English version
Accueil
Menu Panier Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Afficher les livres par : prix décroissants | prix croissants | de A à Z | de Z à A

65 fiche(s) - Page 1

Cet ouvrage a été ajouté é votre panier


SADE (Donatien Alphonse François, marquis de). Aline et Valcour, ou le Roman philosophique. Ecrit à la Bastille, un an avant la Révolution de France.
Paris, veuve Girouard, 1795.
8 parties reliées en 4 volumes in-16 (81 x 128 mm), demi-maroquin rouge brique à long grain, dos à 4 nerfs filetés or ornés de caissons garnis d’un petit fleuron central répété, jeu de filets et pointillés dorés en tête et pied, titre et tomaisons dorés, datés en pied (reliure du XXe siècle), 15 planches gravées hors-texte (sur 16).
Edition originale.
"C'est à la Bastille, de 1785 à 1788, que Sade compose Aline et Valcour, l'une de ses oeuvres les plus surprenantes et les plus riches, véritable somme romanesque et philosophique dont les multiples thèmes s'entrecroisent au fil des lettres qu'échangent les protagonistes. Univers de la perversion et du crime avec les intrigues du débauché Blamont, qui, pour abuser de sa propre fille, Aline, veut la marier au financier Dolbourg, son compagnon d'orgie ; infortunes de la vertu à travers les amours d'Aline et de Valcour, auxquelles font écho celles de sa soeur Lénore avec Sainville; romanesque endiablé avec poisons, substitution d'enfants, enlèvements, pirates, voyages lointains; utopie rousseauiste, dans le royaume imaginaire de Tarnoé où le paradoxal marquis se plaît à dessiner les contours d'une société du bonheur et de l'altruisme. Toute la sensibilité du XVIIIe siècle, de Prévost à Laclos, des récits de voyages au matérialisme philosophique, trouve son expression ultime, à la veille de la Révolution, dans ce roman-fleuve parsemé de pages étincelantes" (Béatrice Didier, Collection Classique).
L'ouvrage est orné de 15 (sur 16) figures hors texte non signées.
Comme dans la plupart des exemplaires, la planche du tome III -cinquième partie- manque (cf. exemplaires BnF, Gérard Nordmann ou Jean Bonna).
Exemplaire mixte d’émission A et C: "Il en existe théoriquement trois éditions, mais qui proviennent du même tirage, commencé en 1791, interrompu en 1794 par le meurtre légal (i.e. décapitation) de Girouard, repris et achevé en 1795. Ces trois éditions – ou plutôt, pseudo-éditions, pour être le mélange de feuilles imprimées au cours de quatre années – ne diffèrent entre elles que par le contenu des pages de titre et par l'indication du nombre des eaux-fortes qui, de quatorze dans les éditions A et B, passent à seize dans l'édition C." (Gilbert Lély).
(Cohen, 919. Michel Delon, in Sade, ‘Oeuvres’, Pléiade, I, 1213. Gay-Lemonnyer, I, 408. G. Lély, ‘Vie du Marquis de Sade’, Paris, 1989, p. 553-559. Pia, 13-14).
Menues réparations de papier à quelques feuillets. Plusieurs planches ne sont pas reliées au bon emplacement (détails sur demande).
Bel exemplaire, très frais, bien relié et bien conservé, plusieurs cahiers imprimés sur papier bleuté, ensemble complet de la totalité des feuillets de faux-titre et de titre.

Réf.: 37773 - Eur 9500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



RESTIF DE LA BRETONNE (Nicolas Edme) ou RETIF DE LA BRETONNE. Exceptionnel ensemble complet des cinq volumes des "Idées singulières" composés par Restif sur plus de vingt ans, en reliure uniforme de l'époque.
Bien complet de toutes les parties, de tous les faux-titres (rares), titres et catalogues des œuvres.
Au long de ces cinq volumes l'auteur soumet des projets de réformes créatives et radicales de la société et des moeurs, dans lesquels on a vu une ébauche d'organisation socialiste.
Parallèlement, Restif propose des perfectionnements de détails, s’attaquant à des problèmes qu’il essaie de résoudre en homme pratique autant qu'en philosophe des Lumières.
Selon les habitudes de l'auteur, l'ensemble est parsemé de digressions littéraires, saynètes ou récits libertins.
1- Le Pornographe, ou Idées d'un honnête-homme sur un projet de règlement pour les prostituées, Propre à prévenir les Malheurs qu'occasionne le Publicisme des Femmes: Avec des notes historiques et justificatives.
A Londres, chez Jean Nourse (...). Et se trouve à Paris, chez Delalain, 1769. (2) f. de faux-titre et titre, [-7], 368 p.
2- La Mimographe ou Idées d'une honnête-femme pour la réformation du Théâtre national.
A Amsterdam, chez Changuion. A La Haie, chez Gosse & Pinet, 1770. (2) f. faux-titre et titre, [-7], 466 p.
3- Les Gynographes, ou Idées de deux honnêtes-femmes sur un projet de règlement Proposé à toute l'Europe, pour mettre les Femmes à leur place, & opérer le bonheur des deux sexes (...).
A La Haie, chez Gosse & Pinet et Paris, Humblot, 1777. 2 parties en un volume, (1) f. de faux-titre, viij, 238 p. et [-239], 567, (1) p. (les 2 parties en pagination continue, les 2 pages de titre sont comprises dans la pagination).
4- L'Andrographe, ou Idées d'un Honnête-Homme, sur un Projet de Règlement, proposé à toutes les Nations de l'Europe, pour opérer une Réforme générale des mœurs, & par elle, le bonheur du Genre-humain. Avec des Notes Historiques et Justificatives. Recueillies par N.-E. Rétif-De-La-Bretone [sic], éditeur de l'Ouvrage.
A La Haie, Chés Gosse & Pinet, A Paris chés la d.me Veuve Duchesne & Belin & Mérigot-jeune [sic], 1782. 2 parties en un volume, (1) f. de faux-titre, 16, 202 p. et [-203], 475, (1) p. (les 2 pages de titre sont comprises dans la pagination).
5- Le Thesmographe, ou Idées d'un honnête-homme, sur un projet de règlement, Proposé à toutes les Nations de l'Europe pour opérer une Réforme générale des Loix. Avec des notes historiques.
A La-Haie, chez Gosse-Junior & Changuion, et se trouve à Paris, chez Maradan, 1789. 2 parties en un volume, 590 p., (1) f. de catalogue des œuvres de Restif (les 2 parties en pagination continue, faux-titre et 2 pages de titre inclus).

Ensemble de 5 volumes in-8, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 faux-nerfs guillochés or ornés de compartiments entièrement dorés en arabesques, filets et palettes dorés en tête et pied, pièce de titre de veau, rouge et bronze, filets à froid en encadrement sur les plats, tranches jaspées (reliures uniformes).
1- Rare édition originale de premier tirage, avec le nom du libraire "Delalain" sur le titre. Par peur du scandale et de la censure, celui-ci ne voulut pas que son nom figurât sur cet ouvrage et le fit retirer des tirages suivants.
Vaste projet de réformes de la prostitution dans lequel Restif propose de créer une sorte d’ordre religieux consacré à Vénus. Les établissements ("Parthénions"), administrés par l’État, pourront contenir trente mille sujets qui composeraient la communauté (le "projet de règlement" en 45 articles figure aux p. 111-171).
"Ce projet est enchâssé dans un petit roman en forme de lettres (...). La seconde partie est remplie d’une érudition immense sur les lieux de débauche (...)" (Rives Childs, p. 16).
L’ouvrage inspira à Joseph II les règlements sur la prostitution qu’il appliqua dans ses États.
Exemplaire bien complet des 2 faux-titres ("Idées singulières", première / seconde partie), conforme à collation donnée par Rives Childs (n°VI, p. 210).
2- Édition originale. Restif travailla lui-même à l’impression de 'La Mimographe'. Il livre nombre de détails, sans doute réunis avec l’aide de son ami Nougaret, sur le théâtre de son temps, les acteurs et les actrices, le boulevard du Temple, etc., et réfute la lettre sur Rousseau sur les spectacles. Il y insère un essai pour "corriger les abus du théâtre", "vaste utopie qui engage tout le système éducatif et tout le système théâtral" (Martine de Rougemont), ainsi qu’un véritable traité d’art dramatique. Cet ouvrage ne fut jamais contrefait. (Rives Childs, n°VII, p. 215).
3- Édition originale. Restif soumet un vaste projet de réforme du statut des femmes et d’organisation de leur éducation, synthèse contradictoire, à son habitude, d’idées misogynes doublées d’intuitions révolutionnaires sur la condition féminine. L’ouvrage se termine par un dictionnaire des femmes célèbres. (Rives Childs, n°XVI, p. 245).
4- Édition originale, rare. La seconde partie possède sa page de titre propre. Restif avait d’abord annoncé cet ouvrage sous le titre de 'l’Anthropographe ou l’Homme réformé', titre qui se retrouve en tête du texte. "C’est le complément des 'Gynographes', l’homme et la femme ne pouvant être réformés l’un sans l’autre. Les journalistes n’ont point parlé de ce quatrième volume que l’auteur ne leur a encore point envoyé, mais il est bien supérieur aux deux premiers par l’importance de la matière" (cité par Rives Childs, p. 282). L’ouvrage commencé en 1776 et repris en 1780, fut achevé en 1781. C’est surtout dans 'l’Andrographe' que Restif a développé ses théories "socialistes". (Rives Childs, XXIV, p. 281).
5- Édition originale et unique ancienne de ce cinquième volet des "Idées singulières", le plus rare.
Commencé en novembre 1789 et achevé après la Révolution fin 1789, l’ouvrage s’ouvre par une adresse "Aux États-Généraux".
Il renferme l’exposé des projets de réformes politiques et sociales élaborées par Restif : législation civile et pénale (dont un projet d’unification européenne), divorce, urbanisme et police, réforme de la propriété et de ses abus, une étude sur les lois des différents peuples des quatre continents, économie politique et finances, prostitution, mendicité et assistance, colonisation et esclavage, un intéressant projet de coopératives ouvrières, etc. On trouve également de grands morceaux d’autopromotion : "Le sublime auteur des 'Nuits de Paris', des 'Contemporaines' (suit une bibliographie complète de ses œuvres)" (p.482).
À son habitude, Restif insère deux pièces de théâtre: "Le boule-dogue..." et "l’An deux mille", autres hymnes de louanges à lui-même.
La première partie s’achève p. 156. Elle est suivie du titre de la deuxième partie en pagination continue. Bien complet du faux-titre "Idées singulières" et du dernier feuillet contenant le catalogue des œuvres de Restif (2 pages). (Rives Childs, n°XXXVII, p. 313).
Les cinq volumes en reliure uniforme de plein veau de l’époque comportant quelques petites différences d’ornementations. Traces de restauration aux reliures.
Les volumes sont tous complets de toutes leurs parties, de l’ensemble des faux-titres, titres et catalogues des œuvres, état rendu rare par les pratiques fantaisistes de l’auteur lui-même qui participa à l’impression de plusieurs de ces volumes et par les aléas de leur diffusion.

Réf.: 37303 - Eur 8500.00
Ajouter au panierOuvrage commandé



BAUDELAIRE (Charles). Les Epaves. Avec une eau-forte frontispice de Félicien Rops.
Amsterdam, A l'enseigne du Coq (Bruxelles, Poulet-Malassis), 1866.
In-8, demi-maroquin fauve à grands coins, dos à 5 nerfs filetés or, orné d'un riche décor de compartiments fleuronnés et cloisonnés, titre doré, daté en pied (reliure V. Krafft), (1) f. de faux-titre, frontispice sur Chine de Félicien Rops protégé sous serpente, (1) f. de titre, ii p. d'avertissement de l'éditeur, 163 p., non rogné, grands témoins conservés.
Edition en grande partie originale, d'un tirage limité à 260 exemplaires. Un des 250 sur vergé de Hollande, celui-ci le n°235, illustré du célèbre frontispice fantastique gravé à l'eau-forte par Félicien Rops.
Paru en février 1866 peu avant que le poète ne fût frappé d’hémiplégie, le recueil contient dix-sept poèmes inédits auxquels s'ajoutent les six pièces condamnées des Fleurs du mal.
L’ensemble est accompagné des notes de Baudelaire. La préface et l'explication du frontispice sont de Poulet-Malassis.
Le saisissant frontispice fantastique, gravé à l'eau-forte par Félicien Rops, est tiré sur chine et protégé sous une serpente. Cette serpente, également sur chine, porte à son verso un texte explicatif en rouge : « Sous le Pommier fatal, dont le tronc-squelette rappelle la déchéance de la race humaine, s'épanouissent les Sept Péchés Capitaux… ».
Les Épaves valut, à Poulet-Malassis, une nouvelle condamnation prononcée par le tribunal correctionnel de Lille : un an de prison et 500 francs d'amende pour outrage aux bonnes mœurs.
(Carteret, Romantique, I, 128. Clouzot, 28. Pia, Livres de l'Enfer, 435-436. Vicaire, I, 347).
Très bel exemplaire imprimé sur grand papier vergé de Hollande, très bien relié à l’époque, aux marges exceptionnellement grandes (193 x 133 mm), témoins conservés, très frais, sans rousseurs ni restauration.
Le relieur, V. Krafft, exerça rue Visconti à Paris entre les années 1880 et 1900.

Réf.: 37720 - Eur 7500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[DESRAIS (Claude Louis), illustrateur]. Les Heures de Paphos. Contes moraux par un sacrificateur de Vénus.
S.l., 1787.
In-8 réimposé petit in-4 (152 x 231 mm), plein maroquin rouge, dos à 5 nerfs guillochés or, orné de compartiments cloisonnés garnis d'un fer doré répété entre-nerfs (face de satyre), titre doré, daté en pied, palette en tête et pied, large rabat de maroquin intérieur garni d’un jeu de 8 filets en encadrement, tranches dorées (rel. David), 74 pages entièrement gravées en taille-douce dont un titre frontispice, texte et 12 planches érotiques à pleine page, 4 culs-de-lampe.
Edition originale de ce recueil de douze contes érotiques, au texte entièrement gravé en taille douce, chacun étant précédé d’une gravure légendée se rapportant au conte qu’elle illustre, soit 12 planches très libres finement gravées "à la manière de Desrais" (selon Cohen) et un titre frontispice.
Deux des douze Contes Moraux sont des histoires de "moines sodomites".
(Cohen, 486. Drujon, 'Ouvrages condamnés', p.190. Dutel, A-496. 'Enfer de la B.N.', n°172. Gay, II, 473. Pia, 'Livres de l’Enfer', col. 611).
Seulement 2 exemplaires sont recensés dans le monde par WorldCat : BnF et Library of Congress.
Quelques rares piqûres et petites traces grisées. La planche au f. 29 comporte une petite restauration sans perte de papier.
Exceptionnel exemplaire imprimé sur grand papier vergé de Hollande, réimposé en format in-4°, très grand de marges (231 x 152 mm), très bien relié en maroquin rouge par David.

Réf.: 37728 - Eur 7500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LACLOS (Pierre Choderlos de)]. Les Liaisons dangereuses, ou Lettres Recueillies dans une Société, & publiées pour l'instruction de quelques autres. Par M. C... de L...
Amsterdam, et se trouve à Paris, chez Durand neveu, libraire à la sagesse, rue Galande, 1782.
4 volumes in-12, demi-veau blond de l'époque, dos lisses ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bronze, plats de papier marbré saumon, tranches rouges, 248 p.; 242 p.; 231 p. et 257 p. (chaque partie est précédée d'un titre et faux-titre inclus dans la pagination).
"Véritable seconde édition", seule corrigée par l'auteur. Parue immédiatement à la suite du tirage "A", elle est donnée comme "très rare" par Max Brun dans sa bibliographie. Impression nouvelle, entièrement recomposée, elle contient le même nombre de cahiers et de pages que la première et est imprimée sur le même papier, avec les mêmes caractères.
Elle est la seule édition que Laclos ait personnellement revue et celle qui a servi aux rééditions modernes de son chef-d'oeuvre.
Ce tirage a été identifié par Gérard Willemetz conservateur à la Bibliothèque Nationale, sur l’unique exemplaire alors connu, acheté à Camille Bloch en 1928 (cf. 'La véritable deuxième édition originale des Liaisons dangereuses', "Bulletin du bibliophile", 1957, n°2, p. 45-52 et Max Brun, 'Etudes des éditions...', id., 1958, p. 125-134).
"Le 19 juillet 1802, répondant à une question de son fils sur les exemplaires des 'Liaisons dangereuses', Laclos nous apprend qu'il n'a participé qu'à deux éditions de son roman, celles pour lesquelles il a passé contrat avec le libraire Durand: l'édition originale prévue par l'acte du 16 mars 1782 et [cette] deuxième édition parue en mai, en application de l'avenant du 21 avril 1782. Celle-ci constitue une révision de l'originale (…) ; c'est cette seconde édition, plus correcte que la première, que nous reproduisons (…). Aucune des éditions ultérieures n'a d'autorité" (cf. René Pomeau, préface à sa réédition des 'Liaisons dangereuses', GF, 2006).
(Max Brun, 'Bibliographie des éditions des Liaisons dangereuses', "B", p. 10)
Minimes traces de restaurations à la reliure. Petites piqûres et petits accrocs de papier sans gravité. Quelques ressauts de cahiers.
Provenance: "Edouard Fournier" (1819-1880) avec petite signature ex-libris sur le contreplat, auteur, critique littéraire, historien, bibliographe et bibliothécaire et "Borromée Cossa" avec ex-libris gravé.
Très bon exemplaire, frais, bien relié à l'époque en 4 volumes.

Réf.: 37451 - Eur 4000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DUMAS PERE (Alexandre). Filles, lorettes et courtisanes.
Paris, Dolin, 1843.
In-8 (203 x 140 mm), demi-veau rouge cerise, dos lisse orné d'un riche décor romantique de fers rocaille dorés dégageant le titre au centre, filet gras en tête et pied, tranches mouchetées (reliure de l’époque), (4), 338 p.
Édition originale très rare.
"'Les pages suivantes ne sont point écrites pour les demoiselles qui sortent du couvent'. Ce clin d’œil donne d’emblée le ton de ce livre (…). Dumas s’inspire du traité du médecin hygiéniste Parent-Duchâtelet, ‘De la prostitution dans la ville de Paris’ et divise les marchandes de plaisir en trois classes: les filles publiques, qui racolent aux environs du Palais Royal, sur les boulevards ou dans les maisons closes ; les grisettes ou lorettes, établies dans l’actuel XIXe arrondissement, autour desquelles gravite une clientèle plus bourgeoise et bohème ; enfin les demi-mondaines, qui recrutent leurs riches protecteurs parmi les princes et les barons de la finance, s’affichent à l’opéra et vivent dans de somptueux hôtels particuliers où elles reçoivent l’élite de leur temps. Exploration des bas-fonds de la société parisienne, agrémentée d’anecdotes et de digressions historiques (…), il en résulte un panorama bigarré dans lequel Dumas dévoile un univers parallèle et obscur, qui a ses lois, ses coutumes, son langage et ses hiérarchies sociales (…). L'expérience de Dumas dans ce domaine de l'amour vénal, aura été favorable à son texte, et c'est à une manière de reportage dans le Paris licencieux qu'il nous invite" (M. Chaleil, éd. de Paris).
Un unique exemplaire est recensé dans les bibliothèques françaises: celui de la BnF.
(Munro, p. 125. Parran, p. 49. Reed, p. 160).
Couleur du dos légèrement passé.
Bel exemplaire en reliure de l’époque très bien conservée, et quasiment exempt de rousseurs, condition très rare.

Réf.: 37390 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[CHAVIGNY DE LA BRETONNIERE (François de)]. Vie voluptueuse entre les capucins et les nonnes par la confession d'un frere de l'Ordre.
Cologne, Pierre le Sincere, 1764.
Petit in-8, demi-maroquin noir à grands coins, dos à 5 nerfs orné de petits fleurons dorés entre-nerfs, titre doré, tranches marbrées (rel. fin XIXe), (1) f. de titre, (3), 63 p., 2 gravures dont une en frontispice.
Edition illustrée de deux planches: "la double face des moines" dissimulés sous des masques et une planche libre.
Sous prétexte de dénoncer "la vie hypocrite & scandaleuse de ces privilégiés", l’auteur, qui se donne comme observateur direct, relate les turpitudes et "passions infâmes" des capucins.
Fait inconnu des bibliographies et études spécialisées, ce texte reprend celui, très rare, de "Le capucin démasqué, ou le religieux dans son naturel" (1682) attribué à François de Chavigny de La Bretonnière (ca. 1652– ca.1705).
Moine de la Congrégation bénédictine de Saint-Maur, auteur de ‘La religieuse en chemise’, ‘Venus dans le cloître’ et ‘Le cochon mitré’, l’auteur s’était spécialisé dans les récits libertins anticléricaux. Soutenu par une ambition philosophique et politique qui annonçait les Lumières, il livrait une critique sévère des clôtures monastiques, qu'il présentait comme lieux de toutes les déviances et d'abus sexuels.
Cette édition est rare. Elle manque aux bibliographies spécialisées. Pour d’autres éditions cf. Dutel III, A-1167. Pia, ‘Livres de l’Enfer’, éd. 1998, n° 1520. ‘The Private Case’, n°1839-1841.
Quelques légères petites taches éparses, dont une marque sur une planche.
Bon exemplaire, bien relié.

Réf.: 37181 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FRENICLE (Nicolas). Les Oeuvres de N. Frenicle, conseiller du Roy et general en sa Cour des Monnayes. (EXEMPLAIRE DE FREDERIC LACHEVRE)
Paris, Jean de Bordeaux, 1629.
3 parties en un volume in-8, demi-vélin blanc à la Bradel, dos lisse orné d'un petit fleuron central, dos titré à la plume (rel. du XIXe s.), (1) f. de titre, (6) p. de prélim., 268 p. et (1) f. de faux-titre, (6) p. de prélim., 172 p., (5) p. de table.
Première édition collective, partagée avec Toussainct du Bray, des oeuvres de Nicolas Frenicle réunissant ses hymnes, élégies, sonnets et églogues.
Conseiller à la cour des monnaies, l'auteur n'avait que 29 ans lorsqu'il publia ce recueil.
Proche des milieux libertins de son temps, Frenicle participa au groupe des "Illustres Bergers", compagnie littéraire constituée vers 1625 avec Guillaume Colletet, Jean Ogier de Gombauld, Louis Mauduit, Claude Malleville, Antoine Godeau, les frères Germain, Philippe Habert, etc. Ces jeunes gens, qui prirent modèle sur les héros de l'Astrée, se réunissaient pour cultiver la poésie dans les environs de Paris, sur les bords de la Seine. A la fois ouverts au classicisme naissant et sensibles à la spiritualité de la réforme, réunis par leur admiration pour Ronsard et Malherbe, ils s'efforçaient de concilier leur ferveur religieuse avec une littérature galante, voire gaillarde.
Selon Lachèvre, Frenicle avait participé au ‘Parnasse satyrique’, et comme tel, fut incriminé en 1623 par le Parlement de Paris.
Contient, parmi les pièces préliminaires, des textes de L. Mauduit, J.-C. Villeneuve, C. Morin, A. Godeau, C. Malleville et Deslandes.
La troisième partie ("Eglogues") figure sous page de titre et pagination particulières.
(Arbour, ‘Toussaint Du Bray', n°281. Bibliothèque De Backer, 743: "de la plus grande rareté". Brunet, II, 1390. Lachèvre, ‘Recueils collectifs de poésies libres et satiriques', p. 225. Picot, I, 824).
De la bibliothèque de Frédéric Lachèvre, avec son ex-libris gravé.
Très bon exemplaire.

Réf.: 34848 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[CREBILLON FILS (Prosper Jolyot de)]. Tansaï et Neadarne, Histoire Japonoise, avec figures. [i.e. Tanzaï et Néadarné, Histoire japonaise]
A Pékin [i.e. Paris], 1743
2 volumes in-12, plein veau blond marbré de l'époque, dos lisse orné d'un riche décor doré de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches rouges, xix, (5) 275 p. et (6), 242 p., titres gravés, 5 planches dont une en frontispice.
Jolie édition, illustrée, de la première grande oeuvre de Crébillon fils, qui rencontra un considérable succès de scandale. Selon Sgard (cf. infra), cette édition (1743), la plus soignée, "a de fortes chances de nous donner le dernier texte revu par l'auteur".
Les figures, sans être explicitement obscènes, sont fortement sexualisées ou à contenu subversif (cf. C. Vernisse, 'L’illustration des contes de Crébillon fils au XVIIIe s.: simplification et érotisation', in "Féeries", 11, 2014, 199-220). Voir la planche de la transformation du sexe de Tanzaï en écumoire (I, 105) ou celle de Jonquille à la cherche de l'araignée sur Néadarné dénudée (II, 134).
"Le plus remarquable [des ouvrages de Crébillon] qui concentre une bonne part de l'esprit des Lumières: l'exotisme, les coups de griffes au roi, au pape et aux obscurantistes; et la grosse farce gauloise, puisque le noeud de l'intrigue, si l'on ose dire, est la métamorphose du sexe de Tanzaï en une imposante écumoire... Lire Crébillon, c'est humer les parfums du XVIIIe siècle: ne boudons pas le prince du boudoir!" (D. Sénécal, "Lire", déc. 1999).
Crébillon, emprisonné à Vincennes pour ses allusions scabreuses à la duchesse du Maine fut élargi sur l’intervention de la duchesse elle-même qui, selon E. Henriot ('Livres de second rayon', p.181) "lui demanda fort joliment où donc il avait tant appris sur les princesses, desquelles il parlait dans son livre avec si peu de retenue".
('Dictionnaire des oeuvres érotiques', p. 154. Drujon, 'Livres à clef', II, 920. Peignot, 'Livres condamnés au feu', I, 87. Sgard, 'Crébillon, Oeuvres complètes', 2020, I, TN.1743-A, p. 570-571: "ex. de première émission". Tchemerzine-Scheler, II, 677).
Bel exemplaire, très frais, bien relié à l'époque.

Réf.: 37783 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FOUGERET DE MONBRON (Louis-Charles), GOUDAR (Ange). 1- [FOUGERET DE MONBRON (Louis-Charles)]. La Capitale des Gaules, ou la Nouvelle Babilonne [sic]. La Haye [et "Bagdat" pour la 2e partie], 1759. 2 parties, 67 p. et 140, (1) p. d'errata, 2 titres compris.
2- [GOUDAR (Ange)]. L'Anti-Babylone, ou Réponse à l'auteur de la Capitale des Gaules. Londres [i.e. Paris], 1759. 76 p.

Ensemble relié en un volume in-12, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments cloisonnés et fleuronnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, triple filet doré en encadrement des plats, tranches mouchetées.
1- Edition originale. Les deux parties de 'La Capitale des Gaules' figurent sous pages de titre et pagination séparées.
Fougeret de Monbron, le libertin de la veille, auteur de 'Margot la Ravaudeuse', se fait moralisateur pour fustiger la corruption des moeurs qui règne à Paris. Il dénonce "les financiers, innombrables femmes galantes, & intrigants" qui tiennent le haut du pavé, l'apothéose du sexe et de l'argent devenu le seul dieu, "la fureur du théâtre" et des jeux et le triomphe universel de l'immoralité et de la débauche. Soudain soucieux des humbles, Fougeret dénonce avec sa violence coutumière, le Paris séjour de délices pour les privilégiés, mais enfer des “infortunés”.
Reste qu'il s’empresse d'affirmer que lui-même ne donnera pas le bon exemple: “Je frémis au seul mot de pénitence, je ne jeûne jamais qu’entre mes repas" (II, p. 24).
2- Edition originale de cette réfutation de l'ouvrage précédent par l'aventurier, journaliste et économiste physiocrate Ange Goudar. Il rejette la vision de Fougeret pour préférer attirer l'attention sur tout ce que Paris offre d'attirant et d'exceptionnel. Il défend que vice et vertu se retrouvent également à la campagne comme à la ville et que l'atmosphère de gaîté et d'entrain de la capitale bénéficie au plus grand nombre. Il soutient même, avec Bernard de Mandeville, que certains vices peuvent s'avérer nécessaires à la société.
(Dufour, 'Paris', p. 226. Lacombe, 151 qui informe n'avoir jamais rencontré ces éditions originales des deux parties).
Mors fendillés, coins usés. Quelques épidermures et légères rousseurs éparses.
Bon exemplaire, relié à l'époque.

Réf.: 37822 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DU TILLIOT (Jean-Baptiste Lucotte). Mémoires pour servir à l'histoire de la fête des foux, qui se faisoit autrefois dans plusieurs Eglises. (EDITION ORIGINALE IN-4°).
Lausanne & Genève, Marc-Michel Bousquet & Cie, 1741.
In-4, plein vélin souple ivoire à attaches de cuir, protégé sous étui (reliure moderne dans le goût de l'époque), vi, 112 p., 12 planches hors texte, vignette de titre.
Rare édition originale in-4° distribuée hors commerce et imprimée sur papier vergé fort, illustrée de 12 planches hors texte gravées en taille-douce par N. B. de Poilly.
La première partie renferme une étude historique érudite, qui demeure une bonne source sur les "fêtes de foux", héritage des saturnales païennes, et sur les sociétés qui essaimèrent à partir du XIVe siècle à travers toute la France. La seconde concerne la Bourgogne et particulièrement la "Société de la Mère-Folle" de Dijon, d'où l'auteur était originaire.
Les prêtres, au cours d'une parodie de cérémonie religieuse dans leur église, interprétaient des chansons licencieuses et ripaillaient autour de l'autel transformé en buffet. Quant à la Confrérie de la "Mère folle", elle organisait des réunions gastronomiques autour d'un chef, baptisé "Mère folle", de sa cour de dignitaires et d'une infanterie de plus de 200 hommes, vignerons pour la plupart.
Les pages 90 à 105 retranscrivent des dialogues de vignerons en patois bourguignon rimés.
Les planches représentent des sceaux, vêtements, chars de défilé et attributs.
(Caillet, 3475. Cohen, 341. Dorbon, 1431. Dinaux, 'Sociétés badines', I, 336. Oberlé, 'Bibliothèque Bachique', 543).
Quelques auréoles au fond.
Joli exemplaire, frais, très grand de marges, imprimé sur vergé, bien relié.

Réf.: 36695 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



NIFO (Agostino). Augustini Niphi Medicis Libri duo, De pulchro, primus. De amore, secundus.
Lugduni, Godefridum & Marcellum Beringos [Lyon, Godefroy et Marcellin Beringen], 1549.
In-8, plein vélin souple de l'époque, 277, (3) p., tranches ciselées.
Deuxième édition de ce rare traité sur la beauté et sur l'amour, composé par l'humaniste, philosophe et universitaire italien Agostino Nifo (1473-1539 ?).
"Après la réhabilitation des sens, Nifo confère au plaisir corporel, procuré par la beauté, une valeur inédite: non seulement le plaisir est légitime en lui-même mais il totalise l'ensemble des jouissances humainement possibles. Par-là, l'auteur libère l'amour humain, cupido, de l'accusation de bestialité sous-tendue par la hiérarchie ficinienne des trois amours (…). Le 'De Pulchro et amore' donne une expression philosophique aux aspirations sensuelles des traités du XVIe siècle" (Constance Malard).
D'abord défenseur d'un averroïsme sans concession, Nifo élabora une synthèse originale entre un aristotélisme éclectique et un néo-platonisme qu'il poussa dans ses derniers retranchements. Sa polémique avec Pomponazzi sur l'immortalité de l'âme le rendit célèbre.
L'ouvrage est dédié à Jeanne d'Aragon.
Cf. l'édition critique donnée par Laurence Boulègue, éd. des Belles Lettres, 2011.
(Adams, N-288. Baudrier, 'Bibliographie lyonnaise', III, 48).
Provenance : la bibliothèque lyonnaise de Justin Godart (1871-1956), homme politique et philanthrope, avec son ex-libris gravé.
Signature autographe ancienne sur la tranche supérieure: "Capuccini".
Quelques auréoles et pliures à quelques feuillets. Biffure ancienne à la page de titre avec une petite perforation due à la plume. Manques de vélin au dos, les nerfs sont apparents.

Réf.: 36900 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ARETINO (Pietro) dit L'ARETIN, CARRACCI (Agostino) ou CARRACHE (Augustin). L'Arétin d'Augustin Carrache, ou Recueil de postures érotiques, D'après les gravures à l'eau-forte par cet Artiste célèbre, Avec le texte explicatif des Sujets.
A la Nouvelle Cythere [i.e. Paris, Pierre Didot, 1798] (réimpression vers 1925).
In-folio (247 x 330 mm), plein maroquin janséniste bronze à gros grain, titre doré, doubles gardes de papier marbré, tête dorée, (2) f. fx-titre et titre, 10 p. préface, (1) f. table et errata, 80 p. texte, 20 planches hors texte à pleine page, exemplaire non rogné.
Réimpression en grand format de la rare édition donnée par Pierre Didot en 1798, ouvrage considéré comme l'un des plus beaux érotiques du XVIIIe siècle.
Le texte, attribué à Simon-Célestin Croze-Magnan, est illustré des célèbres 20 planches libres gravées à pleine page par Jacques Joseph Coiny d'après Carrache, reproduites ici en héliogravure.
Dutel signale que les exemplaires de cette édition se trouvent souvent reliés par Max Fonsèque.
(Dutel, 1043).
Piqûres et rousseurs éparses.
Très bon exemplaire, relié en maroquin, non rogné, imprimé sur vélin crème au filigrane des "papeteries Lafuma".

Réf.: 37759 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LA MORLIERE (Jacques ROCHETTE de)]. Angola. Histoire indienne. Ouvrage sans vrai-semblance.
A Agra, Avec Privilège du Grand Mogol, 1746.
2 volumes in-12, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs ornés de caissons fleuronnés et cloisonnés, tranches rouges, (2), 20, (6), 162 p. et (4), 199 p.
Edition originale du premier ouvrage de l’auteur, qui obtint un très grand succès et le fit connaître.
Il dédie "Aux petites maîtresses (...), ce livre (…); qu'il parvienne en vos mains à votre réveil, après une nuit passée voluptueusement entre les bras d'un amant chéri".
Sous la forme d'un roman libertin, récit d'une éducation sentimentale dont l'action se situe dans un univers féerique subverti, subterfuge qui permet à La Morlière de livrer une critique des moeurs de la cour de Louis XV.
"Tout le mérite 'd'Angola' est dans le talent du peintre des moeurs qui l'a composé. Grâce aux dons qui lui permirent de saisir en un sérieux document la physionomie de son époque, La Morlière surpasse tous ses contemporains (...). Il met en oeuvre toutes les ressources magiques révélées par les contes orientaux" (Dufrenoy, 'L'orient romanesque', p. 88-91).
IIssu d’une famille de légistes de Grenoble réputée depuis le XVIe siècle, le chevalier de La Morlière (1719-1785) mena de front une carrière d’auteur à succès et d’aventurier. Entremetteur, tricheur, escroc, faussaire, maître chanteur, il fit plusieurs séjours en prison.
(BnF, 'Utopies', bibliographie en ligne. Hartig & Soboul, p. 50. Pia, 'Dictionnaire des oeuvres érotiques', p. 30-31. Valette, 'Utopie', n° 182).
Ex-libris gravé et armorié d’Alfred Petit.
Deux feuillets tachés à la cire de bougie au tome II. Mors très légèrement fendillés.
Très bon exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

Réf.: 37780 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CURIOSA - Chronique arétine. Chronique arétine, ou Recherches pour servir à l'histoire des moeurs du dix-huitième siècle: première livraison [seule parue].
A Caprée [i.e. Paris], 1789.
In-8, broché, couverture papier marbré d'origine, 104 p., non rogné.
Edition originale et unique ancienne de cette biographie doublée d’une chronique scandaleuse des dix-sept courtisanes, libertines, actrices et "femmes galantes" les plus célèbres du temps. Elle relate leurs aventures les plus scabreuses et livre les noms des protecteurs, amants et personnalités concernées.
Les noms réels, dissimulés dans le texte par des abréviations, sont dévoilés en fin d’ouvrage (p. 102-104).
L’auteur se présente dans sa préface comme un "écrivain patriote" qui engage les États généraux, à la veille de leur convocation, "à s’occuper sérieusement de la recherche des moyens les plus propres à sauver les moeurs". Il annonce, par ailleurs, des recherches prochaines sur les "deux sexes" et le dévoilement des "Grecs modernes" accusés de corrompre la "jeunesse imprudente".
(Conlon, ‘Siècle des Lumières’, 89:1401. Gay, I, 579. Monglond, I, 326. Tourneux, III, 20418 et IV, 20746).
Quelques petites rousseurs éparses et petites auréoles claires en marge des derniers feuillets.
Bon exemplaire, entièrement non rogné, tel que paru.

Réf.: 37234 - Eur 500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BRACCIOLINI (Poggio) dit "Le Pogge". Les Contes de Pogge, Florentin, avec des réflexions.
Amsterdam, J.-V. Bernard, 1712.
In-12, plein vélin rigide de l'époque, dos lisse titre à la plume, tranches mouchetées, (1) f. de titre, (4), 240 p., planche gravée en frontispice d'après Lamsvelt, titre imprimé en rouge et noir.
Bonne édition, en soixante-douze contes, donnée comme "la plus recherchée pour les notes et les réflexions libres et satiriques qui accompagnent le texte, attribuées à David Durand, Jean-Frédéric Bernard ou Lenglet-Dufresnoy" (Gay, ‘Ouvrages relatifs à l'amour, aux femmes…’, 1873, VI, p. 106).
Cette collection de Facéties (‘Liber facetiarum'), contes grivois et libertins, anecdotes où "au milieu de grossières obscénités on remarque une foule de faits sur les hommes et les événements du temps" a été rédigée entre 1438 et 1450, puis complétée et remaniée.
Erudit, philosophe, humaniste et homme politique originaire de Florence, Poggio Bracciolini (1380-1459) fut secrétaire apostolique sous huit papes. Grand découvreur de manuscrits, c’est à lui que l’on doit la résurrection du ‘De natura rerum’ de Lucrèce.
Malgré son habit ecclésiastique, le Pogge avait 14 enfants quand il se maria à 55 ans avec une jeune femme dont il eut encore 6 enfants.
Ces historiettes lui furent inspirées par ses observations prises sur le vif, en particulier durant ses fonctions à la Curie romaine et à la Chancellerie de Florence, alors "institution des plus corrompues".
(Brunet IV 769. Cohen 811).
Quelques petits accrocs et manques de papier en marge (dont p. 20-21), sans pertes de texte.
Joli exemplaire, dans sa première reliure de vélin rigide, frais, bien relié.

Réf.: 37154 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[FOUGERET DE MONBRON (Louis-Charles)]. Le Cosmopolite ou le Citoïen du monde.
S.l., Aux dépens de l'Auteur [i.e. La Haye, Pierre Gosse ?], 1750.
Petit in-12, broché, couverture papier bleu postérieur, (2), 137 p., (1) p. d'errata.
Edition originale. "L'une des meilleures oeuvres de Fougeret. Curieux ouvrage, à la fois autobiographique, récit de voyage, recueil d'histoires galantes, pamphlet politique et littéraire (...). L'écrivain y révèle le sens de la vie, de la couleur, du pittoresque. La critique de Fougeret est aiguisée, parfois venimeuse, souvent exprimée avec une indéniable force corrosive et une causticité toute voltairienne (...). Foncièrement asocial, Fougeret est un solitaire naturellement insurgé" (R. Trousson, ‘Romans libertins du XVIIIe s.’).
Le livre est donné comme l'une des sources majeures du 'Candide' de Voltaire.
(Conlon, 'Siècle des Lumières', 50:570. Gay, I, 740. M. Saillet, p. 235).
Bon exemplaire, non rogné.

Réf.: 37280 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CREBILLON FILS (Prosper Jolyot). Le hazard du coin du feu. Dialogue moral. [i.e. sic pour Le Hasard du coin du feu].
A La Haye, 1763.
Petit in-12, plein veau marbré de l'époque, dos à 4 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de veau blond, tranche rouge, 288 p. faux titre et titre inclus.
Edition parue l'année de l'originale chez le même éditeur. "Avec les 'Egarements du coeur et de l'esprit', le chef-d'oeuvre de Crébillon fils et, en son genre, l'un des écrits les plus parfaits et les plus fins de tout le XVIIIe s. Le dialogue est aussi spirituel, la langue aussi élégante que dans le théâtre de Marivaux, mais l'observation va plus loin" (P. Pia, 'Dictionnaire des oeuvres érotiques', p. 208).
(Gay, II, 454. Sgard, 'Crébillon, Oeuvres complètes', Garnier, 2000,T. II, B.1763, p. 762).
Petit accroc à la coiffe supérieur.
Très bon exemplaire, très frais, bien relié à l'époque.

Réf.: 37784 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LA MOTHE LE VAYER (François de)]. I- Cincq [sic] Dialogues faits à l'imitation des Anciens. Par Oratius Tubero (...). [Tome I]. II- Quatre autres Dialogues du mesme auteur. Faits comme les précédens à l'imitation des Anciens (...) [Tome II].
Francfort, Jean Savius, 1716.
2 volumes in-12, plein veau marbré havane, dos à nerfs garnis de compartiments richement ornés de fleurons, filets, palettes et dentelles dorés, tranches rouges (rel. moderne dans le goût de l'époque), (16), 416 p. et (18), 466 p., titre noir et rouge.
Dernière édition, la meilleure ancienne, de la première et la plus réussie des oeuvres de La Mothe Le Vayer, l'un des principaux représentants de la pensée libertine au XVIIe siècle.
Contient:
Volume I: De la philosophie sceptique - Le banquet sceptique - De la vie privée - Des rares et éminentes qualités des asnes de ce temps - De la Divinité -- Volume II: De l'Ignorance louable - De l'Opiniastreté - De la politique - Du Mariage.
"L'éditeur de 1716 a repris les neuf dialogues d'Orasius Tubero (…); tout en rétablissant l'intégralité du recueil, il a adopté - pour le premier volume - le mode de présentation des éditions de 1671 et 1673, ce qui l'a conduit à donner, dans le second volume, le titre de 'Quatre dialogues' aux 'Cinq dialogues' dont "De la 'Divinité" ne faisait plus partie.
Cette édition est généralement reconnue comme imprimée à Trévoux" (Jammes, 'Libertins érudits', n°209).
(Brunet, III, 801. Pintard, ‘La Mothe Le Vayer. Gassendi, Patin, Études de bibliographie’, p. 6, E1 et E2. Tchemerzine-Scheler, III, 960).
Ex-libris gravé armorié de la bibliothèque de Gérard Sangnier.
Bel exemplaire, très frais, très bien relié.

Réf.: 28608 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CHABRILLAN (Elisabeth-Céleste Vénard, comtesse de) alias MOGADOR (Céleste). Mémoires de Céleste Mogador.
Paris, Librairie Nouvelle, 1858.
4 volumes in-8, demi-chagrin prune de l'époque, dos à 5 nerfs rehaussés de filets dorés, titre doré, tête dorée.
Seconde édition en partie originale, augmentée des chapitres XXXVII à LVI qui manquaient à l'édition précédente de 1854. Elle est également enrichie des pièces des procédures qu'elle intenta afin de récupérer la propriété du château dit "Ermitage de la Maison Rouge" dans l'Indre.
Née à Paris en 1824 d’une mère blanchisseuse et d’un père inconnu Céleste Veinard dite "Mogador" subit un beau-père violent avant de quitter le domicile familial. Fille de bordel à 15 ans, lorette à 20 et courtisane à 25, elle devint écuyère à l'Hippodrome, actrice aux Délassements comiques, à Beaumarchais, aux Folies dramatiques et au théâtre des Variétés, puis connut la gloire à la fin des années 1840 au célèbre Bal Mabille. Reine de Paris, courtisée, Céleste Mogador entretiendra une relation houleuse avec le Comte de Chabrillan, diplomate et aristocrate désargenté avec lequel elle se maria en 1854 et qu’elle accompagna dans ses missions.
Elle poursuivit sa carrière tout en composant des romans et surtout ces sulfureux "Mémoires" qui furent condamnés pour outrage aux bonnes mœurs et engendrèrent des conflits sans fin avec ses éditeurs.
Veuve, malade et alcoolique, elle mourut en 1909 rue des Martyrs à la maison de retraite "l'Asile de la Providence" qui existe toujours.
Petites frottements avec qqs épidermures à la reliure. Quelques rousseurs et auréoles.
Ex-libris armorié gravé par Stern.
Bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 37372 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BRANTOME (Pierre de Bourdeille, seigneur de). Mémoires (…) contenans 'Les Vies des Dames Illustres de France' de son temps.
Leyde, Jean Sambix le Jeune, 1665.
Petit in-12, plein vélin ivoire de l'époque (petit accroc à une coupe, qqs piqûres), (3) f., 407 p.
Edition originale posthume "à la Sphère", annexe aux Elzeviers, imprimée à Bruxelles par Fr. Foppens.
(Willems, 2010. Brunet, I, 1211. Tchemerzine-Scheler, II, 111).
Très bon état intérieur, très frais.
Bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 18459 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[NOUGARET (Pierre-Jean-Baptiste)]. La Capucinade, histoire sans vraisemblance, par Frère P.J. Discret N***.
Par-Tout, 1765, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, &c. [1769].
In-12, broché, couverture de papier marbré (postérieur), 105 p. titre inclus.
Edition originale. Recueil d'aventures obscènes qui valut, à l'auteur, un emprisonnement à la Bastille.
"Reprenant le thème traditionnel de la paillardise des moines et de leur tartufferie, l'auteur fait raconter à l'un d'entre eux toute la succession de ses bonnes fortunes, depuis ses premières amours avec la gouvernante d'un curé jusqu'à sa curieuse aventure avec Thérèse, cette orpheline jeune et sage" (Pia, 'Dictionnaire des oeuvres érotiques', p. 83-84).
L'ouvrage sera par la suite réimprimé sous le titre de "Aventures galantes de Jérôme, frère capucin".
(Gay, I, 474).
Reliure usagée..

Réf.: 30567 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


THEOPHILE DE VIAU. Les Oeuvres de Théophile, Divisées en trois parties. Première partie, contenant l'Immortalité de l'âme, avec plusieurs autres pièces. La seconde les Tragédies. Et la troisième, les pièces qu'il a faictes pendant sa prison. Dédiées aux beaux esprits de ce temps.
Rouen, Jean Berthelin, 1638-1639.
3 tomes reliés en un volume in-8, demi-basane de l'époque à petits coins de vélin, dos lisse orné, (12), 321 p.; 164 p. et 181 p., qqs rouss., vignette de titre, lettrines et culs de lampe.
Bonne édition rouennaise, rare, "classée dans un meilleur ordre que les précédentes" (Brunet), donnée par Georges de Scudéry qui signe la préface.
Poète le plus lu au XVIIe siècle, Théophile de Viau que les contemporains appelaient « le premier prince des poètes » et « l'Apollon de notre âge » sera oublié à la suite aux critiques des Classiques, avant d'être redécouvert par Théophile Gautier. Bien qu'un moment protégé du roi Louis XIII, il vécut en exil et fit de la prison. On lui reprochait les textes obscènes qu'il avait composés, ses moeurs homosexuelles et un esprit irréligieux.
(Brunet, V, 795. Tchemerzine-Scheler, V, p. 866).
Coiffes usées, mors sup. fendue, la pièce de titre manque.

Réf.: 34474 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


LA MOTHE LE VAYER (François de). Hexameron rustique, ou Les six journées passées à la campagne entre des personnes studieuses.
Paris, Louis Billaine, 1671.
Petit In-12, plein veau de l'époque, dos à 5 nerfs cloisonné et fleuronné, roulette doré sur les coupes, tranches rouges, (1) f., (2), 230 p., grande vignette de titre, bandeaux et culs de lampe.
Seconde édition, donnée quelques mois après la première, chez le même éditeur.
Le dernier ouvrage de La Mothe Le Vayer, modèle du "libertinage érudit", "qui ressuscite les gaillardises de sa jeunesse, patauge dans l'obscénité, censure avec des intentions incertaines les abus introduits par le peuple dans la religion. Et la plus folle des fantaisies du jeune magistrat, souvenir de ses débauches d'esprit et de corps : le 'Commentaire de l'Antre des Nymphes' y trouve place" (Pintard, 'Libertinage érudit', p. 536).
(Tisserand, p. 249, n°34. Tchemerzine-Scheler, III, p. 984).
Mors et coiffes usées, taches en coin des plats, qqs épidermures.

Réf.: 36769 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[RICCOBONI (Marie-Jeanne Laboras)]. Lettres de Mistriss Fanni Butlerd à Milord Charles Alfred de Caitombridge, comte de Plisinte, duc de Raflingth, écrites en 1735, traduites de l'Anglais en 1756 par Adélaïde de Varançai [i.e. M.J. Riccoboni].
Paris, Par la Société des Libraires, 1757.
In-8, plein veau marbré de l'époque, dos à 4 nerfs orné de compartiments ornés d'un décor fleuronné et cloisonné estampé à froid, pièce de titre de maroquin brique, filet à froid sur les coupes, tranches rouges, 164 p.
Seconde édition publiée l'année de l'originale. Prétendument traduit de l'anglais, il s’agit de la première oeuvre romanesque composée par Marie-Jeanne Riccoboni.
Raymond Trousson ("Notes de lecture" in "Dix-Huitième Siècle", 1981, p. 445 sq.) rappelle "les origines autobiographiques de ce roman, ce qu'il doit à Richardson, Crébillon fils et Marivaux, tout en mettant en relief l'originalité de la romancière: dépouillement, concentration du temps et de l'espace romanesques, absence de digressions. Roman de l'illusion, où l'héroïne constate que l'amant n'était qu'une création de sa propre pensée, roman féministe enfin, où s'exprime un éloquent réquisitoire contre les hommes".
"L'un des meilleurs auteurs de romans du siècle. Pour la première fois, la femme soulève le problème de sa destinée" (Monglond, cité par Dict. Fayard, p. 1120).
(Martin, Mylne et Frautschi, 'Bibliographie du genre romanesque français', 57 :12. Quérard, France littéraire, VIII, 18).
Ex-libris gravé du bibliophile britannique Anthony Conyers Surtees.
Très bon exemplaire, très frais, dans une reliure anglaise de l'époque ornée d'un décor estampé à froid.

Réf.: 37761 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 2 | 3 |