English version
Accueil
Menu Panier Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Les livres sont affichés par ordre de prix décroissant.

151 fiche(s) - Page 1

Cet ouvrage a été ajouté é votre panier


[SPINOZA (Baruch)]. Opera Posthuma, Quorum series post Praeationem exhibetur.
S.l. [Amsterdam, Jean Rieuwerts], 1677.
In-4 (201 x 161mm), plein vélin rigide ivoire de l'époque, dos lisse, titre de vélin doré dans un médaillon de filet et roulette dorés, tranches mouchetées, (40), 614, (34), 112, (8) p.
Edition originale posthume publiée l'année de la mort de Spinoza. Elle a vraisemblablement été établie sur les manuscrits trouvés dans le pupitre du philosophe par H. Van der Spyck, peintre et logeur de Spinoza, le jour même de sa mort et expédiés immédiatement à Amsterdam.
La publication a été assurée par Jan Rieuwertz et Jarig Jelles, un marchand ami de Spinoza, ce dernier étant très vraisemblablement l'auteur de la préface.
Contient l' 'Éthique', publiée ici pour la première fois, le 'Traité politique', le 'Traité de la réforme de l'entendement', les 'Lettres' et la 'Grammaire hébraïque', en pagination séparée.
(Kingma & Offenberg, n° 24. Expo. Institut Néerlandais, Paris, 1977, n° 160. Expo. Herzog August Bibliothek, n° 25. PMM, 153. Van der Linde, 22).
Quelques rousseurs. Fines annotations bibliographiques anciennes au recto de la première garde blanche et au verso de la dernière. Petite fissure horizontale au dos.
Provenance: le diplomate allemand, essayiste et bibliophile Eduard Grisebach (1845-1906), avec son ex-libris gravé au contreplat. Sa bibliothèque a été dispersée en vente publique en 1930 à Berlin; et "Gass" (petit cachet au dos du titre).
Bel exemplaire, dans sa première reliure de vélin rigide.

Réf.: 37482 - Eur 9000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



RESTIF DE LA BRETONNE (Nicolas Edme) ou RETIF DE LA BRETONNE. Exceptionnel ensemble complet des cinq volumes des "Idées singulières" composés par Restif sur plus de vingt ans, en reliure uniforme de l'époque.
Bien complet de toutes les parties, de tous les faux-titres (rares), titres et catalogues des œuvres.
Au long de ces cinq volumes l'auteur soumet des projets de réformes créatives et radicales de la société et des moeurs, dans lesquels on a vu une ébauche d'organisation socialiste.
Parallèlement, Restif propose des perfectionnements de détails, s’attaquant à des problèmes qu’il essaie de résoudre en homme pratique autant qu'en philosophe des Lumières.
Selon les habitudes de l'auteur, l'ensemble est parsemé de digressions littéraires, saynètes ou récits libertins.
1- Le Pornographe, ou Idées d'un honnête-homme sur un projet de règlement pour les prostituées, Propre à prévenir les Malheurs qu'occasionne le Publicisme des Femmes: Avec des notes historiques et justificatives.
A Londres, chez Jean Nourse (...). Et se trouve à Paris, chez Delalain, 1769. (2) f. de faux-titre et titre, [-7], 368 p.
2- La Mimographe ou Idées d'une honnête-femme pour la réformation du Théâtre national.
A Amsterdam, chez Changuion. A La Haie, chez Gosse & Pinet, 1770. (2) f. faux-titre et titre, [-7], 466 p.
3- Les Gynographes, ou Idées de deux honnêtes-femmes sur un projet de règlement Proposé à toute l'Europe, pour mettre les Femmes à leur place, & opérer le bonheur des deux sexes (...).
A La Haie, chez Gosse & Pinet et Paris, Humblot, 1777. 2 parties en un volume, (1) f. de faux-titre, viij, 238 p. et [-239], 567, (1) p. (les 2 parties en pagination continue, les 2 pages de titre sont comprises dans la pagination).
4- L'Andrographe, ou Idées d'un Honnête-Homme, sur un Projet de Règlement, proposé à toutes les Nations de l'Europe, pour opérer une Réforme générale des mœurs, & par elle, le bonheur du Genre-humain. Avec des Notes Historiques et Justificatives. Recueillies par N.-E. Rétif-De-La-Bretone [sic], éditeur de l'Ouvrage.
A La Haie, Chés Gosse & Pinet, A Paris chés la d.me Veuve Duchesne & Belin & Mérigot-jeune [sic], 1782. 2 parties en un volume, (1) f. de faux-titre, 16, 202 p. et [-203], 475, (1) p. (les 2 pages de titre sont comprises dans la pagination).
5- Le Thesmographe, ou Idées d'un honnête-homme, sur un projet de règlement, Proposé à toutes les Nations de l'Europe pour opérer une Réforme générale des Loix. Avec des notes historiques.
A La-Haie, chez Gosse-Junior & Changuion, et se trouve à Paris, chez Maradan, 1789. 2 parties en un volume, 590 p., (1) f. de catalogue des œuvres de Restif (les 2 parties en pagination continue, faux-titre et 2 pages de titre inclus).

Ensemble de 5 volumes in-8, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 faux-nerfs guillochés or ornés de compartiments entièrement dorés en arabesques, filets et palettes dorés en tête et pied, pièce de titre de veau, rouge et bronze, filets à froid en encadrement sur les plats, tranches jaspées (reliures uniformes).
1- Rare édition originale de premier tirage, avec le nom du libraire "Delalain" sur le titre. Par peur du scandale et de la censure, celui-ci ne voulut pas que son nom figurât sur cet ouvrage et le fit retirer des tirages suivants.
Vaste projet de réformes de la prostitution dans lequel Restif propose de créer une sorte d’ordre religieux consacré à Vénus. Les établissements ("Parthénions"), administrés par l’État, pourront contenir trente mille sujets qui composeraient la communauté (le "projet de règlement" en 45 articles figure aux p. 111-171).
"Ce projet est enchâssé dans un petit roman en forme de lettres (...). La seconde partie est remplie d’une érudition immense sur les lieux de débauche (...)" (Rives Childs, p. 16).
L’ouvrage inspira à Joseph II les règlements sur la prostitution qu’il appliqua dans ses États.
Exemplaire bien complet des 2 faux-titres ("Idées singulières", première / seconde partie), conforme à collation donnée par Rives Childs (n°VI, p. 210).
2- Édition originale. Restif travailla lui-même à l’impression de 'La Mimographe'. Il livre nombre de détails, sans doute réunis avec l’aide de son ami Nougaret, sur le théâtre de son temps, les acteurs et les actrices, le boulevard du Temple, etc., et réfute la lettre sur Rousseau sur les spectacles. Il y insère un essai pour "corriger les abus du théâtre", "vaste utopie qui engage tout le système éducatif et tout le système théâtral" (Martine de Rougemont), ainsi qu’un véritable traité d’art dramatique. Cet ouvrage ne fut jamais contrefait. (Rives Childs, n°VII, p. 215).
3- Édition originale. Restif soumet un vaste projet de réforme du statut des femmes et d’organisation de leur éducation, synthèse contradictoire, à son habitude, d’idées misogynes doublées d’intuitions révolutionnaires sur la condition féminine. L’ouvrage se termine par un dictionnaire des femmes célèbres. (Rives Childs, n°XVI, p. 245).
4- Édition originale, rare. La seconde partie possède sa page de titre propre. Restif avait d’abord annoncé cet ouvrage sous le titre de 'l’Anthropographe ou l’Homme réformé', titre qui se retrouve en tête du texte. "C’est le complément des 'Gynographes', l’homme et la femme ne pouvant être réformés l’un sans l’autre. Les journalistes n’ont point parlé de ce quatrième volume que l’auteur ne leur a encore point envoyé, mais il est bien supérieur aux deux premiers par l’importance de la matière" (cité par Rives Childs, p. 282). L’ouvrage commencé en 1776 et repris en 1780, fut achevé en 1781. C’est surtout dans 'l’Andrographe' que Restif a développé ses théories "socialistes". (Rives Childs, XXIV, p. 281).
5- Édition originale et unique ancienne de ce cinquième volet des "Idées singulières", le plus rare.
Commencé en novembre 1789 et achevé après la Révolution fin 1789, l’ouvrage s’ouvre par une adresse "Aux États-Généraux".
Il renferme l’exposé des projets de réformes politiques et sociales élaborées par Restif : législation civile et pénale (dont un projet d’unification européenne), divorce, urbanisme et police, réforme de la propriété et de ses abus, une étude sur les lois des différents peuples des quatre continents, économie politique et finances, prostitution, mendicité et assistance, colonisation et esclavage, un intéressant projet de coopératives ouvrières, etc. On trouve également de grands morceaux d’autopromotion : "Le sublime auteur des 'Nuits de Paris', des 'Contemporaines' (suit une bibliographie complète de ses œuvres)" (p.482).
À son habitude, Restif insère deux pièces de théâtre: "Le boule-dogue..." et "l’An deux mille", autres hymnes de louanges à lui-même.
La première partie s’achève p. 156. Elle est suivie du titre de la deuxième partie en pagination continue. Bien complet du faux-titre "Idées singulières" et du dernier feuillet contenant le catalogue des œuvres de Restif (2 pages). (Rives Childs, n°XXXVII, p. 313).
Les cinq volumes en reliure uniforme de plein veau de l’époque comportant quelques petites différences d’ornementations. Traces de restauration aux reliures.
Les volumes sont tous complets de toutes leurs parties, de l’ensemble des faux-titres, titres et catalogues des œuvres, état rendu rare par les pratiques fantaisistes de l’auteur lui-même qui participa à l’impression de plusieurs de ces volumes et par les aléas de leur diffusion.

Réf.: 37303 - Eur 8500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LACLOS (Pierre Choderlos de)]. Les Liaisons Dangereuses.
Londres [i.e. Paris], 1796.
2 volumes in-8 (198 x 124 mm), maroquin rouge à grain long, dos lisses ornés d'un riche décor de compartiments en losange délimités par une large roulette dorée, garnis de fers spéciaux au centre (nids d'oiseaux et soleil rayonnant), filets perlés, rinceaux, palettes et filets en tête et pied, roulette de fleurs et de feuilles sertie de filets dorés en encadrement sur les plats, roulette guillochée sur les coupes, guirlande "à la vigne" sur les chasses, tranches dorées, doublures et gardes de tabis bleu (reliure de l'époque "à la Bozérian"). Tome 1: frontispice gravé, 415 p., 7 planches gravées. Tome 2: frontispice gravé, 398 p., 6 planches gravées.
Un des livres illustrés les plus célèbres du XVIIIe siècle, exemplaire de premier tirage sur papier vélin, orné de deux frontispices et de 13 figures de Charles Monnet, Marguerite Gérard et Alexandre Fragonard gravées par Baquoy, Duplessi-Bertaux, Dupréel, Godefroy, Langlois, Lemire, Lingée, Masquelier, Patas, Pauquet, Simonet et Trière.
Cette suite iconographique est considérée comme la plus aboutie du XVIIIe siècle.
"These striking plates form the outstanding contemporary interpretation of the 'Liaisons dangereuses'. They are not likely to be superseded, however often this celebrated novel is illustrated" (G.N. Ray, 'The Art of the French Illustrated Book', Pierpont Morgan Library, 1982, n° 82).
(Cohen, 235-237. Sander, 356).
Très bel exemplaire, très frais, grand de marges, imprimé sur papier vélin, parfaitement conservé dans sa première et élégante reliure de maroquin rouge richement doré "à la Bozérian".

Réf.: 37324 - Eur 7500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



THEROIGNE DE MERICOURT (Anne Josèphe). Lettre autographe signée: “Theroigne”, [Liège] 26 août 1790, à son ami, confident et homme d'affaires, le banquier Jean-Frédéric Perregaux (1744-1808), à Paris. (RARISSIME LETTRE AUTOGRAPHE MANUSCRITE)

2 pages in-4°, adresse avec trace de cachet de cire rouge et marque postale de Liège ; sous cadre.
Exceptionnelle lettre de Théroigne de Méricourt dans laquelle la célèbre militante féministe traite de son engagement politique dans la Révolution, se justifie des accusations portées contre elle à la suite des journées insurrectionnelles des 5 et 6 octobre 1789* et commente sa situation personnelle.
Théroigne de Méricourt avait été l'une des principales meneuses de la manifestation des 5 et 6 octobre 1789 au cours de laquelle 7 à 8000 femmes avaient marché sur Versailles et envahi le palais royal. C'est elle également qui présenta personnellement les revendications à la reine Marie-Antoinette, à la suite de quoi elle dut se réfugier à Liège pour échapper aux poursuites de la police.
Sic: "On m’a écris que le Châteloit poursuivoit avec beaucoup d’activité, l’affaire du 5 et 6 octobre. Apparemment que Mr FARCY, et sa ligue veulent étouffer une affaire par l’autre. J’ai été fort étonnée d’apprendre que j’etois decretée de prise de corps, je ne me doutois pas que n’ayant coperé en rien que ce soit, a tout ce qui c’est dit, et fait, les deux journées du 5 et 6, je serois comprise dans cette pretendue conjuration : car ce n’est pas la peur qui m’a fait partir ; c’est plutot la médiocrité de ma fortune, qui m’a forcé après avoir mangé tout mes diamans, a venir dans mon pays, pour y vivre avec économie, afin de pouvoir continuer d’entretenir mes frères, jusqu’a ce qu’ils aient acquis assez de talents, pour se passer de mes secours"…
"[LÉOPOLD, Empereur d’Autriche, frère de Marie-Antoinette] a fait les plus sevère deffance de laisser entrer aucun imprimé qui parla des affaires de France, dans les Ardennes. C’est une vraie tyranie je ne puis me procurer les papiers qu’avec beaucoup de peine, et il me parviennent toujours trop tard. C’est pourquoi je vous prie de mécrire les progrès de la prosedure de l’affaire de Versaille, et comme je ne puis deviner jusqu’ou a été la malignité de ceux qui mon dénoncé, il faudroit si [vous] voulez me rendre ce service faire votre possible pour savoir de quoi je suis accusée. Car si cela étoit serieux, je me deffenderai et pour cette effet, je n’aurai besoin que de dire la vérité. Éluderont-il son evidance ? Je ne crois pas qu’ils l’osent a moins qu’ils ne meprisent la justice, et l’opinion publique. Alors je serois probablement sacrifiée, malgré que je n’aie d’autre tor que d’avoir beaucoup de zèle, pour le bien public”.
Elle recommande un de ses frères à Perregaux et voudrait être assurée que sa “Rente sur le Roi” ne serait pas confisquée, “dans le cas que mon affaire prit une mauvaise tournure”. Elle prie Perregaux de “me dire si effectivement je ne cour aucun risque de ce côté-là. […] Je serois sensible a cette perte parce qu’il ne me reste pas autre choses pour vivre”…
D'origine luxembourgeoise née à Marcourt près de Liège, Anne-Josèphe Terwagne (1762-1817) dite THÉROIGNE de MÉRICOURT participa à la prise de la Bastille.
Elle devint, avec Olympe de Gouges, l'une des icônes les plus radicales du féminisme pendant de la Révolution française et un modèle pour les générations à venir.
D’abord cantatrice, demi-mondaine, devenue femme politique, féministe radicale, meneuse révolu-tionnaire, surnommée “l’Amazone de la Liberté”, en 1793, elle fut flagellée en place publique en raison de ses sympathies girondines.
Elle sombra peu après dans la démence. Internée durant 23 années, elle fut traitée par le fameux aliéniste Jean-Étienne Esquirol.
La vie de cette égérie de la Révolution et du féminisme moderne fascina nombre d'écrivains, notamment Baudelaire et Lamartine qui voyaient en elle la figure de la femme en lutte pour la liberté. Elle a fait l'objet, ces dernières années, de nombreux travaux de recherches.
* Les journées des 5 et 6 octobre 1789 ont constitué un tournant dans l'histoire de la Révolution:
"Le 5 octobre dans la matinée, sept à huit mille femmes se mettent en route pour Versailles dans l'intention d'aller "chercher du pain". Des chômeurs se joignent au cortège. Disposant de troupes sûres, le roi aurait pu faire arrêter l'émeute. Sur le conseil de Necker, il laisse la foule envahir l'Assemblée et bivouaquer devant le château. Au matin du 6, des gardes du corps sont assassinés et les émeutiers pénètrent jusque dans les appartements royaux. Pour apaiser la fureur des manifestants, Louis XVI accepte de venir à Paris avec sa famille. Au terme d'un voyage de neuf heures pour couvrir la distance de Versailles à Paris, il s'installe aux Tuileries. Dix jours plus tard, l'Assemblée décide de venir le rejoindre en faisant de la salle du Manège le lieu de ses séances. Désormais le roi et l'Assemblée sont prisonniers de la capitale, et c'est le peuple de Paris qui dirige la Révolution" (Jean Tulard).
Provenance: anciennes collections Alfred SENSIER (vente des 11-13 février 1878, n° 359), puis Claude de FLERS (Catalogue "Femmes", 18-19 novembre 2014, n°335).

Réf.: 37423 - Eur 7000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



NIETZSCHE (Friedrich). Also sprach Zarathustra. Ein Buch für Alle und Keinen [I-IV]. [Suivi de: "Dionysos-Dithyramben"].
Leipzig, E. W. Fritzsch, [1886] et C.G. Naumann, 1891.
In-8 (215 x 143 mm), demi-chagrin noir de l'époque à coins, dos à 4 faux-nerfs orné d'un fleuron répété entre-nerfs, titre doré, tranches rouges, 114 p.; (4), 103, (1) p.; (4), 119 p; 134, (2) p. et 21, (3) p. (pour "Dionysos Dithyramben"), portrait de Nietzsche d'après photo. en frontispice.
Première édition collective, complète, du "Zarathoustra" suivi de l'édition originale des "Dionysos-Dithyramben".
Les trois premières parties, qui avaient été publiées séparément, sont composées à partir des feuillets invendus de l'édition originale, sous pages de titre et de faux-titres renouvelées. Elles sont complétées par la quatrième partie publiée en 1891 chez C. G. Naumann, suivie de l'édition originale des "Dionysos-Dithyramben", recueil de six poèmes lyriques en l’honneur de Dionysos. Entrepris fin 1888, c'est le dernier ouvrage que Nietzsche parvint à mener à bien.
Chaque partie possède sa table. Portrait de Nietzsche d'après photographie, placé en frontispice.
Répartie en quatre livres et composée de réflexions philosophiques, de paraboles, de poésies et de chants, remarquable par son unité, l'œuvre n'obtint aucun succès. Nietzsche, qui considérait cet ouvrage comme l'un de ses chefs-d'œuvre et le "péristyle" de sa philosophie, dut publier la dernière partie à compte d'auteur.
(Schaberg, n°45 & 58. Printing and the Mind of Man, n°370).
Quelques petits accrocs de cuir à la reliure. Traces de restauration aux mors.
Très bon exemplaire, dans sa première reliure, intérieur très frais, très bien conservé.
----------------------------------------------------------------------------------------------
First collected edition, complete, of "Thus Spoke Zarathustra", followed by the first edition of "Dionysos-Dithyramben".
The first three parts, originally published separately, are here compiled from the unsold sheets of the first edition, with new title page and half titles inserted.
Those three parts are followed by the first trade edition of the fourth part, printed and published in 1891 by C. G. Naumann, and by the first edition of "Dionysos-Dithyramben", a collection of six lyric poems in honor of Dionysus. Undertaken at the end of 1888, it is the last work that Nietzsche managed to achieve.
Each part has its own table of contents. A frontispiece portrait after photography.
Divided in four parts and consisting of philosophical reflections, parables, poems and songs, remarkable for its coherence, the book has been a commercial failure. Nietzsche, who considered this work as one of his masterpieces and "the peristyle" of his philosophy, had to publish the last part at his own expense.
Some small scuffs to the binding. Neat restoration to joints.
A very good copy in its original binding, very crisp and clean.

Réf.: 37433 - Eur 7000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DU CHATELET (Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise), NEWTON (Isaac). Principes mathématiques de la philosophie naturelle.
Paris, Desaint & Saillant, Lambert, 1759.
2 volumes in-4 (255 x 196 mm), plein veau havane marbré de l'époque, dos à nerfs ornés de compartiments richement fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux et havane, triple filet d'encadrement à froid sur les plats, filet doré sur les coupes, tranches jaspées, (2) f., xxxix, (1), (4), 437 p., 9 planches dépliantes et (2) f., 180 p., 2 planches dépliantes, 297, (2) p., 3 planches dépliantes.
Édition originale posthume de la traduction par la marquise du Châtelet de 'Philosophiae naturalis principia mathematica', l’œuvre maîtresse de Newton, l’un des ouvrages scientifiques les plus importants jamais édités. L’illustration comprend 14 planches gravées dépliantes représentant des centaines de figures mathématiques.
Entreprise dès 1745, cette traduction a été la grande œuvre de la vie de Madame du Châtelet sur laquelle elle travailla pendant cinq années. L’édition s’avéra une entreprise plus longue et chaotique que prévu: lorsque le livre parut enfin, en 1759, la marquise était morte depuis dix ans. Si la bataille des newtoniens était alors gagnée, Voltaire dans sa préface rappelle la férocité de la lutte et l'action décisive de Madame Du Châtelet.
La traduction des "Principes" est suivie de deux travaux théoriques majeurs de Madame Du Châtelet qui prolongent et complètent ceux de Newton: "Exposition abrégée du système du monde et explication des principaux Phénomènes astronomiques tirée des Principes de Newton" et "Solution analytique des principaux Problèmes qui concernent le Système du Monde".
Importante tant du point de vue scientifique que méthodologique, cette traduction contribua à la diffusion du newtonianisme à travers le monde.
Des études récentes du manuscrit prouvent que Madame du Châtelet est bien l'auteur de ce travail considérable et non, comme il a été parfois dit, le mathématicien Alexis Clairaut qui a annoté des passages et à qui elle a envoyé les épreuves corrigées.
(Babson, 28. DSB, III, 215-217. Gray, 38).
Quelques rousseurs minimes éparses. Petite étiquette imprimée de l’époque sur le contreplat: "Se vend à Bordeaux chez Labottière, Libraire Juré de l’Université (…)".
Très bel exemplaire, parfaitement conservé, grand de marges, très bien relié à l’époque.

Réf.: 34584 - Eur 6000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SMITH (Adam). Essays on Philosophical Subjects. By the late Adam Smith (...). To which is prefixed, an Account of the Life and Writings of the Author; by Dugald Stewart, F.R.S.E.
London: Printed for T. Cadell Jun., W. Davies (...), and W. Creech in Edinburgh, 1795.
In-4 (287 x 220 mm), plein maroquin rouge cerise, dos à 5 nerfs soulignés de filets à froid, titre doré, coupes et coiffes filetées or, large dentelle intérieure dorée, tranches dorées sur marbrures (rel. Allô et Wampflug ca. 1860), xcv, (1) bl., 244 p.
First edition published posthumously using material which Smith had intended to publish but had not prepared at the time of his death in 1790.
This was done by his literary executors, two friends from the Scottish academic world, Joseph Black and James Hutton.
Dugald Stewart's account of the life and writings of Adam Smith was originally delivered as lectures at the Royal Society of Edinburgh on 1793.
C’est dans cet ouvrage que figure la première mention de la “main invisible” (Smith's first mention of the "invisible hand").
(Goldsmiths, 16218. Jessup, p. 172. Kress, B3037. Rothschild, 1902).
Très bel exemplaire, très grand de marges (287 x 220 mm), soigneusement lavé, dans une luxueuse et élégante reliure de maroquin rouge de Charles Allô, dorée par Wampflug (vers 1860).
Very attractive full red morocco signed by Charles Allô guilted by Wampflug ca 1860 finely decorated in gold, very wide margins (287 x 220 mm).

Réf.: 37249 - Eur 6000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ROUSSEAU (Jean-Jacques). Emile, ou de l'éducation.
La Haye, Jean Néaulme, 1762.
4 volumes in-8 (196 x 119 mm), plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs ornés compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux, coiffes et coupes filetées, tranches rouges. Tome I : (1) f., viii, (2), 466 p., (5) p. de privilège et errata - Tome II : (2) f., 407 p. - Tome III : (2) f., 384 p. - Tome IV : (2) f., 455 p., 5 planches par Eisen gravées par Le Grand, de Longueil et Pasquier.
Véritable édition originale de premier tirage conforme à la description donnée par J.-A. McEachern (1A) et par Gagnebin (IV, p. 863, n° 1), avec l’adresse de La Haye, le privilège en hollandais et le second errata en fin du premier volume. 5 planches par Eisen gravées par Le Grand, de Longueil et Pasquier.
Quelques petits défauts de papier dont un manque sans perte de texte en marge du dernier f. du T.I, auréole sur le premier plat du tome I, quelques rares rousseurs éparses.
Bel exemplaire, grand de marges, imprimé sur beau papier, dans sa première reliure, très bien conservé sans restauration.

Réf.: 37472 - Eur 4500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BABEUF (Gracchus), MARECHAL (Sylvain). 1- Copie des pièces saisies dans le local que Baboeuf [sic] occupait lors de son arrestation. Paris, Imprimerie Nationale, Frimaire (t. 1) et Nivôse (t. 2) an V [1796]. 2 parties en un volume, 334 p. et 334 p.
2- Débats du Procès instruit par la Haute-Cour de Justice, contre Drouet, Baboeuf et autres : recueillis par des sténographes [tome premier – quatrième]. Paris, Baudouin, s.d. [1797]. 5 parties en 4 volumes in-8, 472 p. ; 514 p. ; 631 p. et 378, 134 p.

Ensemble de 7 parties en 5 volumes in-8, demi-basane marbrée de l’époque, dos lisses ornés de doubles filets dorés, pièces de titre et de tomaison de veau orange et brun.
Exceptionnel ensemble des sept parties de la source principale pour l'histoire de la "Conjuration des Égaux", première grande conjuration communiste de l'histoire.
1- Edition originale. Le premier tome contient la première édition du "Manifeste des Egaux" (p. 159 et s.), dont la rédaction a été attribuée par Buonarroti à Sylvain Maréchal.
"Première tentative pour faire entrer le communisme dans la réalité sociale", le manifeste jette les principes d’une doctrine égalitaire et athée fondée sur la gestion communautaire des biens et des moyens de production en prônant la prise du pouvoir par la révolution; une période transitoire de dictature populaire devant conduire à l’instauration d’une démocratie directe universelle.
C'est sur les documents et les pièces contenus dans ces volumes que la Haute Cour de Justice appuya son accusation qui aboutit à la condamnation à mort de Babeuf.
2- Édition originale. La présence, parmi les prisonniers du Directoire, de Drouet député aux Cinq-Cents, obligeait constitutionnellement à juger les babouvistes et leurs alliés devant une Haute Cour qui n'était pas encore formée. Le procès ne commença à Vendôme que le 14 vendémiaire an V (5 octobre 1796). Le 7 prairial an V (26 mai 1797), Babeuf et Darthé -- qui avait prévu, dans le plan insurrectionnel, l'exécution des membres du Directoire --, condamnés à mort, se poignardèrent avec un petit couteau que le fils de Babeuf leur avait remis discrètement. Ils n'en furent pas moins guillotinés le lendemain.
La première partie du tome quatrième est intitulée : "Discours des accusateurs nationaux, défenses des accusés, et de leurs défenseurs, faisant suite aux débats du procès instruit" (...) (378 p.). La seconde partie "Résumé du président de la Haute-Cour de Justice, à la suite du débat, dans l'affaire du représentant du peuple Drouet, de Baboeuf et autres" (134 p.).
(Daline, Saitta et Soboul, 'Inventaire des manuscrits et imprimés de Babeuf', p. 101, n° 55 et p. 102, n°51 et 52. Dommanget, 'Sylvain Maréchal', p. 459. Monglond, IV, 42 et 43).
Rousseurs et brunissures parfois soutenues. Quelques accrocs aux coiffes et aux mors
Ex-libris armorié à la légende "Deo patri rege".
Bon exemplaire en reliure uniforme de l’époque.

Réf.: 37339 - Eur 4000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DUMAS PERE (Alexandre). Filles, lorettes et courtisanes.
Paris, Dolin, 1843.
In-8 (203 x 140 mm), demi-veau rouge cerise, dos lisse orné d'un riche décor romantique de fers rocaille dorés dégageant le titre au centre, filet gras en tête et pied, tranches mouchetées (reliure de l’époque), (4), 338 p.
Édition originale très rare.
"'Les pages suivantes ne sont point écrites pour les demoiselles qui sortent du couvent'. Ce clin d’œil donne d’emblée le ton de ce livre (…). Dumas s’inspire du traité du médecin hygiéniste Parent-Duchâtelet, ‘De la prostitution dans la ville de Paris’ et divise les marchandes de plaisir en trois classes: les filles publiques, qui racolent aux environs du Palais Royal, sur les boulevards ou dans les maisons closes ; les grisettes ou lorettes, établies dans l’actuel XIXe arrondissement, autour desquelles gravite une clientèle plus bourgeoise et bohème ; enfin les demi-mondaines, qui recrutent leurs riches protecteurs parmi les princes et les barons de la finance, s’affichent à l’opéra et vivent dans de somptueux hôtels particuliers où elles reçoivent l’élite de leur temps. Exploration des bas-fonds de la société parisienne, agrémentée d’anecdotes et de digressions historiques (…), il en résulte un panorama bigarré dans lequel Dumas dévoile un univers parallèle et obscur, qui a ses lois, ses coutumes, son langage et ses hiérarchies sociales (…). L'expérience de Dumas dans ce domaine de l'amour vénal, aura été favorable à son texte, et c'est à une manière de reportage dans le Paris licencieux qu'il nous invite" (M. Chaleil, éd. de Paris).
Un unique exemplaire est recensé dans les bibliothèques françaises: celui de la BnF.
(Munro, p. 125. Parran, p. 49. Reed, p. 160).
Couleur du dos légèrement passé.
Bel exemplaire en reliure de l’époque très bien conservée, et quasiment exempt de rousseurs, condition très rare.

Réf.: 37390 - Eur 4000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[BONALD (Louis Gabriel Ambroise, vicomte de)]. Théorie du pouvoir politique et religieux, dans la société civile démontrée par le raisonnement & par l'histoire. Par M. de B.*** Gentilhomme François [i.e. Bonald].
S.l. [Constance=Konstanz], 1796.
3 volumes in-8, plein veau marbré de l'époque, dos lisses ornés d'un riche décor de compartiments garnis en alternance de filets ondulés et d'un fer central à la fleur de lys couronnée, roulettes et filets dorés, filets d'encadrement à froid sur les plats, pièces de titre et de tomaison de veau rouge et bronze, tranches jaspées, gardes de papier peint, xxviij, 574 p., (1) f. errata; (1) f. de titre, (2) p. d'avertissement, 524 p., (1) f. d'errata et (1) f. de titre, (2) p. d'avertissement, 376 p.
Édition originale, très rare, du premier ouvrage de Bonald et son œuvre principale, fondatrice de la pensée contre-révolutionnaire et des "anti-lumières".
"Emigré à Coblence, Bonald défend l’idée d’une constitution naturelle et d’un ordre nécessaire de la société humaine. A l’instar de Burke, il estime que le "bon" homme d’Etat est celui qui conserve et perfectionne l’ordre naturel des choses. Il se fait l’avocat du rôle social de la religion chrétienne; non pas qu’il la réduise à cette dimension, mais il y voit un ciment nécessaire à la cité" (cf. G. Barberis, 'Louis de Bonald', Desclée de Brouwer, 2016).
Le rayonnement du livre dépassa largement les cercles traditionalistes: Napoléon, Balzac, Chateaubriand, Lamartine, puis Léon Bloy ou Barbey d'Aurevilly le lurent et le commentèrent.
Imprimés à Constance par des religieux français émigrés en Allemagne, puis passés clandestinement en France, les volumes furent saisis par la police du Directoire et mis au pilon. Il n’en échappa qu’un petit nombre d’exemplaires adressés par l'auteur à des proches. Par la suite, de son vivant, Bonald refusa de le rééditer.
L’éditeur de la deuxième édition posthume parue dans les 'Œuvres complètes' (1843), soulignait que l’ouvrage était si rare qu’il "peut être regardé comme inédit et sera une sorte de nouveauté pour la plupart des lecteurs".
(Escoffier, 'Mouvement romantique', n°76: "Rareté bibliographique". Quérard, 'France littéraire', I, 394. Talvart & Place, 75).
Quelques traces de restauration à la reliure. Le cahier C du tome III est relié après le cahier K, sans manque. Quelques corrections éparses à la plume dans le texte.
Bel exemplaire, bien relié à l'époque dans une reliure aux emblèmes de la royauté française.

Réf.: 33267 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LA FAYETTE (Marie-Madeleine, comtesse de)] ou LAFAYETTE. La Princesse de Monpensier [Montpensier].
Paris, Charles de Sercy, 1662.
In-12 (151 x 96 mm), plein veau granité de l'époque, dos à 4 nerfs plats guillochés or, garnis de caissons entièrement dorés aux petits fers à la grotesque, filets en tête et pied, triple filet doré en encadrement sur les plats, roulette sur les coupes, (4) f., 142 p.
Edition originale, rare, du premier ouvrage de Madame de La Fayette, "fondateur de l'art classique de la nouvelle", "qui marque la genèse du roman d’analyse psychologique à la française".
Publiée sous le voile de l'anonymat, l'édition a été partagée entre quatre libraires: Charles de Sercy, Augustin Courbé, Thomas Jolly, Louis Billaine.
"Le modèle de ce que devait être la nouvelle classique par la rapidité et la sobriété du style, l'intériorité de l'action, le pessimisme de la pensée (...). Un premier crayon de 'La Princesse de Clèves' " (cf. Henri Coulet, 'Le roman jusqu'à la Révolution', p. 245-246).
"La Princesse de Montpensier" a été adaptée au cinéma en 2010 par Bertrand Tavernier.
(Le Petit, 346. Lever, 'La fiction narrative au XVIIe s.', n°354. Tchemerzine-Scheler, III, 831).
Provenance: "H. Cornbury" avec petite signature ex-libris ancienne (début XVIIe) sur le titre et "Beilly Thompson of Escrick" avec ex-libris ancien armorié et gravé au contre-plat.
Quelques épidermures et petites traces de restaurations à la reliure.
Bel exemplaire, bien relié à l'époque, assez grand de marges.

Réf.: 37438 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LACLOS (Pierre Choderlos de)]. Les Liaisons dangereuses, ou Lettres Recueillies dans une Société, & publiées pour l'instruction de quelques autres. Par M. C... de L...
Amsterdam, et se trouve à Paris, chez Durand neveu, libraire à la sagesse, rue Galande, 1782.
4 volumes in-12 (170 x 98 mm), demi-basane fauve de l'époque, dos lisses ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin vert bronze, tranches rouges, 248 p.; 242 p.; 231 p. et 257 p. (chaque partie est précédée d'un titre et faux-titre inclus dans la pagination).
"Véritable seconde édition", seule corrigée par l'auteur. Parue immédiatement à la suite du tirage "A", elle est donnée comme "très rare" par Max Brun dans sa bibliographie. Impression nouvelle, entièrement recomposée, elle contient le même nombre de cahiers et de pages que la première et est imprimée sur le même papier, avec les mêmes caractères.
Elle est la seule édition que Laclos ait personnellement revue et celle qui a servi aux rééditions modernes de son chef-d'oeuvre.
Ce tirage a été identifié par Gérard Willemetz conservateur à la Bibliothèque Nationale, sur l’unique exemplaire alors connu, acheté à Camille Bloch en 1928 (cf. 'La véritable deuxième édition originale des Liaisons dangereuses', "Bulletin du bibliophile", 1957, n°2, p. 45-52 et Max Brun, 'Etudes des éditions...', id., 1958, p. 125-134).
"Le 19 juillet 1802, répondant à une question de son fils Etienne sur les exemplaires des 'Liaisons dangereuses', Laclos nous apprend qu'il n'a participé qu'à deux éditions de son roman, celles pour lesquelles il a passé contrat avec le libraire Durand: l'édition originale prévue par l'acte du 16 mars 1782 et [cette] deuxième édition, en application de l'avenant du 21 avril 1782, comportant les mêmes nombres de pages, parue en mai. Celle-ci constitue une révision de l'originale (…) ; c'est cette seconde édition, plus correcte que la première, que nous reproduisons (…). Aucune des éditions ultérieures n'a d'autorité" (cf. René Pomeau, préface à sa réédition des 'Liaisons dangereuses', GF, 2006).
(Max Brun, 'Bibliographie des éditions des Liaisons dangereuses', "B", p. 10)
Quelques petits défauts de papiers et rousseurs éparses. Quelques ressauts de cahiers. Papier des plats et des coupes frottés. Coiffes restaurées.
Bon exemplaire, relié à l'époque.

Réf.: 37451 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FROSSARD (Benjamin-Sigismond). La cause des esclaves nègres et des habitans de la Guinée, portée au Tribunal de la Justice, de la Religion, de la Politique; ou Histoire de la Traite & de l'Esclavage des Nègres; Preuves de leur illégitimité, Moyens de les abolir sans nuire ni aux Colonies ni aux Colons.
Lyon, Imprimerie d'Aimé de la Roche, 1789.
2 volumes in-8, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs ornés de caissons garnis de filets d'encadrement et de fers spéciaux au centre, pièces de titre et de tomaison de maroquin fauve et bronze, tranches mouchetées, (2), v, (1), 367 p. et (2), vij, 403, (5) p. de table, approbation et privilège, 2 bandeaux historiés et culs-de-lampe, frontispice gravé.
Edition originale illustrée d'un frontispice allégorique gravé par Charles Boily d'après Pierre Rouvier représentant d'un groupe d'esclaves, prosternés devant un personnage féminin couronné, allégorie de la France, qui tient la main de l'un d'entre eux et leur déclare: “Soyez libres et citoyens”.
"L'ouvrage le plus important et le plus complet, en langue française, contre la traite et l'esclavage" (R. Blanc, ‘Un pasteur du temps des Lumières: B.S. Frossard', Champion, 2000).
Pasteur suisse né à Nyon et fixé à Lyon, Frossard devint membre actif de la Société des amis des Noirs créee en 1788. Il milita aux côtés de Condorcet, Brissot, Clavière Mirabeau et Lafayette à la diffusion des idées abolitionnistes ainsi qu’à la sensibilisation de la population sur la cruauté et l'injustice de la traite négrière.
(Gay, 2813. Goldsmiths, 14008. INED, 1931. Kress, S.5239. Leclerc, 3218. Ryckebusch, 3357. Sabin, 26013).
Quelques traces de restauration (coiffes et charnières), qqs rousseurs sans gravité.
Bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 37306 - Eur 2800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[CATHERINE II (impératrice de Russie)]. Instruction de sa Majesté Impériale Catherine II pour la Commission chargée de dresser le projet d'un nouveau Code de Loix.
A St.-Petersbourg, de l'Imprimerie de l'Académie des Sciences, 1769.
Grand in-8 (212 x 130 mm), plein veau moucheté de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, roulette au noir sur les coupes, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches marbrées, (2), 172, (3) p. de table et errata.
Rarissime "édition originale et seule complète" imprimée à Saint-Pétersbourg à l'Académie des sciences, non mise dans le commerce.
Cette 'Instruction préparatoire' ("Nakaz" en russe) a été composée par Catherine II en vue d'une refonte de la codification en Russie selon les principes inspirés de Montesquieu, de Beccaria et de l’idéal des Lumières.
"En mars-avril 1766 la première ébauche du code, composée en français, fut traduite en russe par les secrétaires de l’impératrice. Catherine continua son travail sur ce texte russe qui se transforma en version officielle de l’Instruction".
C'est à partir de cette version que Grigori Kozitski restitua cette 'Instruction' en français et qu'elle fut imprimée, dans cette version définitive, par l'Académie des Sciences à Saint-Pétersbourg en 1769.
Cf. Nadejda Plavinskaia, 'Catherine II ébauche le Nakaz', "Revue Montesquieu", (1998), 2, p. 67-88, et de la même auteure son édition critique de l'Instruction, Moscou, Monuments de la pensée historique, 2018.
(Catalog of Russica, I, 385. Camus-Dupin, 'Bibliothèque des livres de droit', n°3301).
Traces de restauration aux mors.
Provenances : Jean-Frédéric Kuhn (XVIIIe) avec son ex-libris gravé armorié. Franc-maçon, négociant de Strasbourg installé à Bordeaux, disciple direct de Pasqually qui l’aurait initié, il fonda la loge "L'Étoile Flamboyante aux Trois Lys" (1773) et initia le Prince Galitzine.
Autre ex-libris gravé : Carl Gustav Palm de Riga (début XIXe).
Bel exemplaire, très bien relié à l'époque, imprimé sur papier fort.

Réf.: 37429 - Eur 2800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VANINI (Lucilio). Amphitheatrum aeternae providentiae divino-magicum. Christiano-Physicum, nec non Astrologo-Catholicum. Adversus veteres Philosophos, Atheos, Epicureos, Peripateticos, & Stoicos (...).
Lugduni, Apud Viduam Antonii de Harsy [Lyon, Veuve Antoine de Harsy], 1615.
In-8, plein maroquin olive, dos à nerf richement orné de caissons cloisonnés et fleuronnés, double pièce de titre de maroquin havane, triple filet d'encadrement sur les plats, filet sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées, protégé sous étui de cartonnage marbré (rel. ca 1770 "Derôme Le jeune"), (1) f., (22), 336 p. et (8) f. d'index et errata, bandeau, lettrines et culs-de-lampe.
Edition originale de ce livre qui valut à l’auteur d'être arrêté, jugé et brûlé vif la langue tranchée, à l'âge de 34 ans. Véritable brûlot, l’ouvrage est de ceux qui ont contribué à jeter les bases de la philosophie moderne.
"Habileté dialectique, force de dénigrement, indépendance vis-à-vis de ses maîtres, connaissance étendue des systèmes les plus divers, malice enfin... L'Amphitheatrum, plus qu'un bréviaire d'athéisme, est une revue des différents systèmes et un document inestimable sur l'état de la spéculation au début du XVIIe siècle" (A. Levi, Encyclopaedia Universalis).
"Cet impie dont le hurlement blasphémateur, traversant les années, semble avoir, jusqu'à l'apogée dévot du règne de Louis XIV, bouleversé les cœurs des fidèles, empli de terreur les défenseurs de la foi et atteint comme une menace dans leur retraite prudente les incrédules" (Pintard, 'Libertinage érudit', p. 20).
Né près de Naples, Vanini étudia la théologie, la, médecine, le droit et la philosophie en Italie; il entra dans les ordres et parcourut l'Europe en propageant une doctrine qui évolua vers l'athéisme. Venu à Paris, puis à Toulouse pour y continuer son enseignement, il y fut arrêté. Convaincu d'athéisme, de blasphème et de sorcellerie mais aussi d’homosexualité et de corruption de mœurs, il fut condamné à avoir la langue tranchée et à être brûlé, le 9 février 1619, sur la place du Salin à Toulouse ; ses cendres furent dispersées au vent.
Devant la mort, fidèle à ses convictions, Vanini repoussa le crucifix en proclamant que Dieu n'existe pas et que la mort n'est que l'antichambre du néant.
Le livre, sévèrement poursuivi et détruit, est "rarissime" selon Dorbon.
(Brunet, V, 1075. Caillet, 11028. Dorbon, 5060. Peignot, 'Livres condamnés', II, 174. Thorndike, VI, 568-573. Wellcome, 6485).
Provenances: baron de Caule, avec ex-libris ancien gravé. Bibliothèque de la demeure d'Auchincruive en Ecosse et "Mortimer L. Schiff" avec son ex-libris doré sur cuir.
Petite restauration de papier au f. 9. Quelques rousseurs.
Très bel exemplaire dans une reliure de maroquin olive de Nicolas-Denis Derôme dit "Derôme jeune", le plus célèbre représentant de la dynastie des relieurs, avec sa petite étiquette imprimée: "Relié par Derôme le Jeune rue St Jacques au-dessus de St Benoist".

Réf.: 35285 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



MONTAIGNE (Michel de). Les Essais. Nouvelle édition exactement purgée des défauts des précédentes, selon le vray original; Et enrichie & augmentée (...). Ensemble la Vie de l'Autheur, & deux Tables, l'une des chapitres & l'autre des principales matières, de beaucoup plus ample et plus utile que celle des dernières éditions.
Amsterdam, Anthoine Michiels, 1659.
3 volumes in-12, plein maroquin havane, dos à 5 faux nerfs ornés d'un décor à la Du Seuil de caissons richement dorés, palette et filets dorés en tête et pied, plats encadrés de 2 jeux de triples filets et fleurons ajourés aux coins, filets dorés sur les coupes, large dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrures (rel. Trautz-Bauzonnet), (52), 468 p. frontispice et titre inclus -- (4), 708 p. -- (4), 510 p. et (78) p. de table, portrait gravé de Montaigne en frontispice, bandeaux, lettrines et culs de lampe.
Jolie édition, l’une des premières "portatives" et la première en trois volumes, ornée d’un beau portrait de Montaigne en frontispice gravé en taille-douce par Peeter Clouwet, à la devise de Montaigne.
Elle est accompagnée d’un bon appareil critique: nombreuses notes en marge, résumé du texte, noms des auteurs cités figurent en référence, citations grecques, latines et italiennes.
En tête du volume I, "Advertissement" de Montaigne au lecteur, Epitre de Mlle de Gournay, préface par la "fille d'alliance" de Montaigne et une "Vie de Montaigne". Table générale pour les trois volumes en fin.
Longtemps attribuée aux Elzevier, cette édition a été imprimée par François Foppens à Bruxelles.
"Edition très rare dans la mesure où elle est généralement incomplète d’au moins un volume" (Montaigne Studies, 32:1659).
(Rahir, p. 549. Tchemerzine-Scheler, IV, p. 905. Sayce & Maskell, n°33. Willems, n°1982 signale que les exemplaires de plus de 150 millimètres sont particulièrement recherchés).
Mors légèrement frottés.
Bel exemplaire, finement relié par Trautz-Bauzonnet, assez grand de marges (159 x 89 mm).

Réf.: 37331 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



PASCAL (Blaise). Oeuvres de Blaise Pascal.
La Haye, Detune [i.e. Paris, Nyon], 1779.
5 volumes in-8, plein veau porphyre de l’époque, dos à 5 nerfs richement ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de veau fauve, triple filet doré d’encadrement sur les plats, filet sur les coupes, tranches jaspées, portrait de Pascal en frontispice, un feuillet dépliant (II, p. 549) et 14 planches dépliantes gravées hors texte.
Première et unique édition collective ancienne, en partie originale, augmentée de Pensées, de "Écrits sur la Grâce", "Traité du vide" et d’une importante correspondance.
L’ouvrage est illustré d’un portrait de Pascal par François Quesnel et de 14 planches dépliantes gravées en taille-douce.
Du fait des querelles jansénistes et de la répression qui s’en suivit, il fallut attendre un siècle pour que cette édition des oeuvres de Pascal voie le jour - encore avait-on dissimulé les nom et adresse de l’éditeur parisien Nyon aîné sous une adresse fictive hollandaise.
Les tomes IV et V réunissent les oeuvres scientifiques éditées "très consciencieusement" selon Maire. On y trouve, pour la première fois en librairie, le recueil des pièces concernant la "Pascaline" (T.IV, p. 7-50) accompagné de 5 figures descriptives en 2 planches dépliantes.
La page 549 du tome II des "extases" de Pascal est dépliante.
(Brunet, IV, 395. Maire, I, 246-255. Tchemerzine-Scheler, V, 76).
Quelques infimes accrocs à la reliure. Exemplaire sans restaurations.
Très bel exemplaire, grand de marges (125 x 196 mm) imprimé sur papier vergé, très bien relié en veau porphyre à l'époque à l’époque.

Réf.: 37548 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



PECQUEUR (Constantin). De la Paix, de son principe et de sa réalisation (...). Ouvrage couronné en 1842, par la Société de la Morale chrétienne, précédé d'un extrait du rapport fait à cette Société par M. Villenave.
Paris, Capelle, 1842.
In-8, demi-veau vert bronze de l'époque, dos lisse orné d'un grand décor romantique doré de fers rocaille et filets en long s’arrondissant autour du titre doré, tranches jaspées, (2), xv, (1), 456 p.
Rare édition originale et unique de "l'ouvrage visionnaire" de Constantin Pecqueur, l'un des livres pionniers du pacifisme moderne et de l'idée d'organisations internationales garantes du maintien de la paix.
Il est divisé en trois parties: les deux premières sont consacrées aux nuisances morales, politiques, économiques et sociales de la guerre. La troisième, la plus importante, contient les principes "cosmopolites" et internationalistes qui doivent guider les relations internationales afin de promouvoir l’unité culturelle, économique et législative des peuples européens et leur coexistence pacifique.
Les nations subsisteraient mais seraient confédérées, sur le modèle des Etats-Unis, en un "gouvernement représentatif des Peuples-Unis" dont il donne les modalités de fonctionnement. Pecqueur prévoit un tribunal international d’arbitrage visant au maintien de la paix ainsi qu’une "armée de la paix" composée de contingents fournis par les nations, un désarmement universel et la diminution progressive les effectifs militaires nationaux...
Economiste, premier théoricien du collectivisme, saint-simonien, puis quelque temps proche des idées de Fourier, Constantin Pecqueur (1801-1887) devint membre de la Commission du Luxembourg en 1848 aux côtés de Louis Blanc.
Nombreuses de ses idées et projets jugés utopiques en son temps se sont trouvés réalisés. La qualité et la précision de ses analyses économiques en font une exception parmi les socialistes français de la période, plutôt indifférents à ces questions. Ses ouvrages ont influencé Marx qui le cite abondamment.
Contient, relié à la suite:
BAZAN (Patrice). D'une paix universelle et permanente (…). Paris, Pierre Baudouin, 1842. xx, 124 p.
Édition originale. L'auteur obtint le premier prix du concours sur la Paix organisé par la "Société de la morale chrétienne" en 1842, ex æquo avec Pecqueur.
Mors lég. frotté.
Bel exemplaire, dans une fine et très décorative reliure romantique de l'époque.

Réf.: 37229 - Eur 2200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VIRGILE ou VIRGIL (Publius Vergilius Maro). OEuvres de Virgile, traduites en françois, le texte vis-à-vis la traduction avec des remarques, par M. l'abbé Desfontaines. Nouvelle édition.
Paris, Imprimerie P. Plassan, An IVe (1796).
4 fort volumes grand in-8 (229 x 143 mm), maroquin vert à grain long richement orné d'une large frise d'encadrement dorée sur les plats au buste de chimère et guirlande de fleurs sertie d'un double filet doré, avec fleurons d'angles autour d'un rectangle central et écoinçons à l’éventail, dos lisses ornés aux petits fers et ombilic mosaïqué rouge dégageant 2 compartiments pour le titre et la tomaison, palettes et filets en tête et pied, roulettes sur les coupes et les chasses, gardes de papier bleu, tranches dorées (reliure Durville), portrait frontispice et 17 figures gravées sous serpente.
Belle et célèbre édition illustrée d'un portrait par Dupréel en frontispice et de 17 planches, en premier tirage, dont 5 d'après Moreau le Jeune, gravées par Simonet, Dupréel, Dambrun, Delvaux et Ponce, et 12 d'après Zocchi, gravées par Baquoy, Delignon, Thomas, Halbou et Duamel.
Quelques infirmes frottements à la reliure.
(Cohen, 1020-1021).
Belle et spectaculaire reliure de maroquin vert mosaïqué, aux plats à l’éventail, parfaitement réalisée par le relieur montpelliérain Gustave Durville (1805-1860) dans le goût de Bozérian.

Réf.: 37330 - Eur 2200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VOSSIUS (Isaac), POMPONIUS MELA. Observationes ad Pomponium Melam de situ orbis. Ipse Mela lognè quam antehac emendatior pramittitur.
Hagae Comitis [La Haye], Adrianum Vlacq, 1658.
2 parties en un volume in-4, plein veau moucheté fauve de l’époque, dos à 5 nerfs rehaus-sés de roulettes dorées, garni de compartiments cloisonnés et dorés au fer de la Toison d’or (baron de Longepierre), plats ornés de triples filets dorés en encadrement et du même fer répété aux centres et aux coins, tranches dorées, (1) f. bl., (4), 65, (1) bl., (24) p. ; (2), 315, (1), (20) p., titre rouge et noir, grande vignette de titre sur bois, illustrations et diagrammes dans le texte.
Importante édition critique du De situ orbis de Pomponius Mela, premier géographe de l’antiquité romaine, dont le texte est restitué intégralement et accompagné d’abondants commentaires et digres-sions, par le savant, universitaire, historiographe et philologue hollandais Isaac Vossius (1618-1689).
Cette édition érudite, qui contribua à la redécouverte de Pomponius Mela, était considérée par ses contemporains comme l'une des meilleures de son temps.
(Schweiger, p.610).
Précieux exemplaire du baron de Longepierre (1659-1721), relié à son emblème de la Toison d’Or. Ce volume est cité dans le catalogue de sa bibliothèque compilé par le Baron Portalis ('Catalogue de la bibliothèque de Longepierre', p. 200).
Précepteur du comte de Toulouse et du duc de Chartres futur Régent du royaume, Longepierre devint secrétaire des Commandements du duc de Berry. A sa mort, il légua sa bibliothèque à son ami le cardinal Louis Antoine de Noailles (1651-1729), qui la transmit à son neveu le maréchal-duc Adrien-Maurice de Noailles (1678-1766).
"Les reliures de sa bibliothèque, remarquables par les insignes de la Toison-d’Or, jouissent du même crédit auprès des amateurs que celles des livres de Groslier, du président de Thou, du comte d’Hoym, etc. Elles sont d’une grande perfection dans leur simplicité, et, cette bibliothèque, d’un choix admirable, ne paraissant pas avoir été jamais fort étendue, elles se présentent très rarement dans les ventes" [sic] (Charles Nodier, 'Catalogue (...) de la bibliothèque de M. G. de Pixerécourt'. Paris, 1839, n°1, p. 1).
Ex-libris du bibliophile genevois R.E. Cartier, avec son ex-libris doré sur cuir.
Quelques petites traces de restauration aux coiffes. Quelques rousseurs éparses;
Bel exemplaire.

Réf.: 37333 - Eur 2200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FRANKLIN (Benjamin), DALIBARD (Thomas François) traducteur. Expériences et observations sur l'électricité faites à Philadelphie en Amérique (...); & communiquées dans plusieurs Lettres à M.P. Collinson de la Société Royale de Londres. Traduites de l'Anglois.
Paris, Durand, 1752.
In-8, plein veau vert bronze de l'époque, dos lisse richement orné d'un décor de compartiments garnis alternativement d'une large résille et de fleurons dorés, filets et palettes dorés, titre doré, tranches mouchetées, 24, lxx, (10) p., 222, (30) p. de table et errata, une planche dépliante.
Première édition française, d'après l'originale parue à Londres l'année précédente traduite par François-Thomas Dalibard à la demande de Buffon et illustrée d'une planche hors texte présentant dix figures gravées sur cuivre.
Ce recueil, qui contient le premier exposé de la véritable nature physique de l'électricité, a été constitué par Peter Collinson à partir des lettres que Benjamin Franklin lui avait expédiées.
Il est précédé d'une "Histoire abrégée de l'électricité" à pagination propre, écrite en partie par Dalibard et empruntée, pour le reste, à une dissertation faite en 1748, pour l'Académie de Bordeaux, par M. de Secondat, fils de Montesquieu.
Le traducteur, le naturaliste François-Thomas Dalibard (1709-1799), apporta lui-même la première preuve expérimentale de la présence d'électricité dans les nuages orageux lors une expérience en date du 10 mai 1752, tandis que Franklin fit son expérience en septembre 1752.
Il eut, en outre, l'idée de remplacer le paratonnerre cerf-volant de Franklin par une barre de fer de 50 pieds.
"The most important scientific book of eighteenth-century America" ('Printing and the Mind of Man', n°199) et "Franklin's most important scientific publication" (Norman, I, p. 299).
La publication de cette édition française contribua amplement à la diffusion des théories et des découvertes de Benjamin Franklin sur l'électricité à travers le monde.
(Ford, 'Franklin Bibliography', p 43. Dibner, n°57).
Quelques infimes accrocs aux plats. Les fautes signalées dans l'errata ont été corrigées à la plume par un contemporain.
Très bon exemplaire, assez grand de marges, dans une reliure de veau vert de l'époque.

Réf.: 37420 - Eur 2200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[DIDEROT (Denis), SHAFTESBURY (Anthony Ashley, comte de)]. Principes de la philosophie morale ; ou Essai de M. S*** [SHAFTESBURY] sur le mérite et la vertu. Avec Réflexions.
Amsterdam, Zacharie Chatelain, 1745.
In-8, plein veau acajou moucheté de l'époque (164 x 105 mm), dos à 5 nerfs richement orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, filet à froid en encadrement des plats, filet doré sur les coupes, tranches rouges, xxx, 297 p., (1) bl., (9) p. de table et errata, (1) p. bl., (1) f. bl., 2 planches gravées hors texte.
Edition originale du premier essai philosophique du jeune Diderot, illustrée de 2 planches gravées hors texte, 1 fleuron et 2 vignettes de Durand gravés par Fessard.
"Cet exercice auquel se livra Diderot sur un original anglais fut davantage une paraphrase qu'une traduction. C'est un travail fort important pour saisir l'évolution de sa pensée. Il s'agissait de 'An Inquiry concerning Virtue and Merit de Lord Shaftesbury' (...). Il y avait quelque danger à présenter au public français, un ouvrage qui affirmait aussi franchement l'existence d'une morale naturelle, indépendant des sanctions d'une religion ou d'une Eglise données" (Wilson, ‘Diderot’, p. 44).
Sur cet ouvrage capital "pour saisir l'évolution de la pensée de Diderot", cf. A. Wilson, p. 43 sq. et Venturi, 'La jeunesse de Diderot', passim.
(Adams, PY1. Cohen, 306. Tchemerzine-Scheler, II, 916).
Quelques petites rousseurs. Petit ex-libris effacé au titre.
Bel exemplaire, très frais, grand de marges (164 x 105 mm), dans sa première reliure de veau moucheté.

Réf.: 14370 - Eur 2000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[DIDEROT (Denis)]. Lettre sur les sourds et muets, A l'Usage de ceux qui entendent & qui parlent. Avec des additions (...).
S.l.n.e. [i.e. Jean-Baptiste Bauche fils], 1751.
In-12, plein veau marbré de l'époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, filets à froid en encadrement sur les plats, tranches rouges, x, 400 p., (1) f. de faux-titre, (12) p. d'errata et de table, 5 planches gravées hors texte, imprimé sur papier fort.
Rare exemplaire de l’édition originale dans un tirage qui fournit le "stade ultime du texte" (Adams).
L'exemplaire est en tout point conforme à celui décrit par Lucien Scheler dans ses augmentations à Tchemerzine (II, p. 929, n°2).
Il est augmenté, sans interruption à partir de la p. 242, des ajouts donnés par Diderot et son éditeur aux cahiers de premier tirage, possède une page de titre recomposée pour l’occasion, 400 pages suivies d’un feuillet de faux-titre ("Additions pour servir d’éclaircissemens…"), d'une page d'errata et de 11 pages de table.
Les feuillets A2, D4, E1 et L5 sont cartonnés.
Le livre a été publié, au moins en partie, par Jean-Baptiste Bauche fils, sans nom d’éditeur mais avec la permission tacite du nouveau et libéral directeur de la librairie, Malesherbes bien que l'auteur soit sous le coup d’une lettre de cachet, emprisonné à Vincennes.
Diderot composa cet essai pour de réfuter les théories de l’abbé Batteux. Il y expose ses conceptions novatrices sur la formation du langage et annonce plusieurs de ses théories esthétiques notamment "le modèle idéal", "le sublime" ou "le spectateur de sang-froid", théories qu’il reprendra par la suite dans ses 'Salons' ou dans le 'Paradoxe sur le comédien'.
(Sur ce tirage peu commun voir Adams, LH4 notes et Tchemerzine-Scheler, II, 929).
Quelques infimes traces de restauration.
Ex-libris armorié "Anne Paul de Fontenay" gravé par Stallin et daté de 1751. Il devint lieutenant-général du bailliage d’Autun et premier maire de la ville à la Révolution.
Bel exemplaire, très frais, grand de marges (155 x 99 mm), imprimé sur papier fort, très bien relié à l’époque.

Réf.: 37431 - Eur 2000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VILLENEUVE BARGEMONT (vicomte Alban de). Economie politique chrétienne, ou Recherche sur la nature et les causes du paupérisme, en France et en Europe, et sur les moyens de le soulager et de le prévenir.
Paris, Paulin, 1834.
3 volumes in-8, demi-chagrin à grain long rouge cerise à coins, dos à 5 nerfs plats ornés d’un jeu de roulettes, filets au noir et dorés, titres et tomaisons dorés, tranches citron (reliure de l’époque), (4), 509, (2) p.; (4), 652 p. et (4), 603, (1) p., 4 cartes dépliantes lithographiées au tome II et 4 plans et vues en 3 planches dépliantes au tome III.
Edition originale de cet ouvrage fondateur, "initiateur du catholicisme social" (J.-B. Duroselle).
Entre celles de ses contemporains, l'une des rares études à dresser un réquisitoire radical des théories libérales, à répudier l'individualisme triomphant dans le domaine économique et à déplorer les conséquences de l'industrialisation sauvage sur les classes laborieuses et les plus démunis.
L’auteur réalise, en un effort original, une synthèse entre le christianisme "seule base d’un état social conforme à la nature de l’homme" et une économie politique qui serait soucieuse du "bien-être du plus grand nombre" et non des impératifs de la seule production.
L’étude, qui se fonde sur d’abondantes statistiques et références, incorpore la question de l’accroissement de la population et de ses rapports avec la morale chrétienne. Pour soulager la misère, Villeneuve-Bargemont préconise - et c’est alors une nouveauté - un système positif et des solutions inédites, même au sein des milieux catholiques sociaux: interventionnisme massif de l’Etat et important dispositif législatif en matière de protection sociale et d’éducation.
Sur cet ouvrage, son importance et son originalité cf., J.-B. Duroselle, ‘Les Débuts du catholicisme social en France’, p. 59-71.
(Einaudi, 5910. Goldsmith’s, 2845. Kress, C.3891).
Petit accroc à une coupe et en coin d'un plat.
Bel exemplaire, très bien relié.

Réf.: 19559 - Eur 1800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 |