English version
Accueil
Menu Panier Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Afficher les livres par : prix décroissants | prix croissants | de A à Z | de Z à A

150 fiche(s) - Page 1

Cet ouvrage a été ajouté é votre panier


RESTIF DE LA BRETONNE (Nicolas Edme) ou RETIF DE LA BRETONNE. Exceptionnel ensemble complet des cinq volumes des "Idées singulières" composés par Restif sur plus de vingt ans, en reliure uniforme de l'époque.
Bien complet de toutes les parties, de tous les faux-titres (rares), titres et catalogues des œuvres.
Au long de ces cinq volumes l'auteur soumet des projets de réformes créatives et radicales de la société et des moeurs, dans lesquels on a vu une ébauche d'organisation socialiste.
Parallèlement, Restif propose des perfectionnements de détails, s’attaquant à des problèmes qu’il essaie de résoudre en homme pratique autant qu'en philosophe des Lumières.
Selon les habitudes de l'auteur, l'ensemble est parsemé de digressions littéraires, saynètes ou récits libertins.
1- Le Pornographe, ou Idées d'un honnête-homme sur un projet de règlement pour les prostituées, Propre à prévenir les Malheurs qu'occasionne le Publicisme des Femmes: Avec des notes historiques et justificatives.
A Londres, chez Jean Nourse (...). Et se trouve à Paris, chez Delalain, 1769. (2) f. de faux-titre et titre, [-7], 368 p.
2- La Mimographe ou Idées d'une honnête-femme pour la réformation du Théâtre national.
A Amsterdam, chez Changuion. A La Haie, chez Gosse & Pinet, 1770. (2) f. faux-titre et titre, [-7], 466 p.
3- Les Gynographes, ou Idées de deux honnêtes-femmes sur un projet de règlement Proposé à toute l'Europe, pour mettre les Femmes à leur place, & opérer le bonheur des deux sexes (...).
A La Haie, chez Gosse & Pinet et Paris, Humblot, 1777. 2 parties en un volume, (1) f. de faux-titre, viij, 238 p. et [-239], 567, (1) p. (les 2 parties en pagination continue, les 2 pages de titre sont comprises dans la pagination).
4- L'Andrographe, ou Idées d'un Honnête-Homme, sur un Projet de Règlement, proposé à toutes les Nations de l'Europe, pour opérer une Réforme générale des mœurs, & par elle, le bonheur du Genre-humain. Avec des Notes Historiques et Justificatives. Recueillies par N.-E. Rétif-De-La-Bretone [sic], éditeur de l'Ouvrage.
A La Haie, Chés Gosse & Pinet, A Paris chés la d.me Veuve Duchesne & Belin & Mérigot-jeune [sic], 1782. 2 parties en un volume, (1) f. de faux-titre, 16, 202 p. et [-203], 475, (1) p. (les 2 pages de titre sont comprises dans la pagination).
5- Le Thesmographe, ou Idées d'un honnête-homme, sur un projet de règlement, Proposé à toutes les Nations de l'Europe pour opérer une Réforme générale des Loix. Avec des notes historiques.
A La-Haie, chez Gosse-Junior & Changuion, et se trouve à Paris, chez Maradan, 1789. 2 parties en un volume, 590 p., (1) f. de catalogue des œuvres de Restif (les 2 parties en pagination continue, faux-titre et 2 pages de titre inclus).

Ensemble de 5 volumes in-8, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 faux-nerfs guillochés or ornés de compartiments entièrement dorés en arabesques, filets et palettes dorés en tête et pied, pièce de titre de veau, rouge et bronze, filets à froid en encadrement sur les plats, tranches jaspées (reliures uniformes).
1- Rare édition originale de premier tirage, avec le nom du libraire "Delalain" sur le titre. Par peur du scandale et de la censure, celui-ci ne voulut pas que son nom figurât sur cet ouvrage et le fit retirer des tirages suivants.
Vaste projet de réformes de la prostitution dans lequel Restif propose de créer une sorte d’ordre religieux consacré à Vénus. Les établissements ("Parthénions"), administrés par l’État, pourront contenir trente mille sujets qui composeraient la communauté (le "projet de règlement" en 45 articles figure aux p. 111-171).
"Ce projet est enchâssé dans un petit roman en forme de lettres (...). La seconde partie est remplie d’une érudition immense sur les lieux de débauche (...)" (Rives Childs, p. 16).
L’ouvrage inspira à Joseph II les règlements sur la prostitution qu’il appliqua dans ses États.
Exemplaire bien complet des 2 faux-titres ("Idées singulières", première / seconde partie), conforme à collation donnée par Rives Childs (n°VI, p. 210).
2- Édition originale. Restif travailla lui-même à l’impression de 'La Mimographe'. Il livre nombre de détails, sans doute réunis avec l’aide de son ami Nougaret, sur le théâtre de son temps, les acteurs et les actrices, le boulevard du Temple, etc., et réfute la lettre sur Rousseau sur les spectacles. Il y insère un essai pour "corriger les abus du théâtre", "vaste utopie qui engage tout le système éducatif et tout le système théâtral" (Martine de Rougemont), ainsi qu’un véritable traité d’art dramatique. Cet ouvrage ne fut jamais contrefait. (Rives Childs, n°VII, p. 215).
3- Édition originale. Restif soumet un vaste projet de réforme du statut des femmes et d’organisation de leur éducation, synthèse contradictoire, à son habitude, d’idées misogynes doublées d’intuitions révolutionnaires sur la condition féminine. L’ouvrage se termine par un dictionnaire des femmes célèbres. (Rives Childs, n°XVI, p. 245).
4- Édition originale, rare. La seconde partie possède sa page de titre propre. Restif avait d’abord annoncé cet ouvrage sous le titre de 'l’Anthropographe ou l’Homme réformé', titre qui se retrouve en tête du texte. "C’est le complément des 'Gynographes', l’homme et la femme ne pouvant être réformés l’un sans l’autre. Les journalistes n’ont point parlé de ce quatrième volume que l’auteur ne leur a encore point envoyé, mais il est bien supérieur aux deux premiers par l’importance de la matière" (cité par Rives Childs, p. 282). L’ouvrage commencé en 1776 et repris en 1780, fut achevé en 1781. C’est surtout dans 'l’Andrographe' que Restif a développé ses théories "socialistes". (Rives Childs, XXIV, p. 281).
5- Édition originale et unique ancienne de ce cinquième volet des "Idées singulières", le plus rare.
Commencé en novembre 1789 et achevé après la Révolution fin 1789, l’ouvrage s’ouvre par une adresse "Aux États-Généraux".
Il renferme l’exposé des projets de réformes politiques et sociales élaborées par Restif : législation civile et pénale (dont un projet d’unification européenne), divorce, urbanisme et police, réforme de la propriété et de ses abus, une étude sur les lois des différents peuples des quatre continents, économie politique et finances, prostitution, mendicité et assistance, colonisation et esclavage, un intéressant projet de coopératives ouvrières, etc. On trouve également de grands morceaux d’autopromotion : "Le sublime auteur des 'Nuits de Paris', des 'Contemporaines' (suit une bibliographie complète de ses œuvres)" (p.482).
À son habitude, Restif insère deux pièces de théâtre: "Le boule-dogue..." et "l’An deux mille", autres hymnes de louanges à lui-même.
La première partie s’achève p. 156. Elle est suivie du titre de la deuxième partie en pagination continue. Bien complet du faux-titre "Idées singulières" et du dernier feuillet contenant le catalogue des œuvres de Restif (2 pages). (Rives Childs, n°XXXVII, p. 313).
Les cinq volumes en reliure uniforme de plein veau de l’époque comportant quelques petites différences d’ornementations. Traces de restauration aux reliures.
Les volumes sont tous complets de toutes leurs parties, de l’ensemble des faux-titres, titres et catalogues des œuvres, état rendu rare par les pratiques fantaisistes de l’auteur lui-même qui participa à l’impression de plusieurs de ces volumes et par les aléas de leur diffusion.

Réf.: 37303 - Eur 8500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LA FAYETTE (Marie-Madeleine, comtesse de). Mémoires de la Cour de France pour les années 1688 & 1689.
Amsterdam, Jean-Frédéric Bernard, 1731.
In-12, plein veau blond de l'époque, armoiries dorées au centre des plats, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés au lion couronné et cloisonnés, pièce de titre de maroquin fauve, roulette dorée sur les coupes et coiffes, tranches rouges, frontispice, 234 p., titre noir et rouge.
Edition originale de premier tirage, ornée d'un frontispice allégorique gravé sur cuivre par Van Buisen d'après Bernard Picart et d'un grand fleuron de titre gravé d'après le même artiste; les deux gravures sont signées.
"La plus grande romancière du XVIIe siècle ; on le savait. Mais aussi un des plus grands mémorialistes de son temps. La voici confidente privilégiée de l'Histoire, fidèle à soi, mais véridique (…), alliance subtile de l'art et de la vérité. Derrière les grands événements politiques, voici les intrigues sordides, les traits généreux ou héroïques, les anecdotes savoureuses : un siècle, ses grandeurs, ses misères" (Gilbert Signaux, éd. du Mercure de France, 1965).
('Source de l'histoire de France', n° 877. Tchemerzine-Scheler, III, 844).
Mors très légèrement fendillés. Discrètes traces de restauration aux coins.
Bel exemplaire aux armes et pièces d'armes de Jeanne-Baptiste d'Albert de Luynes, comtesse de Verrue (1676-1736), l'une des grandes femmes bibliophiles de son temps. L'ouvrage a figuré au catalogue de sa vente de 1737, p. 45.
Provenance exceptionnelle dans cette condition. En effet, les livres de la comtesse de Verrue ont presque tous souffert de l’humidité. Ceux parvenus comme celui-ci en bel état sont très peu nombreux (cf. Quentin-Bauchard, 'Les femmes bibliophiles de France', I, p. 411).
Autres provenances: Achille Perreau (III, 1946, n°113) et Jacques Dennery (I, 1984, n°85) avec ex-libris.
Soulignons le remarquable rapprochement qu’opère ce livre entre Madame de La Fayette et la comtesse de Verrue, deux femmes exceptionnelles du XVIIe siècle français.

Réf.: 37435 - Eur 4500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



TRISTAN (Flora). Mémoires et pérégrinations d'une paria. 1833 -1834.
Paris, Ladvocat et compie, 1838.
2 volumes in-8, demi-veau havane de l'époque, dos lisses ornés de triples filets dorés en place des nerfs, titre doré, tranches mouchetées, xlvij, 400 p. et (4), 462, (2) p.
Edition originale, très rare, sous page de titre de relais. "Il n'y a pas eu réimpression de l'ouvrage, mais seulement substitution de nouveaux titres, au nom de Ladvocat, à ceux qui portaient le nom d'Arthus-Bertrand" ("Bibliographie de la France", XXXIII, p. 200).
Ayant quitté un mari brutal, Flora Tristan entreprit, en 1833-1834, un voyage au Pérou d’une durée de quinze mois dans l'espoir de se faire reconnaître par sa famille péruvienne et obtenir un part de l'héritage paternel qui lui sera finalement refusé.
Dans cet ouvrage, à la fois autobiographie et journal d'un voyage effectué dans des conditions extrêmes, l'auteure s'émerveille des beautés du pays, manifeste son indignation devant la violence de la société post-coloniale et la condition des plus défavorisés et rend également public ses propres malheurs domestiques ainsi que ceux de sa famille.
L'oncle péruvien qui l'avait accueilli, réagit violement à la lecture de l'ouvrage: il fit brûler le livre sur la place publique de Arequipa et suspendit la petite rente qu'il avait accordé - faute d'héritage - à Flora Tristan, condamnant celle-ci ainsi à sa condition de "paria".
"Vivant, intelligent et coloré, son récit fait mieux que mobiliser les promesses de la littérature de voyage: remis entre les mains des victimes (les femmes, les Péruviens), auxquelles il désigne la voie de l'émancipation, il fixe la ligne d'un combat (…). Depuis, les 'Pérégrinations d'une paria' sont un classique" (Stephane Michaud, édition Babel, 2024).
(Puech, 'Flora Tristan', Bibliographie, p.488, n°3).
Brunissures parfois soutenues.
Exemplaire bien relié à l'époque.

Réf.: 37647 - Eur 3000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DEMAR (Claire). Ma loi d'avenir (...). Ouvrage posthume, publié par Suzanne [Voilquin]. [Suivi de: Appel d'une femme au peuple sur l'affranchissement de la femme].
Paris, Bureau de la Tribune des Femmes, 1834.
In-8, plein maroquin, pièce de titre de veau rouge, double filet doré en tête et pied (rel. Devauchelle), 75 p. faux-titre et titre inclus.
Très rare première édition collective de ces deux manifestes féministes, parmi les plus radicaux du XIXe siècle, publiée au lendemain du suicide de l'auteure par Suzanne Voilquin, directrice de la "Tribune des femmes" .
Contient: 'Notice historique' (p. 5-20) – 'Ma loi d'avenir' (p. 21-59) – 'Appel d'une femme au peuple sur l'affranchissement de la femme' (p. 65-75).
Considérée comme l’une des féministes les plus combatives du mouvement saint-simonien, Claire Démar (1799-1833) composa, peu avant son suicide, cet 'Appel d'une femme au peuple sur l'affranchissement de la femme', dans lequel elle qualifie le mariage de "prostitution de par la loi" et met au défi les opposants républicains d'étendre aux femmes la Déclaration des droits de l'Homme.
Dans Ma loi d'avenir, autre "gant jeté dans l'arène", Claire Démar critique la timidité des saint-simoniens devant les revendications de liberté sexuelle et analyse les liens existants entre la répression de la sexualité féminine et le système patriarcal de la propriété.
L’œuvre resta longtemps indisponible et eut peu d'échos immédiats, sans doute à cause de ses thèses radicales irrecevables parmi ses contemporains. Il fallut attendre les temps modernes et sa redécouverte en particulier par Walter Benjamin, pour qu’on reconnaisse à ce manifeste son statut fondamental dans l’histoire du féminisme.
(Gerritsen Collection of Women's History, n° 677).
Quelques petites rousseurs et biffures de l'époque à 2 pages.
Bel exemplaire, frais, très bien relié.

Réf.: 36483 - Eur 2800.00
Ajouter au panierOuvrage commandé



[ROBERT (Marie-Anne)]. Le Monde de Vénus, ou Les plaisirs de Citère.
Citère [i.e. Paris ?], s.n., 1772.
2 tomes reliés en un volume in-12, plein maroquin rouge vermillon, dos à 5 nerfs perlés or, orné d'un décor de compartiments richement dorés fleuronnés et cloisonnés, titre doré, triple filet d'encadrement sur les plats, roulette sur les coupes, large dentelle intérieure, tranches dorées (rel. signée Chambolle-Duru), (2), 284 p. et (2), 268 p., vignette de titre.
Edition unique, non répertoriée, tiré-à-part d'un ouvrage plus vaste de l'auteure; "Les Voyages de Milord Céton dans les sept Planettes [sic]" (1756-1766).
Roman de proto-science-fiction interplanétaire, plus extravagant et plus original que les utopies de son temps, le récit offre une abondance de motifs inédits, disparates et bizarres. Le contenu est, par ailleurs, donné comme "remettant en cause l’ordre social et la situation des femmes".
Des sept récits du roman initial (selon sept planètes), deux sont restitués dans notre édition: Vénus et Mars.
"Vénus offrira une espèce d'île de Cythère, où l'on ne songe qu'à faire l'amour & satisfaire ses passions. Dans Mars nous ne verrons que guerre & carnage. On peuple cette planette [sic] de héros dont l'unique souci et de s'entre-détruire" (Avertissement donnée en préliminaire de la reddition de l'ouvrage, dans la collection des "Voyages imaginaires, songes, visions et romans cabalistiques", 1787, tome XVII, p. viii).
Née dans une famille aristocratique qui fréquentait Fontenelle, Marie-Anne Robert, née de Roumier (1705-1771) fut placée dans un couvent après la mort prématurée de ses parents et la ruine de sa famille. Elle en fut extraite pour épouser un avocat du nom de Robert sur lequel on ne possède aucun renseignement.
L'édition complète en 7 parties des "Les Voyages de Milord Céton" (1756-1766) n'est décrit qu'à cinq exemplaires dans le monde (WorldCat).
Aucun autre exemplaire de notre édition, sans doute unique, n'est recensé ni cité.
Provenance: Le célèbre bibliophile Gustave Mouravit (1840-1920) avec son petit monogramme sur les titres et une note de sa main sur la première garde blanche: "Volume rarissime : je n'en ai jamais rencontré d'autres exemplaires. Celui-ci avec toutes ses marges, est certainement unique".
Magnifique exemplaire, non rogné, témoins conservés, dans une éclatante reliure Chambolle-Duru sans doute exécutée à la demande de G. Mouravit.

Réf.: 37581 - Eur 2800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



TRISTAN (Flora). Méphis.
Paris, Ladvocat, 1838.
2 tomes en un volume in-8, demi-veau vert bronze, dos lisse orné d'un jeu de filets dorés et à froid, titre doré (reliure romantique de l'époque), (4), vii, 365 p. et (4), 390 et (2) p. de table.
Edition originale, rare, du seul roman publié par Flora Tristan.
"Le titre est emprunté au nom que l'héroïne, une belle Andalouse, donne à celui qu'elle aime, et qui lui porte le message de la rédemption de l'humanité par la Femme. D'un romanesque échevelé, l'intrigue est prétexte à une peinture sociale où se croisent le bon prolétaire et le méchant jésuite, l'infâme lord anglais et le cynique duc français, le petit marquis et le forçat, le mystère et la séduction, le féminisme et le mysticisme, la profession de foi et le détail autobiographique, et où les hasards et les retrouvailles fabuleuses tiennent le lecteur en haleine (...). L'imagination débridée de Flora Tristan, qui relaie la prédication sociale et politique, correspond au goût du jour et annonce les romans populaires de Sue et de Dumas" (Michel Winock, 'Les voix de la liberté. Les écrivains engagés au XIXe s.', Seuil, 2001).
"Dans 'Méphis', la militante rebelle, donne libre cours à son rêve: l'avènement d'une société où la femme serait associée à la marche du monde et deviendrait guide de l'humanité."
(Puech, 'Flora Tristan', Bibliographie, p.488, n°8).
Rousseurs éparses.
Bon exemplaire, dans sa première reliure romantique.

Réf.: 37646 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[DU CHATELET (Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise)]. Institutions de physique.
Paris, Prault fils, 1740.
In-8, plein veau moucheté de l'époque, dos à 5 nerfs guillochés or, ornés de compartiments richement dorés "à la grotesque", pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches rouges, roulette dorée sur les coupes, (1) f. de titre, (4), 450 p., (20) p. de table, (4) p. de catalogue éditeur, (2) p. d'errata, (4) p. d'approbation et de privilège, frontispice gravé, 11 planches dépliantes, vignette de titre et 22 vignettes dans le texte.
Edition originale, complète du frontispice allégorique avant la lettre, qui ne figure qu'à quelques exemplaires.
11 planches dépliantes contenant 83 figures gravées en taille-douce, vignette de titre et 22 jolies vignettes au burin dans un encadrement rocaille en tête de chaque chapitre.
Brillante tentative de synthèse entre la physique de Newton et la métaphysique de Leibniz, les "Institutions" sont considérées encore aujourd'hui comme l'une des meilleures expositions de la physique leibnizienne.
L’ouvrage fut également composé à des fins pédagogiques par Mme Du Châtelet, qui ambitionna de mettre ses vastes connaissances au service de la jeunesse, en pensant à son fils auquel l’ouvrage est dédié.
"Elle y part de notions simples pour aboutir aux connaissances les plus complexes de la science de son temps (…). Dans sa préface, elle réhabilite l’éducation scientifique, en insistant sur sa valeur formatrice, mais aussi en expliquant pourquoi elle doit se situer dès l’enfance" (M. Touzery, 'E. Du Châtelet, un passeur scientifique au XVIIIe s.', Revue pour l’hist. du CNRS, n°21, 2008).
Bien qu’applaudi par les milieux scientifiques, le livre donna lieu à d’ardentes controverses.
En 1746, Madame Du Châtelet fut élue à l’Académie de Bologne, la seule ouverte aux femmes et "la Décade d’Augsbourg" la classa parmi les dix savants les plus célèbres de l’époque.
Relié sans le faux-titre.
(DSB, III, 216).
Très bel exemplaire, très frais, très bien relié à l'époque, complet du frontispice, de l’errata et du catalogue éditeur.

Réf.: 37547 - Eur 2200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BETZKY (Ivan Ivanovitch) ou BETZKI, DIDEROT (Denis), CATHERINE II (impératrice de Russie). Les plans et les statuts, des différents établissements ordonnés par sa Majesté Impériale Catherine II pour l'éducation de la jeunesse, et l'utilité générale de son empire. Ecrits en langue russe par Mr. Betzky & traduits en langue françoise, d'après les originaux, par M. Clerc (...).
Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1775.
2 tomes reliés en un volume in-4, demi-veau acajou, dos à 5 nerfs filetés or soulignés d'un jeu de filets dorés, tranches rouges (rel. moderne dans le goût de l'époque), vi, (2), 160, 42, (2) p., frontispice, 1 tableau dépliant, 3 grands plans dépliants (en fin) et (2) f., 160 p., frontispice, 2 planches et 3 tableaux dépliants.
Première édition ornée d'une belle illustration gravée sur cuivre de 4 planches allégoriques dont 2 en frontispice, 3 plans dépliants de la "Maison des Enfants trouvés" (en fin de volume), 66 grandes vignettes dans le texte, ensemble réalisé principalement par des artistes russes à l'exception de quelques vignettes de Picard, ainsi que de 4 tableaux dépliants
En relation étroite avec le cercle des Encyclopédistes, conseiller de Catherine II en matière d’éducation et directeur des Bâtiments impériaux, Ivan Betzky composa ce vaste et ambitieux plan de réformes de l’éducation et de l'enseignement en Russie.
D’inspiration philanthropique, il envisage aussi bien les aspects théoriques, pratiques, que matériels (architecture) et s'étend à toutes les classes de la population, de la prise en charge des enfants abandonnés à la formation des élites intellectuelles du pays.
L’ouvrage contient une large introduction et des "Réflexions sur l’Education des Demoiselles" par le traducteur Nicolas Gabriel Le Clerc et se conclut par une "Addition de l'éditeur, M. D****" (Diderot).
Diderot, dont l’influence se fait ressentir tout au long de cet ouvrage, avait été enthousiasmé par le projet. Il supervisa cette traduction et y ajouta des commentaires (cf. George Dulac, 'Diderot éditeur des plans et statuts des établissements de Catherine II', in : 'Dix-huitième siècle', 16, 1984, p. 323-344).
(Adams, 'Bibliographie de Diderot', II, PV1 p. 360-361. Cat. Russica de la librairie impériale publique de St. Petersburg, I, 1200).
Bel exemplaire, bien relié, très frais, texte et illustrations parfaitement conservés sans rousseurs ni défauts.

Réf.: 37561 - Eur 2000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



TRISTAN (Flora). Promenades dans Londres.
Paris, H.-L. Delloye et Londres, W. Jeffs, 1840.
In-8, demi-maroquin bleu nuit, dos à 4 faux-nerfs filetés or, auteur et titre dorés, daté en pied, couverture conservée (rel. moderne dans le goût de l'époque), lj, (3), 412 p.
Edition originale, exemplaire de remise en vente, avec mention fictive de deuxième édition sur le titre, mais pas sur la couverture.
"À la faveur d'un quatrième séjour à Londres (mai-août 1839), Flora Tristan actualisa la vaste enquête sur l'Angleterre industrielle. Elle montrait l'Angleterre comme le laboratoire de la civilisation qui ne tarderait pas à gagner l'Europe; elle mettait en garde contre un modèle de développement où l'homme était sacrifié à la tyrannie du profit. Les 'Promenades dans Londres' approfondissaient sa vocation d'enquêtrice sociale" (S. Michaud, in Maitron cd-rom).
Du point de vue de la composition et du style, certainement le meilleur des livres de Flora Tristan, où elle donne toute la mesure de son intelligence, de sa sensibilité et de sa lucidité politique. La parution de l'ouvrage en mai 1840 coïncida avec une crise économique majeure, une grève quasi-générale des corporations parisiennes et une structuration de l'organisation ouvrière à un niveau jamais encore atteint. "Les Promenades" obtinrent, dans ce contexte, un accueil élogieux de la presse républicaine et socialiste et un important retentissement populaire.
"Au fond, à scruter de près les 'Promenades dans Londres', on peut dire que trois livres s'y trouvent superposés : une enquête de science sociale, une didactique révolutionnaire, un Evangile romantique" (François Bedarida).
(J. Puech, 'Vie et oeuvre de F. Tristan', p. 489, n° 9. Maitron, Cd-rom).
Quelques rousseurs éparses.
Très bon exemplaire, bien relié.

Réf.: 37708 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BOILEAU DESPREAUX (Nicolas), GACON (François). 1- [BOILEAU-DESPRÉAUX (Nicolas)]. Dialogue, ou Satire X. Paris, Denys Thierry, 1694. (4), 29, (1) p.
2- [GACON (François)]. Apologie pour Mr Despreaux, ou Nouvelle Satire contre les Femmes. S.l., 1695. (4), 4, 4, 4 p.

Ensemble de 2 pièces reliées en un volume in-4, plein maroquin rouge cerise, dos janséniste à 5 nerfs, titre doré, grandes armoiries dorées au centre des plats, filet sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure moderne dans le goût de l’époque).
Édition originale de cette célèbre charge contre les femmes et le mariage.
"Comme les Caractères, la 'Satire X' propose une suite de portraits, cette fois de femmes (…). Défilent l’épouse infidèle et lubrique, la coquette frivole et dépensière, celle qui se ruine au jeu, l’avaricieuse, la précieuse, la bigote, etc. Longue tradition misogyne certes mais aussi obsessions personnelles d’un vieux célibataire et la hargne d’un poète engagé dans la 'Querelle des Anciens et des Modernes' (...). Il est vrai que la mentalité mondaine et moderne s’est élaborée pour une bonne part dans les salons et ruelles des précieuses…" (Écriture féminine au XVIIe siècle, en ligne).
(Magne, 'Bibliogr. de Boileau-Despréaux', n°66. Tchemerzine-Scheler, I, 756 a).
Cet écrit valut à Boileau des répliques d’une extrême violence qui critiquaient tant l’homme ("implacable ennemi de tout le genre humain" selon Pradon) que l’oeuvre.

Réf.: 37150 - Eur 1500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LENCLOS (Ninon de)]. La Coquette vangée. [sic pour La Coquette vengée].
Paris, Charles de Sercy, 1659.
In-12, demi-percaline beige à la Bradel, dos lisse, pièce de titre de basane noire, tranches rouges (rel. du XIXe s.), 48 p. [sign. A12 (-2), B12].
Rarissime édition originale de ce "petit chef-d'oeuvre" composé par Ninon de Lenclos.
Elle riposte brillamment à Félix de Juvenel qui eut le malheur de railler son salon et de la prendre à partie dans un pamphlet ('Portrait de la coquette') où il stigmatisait les "coquettes libertines" et leurs "artifices" en la personne de Ninon de Lenclos.
Avec esprit et férocité, elle raille les "philosophes de ruelles qui dogmatisent dans des fauteuils". "Mais elle va plus loin dans la vengeance: elle ridiculise le pédant dans une fiction rapide et acide. Petit chef-d'oeuvre d’ironie. Brillante mise en pièces. Ninon se montre intransigeante vis-à-vis des gens qui portent la censure, la médisance et le désordre dans les ‘agréables compagnies’" (Evelyne Wilwerth, 'Visages de la littérature féminine', Bruxelles, 1987, p. 106).
L’attribution de cet opuscule à Ninon de Lenclos, l’un des rares écrits qu’elle ait laissés en dehors de quelques lettres, a été confirmée par de récents travaux (cf. Martine Hardy, 'Ninon de Lenclos, le parcours d’une libertine au XVIIe siècle'. Thèse. Université de Montréal, 2011).
Seulement trois exemplaires de cette édition originale sont recensés dans les bibliothèques à travers le monde (WorldCat): Yale, Cambridge et BnF (incomplet).
(France littéraire, V, 156. Gay, II, 726-727).
Bon exemplaire.
Des bibliothèques de Paul de Saint-Victor, avec son petit cachet ex-libris au titre et Michel Dubos (ex-libris gravé).

Réf.: 37436 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SAINT-SIMON (Claude-Henri, comte de). I- Saint-Simon. Son premier écrit; lettres d'un habitant de Genève à ses contemporains, 1802. Sa parabole politique, 1819. Le Nouveau Christianisme, 1825. Précédés de fragmens de l'histoire de sa vie écrite par lui-même. Publiés par Olinde Rodrigues, son disciple (...).
II- Catéchisme politique des industriels, 1824. Vues sur la propriété et la législation, 1818.
Paris, Librairie saint-simonienne (t.1) & A. Naquet (t.2), 1832.
2 tomes reliés en un volume in-8, demi-percaline bordeaux, dos lisse orné de filets et d'un petit fer central dorés, titre doré, daté en queue, couverture imprimée conservée, tranches mouchetées (rel. moderne Laurenchet), (2) f., xxxviii, (1) f. blanc, 201 p. et (2) f., 364 p.
Première édition collective des oeuvres de Saint-Simon publiée et préfacée par Olinde Rodrigues au lendemain de la rupture avec Enfantin dans le but affiché de restaurer l'unité de l'œuvre de Saint-Simon, dans toute la durée de sa production intellectuelle.
Elle contient plusieurs textes de Saint-Simon non annoncés au titre ainsi que la mise au point par Olinde Rodrigues sur le différend qui l'opposait à Enfantin au sujet de la "Communauté de femmes", différent qui entraîna la scission de l'École l'année de la publication de ces volumes.
(Fournel, p. 99-100. Einaudi, 4955. Mazzone, p.5. Mori, p. 97. Walch-Gerits, n° 412).
Auréoles dans la marge supérieure de la deuxième partie.
Bon exemplaire, bien relié, couverture romantique imprimée conservée.

Réf.: 27236 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LUSSAN (Marguerite de). Les Veillées de Thessalie. Première [cinquième] veillée.
Paris, J.-Fr. Josse, 1731-1732.
5 parties reliées en 2 tomes petit in-8, plein veau marbré de l'époque, dos à nerfs ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux, armes dorées au centre des plats, (6), 117, (1) p.; (2), 157 p.; (2), 114 p.; (2), 120 p. et (2), 176 p.
Edition originale, rare, bien complète de la cinquième veillée rajoutée en 1732.
Ce recueil de contes mythologiques et philosophiques avait été déjà remarqué pour ses qualités par ses contemporains. Plusieurs fois réédité au XVIIIe siècle, en particulier dans "Le Cabinet des fées", l'ouvrage a fait récemment l’objet d’une édition critique (Honoré Champion, 2007) et de plusieurs études dans lesquelles sont soulignées ses qualités novatrices ainsi que l’originalité d’un récit qui réalise la synthèse entre traditions populaires et cultures savantes.
Peut-être fille naturelle d’un Prince de Savoie et d’une courtisane, Marguerite de Lussan (1682-1758) reçut une très bonne éducation. Protégée du duc de Soissons, elle composa romans, contes et récits historiques sur les recommandations de Huet qui l’introduisit dans les salons parisiens.
(France littéraire, V, 396).
Quelques traces de restauration à la reliure, quelques réparations de papier, sans perte.
Bel exemplaire, bien relié à l’époque aux armes de Jacques André du Pille (1680-1740), vicomte du Monteil, baron de La Brosse, sieur de La Feuillère, trésorier général de l'extraordinaire des guerres et des troupes de la maison du Roi (OHR, 249. Guigard, II, 193).

Réf.: 37144 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


BELLEGARRIGUE (Anselme). Les femmes d'Amérique.
Paris, Blanchard, 1855.
Petit in-12, demi-toile de l'époque, couverture imprimée contrecollée sur le plat sup., 96 p., imprimé sur papier fort.
Rare édition originale et unique de cet essai que l’auteur consacra aux femmes américaines, à la suite d’un long voyage sur le continent américain.
L’auteur rend compte de leur vie: éducation, mœurs, famille, amour, sexualité… pour conclure sur leur réalisme et leur pragmatisme, opposé à l'idéalisme suranné des Européennes et constater les répercussions sur l’ensemble de la société.
Le texte parut d’abord, par articles, dans la revue "La Liberté de penser".
Personnalité très remarquable dans l’histoire sociale de la France, Anselme Bellegarrigue est considéré comme l’un des premiers anarchistes. Il participa à la Révolution de 1848 et publia, entre autres périodiques, "L'Anarchie, journal de l'ordre", premier journal libertaire connu dans le monde.
Cf. M. Perraudeau, 'A. Bellegarrigue, le premier des libertaires', Editions libertaires (2012).
(Gay, II- 287. Gerritsen Collection of Women's History, n° 206. Maitron, 'Dict. du mouvement anarchiste' et DBMO en ligne. Sabin, 4509).
Les ouvrages d'A. Bellegarrigue sont rares.
Légèrement débroché. Quelques rousseurs.
Bon exemplaire.

Réf.: 17621 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FEMME, FEMINISME - BARBARO (Francesco). De re uxoria libelli duo. De re uxoria libri duo.
Haganoae, Seceriana [Haguenau, Jean Secer], 1533 (au colophon).
Petit in-8, plein vélin moderne à la Bradel, dos orné d'un petit fer aldin au centre et daté en pied, titre doré, tranches rouges, 52 feuillets non paginés accompagnés de 3 lettrines, grande marque de l'imprimeur au colophon.
Précoce édition, imprimée à Haguenau chez Jean Secer, de cet ouvrage composé à Florence en 1416 pour les noces de Laurent de Médicis, l'un des principaux traités de la période sur la question du mariage et du statut de la femme.
L'ouvrage, très populaire au XVIe siècle, fut traduit dans les principales langues européennes. Il est l'une des sources de Jean Bodin.
Envisageant l'institution familiale dans ses relations avec le fonctionnement de la cité, Barbaro examine la nature du mariage du point de vue social et légal. Le deuxième livre est plus spécifiquement consacré aux devoirs de la femme et à son rôle auquel il accorde un rôle central.
"With his emphasis in the 'De re uxoria' on the family as the basic unit of state and society, and on the duties of wives in this context, Barbaro created a new literary genre. Aided by his studies of works from Greek antiquity, he gave the conventional treatise on family life a new twist (...). The 'De re uxoria' stands as a pioneering work on the subject of love, marriage, and family in the early modern period” (B.G. Kohl & R.G. Witt. ed., 'The Earthly Republic. Italian Humanists on Government and Society', Manchester, 1978, p. 186-187).
"Petit traité rare et recherché pour sa singularité" (Osmont).
(Panzer, 7, 111, n° 359 et 9, 472, n°359. VD16 B 356).
Quelques piqûres, plus prononcées aux derniers feuillets.
Bon exemplaire.

Réf.: 35242 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



STAEL (Germaine de), NECKER (Suzanne CURCHOD épouse). 1- Recueil de morceaux détachés. Lausanne, Durand, Ravanel et Comp. & Paris, Fuchs, 1795. (1) f. de titre, 203 p.
2- Réflexions sur le Divorce. Lausanne et se trouve à Paris chez P.F. Aubin et Desenne, [1794]. 96 p.

In-8, plein veau marbré de l'époque, dos lisse orné de caissons fleuronnés, pièce de titre de maroquin rouge, filet d'encadrement à froid sur les plats, chasses et coupes filetées, tranches mouchetées rouges.
1- Première édition collective de ce recueil d'oeuvres de jeunesse de Madame de Staël, jusqu'alors inédites: "Epître au malheur ou Adèle et Edouard" - "Essai sur les fictions" dans lequel l'auteure développe sa théorie du roman et de la fiction, que Goethe traduisit par pour la revue littéraire "Die Horen" ainsi que trois nouvelles : "Mirza ou lettre d'un voyageur", "Adélaïde et Théodore" et "Histoire de Pauline" où personnages et situations préfigurent ceux des romans de Mme de Staël à venir.
(Schazmann, 21. Lonchamp, 27-1).
2- Edition originale posthume de cet ouvrage publié et préfacé par le mari de l'auteure, le ministre Necker, quelques mois après sa mort. Cultivée, belle et spirituelle, la mère de Mme de Staël parvint à grouper autour d'elle, dans son salon de la rue Michel Lecomte, l'élite de la société française de son temps. Elle ne put jamais se livrer à son goût pour l’écriture, son mari jugeant cette activité "peu convenable" pour les femmes, et ne laissa donc que peu d'écrits.
(Gay, III, 987. Monglond, III, col. 111).
Petit accroc au mors inf., qqs petites épidermures.
Bon exemplaire, frais, bien relié à l'époque.

Réf.: 36583 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CURIOSA - Chronique arétine. Chronique arétine, ou Recherches pour servir à l'histoire des moeurs du dix-huitième siècle: première livraison [seule parue].
A Caprée [i.e. Paris], 1789.
In-8, broché, couverture papier marbré d'origine, 104 p., non rogné.
Edition originale et unique ancienne de cette biographie doublée d'une chronique scandaleuse de dix-sept des principales courtisanes, libertines, actrices et "femmes galantes" du temps. L’auteur relate leurs aventures les plus scabreuses et livre les noms des protecteurs, amants et personnalités concernées.
Les noms réels dissimulés dans le texte par des abréviations sont dévoilés en fin d’ouvrage (p.102-104).
L'auteur se présente dans sa préface, comme un "écrivain patriote" qui engage les États généraux, à la veille de leur convocation, "à s’occuper sérieusement de la recherche des moyens les plus propres à sauver les mœurs". Il annonce, par ailleurs, des recherches prochaines sur les "deux sexes" et le dévoilement des "Grecs modernes" accusés de corrompre la "jeunesse imprudente".
(Conlon, ‘Siècle des Lumières’, 89:1401. Gay, I, 579. Monglond, I, 326. Tourneux, III, 20418 et IV, 20746).
Quelques petites rousseurs éparses et petites auréoles claires en marge des derniers feuillets.
Bon exemplaire, entièrement non rogné, tel que paru.

Réf.: 37234 - Eur 500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



RESTIF DE LA BRETONNE (Nicolas Edme) ou RETIF DE LA BRETONNE. 1- Le Pornographe, ou Idées d'un honnête-homme sur un projet de règlement pour les prostituées, Propre à prévenir les Malheurs qu'occasionne le Publicisme des Femmes. Avec des notes historiques et justificatives. Londres, Jean Nourse, La Haie, Gosse junior, & Pinet, 1770. 8, 215 p. titre inclus.
2- La Mimographe ou Idées d'une honnête-femme pour la réformation du Théâtre national.
Amsterdam, Changuion, La Haie, Gosse & Pinet, 1770. (2) f., [-7], 466 p.

2 ouvrages reliés en un volume in-8, demi-veau blond à coins, dos lisse orné d'un décor géométrique de filets dorés, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées (mors lég. frottés, rel. ca 1830).
1- Troisième édition publiée l'année suivant l'originale. Vaste projet de réformes de la prostitution dans lequel Restif propose de créer une sorte d'ordre religieux consacré à Vénus. Les établissements ("Parthénions"), administrés par l'État, pourront contenir trente mille sujets qui composeraient la communauté. Un "projet de règlement", en 45 articles, figure aux p. 108-134. (Gay, III, 814. Rives Childs, VI n°3, p. 212).
2- Edition originale et unique. Restif travailla lui-même à l'impression de 'La Mimographe'. Il livre nombre de détails, sans doute réunis avec l'aide de son ami Nougaret, sur le théâtre de son temps, les acteurs et les actrices, le boulevard du Temple, etc., et réfute la lettre sur Rousseau sur les spectacles. Il y insère un essai pour 'corriger les abus du théâtre', 'vaste utopie qui engage tout le système éducatif et tout le système théâtral' (Martine de Rougemont), ainsi qu'un véritable traité d'art dramatique. Cet ouvrage ne fut jamais contrefait. (Rives Childs, VII n°1, p. 215. Soleinne, V, 55).
Provenance: ex-libris "Collection restivienne L.L. Bruxelles" (Léon Lambert).
Bon exemplaire, frais, bien relié.

Réf.: 34483 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DUSAUSOIR (Jean-François). Epitre aux détracteurs des femmes. Lue dans la Séance publique de la Société des Belles-Lettres, le 23 Fructidor an 7. Suivie du Portrait de l'homme, Stances.
Paris, chez Moller et les marchands de nouveautés, An VIII [1800].
In-8, cartonnage à la Bradel, pièce de titre de maroquin brique (rel. fin XIXe), 15 p.
Edition originale de cet "éloge des Femmes" lu le 9 septembre 1799 dans une séance de la Société des Belles-Lettres.
L'auteur répond aux misogynes de son temps ("Dussiez-vous contre moi prononcer l'anathème / Je veux anéantir l'effet de vos poisons / Je combattrai votre système") et dresse une défense et un éloge des femmes, leur excellence dans les lettres, la musique et les arts…, mais aussi leurs vertus. Il cite des femmes de "mérite", dans l'histoire ancienne comme parmi les contemporaines et assortit ses vers de notes développées, procédé que Legouvé utilisera peu après dans son "Mérite des femmes".
Républicain enthousiaste, François-Jean Dusausoir (1737- 1822) composa d’assez nombreux hymnes et chants pour les solennités publiques de la Révolution.
(Gay, II, 128).
Ex-dono manuscrit autographe de l'auteur avec son paraphe ("De la part de l'auteur").
Petit accroc de papier en marge de la page de titre.
Bon exemplaire très frais, entièrement non rogné.

Réf.: 37456 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


REVOLUTION FRANCAISE - Petit dictionnaire des grands hommes et des grandes choses. Petit dictionnaire des grands hommes et des grandes choses qui ont rapport à la Révolution, Composé par une société d'aristocrates (...). Pour servir de suite à l'histoire du brigandage du nouveau royaume de France, adressé à ses douze cent tyrans [sic]?
Paris, De l'imprimerie de l'ordre judiciaire, Et se trouve chez les présidens des districts, des directoires, des départemens (...), 1790.
[In-8, demi-chagrin acajou, dos lisse, titre doré en long (rel. fin XIXe), (4), 102 p.
Edition originale et unique demeurée anonyme. L'auteur sacrifie à la mode des dictionnaires pour livrer un très violent et radical pamphlet de combat contre la Révolution, ses hommes, ses institutions, ses mœurs, les modes du temps et les nouveaux concepts.
Partisan de la royauté absolue, il compare Louis XVI à un automate de Vaucanson pour lui opposer un panégyrique de Louis XIV, La "Bastille" démolie mais de fait répandue dans tout le pays, les "Départements": démantèlement de "nos belles provinces", "Elections", "Fêtes patriotiques" moquées, les "Filles publiques" en lieu de la culture et des arts, "Liberté" dont le "mot retenti dans tous les bagnes et cachots", "Marat" "défenseur du meurtre", L.S. Mercier, "valet" du nouveau pouvoir, cocardes, drapeaux, uniformes, cocardes, signes patriotiques et mode vestimentaire ridiculisés, une page entière est consacrée au "Palais royal", dénonciation de la place outrancière des femmes dans la nouvelle société: Olympe de Gouges et Théroigne de Méricourt ont une entrée chacune, l'abbé Grégoire donné comme "circoncis", etc., etc.
Chateaubriand à fait l'éloge de ce "spirituel pamphlet" (Mémoires d'O.T., II, 300).
(Martin & Walter, 13593. Tourneux, 20604).
Dos très légèrement frotté. Petite déchirure p. 65 sans perte de texte. Qqs accolades en marge. Qqs petites piqûres éparses.
Très bon exemplaire.

Réf.: 37668 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



COUTELE (Dr). Observations sur la Constitution médicale de l'année 1808, à Albi; précédées d'un coup d'oeil général sur la Ville, son territoire; sur la météorologie et le climat qui lui sont propres; sur ses habitants, ses établissements (...); avec des vues d'hygiène publique (...). Terminées par des réflexions sur les accouchemens et sur avortemens (...). Présentées à M. Baude, préfet du département du Tarn, baron de l'Empire; Par M. Coutèle, docteur en médecine et chirurgien, médecin du recrutement du Tarn (...).
Albi, Imprimeries de Baurens et de Collasson, 1809.
2 parties reliées en un volume in-8, plein veau moucheté de l'époque, dos orné de filets dorés, pièce de titre de maroquin vermillon, (6), 152 p. et 222 p.
Edition originale de cette importante enquête réalisée à Albi et dans ses environs. Une partie est consacrée aux avortements et problèmes de médecine légale. L'auteur était docteur en médecine et chirurgien et médecin du recrutement du Tarn.
('Catalogue des sciences médicales', BN, I, 438. France littéraire, II, 345. J.-C. Perrot, 'L'Âge d'or de la statistique régionale française', n°686, p. 225).
Bel exemplaire, très frais, bien relié à l'époque.

Réf.: 35173 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[SAINTE-CROIX (Mademoiselle), enlèvement de]. Lettre d'un Gentilhomme de la Cour, A un Seigneur qui est à l'Armée, touchant l'attentat commis aux Filles Dieu à Paris, En la personne de Madamoiselle [sic] de Sainte Croix, & toute la suite des procédures dont on a usé contre-elle.
Paris, Jean Henault, 1649.
Petit in-4, demi-veau brun, titre doré en long (coif. usées, un mors fendillé, rel. XIXe), (4), 20 p.
Rare édition originale de fait divers qui défraya la chronique du temps de la Fronde. Le document est daté de Paris, le 30 avril 1648 soit quelques jours après les événements qu'il relate et signé "L. le C.".
Le permis d'imprimer est du 10 juin.
La brochure porte en titre de départ: "L'Amant obstiné dans ses recherches et la Fille constante en ses refus".
Le sieur de Charmoy qui voulait épouser une demoiselle de Sainte-Croix, fut éconduit par celle-ci malgré la promesse du père.
Sur la demande de Charmoy, un procès fut renvoyé au Parlement de Paris, où, par arrêt, est ordonné que la fille sera mise au couvent des Filles-Dieu pour déclarer sa volonté.
Charmoy, enragé, se résolut d'enlever la fille. "Accompagné de cinq hommes, ils la tirent de sa chambre de force quoiqu'elle fut en chemise, lui font donner de la tête contre le plancher, cent coups de bâton, d'éperons et des coups sur les bras pour lui faire quitter prise, la traînent dans le jardin nue comme la main (…), la tirent par les cheveux mais n'en peuvent venir à bout (...). On sonne le tocsin, la population accourt et l'enlèvement échoue" (cf. O. Lefèvre D'Ormesson, 'Journal', 1860, I, 470 sq.).
Un jugement très sévère fut rendu par le Parlement contre les auteurs du rapt : amende honorable devant la porte du couvent des Filles-Dieu, supplice de la roue, leurs biens confisqués et leurs maisons rasées. Quant à Mademoiselle de Sainte-Croix, elle épousa, en 1654, un prétendant choisi.
Dulaure relate d'affaire avec précision dans son 'Histoire de Paris', éd. de 1823, II, 401.
Court de marge inférieure sans perte de texte.
Moreau (‘Mazarinades’, II, n°1868) indique que "le seul exemplaire que j'ai vu est incomplet".

Réf.: 35471 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


DUNOYER (Anne-Marguerite). Lettres historiques et galantes, par Madame Du Noyer: Ouvrage curieux. Nouvelle édition corrigée, & augmentée de plusieurs Lettres très intéressantes.
Paris et Avignon, François Seguin, 1790.
12 volumes in-12, couvertures citron de parution, pièces de titre manuscrites, entièrement non rognés.
La dernière et la plus complète des éditions anciennes, l’édition de référence comportant un important index des noms propres en fin du dernier volume (156 p.).
"Véritable anatomie de la France à la fin du règne de Louis XIV et au début de la Régence, les ‘Lettres’ nous permettent de nous immiscer dans le climat d'opinion qui caractérisa les premières années du siècle des Lumières. Anne-Marguerite Petit Dunoyer (1663-1719), née à Nîmes d'une famille protestante, se réfugie en Hollande après la révocation de l'édit de Nantes puis, de retour en France, renonce à sa foi en épousant un catholique. Désabusée, elle fuit de nouveau la France en 1701 et finit par s'installer près de La Haye, et devient une des premières femmes journalistes. Vraie-fausse correspondance écrite sur le ton spontané, les ‘Lettres’ mêlent autobiographie, nouvelles du jour, littérature de voyage, anecdotes amusantes ou scandaleuses, comptes rendus de grands tournants historiques, critique sociale et politique (…). Dès la parution les lecteurs s'arrachent l'ouvrage : les ‘Lettres historiques et galantes’ seront un des grands succès de librairie du XVIIIe siècle. Les lecteurs d'aujourd'hui y trouveront le témoignage à la fois divertissant et provocant qu'une femme hors du commun porte sur une période charnière de l'histoire de la France et de l'Europe" (Nancy O'Connor, PU de Rennes).
Quelques accrocs de papier aux dos et aux couvertures.
Bon exemplaire, dans ses couvertures de parutions, entièrement non rogné, tel que paru.

Réf.: 36564 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CAQUET DE l'ACCOUCHEE - 1622. Le Caqvet de l'accovchee. [i.e. Le caquet de l'accouchée].
S.l., s.n., 1622.
In-12, cartonnage à la Bradel, dos acajou, plats de papier marbré, intérieur doublé, tranches rouges (reliure moderne), 24 p.
Edition originale de ce spirituel pamphlet qui connut une grande vogue, vive satire de la bourgeoisie parisienne de la période. Le titre fait référence à la coutume qu'avaient les bourgeoises de se visiter lorsque l'une d'elles était en couches.
Le narrateur, un Parisien en convalescence à qui son médecin prescrit de se distraire, se rend rue Quincampoix et restitue les caquetages et commérages des femmes entourant sa cousine qui vient d'accoucher. Chronique acerbe de la vie parisienne où se mêlent des considérations sur les personnalités de l’époque, citées nommément, la politique, la religion, l’économie, les moeurs, etc.
Le texte est considéré comme une bonne source sur la vie quotidienne et les représentations de la femme dans ce premier quart du XVIIe s.
Cf. P. Brun, ‘La Bourgeoisie au XVIIe siècle d'après Les Caquets de L'accouchée', Revue d'Hist. Litt. de la France, n°2,‎ 1896, p. 192-203.
(Arbour 10458. Lindsay et Neu, 4732.Mercier, ‘La litt. facétieuse sous Louis XIII’, n°87).
Quelques petits accrocs à la reliure.
Très bon exemplaire, très frais.

Réf.: 36746 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CHABRILLAN (Elisabeth-Céleste Vénard, comtesse de) alias MOGADOR (Céleste). Mémoires de Céleste Mogador.
Paris, Librairie Nouvelle, 1858.
4 volumes in-8, demi-chagrin prune de l'époque, dos à 5 nerfs rehaussés de filets dorés, titre doré, tête dorée.
Seconde édition en partie originale, augmentée des chapitres XXXVII à LVI qui manquaient à l'édition précédente de 1854. Elle est également enrichie des pièces des procédures qu'elle intenta afin de récupérer la propriété du château dit "Ermitage de la Maison Rouge" dans l'Indre.
Née à Paris en 1824 d’une mère blanchisseuse et d’un père inconnu Céleste Veinard dite "Mogador" subit un beau-père violent avant de quitter le domicile familial. Fille de bordel à 15 ans, lorette à 20 et courtisane à 25, elle devint écuyère à l'Hippodrome, actrice aux Délassements comiques, à Beaumarchais, aux Folies dramatiques et au théâtre des Variétés, puis connut la gloire à la fin des années 1840 au célèbre Bal Mabille. Reine de Paris, courtisée, Céleste Mogador entretiendra une relation houleuse avec le Comte de Chabrillan, diplomate et aristocrate désargenté avec lequel elle se maria en 1854 et qu’elle accompagna dans ses missions.
Elle poursuivit sa carrière tout en composant des romans et surtout ces sulfureux "Mémoires" qui furent condamnés pour outrage aux bonnes mœurs et engendrèrent des conflits sans fin avec ses éditeurs.
Veuve, malade et alcoolique, elle mourut en 1909 rue des Martyrs à la maison de retraite "l'Asile de la Providence" qui existe toujours.
Petites frottements avec qqs épidermures à la reliure. Quelques rousseurs et auréoles.
Ex-libris armorié gravé par Stern.
Bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 37372 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |