélin estampé et fermoirs d'origine.

Réf.: 35793 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LE MERCIER (André, dit Andrew). The Church History of Geneva, in Five Books. As also a Political and Geographical Account of that Republick.
Boston, New-England; Sold by S. Gerrish, and other Booksellers, 1732.
2 parties en un volume in-8, plein veau, dos à 4 nerfs, plats ornés d'un jeu d'encadrement de filets à froid garnis d'un fleuron en écoinçons (rel. américaine de l'époque - full paneled contemporary american calf), (10), 220 p., (1) f., vi, 76 p., (1) f. errata.
Edition originale (First edition) de cet ouvrage, selon A. Burckhardt: "Genève présentée aux Bostoniens".
Né à Caen en 1692, Andrew Le Mercier, poursuivit ses études de théologie à Genève et embarqua pour l'Amérique où il devint pasteur à Boston à partir de 1715.
The "Political and Geographical account…" has special title page and separate paging.
"In 1729, French Protestant minister André Le Mercier worked, along with 13 other ministers, to create the Presbytery of Londonderry in New England. This was the first presbytery in New England and the only colonial presbytery that ever attracted a Huguenot minister (...). For some ministers Le Mercier offered an important bridge between Old and New World religious traditions. In 1732 le Mercier published [this] two-volume work (…). He was the only minister in all of New England with any direct knowledge of ecclesiastical and church practice in Calvin's home city, and he took special care to explain Geneva's parish system to his New England colleagues for whom formal parishes were becoming increasingly important in the eighteenth century" (Jon Butler, 'The Huguenots in America: A Refugee People in New World Society', Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1983, 88).
(Cf. A. Burckhardt, in ‘Bull. de la Soc. de l'Hist. du Protestantisme Français’, 1991, p. 613-637. Brinley Sales, 7593. Early American Imprints, I, n°3557. Evans, 3596).
Petit manque de papier en marge de la p. 27 de la deuxième partie avec perte de qqs caractères. Quelques rousseurs.
Provenance: "Jos. Green, 1732" owner's signatures to title page and "The gift of Mr. Edward Jackson" handwritten from the same hand.
Bel exemplaire conservé dans une reliure américaine de l'époque (A very nice early American binding in excellent condition).

Réf.: 36379 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SILHON (Jean de). De la Certitude des connoissances humaines, Où sont particulièrement expliquez les Principes & les fondemens de la Morale et de la Politique, avec des Observations, sur la manière de raisonner par l'assemblage de plusieurs moyens, confirmée par des exemples, & particulièrement de la Religion Chrestienne.
Paris, Imprimerie Royale, 1661.
In-4, plein veau brun de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments entièrement garnis d'une résille dorée aux petits fers, roulette dorée en tête et pied, tranches rouges, (1) f., (42), 637, (1) p., bandeaux et culs de lampes gravés et historiés.
Edition originale de cet essai dédié à Louis XIV et publié à l’imprimerie royale l’année même de la mort de Mazarin dont l’auteur avait été le secrétaire et le protégé depuis 1642.
Philosophe proche de Descartes, Jean de Silhon (1596-1667) devint secrétaire de Richelieu, conseiller d'État, secrétaire de Mazarin et l’un des premiers fondateurs et membre de l'Académie française (1634).
Il est l’un des principaux théoriciens et idéologues du pouvoir absolu de la période.
"Le propos se divise en deux moments : la réfutation de la philosophie de Montaigne – figure emblématique du scepticisme aux yeux de Silhon – et de sa thèse sur la nature trompeuse des sens (…). Point remarquable: on trouvera au livre I de l’ouvrage la formulation d’un curieux cogito (…) qui précède de trois ans le Discours de la méthode, il est peut-être le fruit de discussions avec Descartes (…). Les livres III et IV, cœur de l'ouvrage, sont consacrés à la justification du principe fondamental de l’obéissance au Prince qu’illustrent des exemples empruntés aux épisodes de la Ligue et des Guerres de religion" (cf. Christian Nadeau, éd. Fayard).
Si le titre annonce une suite qui ne parut jamais, 'De la Certitude des connoissances humaines' fut plus tard réimprimé par l'auteur à la suite de son 'Ministre d’Etat'.
(Brunet, V, 381. Sources de l’Histoire de France, n°6120).
Mors fendus, plats épidermés, coiffes et coins usés. Intérieur frais. Exemplaire grand de marges.

Réf.: 36750 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



HOLBACH (Paul Thiry, baron d'), NAIGEON (Jacques André), CHALLE (Robert). 1- HOLBACH (Paul Thiry, baron d'), NAIGEON (Jacques André), CHALLE (Robert). Le Militaire Philosophe ou Difficultés sur la Religion proposées au R.P. Malebranche, Prêtre de l'Oratoire. Par un ancien Officier. Londres [i.e. Amsterdam, Marc-Michel Rey], 1768. 193, (3) p. de table, faux-titre et titre inclus.
2- HOLBACH. Les prêtres démasqués ou des Iniquités du clergé chrétien. Ouvrage traduit de l'anglais. Londres [i.e. Amsterdam, Marc-Michel Rey], 1768. (1) f. de titre, (1) f. d'avertissement et table, 180 p.

2 ouvrages reliés en un volume in-12, plein veau fauve marbré de l'époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, triple filet d'encadrement sur les plats, tranches jaspées.
1- Edition originale publiée d'après un texte attribué à Robert Challe, qui circulait clandestinement sous forme de manuscrit depuis la première décennie du XVIIIe siècle.
Le texte de cette version imprimée aurait été largement récrit et adapté par Naigeon et par D’Holbach qui aurait composé la dernière partie (Cf. O. Bloch, 'Le matérialisme au XVIIIe s.').
Désigné à sa sortie comme "bréviaire du matérialisme", cet ouvrage a toujours été très rare si l'on en croit la correspondance de Grimm (cité par Belin, 'Commerce du livre', p. 106).
(Vercruysse, éd. 2017, 1768- B2, p. 102).
2- Première édition française de cette traduction libre, par d'Holbach, d'un ouvrage demeuré anonyme ('The Ax Laid to the Root of Christian Priestcraft'). Selon Vercruysse, le livre a été imprimé à Amsterdam par Marc-Michel Rey. (Vercruysse, éd. 2017, D5, p.105. Tchemerzine-Scheler, III, 718).
Coiffes frottées, quelques petits accrocs et épidermures. Rousseurs et brunissures, plus soutenues à quelques feuillets.
Bon exemplaire, relié à l'époque.

Réf.: 37416 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[BOURGOING (Jean-Francois de)]. Précis historique sur l'Inquisition. Son établissement en Italie, en Espagne, en Portugal et aux Indes, ses faits, ses progrès et ses résultats; précédé des prophéties de Ste. Hildegarde, et suivi de notes historiques, curieuses et intéressantes. Par D.M.R.
Madrid, chez Copin Frères, En France, chez les principaux Libaires, 1809.
Petit in-12, demi-veau blond de l'époque, dos lisse orné de filets gras dorés, viii. 172 p.
Edition originale et unique, très rare, publiée anonymement à la librairie des frères Copin à Madrid, au lendemain de l’entrée des troupes napoléoniennes dans la capitale espagnole.
"En 1809, peu après le décret napoléonien d’abolition du Saint-Office, paraissait à Madrid [ce] livre en français. L’ouvrage n’était signé que par trois majuscules: D.M.R.. À en croire l’Avertissement, l’auteur aurait été lui-même victime du Saint-Office. Il s’agissait de convaincre les Espagnols, dans le droit fil des Lumières hispaniques, du bienfait de l’abolition de l’Inquisition et de la juste politique menée par Napoléon en matière de régénération de l’Espagne" (sur cet ouvrage, cf. l’article détaillé et très documenté de Gérard Dufour, La propagande napoléonienne aux origines de l’historiographie contemporaine sur l’inquisition espagnole in "Hommage à Alain Milhou", T.1, Cahiers du CRIAR, n°21, 2002, p. 317-329.
G. Dufour attribue cet ouvrage à Jean-François de Bourgoing, diplomate et baron d’Empire, qui avait été ambassadeur de France en Espagne.
Seulement 3 exemplaires sont recensés dans le monde (WorldCat) : British Libr., Univ. of Pennsylvania et Danish Union Cat. Manque à la BnF et aucun exemplaire dans les bibliothèques françaises.
Très bon exemplaire, frais, dans sa première reliure.

Réf.: 37294 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |