English version
Accueil
Menu Panier Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Afficher les livres par : prix décroissants | prix croissants | de A à Z | de Z à A

70 fiche(s) - Page 1

Cet ouvrage a été ajouté é votre panier


BOCCACCIO (Giovanni) ou BOCCACE. Le Decameron.
Londres [Paris], 1757-1761.
5 volumes in-8 (198 x 125 mm), plein veau porphyre de l'époque, dos lisses richement ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, palettes et roulettes dorées, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux, triple filet d'encadrement sur les plats, filets sur les coupes, roulette sur les chasses, tranches dorées, viii, 320 p. ; 292 p. ; 203 p. ; 280 p. et 269 p., 5 frontispices, 110 figures hors texte ainsi que, pour la "suite libre": un titre frontispice et 20 figures.
Très bel exemplaire de cette célèbre édition illustrée, enrichi de sa "suite libre" qui avait été livrée à part. L’ensemble comprend:
Un portrait de Boccace exécuté par Lempereur, 5 frontispices par Aliamet et Lemire, 110 figures et 96 culs-de-lampe. L'illustration est signée par Gravelot en grande partie, ainsi que par Eisen, Boucher et Cochin fils. La gravure a

Réf.: 37210 - Eur 7500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VOLTAIRE. La Pucelle d'Orléans, poëme héroï-comique en dix-huit chants.
Londres [i.e. Paris, Lamy, Pissot, Valade et Cie], 1780.
Petit in-12, plein maroquin rouge de l'époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés, triple filet d'encadrement sur les plats, dentelle sur les coupes et les chasses, pièce de titre de maroquin bronze, doré sur tranches, (4), 264 p., imprimé sur vergé azuré, frontispice représentant Voltaire au côté de Jeanne d'Arc, 18 planches très libres.
Très bel exemplaire, relié en maroquin, imprimé sur papier azuré, comportant la suite d’illustrations très libres connue sous le nom de "suite anglaise", avec le frontispice représentant Voltaire au côté de Jeanne d’Arc, ainsi que 18 planches imprimées sur papier fort, gravées par Duflos d’après les dessins de Marillier.
Le portrait de Jeanne d'Arc, qui figure dans quelques exemplaires, n'est pas présent ici.
(Bengesco, 505, note. Corroënne, I, p. 93, n° X bis et II, p. 118-119. Enfer de la BN, 581. Pia, 1104. Voltaire à la BN, 1922).
Joli ex-libris gravé (nymphe et satyre) d'une bibliothèque d’erotica : "F.M.C.".

Réf.: 36542 - Eur 4500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[ARGENS (Jean-Baptiste de Boyer, marquis d')]. Thérèse Philosophe, ou Mémoires pour servir à l'histoire de D. Dirrag et de Mademoiselle Eradice. Nouvelle édition, augmentée d'un plus grand nombre de figures que toutes les précédentes.
A Londres (i.e. Paris, Cazin), 1785.
2 tomes reliés en un volume in-16, plein veau brun de l'époque, dos lisse orné de caissons fleuronnés, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées, 161 p. faux-titre et titre compris et (4), 80 p., 19 (sur 20) planches gravées hors-texte dont une en frontispice.
Edition la plus recherchée de cet ouvrage licencieux, "la plus jolie édition" illustrée de 19 (sur 20) gravures très libres gravées par François Roland d'après les dessins d'Antoine Borel, non signées.
"Ces figures sont très soignées et très fines, comme toutes celles qui sont dues à l'association de ces deux artistes hors ligne dans le genre érotique" (Cohen, 735).
"Deux artistes réputés être les meilleurs illustrateurs du genre érotique et libertin (...). Rien de figé dans leurs images où les personnes sont surprises dans l'amorce d'un mouvement et où le caractère ludique ne manque jamais de transparaître comme dans cette scène surprise par Thérèse, où le voluptueux père Dirrag après avoir fouetté sa pénitente jouit d'elle grâce aux prophéties du cordon de Saint François" (Quignard et Seckel, 'L'Enfer de la Bibliothèque, Eros au Secret', n°15, p. 46).
"Le seul ouvrage qui ait montré le but (...) ; l'unique qui ait agréablement lié la luxure et l'impiété, et qui donnera enfin l'idée d'un livre immoral", c'est en ces termes que Sade, dans 'l'Histoire de Juliette', rend hommage à 'Thérèse philosophe'.
(Cohen, 735. Gay, III, 1212. Pia, 'Enfer', 1426).
De la bibliothèque Th. Hankey, avec ex-libris. Ex-libris au monogramme FMC.
Quelques traces de restaurations à la reliure. Page de faux-titre (I) légèrement grisée, petites déchirures sans manque p. 85 et 87.
Bel exemplaire, frais, bien conservé. Les planches sont en premier tirage, imprimées sur papier fort.

Réf.: 37016 - Eur 3500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CURIOSA - Bordel apostolique. Bordel apostolique, institué par Pie VI, en faveur du clergé de France.
Paris, De l'Imprimerie de l'abbé Grosier, ci-devant soi-disant Jésuite, 1790.
In-12, demi-maroquin acajou à grands coins, dos à 5 nerfs filetés or, orné de compartiments fleuronnés et de filets dorés, titre doré, tranches rouges (rel. fin XIXe), 108 p., 2 planches gravées hors-texte.
Edition originale, rarissime, de ce pamphlet obscène, illustré de deux planches libres. Il met en scène dans un langage extrêmement cru et sans détour, les mœurs homosexuelles des ecclésiastiques qui, à cause de la Révolution, n’ont plus les moyens d’entretenir des prostituées. Tous les personnages cités ont existé.
"Publié à la fin de 1790, le ‘Bordel apostolique’ s’attache aux nouveaux ecclésiastiques dont les biens viennent d’être confisqués par l’Assemblée nationale. Ils n’ont plus les moyens d’entretenir leurs maîtresses et requièrent du Saint-Père un Bref qui leur permettrait de se satisfaire entre eux. Le pape y consent à condition d’en avoir la meilleure part, mais bientôt l’abbé Maury rétablit l’ordre "naturel" (hétérosexuel) (…). ‘Le Bordel’ est une vraie boîte de Pandore d’où fuse toute une série de joyaux quant aux nouveaux ordres (sexuels) du temps. Il fera la joie des chercheurs en "queer studies" mais aussi des simples amateurs de ‘bonnes choses’" (Patrick Cardon, 'Bordel apostolique', Cahiers Questions-de-Genre, 2007, p.5-10).
Les deux estampes délimitent l’action: la première montre deux prélats s’offrant de manière obscène au pape afin d’obtenir l’autorisation de la sodomie homosexuelle. La seconde représente l’orgie finale, triomphe de "l’ordre naturel": des ecclésiastiques (dont l’abbé Maury), en compagnie de bonnes sœurs (dont Mlle de Condé, abbesse de Remiremont).
(Dutel, A-153. ‘Enfer de la BN’, n°602. Gay, I, 416. Pia, ‘Enfer’, éd. 1998, p. 135-136 détaille le contenu).
L’ouvrage est rarissime: un unique exemplaire est recensé dans le monde, celui de la BnF. Un autre a figuré à la vente Nordmann (II, n°100).
Quelques petites piqûres. Exemplaire bien complet. Les 3 premiers feuillets ont été reliés dans le désordre.
Très bon exemplaire très bien relié.

Réf.: 37182 - Eur 3000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



NERCIAT (André-Robert Andréa de). Félicia, ou mes fredaines.
Paris, chez les Marchands de nouveautés, 1795.
4 volumes in-16, plein veau porphyre de l'époque, dos lisses ornés de rosaces et carquois dorés, pièces de titre et de tomaison bronze, roulette dorée en encadrement sur les plats, tranches dorées, frontispice et 23 figures libres.
Edition révolutionnaire du célèbre roman libertin de Nerciat, illustrée d’une suite de 24 figures très libres de Borel gravées par Elluin, reprise de l’édition Cazin de 1782.
Félicia raconte dans le détail, à la première personne, les circonstances qui l’ont menée à s’émanciper et à céder à son goût pour les plaisirs charnels.
"Un vrai roman d’aventures, sur trame sexuelle évidemment ! Confession au féminin, l’héroïne ne voile rien des circonstances qui la mènent à céder aux hommes et ne se cache pas de son goût pour la physique de l’amour… Car les ‘fredaines’ de Félicia se déroulent au sein d’une ‘société d’amour’ où elle vole d’homme en homme (…). Loin des cruautés criminelles de Sade, Nerciat est joyeux, convivial, imaginatif et débordant de vitalité. Rarement la sexualité ne fut plus simple, plus disponible, plus immédiate…" (J.-J. Pauvert).
(Dutel, A-396. Private Case, 31.d.36).
Petites restaurations à la reliure, quelques accrocs de papier dans les marges sans manque de texte. Réfection de papier et de texte à un coin d'un feuillet (T. II, p. 49). Rousseurs et brunissures éparses. Exemplaire relié à l'époque.

Réf.: 36482 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



MORENCY (Suzanne Giroust, dit Mme de). Illyrine ou l'Ecueil de l'inexpérience.
Paris, Chez l'Auteur, Rainville, Mlle Durand et Favre, An VIII (1799-1800).
3 volumes in-8, brochés, couvertures de papier d'attente d'origine, pièces de titre imprimées, viij, 339 p. ; 360 p. et 397 p.
Rarissime édition originale publiée à compte d’auteur, comportant une mention fictive de "Seconde édition" et une page de titre de retirage (le premier tirage est daté de l’an VII). Portrait-frontispice gravé par Canu.
Dans ce récit autobiographique, Suzanne Giroux alias Mlle de Morency relate, sous son nom et adresse personnelle ("chez l'auteur, rue neuve Saint-Roch, n°111") les tumultueuses aventures érotiques qu’elle vécut durant la Révolution.
"Authentique autobiographie, que viennent agrémenter les fantasmes romanesques. L’intérêt de l'ouvrage réside à la fois dans le témoignage que l'auteur nous apporte sur la vie quotidienne d'une aventurière sous la Révolution et le Directoire, dans les portraits de ses amants célèbres [Saint-Just, Hérault de Séchelles, Fabre d’Eglantine, Dumouriez…] mais surtout dans l'orientation autobiographique du roman du libertinage qui semblait jusqu'alors réservée aux auteurs masculins (…). Pour la première fois, une femme entreprend de raconter sans détour les détails de sa vie libertine et de revendiquer, au nom des femmes, le droit à plus de liberté (…). Roman capital pour l'histoire du roman féminin français et l'évolution du statut de la femme dans la société française" (V. van Crugten-André, ‘Illyrine, Un chaînon manquant dans l'histoire du roman féminin français…’, in "Sexualité, mariage et famille au XVIIIe", Univ. Laval, 1998, p. 108-114).
L’auteure livre elle-même la clé de son projet littéraire: se justifier auprès de sa famille qui l'avait reniée: "Ainsi, ces Mémoires, en tombant dans leurs mains, leur apprendront que jamais je n'ai été femme p..., mais galante (…). Je ne fus que l’enfant des circonstances (...). J’ai cédé au tendre amour, à l’impulsion des sens. Mon cœur fut toujours pur pour celui qui le possédait…" (III, 333).
(Dictionnaire des oeuvres érotiques, p. 236.‎ Gay, II 637).
Seulement 4 exemplaires recensés dans le monde (WorldCat): Stanford, Yale, BnF et British Library.
Le cahier 15 (p. 113-120) du tome II est répété deux fois, dont un à la place du cahier 16 (p. 121-128) qui manque.
Quelques défauts de papier au dos. Manques de papier et déchirures éparses sans perte de texte au tome I.
Exemplaire très frais, entièrement non rogné sous ses couvertures d’attente et étiquettes de tomaison imprimées d’origine, tel que paru.

Réf.: 37194 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CASANOVA (Giacomo). Mémoires de Jacques Casanova de Seingalt, écrits par lui-même.
Paris, Paulin (puis E.-B. Delanchy pour le tome X), 1833-1837.
10 volumes in-8, demi-veau blond de l'époque, dos à nerfs ornés de filets, pièces de titre et de tomaison de veau havane et bronze.
Première édition imprimée en France. Les huit premiers volumes, parus en 1833, reprennent le texte de la première édition française publiée chez Brockhaus à Leipzig.
Les deux derniers furent agencés en 1837, à la demande de l’éditeur, par le journaliste Philippe Busoni, sur la base de la traduction donnée par Tournachon-Molin, augmentée d’épisodes inédits (cf. Pollio, ‘Bibliographie critique des oeuvres de Casanova’).
(Carteret, I, 153-154. En français dans le texte, n°182. Pollio, p. 215-219. Rive Childs, p.137, n°12. Vicaire, II, 121).
Petit cachet de bibliothèque au titre ou faux-titre. Quelques défauts de papier dans les marges, sans manque de texte.Quelques rousseurs claires éparses. Accidents aux coiffes et aux mors, épidermures.
Exemplaire non rogné.
Provenance: l’écrivain, critique littéraire et pasteur anglican Mark Pattison (1813-1884) qui devint recteur du Lincoln College à Oxford, avec son petit cachet ex-libris à froid.

Réf.: 35834 - Eur 1500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



RESTIF DE LA BRETONNE (Nicolas Edme) ou RETIF DE LA BRETONNE. La Famille vertueuse. Lettres traduites de l'anglais. Par M. de La Bretonne.
Paris, Veuve Duchesne, 1767.
4 volumes petit in-8, plein veau havane de l'époque, dos à 5 nerfs ornés de caissons fleuronnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux et tabac, palette en tête et pied, plats encadrés d'un filet à froid, tranches marbrées, xxxvj, 251 p.; 288 p.; 300 p. et 299 p., (13) p. de table.
Edition originale et unique de la toute première oeuvre de Restif, présentée fictivement comme une traduction de l'anglais.
D’emblée original par la forme, le livre est rédigé sous forme épistolaire et constitué de récits autonomes et d'histoires secondaires qui s'entrecroisent, récits dont l'auteur dresse la liste dans une table finale, avec la référence précise des pages.
L'ouvrage est inspiré, comme tous ceux de Restif, par une muse : "Henriette" arrivée à la maison de la "belle pâtissière" où il demeurait alors.
Dans Monsieur Nicolas, Restif témoigne de son enthousiasme lorsqu'il entreprit les démarches pour publier son livre : "Je vendis la ‘Famille vertueuse’ à la Veuve Duchesne, quinze livres la feuille; l'ouvrage en fit cinquante et une; et je me crus très riche ! (...). J'étais ivre de joie de me voir imprimer (...), je résolus de me consacrer tout entier à la littérature" (cité par Rives Childs, p. 197).
(Courbin, 'Monde de Restif', n°14558. Gay, II, 231. Lacroix, 77. Rives Childs, p. 197).
Qqs épidermures, accrocs aux coiffes, aux mors et aux coins.
Bon exemplaire, relié à l'époque.

Réf.: 34533 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[CHAVIGNY DE LA BRETONNIERE (François de)]. Vie voluptueuse entre les capucins et les nonnes par la confession d'un frere de l'Ordre.
Cologne, Pierre le Sincere, 1764.
Petit in-8, demi-maroquin noir à grands coins, dos à 5 nerfs orné de petits fleurons dorés entre-nerfs, titre doré, tranches marbrées (rel. fin XIXe), (1) f. de titre, (3), 63 p., 2 gravures dont une en frontispice.
Nouvelle édition, illustrée de deux planches: la double face des moines dissimulés sous des masques et une planche libre.
Sous prétexte de dénoncer "la vie hypocrite & scandaleuse de ces privilégiés"; l’auteur, qui se donne comme témoin direct, relate les turpitudes et "passions infâmes" des capucins.
Fait inconnu des bibliographies et études spécialisées, ce texte reprend celui, très rare, de "Le capucin démasqué, ou le religieux dans son naturel" (1682) attribué à François de Chavigny de La Bretonnière (ca. 1652– ca.1705).
Moine de la Congrégation bénédictine de Saint-Maur, auteur de ‘La religieuse en chemise’, ‘Venus dans le cloître’ et ‘Le cochon mitré’, l’auteur s’était spécialisé dans les récits libertins anticléricaux. Soutenu par une ambition philosophique et politique qui annonçait les Lumières, il livrait une critique sévère des clôtures monastiques, qu'il présentait comme lieux de toutes les déviances sexuelles.
Cette édition est rare. Elle manque aux bibliographies spécialisées. Pour d’autres éditions cf. Dutel III, A-1167. Pia, ‘Livres de l’Enfer’, éd. 1998, n° 1520. ‘The Private Case’, n°1839-1841).
Quelques légères petites taches éparses, dont une marque sur une planche.
Bon exemplaire, bien relié.

Réf.: 37181 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FRENICLE (Nicolas). Les Oeuvres de N. Frenicle, conseiller du Roy et general en sa Cour des Monnayes.
Paris, Jean de Bordeaux, 1629.
3 parties en un volume in-8, demi-vélin blanc à la Bradel, dos lisse orné d'un petit fleuron central, dos titré à la plume (rel. du XIXe s.), (1) f. de titre, (6) p. de prélim., 268 p. et (1) f. de faux-titre, (6) p. de prélim., 172 p., (5) p. de table.
Première édition collective, partagée avec Toussainct du Bray, des oeuvres de Nicolas Frenicle réunissant ses hymnes, élégies, sonnets et églogues.
Conseiller à la cour des monnaies, l'auteur n'avait que 29 ans lorsqu'il publia ce recueil.
Proche des milieux libertins de son temps, Frenicle participa au groupe des "Illustres Bergers", compagnie littéraire constituée vers 1625 avec Guillaume Colletet, Jean Ogier de Gombauld, Louis Mauduit, Claude Malleville, Antoine Godeau, les frères Germain, Philippe Habert, etc. Ces jeunes gens, qui prirent modèle sur les héros de l'Astrée, se réunissaient pour cultiver la poésie dans les environs de Paris, sur les bords de la Seine. A la fois ouverts au classicisme naissant et sensibles à la spiritualité de la réforme, réunis par leur admiration pour Ronsard et Malherbe, ils s'efforçaient de concilier leur ferveur religieuse avec une littérature galante, voire gaillarde.
Selon Lachèvre, Frenicle avait participé au ‘Parnasse satyrique’, et comme tel, fut incriminé en 1623 par le Parlement de Paris.
Contient, parmi les pièces préliminaires, des textes de L. Mauduit, J.-C. Villeneuve, C. Morin, A. Godeau, C. Malleville et Deslandes.
La troisième partie ("Eglogues") figure sous page de titre et pagination particulières.
(Arbour, ‘Toussaint Du Bray', n°281. Bibliothèque De Backer, 743: "de la plus grande rareté". Brunet, II, 1390. Lachèvre, ‘Recueils collectifs de poésies libres et satiriques', p. 225. Picot, I, 824).
De la bibliothèque de Frédéric Lachèvre, avec son ex-libris gravé.
Très bon exemplaire.

Réf.: 34848 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


NIFO (Agostino). Augustini Niphi Medicis Libri duo, De pulchro, primus. De amore, secundus.
Lugduni, Godefridum & Marcellum Beringos [Lyon, Godefroy et Marcellin Beringen], 1549.
In-8, plein vélin souple de l'époque, 277, (3) p., tranches ciselées.
Deuxième édition de ce rare traité sur la beauté et l’amour, composé par l’humaniste, philosophe et universitaire italien Agostino Nifo (1473-1539 ?).
"Après la réhabilitation des sens, Nifo confère au plaisir corporel, procuré par la beauté, une valeur inédite: non seulement le plaisir est légitime en lui-même mais il totalise l’ensemble des jouissances humainement possibles. Par-là, l’auteur libère l’amour humain, cupido, de l’accusation de bestialité sous-tendue par la hiérarchie ficinienne des trois amours (…). Le ‘De Pulchro et amore’ donne une expression philosophique aux aspirations sensuelles des traités du XVIe siècle" (Constance Malard).
D’abord défenseur d’un averroïsme sans concession, Nifo élabora une synthèse originale entre un aristotélisme éclectique et un néo-platonisme qu’il poussa dans ses derniers retranchements. Sa polémique avec Pomponazzi sur l’immortalité de l’âme le rendit célèbre.
L’ouvrage est dédié à Jeanne d’Aragon.
Cf. l’édition critique donnée par Laurence Boulègue, éd. des Belles Lettres, 2011.
(Adams, N-288. Baudrier, ‘Bibliographie lyonnaise’, III, 48).
Provenance : La bibliothèque lyonnaise de Justin Godart (1871-1956), homme politique et philanthrope, avec son ex-libris gravé. Signature autographe ancienne sur la tranche supérieure: "Capuccini".
Quelques auréoles et pliures à quelques feuillets. Biffure ancienne à la page de titre avec une petite perforation due à la plume. Manques de vélin au dos, les nerfs sont apparents.

Réf.: 36900 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[CAYLUS (A.-C.-P. de Tulières-Grimoard, comte de), CREBILLON FILS (Prosper Jolyot de), MARIVAUX (Pierre de), DUCLOS (Charles PINOT), GRAFFIGNY (Françoise de), etc.]. Recueil de ces Messieurs.
Amsterdam, frères Wetstein [i.e. Troyes, Veuve Oudot, mars], 1745.
In-12, plein veau porphyre de l’époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, armes dorées sur les plats, tranches jaspées, (6), 374 p.
Véritable édition originale de premier tirage de ce recueil collectif de petits écrits libertins et subversifs, "Bagatelles", jeux littéraires et "contes badins et facétieux".
Ils sont le produit des dîners hebdomadaires de la "Société du Bout-du-Banc", véritable atelier littéraire organisé et dirigé par l’actrice Jeanne Françoise Quinault et par le comte de Caylus.
La société comptait parmi ses membres les esprits les plus brillants de l'époque: Bernis, Caylus, Collé, Coypel, Crébillon fils, Duclos, Maurepas, Marivaux, Moncrif, Voisenon, etc.
On y relève, entre autres, un "Eloge de la paresse et des paresseux" de MARIVAUX -- "La sincérité est la plus sotte des vertus & la fausseté le plus nécessaire des vices" de CAYLUS -- "Nouvelle espagnole; le Mauvais exemple produit autant de vertus que de vices" de Mme de GRAFFIGNY publié ici pour la première fois, etc., etc.
Cf. J. Hellegouarc’h, ‘Un atelier littéraire au XVIIIe s.: la société du bout-du-banc’, Revue d'histoire littéraire de la France, vol. 104, n°1, 2004, p. 59-70.
(Dinaux & Brunet, 'Sociétés badines', p. 6. Gay, III, 947. K. Peeters, 'Bibliographie critique du comte de Caylus', p. 16-17. Smith, ‘Bibliographie des oeuvres de Mme de Graffigny’, p.21-28 qui détaille le contenu de ce recueil et les conditions de sa publication).
Traces de restaurations à la reliure, quelques rousseurs éparses.
Reliure aux armes de Jean-Armand, marquis de Joyeuse (1718-1774), colonel aux grenadiers de France en 1749 (OHR, 770, n°1).
Très bon exemplaire, frais, très bien relié à l'époque.

Réf.: 37218 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CURIOSA - Chronique arétine. Chronique arétine, ou, Recherches pour servir à l'histoire des moeurs du dix-huitième siècle: première livraison [seule parue].
A Caprée [i.e. Paris], 1789.
In-8, broché, couverture papier marbré d'origine, 104 p.
Edition originale et unique ancienne de cette biographie doublée d'une chronique scandaleuse de dix-sept des principales courtisanes, libertines, actrices et "femmes galantes" du temps. L’auteur relate leurs aventures les plus scabreuses et livre les noms des protecteurs et amants, des personnalités impliquées…
Les noms réels dissimulés dans le texte par des abréviations sont dévoilés en fin d’ouvrage (p.102-104).
L'auteur se présente dans sa préface, comme un "écrivain patriote" qui engage les États généraux, à la veille de leur convocation, "à s’occuper sérieusement de la recherche des moyens les plus propres à sauver les mœurs". Il annonce, par ailleurs, des recherches prochaines sur les "deux sexes" et le dévoilement des "Grecs modernes" accusés de corrompre la "jeunesse imprudente".
(Conlon, ‘Siècle des Lumières’, 89:1401. Gay, I, 579. Monglond, I, 326. Tourneux, III, 20418 et IV, 20746).
Quelques petites rousseurs éparses et petites auréoles claires en marge des derniers feuillets.
Bon exemplaire, entièrement non rogné, tel que paru.

Réf.: 37234 - Eur 800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DU TILLIOT (Jean-Baptiste Lucotte). Mémoires pour servir à l'histoire de la fête des foux, qui se faisoit autrefois dans plusieurs Eglises. (EDITION ORIGINALE IN-4°).
Lausanne & Genève, Marc-Michel Bousquet & Cie, 1741.
In-4, plein vélin ivoire, attaches de cuir, sous étui (reliure moderne dans le goût de l'époque), vi, 112 p., 12 planches hors texte, vignette de titre.
Rare édition originale in-4° distribuée hors commerce et imprimée sur papier vergé fort, illustrée de 12 planches hors texte gravées en taille-douce par N. B. de Poilly.
La première partie renferme une étude historique érudite, qui demeure une bonne source sur les "fêtes de foux", héritage des saturnales païennes, et sur les sociétés qui essaimèrent à partir du XIVe siècle à travers toute la France. La seconde concerne la Bourgogne et particulièrement la «Société de la Mère-Folle» de Dijon, d’où l'auteur était originaire.
Les prêtres, au cours d'une parodie de cérémonie religieuse dans leur église, interprétaient des chansons licencieuses et ripaillaient autour de l’autel transformé en buffet. Quant à la Confrérie de la "Mère folle", elle organisait des réunions gastronomiques autour d’un chef, baptisé "Mère folle", de sa cour de dignitaires et d’une infanterie de plus de 200 hommes, vignerons pour la plupart.
Les pages 90 à 105 retranscrivent des dialogues de vignerons en patois bourguignon rimés.
Les planches représentent des sceaux, vêtements, chars de défilé et attributs.
(Caillet, 3475. Cohen, 341. Dorbon, 1431. Dinaux, 'Sociétés badines', I, 336. Oberlé, ‘Bibliothèque Bachique’, 543).
Quelques auréoles au fond.
Joli exemplaire, frais, très grand de marges, imprimé sur vergé, bien relié.

Réf.: 36695 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[MONTESQUIEU (Charles-Louis de Secondat, baron de)]. Le Temple de Gnide.
Paris, Simart, 1725.
In-12, plein maroquin rouge janséniste, dos à 5 nerfs soulignés de filets au noir, filet doré sur les coupes, dentelle intérieure, doré sur tranches (rel. moderne Bernasconi), (1) f. de titre, (10), 82 p. et (1) f. d'approbation et privilège, imprimé sur papier fort.
Edition originale de premier tirage, comportant le feuillet de privilège.
Le texte avait d'abord paru en 1724 dans une gazette, 'La Bibliothèque française' à Amsterdam. "Uzanne retrace l'histoire de ce petit chef-d'œuvre, et nous montre sous un jour tout particulier le grave auteur de 'L'Esprit des lois', déposant sa robe et laissant ses dossiers pour écrire ce délicieux poème en prose si plein de sentiment et d'amour que Mme Du Deffand, d'après d'Alembert, a nommé 'l'Apocalypse de la galanterie' "(Gay, III, 1186).
(Tchemerzine-Scheler, IV, 923).
Très bel exemplaire, imprimé sur papier fort, très frais, grand de marges, dans une très belle reliure de maroquin rouge d'Auguste Bernascon.

Réf.: 22718 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


[MIRABEAU (André Boniface L. Riquet, vicomte de)]. La Morale des Sens, ou L'Homme du siècle. Extrait des Mémoires de Mr. le Chevalier de Bar... [Barville], rédigés par Mr. M... D. M. [Mirabeau].
Londres, 1792.
In-12, cartonnage marbré à la Bradel, pièce de titre et de date de veau bleu nuit (rel. moderne), (1) f., 244, (5) p.
Seconde et dernière édition ancienne de ce classique de la littérature érotique du XVIIIe siècle. "Le 'chevalier de Bar.*** ', mystérieux auteur de cette petite merveille de lascivité et d'impertinence, n'est autre que le frère cadet de Mirabeau le tribun. Nous est troussée l'initiation d'un "libertin de qualité", le héros vole d'aventure en aventure et nous livre le détail de ses bonnes fortunes. La démocratie est déjà là : baronnes, soubrettes, filles des champs, nonnes sont égales devant la seule loi qui gouverne ici les humains, celle du désir. Et pour que la peinture soit complète, le bouillant Mirabeau en profite pour régler quelques comptes, car son récit est à "clés", et les dards qui s'y trouvent à l'œuvre savent aussi joliment assassiner. L'on jouit, en ces pages, de l'art délicieux qui s'y donne carrière. Ce qui permettra à la presse et aux libraires de recommander ce petit livre aux jeunes gens et aux jeunes filles qui voudraient se familiariser avec la plus belle langue qui jamais fut" (Edition Phébus).
(Gay, III, 278. Pia, 'Livres de l'enfer', 887).
Quelques feuillets lég. brunis.
Bon exemplaire, grand de marges, bien relié.
((CURIOSA-))

Réf.: 8586 - Eur 500.00
Ajouter au panierOuvrage commandé



[LA MOTHE LE VAYER (François de)]. I- Cincq [sic] Dialogues faits à l'imitation des Anciens. Par Oratius Tubero (...). [Tome I]. II- Quatre autres Dialogues du mesme auteur. Faits comme les précédens à l'imitation des Anciens (...) [Tome II].
Francfort, Jean Savius, 1716.
2 volumes in-12, plein veau marbré havane, dos à nerfs garnis de compartiments richement ornés de fleurons, filets, palettes et dentelles dorés, tranches rouges (rel. moderne dans le goût de l'époque), (16), 416 p. et (18), 466 p., titre noir et rouge.
Dernière édition, la meilleure ancienne, de la première et la plus réussie des oeuvres de La Mothe Le Vayer, l'un des principaux représentants de la pensée libertine au XVIIe siècle.
Contient:
Volume I: De la philosophie sceptique - Le banquet sceptique - De la vie privée - Des rares et éminentes qualités des asnes de ce temps - De la Divinité -- Volume II: De l'Ignorance louable - De l'Opiniastreté - De la politique - Du Mariage.
"L'éditeur de 1716 a repris les neuf dialogues d'Orasius Tubero (…); tout en rétablissant l'intégralité du recueil, il a adopté - pour le premier volume - le mode de présentation des éditions de 1671 et 1673, ce qui l'a conduit à donner, dans le second volume, le titre de 'Quatre dialogues' aux 'Cinq dialogues' dont "De la 'Divinité" ne faisait plus partie.
Cette édition est généralement reconnue comme imprimée à Trévoux" (Jammes, 'Libertins érudits', n°209).
(Brunet, III, 801. Pintard, ‘La Mothe Le Vayer. Gassendi, Patin, Études de bibliographie’, p. 6, E1 et E2. Tchemerzine-Scheler, III, 960).
Ex-libris gravé armorié de la bibliothèque de Gérard Sangnier.
Bel exemplaire, très frais, très bien relié.

Réf.: 28608 - Eur 500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BRACCIOLINI (Poggio) dit "Le Pogge". Les Contes de Pogge, Florentin, avec des réflexions.
Amsterdam, J.-V. Bernard, 1712.
In-12, plein vélin rigide de l'époque, dos lisse titre à la plume, tranches mouchetées, (1) f. de titre, (4), 240 p., planche gravée en frontispice d'après Lamsvelt, titre imprimé en rouge et noir.
Bonne édition, en soixante-douze contes, donnée comme "la plus recherchée pour les notes et les réflexions libres et satiriques qui accompagnent le texte, attribuées à David Durand, Jean-Frédéric Bernard ou Lenglet-Dufresnoy" (Gay, ‘Ouvrages relatifs à l'amour, aux femmes…’, 1873, VI, p. 106).
Cette collection de Facéties (‘Liber facetiarum'), contes grivois et libertins, anecdotes où "au milieu de grossières obscénités on remarque une foule de faits sur les hommes et les événements du temps" a été rédigée entre 1438 et 1450, puis complétée et remaniée.
Erudit, philosophe, humaniste et homme politique originaire de Florence, Poggio Bracciolini (1380-1459) fut secrétaire apostolique sous huit papes. Grand découvreur de manuscrits, c’est à lui que l’on doit la résurrection du ‘De natura rerum’ de Lucrèce.
Malgré son habit ecclésiastique, le Pogge avait 14 enfants quand il se maria à 55 ans avec une jeune femme dont il eut encore 6 enfants.
Ces historiettes lui furent inspirées par ses observations prises sur le vif, en particulier durant ses fonctions à la Curie romaine et à la Chancellerie de Florence, alors "institution des plus corrompues".
(Brunet IV 769. Cohen 811).
Quelques petits accrocs et manques de papier en marge (dont p. 20-21), sans pertes de texte.
Joli exemplaire, dans sa première reliure de vélin rigide, frais, bien relié.

Réf.: 37154 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CURIOSA - Confessions (Les) d'une courtisane devenue philosophe. Les confessions d'une courtisane devenue philosophe.
Londres et Bruxelles, B. Le Francq [i.e. Bruxelles ?], 1784.
2 parties en un volume in-8, cartonnage bleu postérieur, (8) 132 p., imprimé sur papier fort, non rogné.
Edition originale de ce roman libertin, demeuré anonyme, qui exploite la vogue des "confessions" à la première personne de femmes relatant leur déchéance et que leur rédemption a rendu "Philosophe".
Entraînée par une passion dévorante pour un amant sans scrupule, une jeune fille de bonne famille se "voit entraînée pas à pas dans le plus noir des abîmes", vices et débauches, jusqu’à la prostitution et à la prison, avant la rédemption finale.
Une seconde partie ("Les Réflexions d’une courtisane… ", p. 91 à la fin) propose, sous la plume de la narratrice, un projet utopique de réformes des mœurs par la création d’un "Ordre" qui offre la particularité de prendre modèle sur celui de la "Maçonnerie" (hiérarchie, cérémonie de réception, statuts, code, assemblée…, détaillés en note p. 127-132); il agirait directement sur "l’opinion publique" en créant les conditions d’une régénération de la société.
L’auteur, entre évocation de l’Être suprême et de Loi naturelle, cite Rousseau, Montesquieu, Pufendorf, etc., et fustige les institutions de son temps, le mariage, la place des femmes, les inégalités sociales et la corruption introduite par la place laissée à la naissance par rapport au mérite.
(Pour cette édition Conlon, 'Siècle des Lumières’, 84:183. Dutel, A-898).
Très bon exemplaire, entièrement non rogné, frais, imprimé sur papier fort.

Réf.: 37230 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



MONTPENSIER (Anne Marie Louise d'Orléans, duchesse de). Mémoires de Mademoiselle de Montpensier, fille de Mr. Gaston d'Orléans, frère de Louis XIII.
Maestricht, J. Edme Dufour & Phil. Roux, 1776.
8 tomes reliés en 4 volumes in-12, cartonnage marbré, pièces de titre et de tomaison de veau (rel. ancienne, qqs accrocs, qqs faux titres réparés).
Bonne édition augmentée des 'Amours de Mademoiselle et de M. de Lauzun', de 'Relation de l'Isle invisible', 'Histoire de la princesse de Paphlagonie', de la clef des personnages cités et de 'Divers portraits'.
Les Mémoires couvrent la période 1627 à 1688. "Les renseignements fournis sont très précieux : la peinture de la cour de France au milieu du XVIIe est faite par une personne qui la connaissait bien pour y avoir passé une grande partie de sa vie" (Sources de l'histoire de France, n° 801).
(Brunet, III, 1871).
Bon exemplaire.

Réf.: 32850 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[CREBILLON FILS (Prosper Jolyot de)]. Le Sopha, conte moral.
Gaznah, De l'Imprimerie du Très-Pieux, Très-Clément & Très-Auguste Sultan des Indes. L'an de l'Hégire M.C.XX. [i.e. Paris, 1742].
2 vol. in-12, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs cloisonnés et fleuronnés, pièce de titre et de tomaison de maroquin bordeaux, filet à froid en encadrement des plats, coupes filetées, tranches rouges, (2) f., (2), 298 p. et (2) f., (2), 264 p.
Première édition de librairie. Selon les travaux de J. Sgard (‘Crébillon…’, Desjonquères, 2002, p. 108 et s.), une édition privée aurait été imprimée en 1739 sous le titre de ‘Le Sopha couleur de Roze, conte moral’, tirée à quelques exemplaires dont 2 seulement sont connus (McGill à Montréal et Bordeaux).
"Ce conte s'inscrit dans un cadre oriental et repose sur une fiction proprement érotique, celle du narrateur qui, métamorphosé en sofa est appelé à ne retrouver sa forme humaine que quand 'deux personnes se donneraient mutuellement et sur lui leurs prémices' " ('Dictionnaire des lettres françaises', p. 373).
" ‘Le Sopha’ se lit, au fond, comme l'étourdissante archive d'une vaste conversation érotique dévoilant tous les ressorts cachés de la comédie sociale et sexuelle" (Cécile Guilbert).
Crébillon fut condamné à quelques mois d'exil à la suite de la parution de ce roman, à cause de son caractère libertin, mais aussi parce qu’on avait cru reconnaître Louis XV sous les traits du sultan Schah-Baham.
Le succès du livre fut considérable à travers toute l'Europe.
Mors fendus, coiffes et coins usés, épidermures (reliure abimée). Petite notice biographique manuscrite sur la première garde blanche.
(Conlon, 42:379. Tchemerzine-Scheler, II, p. 683).

Réf.: 36674 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



GUEULETTE (Thomas Simon), FAGAN (Barthélemy-Christophe), COLLE (Charles), MONCRIF (François-Augustin Paradis de), PIRON (Alexis). Théâtre des Boulevards, ou Recueil de parades.
Mahon [i.e. Paris], Gilles Langlois, 1756.
3 volumes, plein veau moucheté de l'époque, dos à 5 nerfs ornés de caissons fleuronnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et havane, roulette dorée sur les coiffes et les coupes, tranches mouchetées rouges, frontispice, xiij, 308 p. ; frontispice, xij, 308 p. et frontispice, ij, (2), 336 p. (le frontispice est répété 3 fois).
Édition originale de ce recueil de pièces libres, parfois obscènes, composées par Charles Collé, Montcrif, Piron, etc, publié par Corbie ou Sallé, secrétaire de Maurepas, orné d'un frontispice gravé en taille-douce attribué à Eisen, répété ici en tête de chaque volume.
Forme brève, légère, d'un comique populaire, la parade permettait au XVIIIe siècle une totale liberté d'expression.
L’identification des auteurs est donnée d’après un manuscrit autographe de Collé lui-même, composé dans le style "poissard" qui assura son succès: "Soyez sûrs et certains, que toutes les parades qui sont zenterrés vives dans ce damné ‘Théâtre des boulevards’ sont de la faciende de M. de Sallé, à l'exception de ‘l'Isabelle grosse par vertu', qu'est de Fagan ; une qu'est de Montcrif, en vers (‘l'Amant Cochemard’), une qu'est de Piron (‘le Marchand de merde’), et trois ou quatre autres de moi, qui m'ont été volées par un Savoyard décrotteur, qui a subestitué des cochonneries de la Halle za des gravelures agréables t'é qui zon le ton de tout le monde (..). Les pièces de Collé sont : 'l'Amant poussif', 'la Mère rivale', 'Léandre grosse', 'Léandre hongre', le vrai titre de cette dernière est 'Razibus'. Duclos en appelait plaisamment l'auteur le grand 'Corneille', et sa pièce le cidre de la parade" (cité par Barbier, IV, 691).
(Gay, III, 1202-1203. Soleinne, 3496).
Quelques petites épidermures.
Bel exemplaire, frais, très bien relié à l’époque.

Réf.: 37106 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BRANTOME (Pierre de Bourdeille, seigneur de). Mémoires (…) contenans 'Les Vies des Dames Illustres de France' de son temps.
Leyde, Jean Sambix le Jeune, 1665.
Petit in-12, plein vélin ivoire de l'époque (petit accroc à une coupe, qqs piqûres), (3) f., 407 p.
Edition originale posthume "à la Sphère", annexe aux Elzeviers, imprimée à Bruxelles par Fr. Foppens.
(Willems, 2010. Brunet, I, 1211. Tchemerzine-Scheler, II, 111).
Très bon état intérieur, très frais.
Bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 18459 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[NOUGARET (Pierre-Jean-Baptiste)]. La Capucinade, histoire sans vraisemblance, par Frère P.J. Discret N***.
Par-Tout, 1765, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, &c. [1769].
In-12, demi-veau havane (mors sup. fendu, reliure usée), 105 p. titre inclus.
Edition originale. Recueil d'aventures obscènes qui valut, à l'auteur, un emprisonnement à la Bastille.
"Reprenant le thème traditionnel de la paillardise des moines et de leur tartufferie, l'auteur fait raconter à l'un d'entre eux toute la succession de ses bonnes fortunes, depuis ses premières amours avec la gouvernante d'un curée jusqu'à sa curieuse aventure avec Thérèse, cette orpheline jeune et sage (...). Ecrit avec verve, rempli de scènes amusantes et de vivacité anticléricale" (Pia, 'Dictionnaire des oeuvres érotiques', p. 83-84).
L'ouvrage sera par la suite réimprimé sous le titre de "Aventures galantes de Jérôme, frère capucin".
(Gay, I, 474).

Réf.: 30567 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


THEOPHILE DE VIAU. Les Oeuvres de Théophile, Divisées en trois parties. Première partie, contenant l'Immortalité de l'âme, avec plusieurs autres pièces. La seconde les Tragédies. Et la troisième, les pièces qu'il a faictes pendant sa prison. Dédiées aux beaux esprits de ce temps.
Rouen, Jean Berthelin, 1638-1639.
3 tomes reliés en un volume in-8, demi-basane de l'époque à petits coins de vélin, dos lisse orné (coiffes usées, mors sup. fendue, la pièce de titre manque), (12), 321 p.; 164 p. et 181 p., qqs rouss., vignette de titre, lettrines et culs de lampe.
Bonne édition rouennaise, rare, "classée dans un meilleur ordre que les précédentes" (Brunet), donnée par Georges de Scudéry qui signe la préface.
Poète le plus lu au XVIIe siècle, Théophile de Viau que les contemporains appelaient « le premier prince des poètes » et « l'Apollon de notre âge » sera oublié à la suite aux critiques des Classiques, avant d'être redécouvert par Théophile Gautier. Bien qu'un moment protégé du roi Louis XIII, il vécut en exil et fit de la prison. On lui reprochait les textes obscènes qu'il avait composés, ses moeurs homosexuelles et un esprit irréligieux.
(Brunet, V, 795. Tchemerzine-Scheler, V, p. 866).

Réf.: 34474 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 2 | 3 |