English version
Accueil
Menu Panier Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Afficher les livres par : prix décroissants | prix croissants | de A à Z | de Z à A

146 fiche(s) - Page 1

Cet ouvrage a été ajouté é votre panier


THEROIGNE DE MERICOURT (Anne Josèphe). Lettre autographe signée: “Theroigne”, [Liège] 26 août 1790, à son ami, confident et homme d'affaires, le banquier Jean-Frédéric Perregaux (1744-1808), à Paris. (RARISSIME LETTRE AUTOGRAPHE MANUSCRITE)

2 pages in-4°, adresse avec trace de cachet de cire rouge et marque postale de Liège ; sous cadre.
Exceptionnelle lettre de Théroigne de Méricourt dans laquelle la célèbre militante féministe traite de son engagement politique dans la Révolution, se justifie des accusations portées contre elle à la suite des journées insurrectionnelles des 5 et 6 octobre 1789* et commente sa situation personnelle.
Théroigne de Méricourt avait été l'une des principales meneuses de la manifestation des 5 et 6 octobre 1789 au cours de laquelle 7 à 8000 femmes avaient marché sur Versailles et envahi le palais royal. C'est elle également qui présenta personnellement les revendications à la reine Marie-Antoinette, à la suite de quoi elle dut se réfugier à Liège pour échapper aux poursuites de la police.
Sic: "On m’a écris que le Châteloit poursuivoit avec beaucoup d’activité, l’affaire du 5 et 6 octobre. Apparemment que Mr FARCY, et sa ligue veulent étouffer une affaire par l’autre. J’ai été fort étonnée d’apprendre que j’etois decretée de prise de corps, je ne me doutois pas que n’ayant coperé en rien que ce soit, a tout ce qui c’est dit, et fait, les deux journées du 5 et 6, je serois comprise dans cette pretendue conjuration : car ce n’est pas la peur qui m’a fait partir ; c’est plutot la médiocrité de ma fortune, qui m’a forcé après avoir mangé tout mes diamans, a venir dans mon pays, pour y vivre avec économie, afin de pouvoir continuer d’entretenir mes frères, jusqu’a ce qu’ils aient acquis assez de talents, pour se passer de mes secours"…
"[LÉOPOLD, Empereur d’Autriche, frère de Marie-Antoinette] a fait les plus sevère deffance de laisser entrer aucun imprimé qui parla des affaires de France, dans les Ardennes. C’est une vraie tyranie je ne puis me procurer les papiers qu’avec beaucoup de peine, et il me parviennent toujours trop tard. C’est pourquoi je vous prie de mécrire les progrès de la prosedure de l’affaire de Versaille, et comme je ne puis deviner jusqu’ou a été la malignité de ceux qui mon dénoncé, il faudroit si [vous] voulez me rendre ce service faire votre possible pour savoir de quoi je suis accusée. Car si cela étoit serieux, je me deffenderai et pour cette effet, je n’aurai besoin que de dire la vérité. Éluderont-il son evidance ? Je ne crois pas qu’ils l’osent a moins qu’ils ne meprisent la justice, et l’opinion publique. Alors je serois probablement sacrifiée, malgré que je n’aie d’autre tor que d’avoir beaucoup de zèle, pour le bien public”.
Elle recommande un de ses frères à Perregaux et voudrait être assurée que sa “Rente sur le Roi” ne serait pas confisquée, “dans le cas que mon affaire prit une mauvaise tournure”. Elle prie Perregaux de “me dire si effectivement je ne cour aucun risque de ce côté-là. […] Je serois sensible a cette perte parce qu’il ne me reste pas autre choses pour vivre”…
D'origine luxembourgeoise née à Marcourt près de Liège, Anne-Josèphe Terwagne (1762-1817) dite THÉROIGNE de MÉRICOURT participa à la prise de la Bastille.
Elle devint, avec Olympe de Gouges, l'une des icônes les plus radicales du féminisme pendant de la Révolution française et un modèle pour les générations à venir.
D’abord cantatrice, demi-mondaine, devenue femme politique, féministe radicale, meneuse révolu-tionnaire, surnommée “l’Amazone de la Liberté”, en 1793, elle fut flagellée en place publique en raison de ses sympathies girondines.
Elle sombra peu après dans la démence. Internée durant 23 années, elle fut traitée par le fameux aliéniste Jean-Étienne Esquirol.
La vie de cette égérie de la Révolution et du féminisme moderne fascina nombre d'écrivains, notamment Baudelaire et Lamartine qui voyaient en elle la figure de la femme en lutte pour la liberté. Elle a fait l'objet, ces dernières années, de nombreux travaux de recherches.
* Les journées des 5 et 6 octobre 1789 ont constitué un tournant dans l'histoire de la Révolution:
"Le 5 octobre dans la matinée, sept à huit mille femmes se mettent en route pour Versailles dans l'intention d'aller "chercher du pain". Des chômeurs se joignent au cortège. Disposant de troupes sûres, le roi aurait pu faire arrêter l'émeute. Sur le conseil de Necker, il laisse la foule envahir l'Assemblée et bivouaquer devant le château. Au matin du 6, des gardes du corps sont assassinés et les émeutiers pénètrent jusque dans les appartements royaux. Pour apaiser la fureur des manifestants, Louis XVI accepte de venir à Paris avec sa famille. Au terme d'un voyage de neuf heures pour couvrir la distance de Versailles à Paris, il s'installe aux Tuileries. Dix jours plus tard, l'Assemblée décide de venir le rejoindre en faisant de la salle du Manège le lieu de ses séances. Désormais le roi et l'Assemblée sont prisonniers de la capitale, et c'est le peuple de Paris qui dirige la Révolution" (Jean Tulard).
Provenance: anciennes collections Alfred SENSIER (vente des 11-13 février 1878, n° 359), puis Claude de FLERS (Catalogue "Femmes", 18-19 novembre 2014, n°335).

Réf.: 37423 - Eur 7000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DEMAR (Claire). Ma loi d'avenir (...). Ouvrage posthume, publié par Suzanne [Voilquin]. [Suivi de: Appel d'une femme au peuple sur l'affranchissement de la femme].
Paris, Bureau de la Tribune des Femmes, 1834.
In-8, plein maroquin, pièce de titre de veau rouge, double filet doré en tête et pied (rel. Devauchelle), 75 p. faux-titre et titre inclus.
Très rare première édition collective de ces deux manifestes féministes, parmi les plus radicaux du XIXe siècle, publiée au lendemain du suicide de l'auteure par Suzanne Voilquin, directrice de la "Tribune des femmes" .
Contient: 'Notice historique' (p. 5-20) – 'Ma loi d'avenir' (p. 21-59) – 'Appel d'une femme au peuple sur l'affranchissement de la femme' (p. 65-75).
Considérée comme l’une des féministes les plus combatives du mouvement saint-simonien, Claire Démar (1799-1833) composa, peu avant son suicide, cet 'Appel d'une femme au peuple sur l'affranchissement de la femme', dans lequel elle qualifie le mariage de "prostitution de par la loi" et met au défi les opposants républicains d'étendre aux femmes la Déclaration des droits de l'Homme.
Dans Ma loi d'avenir, autre "gant jeté dans l'arène", Claire Démar critique la timidité des saint-simoniens devant les revendications de liberté sexuelle et analyse les liens existants entre la répression de la sexualité féminine et le système patriarcal de la propriété.
L’œuvre resta longtemps indisponible et eut peu d'échos immédiats, sans doute à cause de ses thèses radicales irrecevables parmi ses contemporains. Il fallut attendre les temps modernes et sa redécouverte en particulier par Walter Benjamin, pour qu’on reconnaisse à ce manifeste son statut fondamental dans l’histoire du féminisme.
(Gerritsen Collection of Women's History, n° 677).
Quelques petites rousseurs et biffures de l'époque à 2 pages.
Bel exemplaire, frais, très bien relié.

Réf.: 36483 - Eur 2800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DUMAS PERE (Alexandre). La Vicomtesse de Cambes.
Paris, L. de Potter, 1845.
2 volumes in-8, demi-chagrin brique à grain long, dos ornés d’un décor romantique de 4 nerfs guillochés or, palettes, dentelles, fers spéciaux et filets dorés, pièces d’auteur et de titre de maroquin noir (rel. début XXe s.), 334 p. et 324 p, 8 p. de catalogues, ex. entièrement non rogné.
Édition originale. "Peu après avoir terminé ‘le Vicomte de Bragelonne’ (1847), Dumas se rend compte qu'il n'arrive pas à vivre sans ses Mousquetaires et entreprend la rédaction de cette ‘Guerre des Femmes’ où l'ardeur à vivre et à se battre change de sexe sans changer de nature. En 1650, sous la Fronde, ces femmes ne le cèdent en rien aux porteurs de rapière pour ce qui est du panache, de la ferveur batailleuse et de l'amoureuse passion... " (Phébus, 2003).
C’est le dernier des trois volets de la tétralogie romanesque que Dumas consacra aux femmes sous la Fronde. Parus séparément dans leurs premières éditions, ils seront réunis à partir de 1848 sous le titre général de "La guerre des femmes".
Très rare, seulement 4 exemplaires recensés dans le monde (WorldCat) dont un unique dans les bibliothèques françaises: celui de la BnF.
(Munro, 172. Parran, 53. Reed, 186. Vicaire, III, 372-373).
Exemplaire soigneusement lavé. Cachet de cabinet de lecture répété.
Très bon exemplaire entièrement non rogné (207 x 128 mm), dans une reliure ornée d'un décor romantique, complet des catalogues éditeurs (De Potter et Cabinet de lecture).

Réf.: 37098 - Eur 2500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[DU CHATELET (Gabrielle-Émilie Le Tonnelier de Breteuil, marquise)]. Institutions de physique.
Paris, Prault fils, 1740.
In-8, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs ornés de compartiments cloisonnés et fleuronnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches rouges, (2) f. de faux-titre et titre, (2), 450, (22) p. de table, approbation et privilège, (4) p. de catalogue éditeur, frontispice gravé, 11 planches dépliantes, vignette de titre et 22 vignettes dans le texte.
Edition originale, complète du frontispice allégorique avant la lettre, qui ne figure qu'à quelques exemplaires.
11 planches dépliantes contenant 83 figures gravées en taille-douce, vignette de titre et 22 jolies vignettes au burin dans un encadrement rocaille en tête de chaque chapitre.
Brillante tentative de synthèse entre la physique de Newton et la métaphysique de Leibniz, les "Institutions" sont considérées encore aujourd'hui comme l'une des meilleures expositions de la physique leibnizienne.
L’ouvrage fut également composé à des fins pédagogiques par Mme Du Châtelet, qui ambitionna de mettre ses vastes connaissances au service de la jeunesse, en pensant à son fils auquel l’ouvrage est dédié.
"Elle y part de notions simples pour aboutir aux connaissances les plus complexes de la science de son temps (…). Dans sa préface, elle réhabilite l’éducation scientifique, en insistant sur sa valeur formatrice, mais aussi en expliquant pourquoi elle doit se situer dès l’enfance" (M. Touzery, 'E. Du Châtelet, un passeur scientifique au XVIIIe s.', Revue pour l’hist. du CNRS, n°21, 2008).
Bien qu’applaudi par les milieux scientifiques, le livre donna lieu à d’ardentes controverses.
En 1746, Madame Du Châtelet fut élue à l’Académie de Bologne, la seule ouverte aux femmes et "la Décade d’Augsbourg" la classa parmi les dix savants les plus célèbres de l’époque.
(DSB, III, 216).
Petites traces de restauration aux coiffes. Quelques auréoles claires. Sans l'errata, lequel ne figure pas à l'ex. de la BnF.
Bel exemplaire, frais, très bien relié à l'époque, complet du frontispice et du catalogue éditeur.

Réf.: 37108 - Eur 2200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BOILEAU DESPREAUX (Nicolas), GACON (François). 1- [BOILEAU-DESPRÉAUX (Nicolas)]. Dialogue, ou Satire X. Paris, Denys Thierry, 1694. (4), 29, (1) p.
2- [GACON (François)]. Apologie pour Mr Despreaux, ou Nouvelle Satire contre les Femmes. S.l., 1695. (4), 4, 4, 4 p.

Ensemble de 2 pièces reliées en un volume in-4, plein maroquin rouge cerise, dos janséniste à 5 nerfs, titre doré, grandes armoiries dorées au centre des plats, filet sur les coupes, dentelle intérieure, tranches dorées (reliure moderne dans le goût de l’époque).
Édition originale de cette célèbre charge contre les femmes et le mariage.
"Comme les Caractères, la 'Satire X' propose une suite de portraits, cette fois de femmes (…). Défilent l’épouse infidèle et lubrique, la coquette frivole et dépensière, celle qui se ruine au jeu, l’avaricieuse, la précieuse, la bigote, etc. Longue tradition misogyne certes mais aussi obsessions personnelles d’un vieux célibataire et la hargne d’un poète engagé dans la 'Querelle des Anciens et des Modernes' (...). Il est vrai que la mentalité mondaine et moderne s’est élaborée pour une bonne part dans les salons et ruelles des précieuses…" (Écriture féminine au XVIIe siècle, en ligne).
(Magne, 'Bibliogr. de Boileau-Despréaux', n°66. Tchemerzine-Scheler, I, 756 a).
Cet écrit valut à Boileau des répliques d’une extrême violence qui critiquaient tant l’homme ("implacable ennemi de tout le genre humain" selon Pradon) que l’oeuvre.

Réf.: 37150 - Eur 1500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LENCLOS (Ninon de)]. La Coquette vangée. [sic pour La Coquette vengée].
Paris, Charles de Sercy, 1659.
In-12, demi-percaline beige à la Bradel, dos lisse, pièce de titre de basane noire, tranches rouges (rel. du XIXe s.), 48 p. [sign. A12 (-2), B12].
Rarissime édition originale.
"Une historiette qui révèle bien la personnalité de Ninon. Félix de Juvenel a eu le malheur de ne pas apprécier le salon de Ninon et de commettre un texte intitulé 'Portrait de la coquette'. Ninon riposte, à sa manière. 'La coquette vengée' fustige toutes les catégories de philosophes et, particulièrement, celle à laquelle appartient sans doute Félix (…). Mais elle va plus loin dans la vengeance: elle ridiculise le pédant dans une fiction rapide et acide. Petit chef-d'oeuvre d'ironie. Brillante mise en pièces. Ninon se montre intransigeante vis-à-vis des "gens qui portent la censure, la médisance et le désordre" dans les agréables compagnies".
L'attribution traditionnelle de cet opuscule à Ninon de Lenclos, l'un des rares écrits qu'elle ait laissés en dehors de quelques lettres, a été confirmée par de récents travaux.
Seulement deux exemplaires sont recensés dans les bibliothèques à travers le monde (WorldCat): Yale et Cambridge. L'ex. de la BnF est incomplet de la page de titre.
(France littéraire, V, 156. Gay, II, 726-727).
Bon exemplaire.
Des bibliothèques de Paul de Saint-Victor, avec son petit cachet ex-libris au titre et Michel Dubos (ex-libris gravé).

Réf.: 37436 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



AGRIPPA VON NETTESHEIM (Heinrich Cornelius) (ou AGRIPPA Henri Corneille). De la grandeur et de l'excellence des femmes, au dessus des hommes. Ouvrage composé en Latin (…). Et traduit en François avec des Notes curieuses, & la Vie d'Agrippa, par *** [d'Arnaudin].
Paris, François Babuty, 1713.
In-12, plein veau brun moucheté de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments garnis d'un fer spécial central répété et de filets dorés, palette en pied, pièce de titre de maroquin acajou, roulette dorée sur les coupes, tranches rouges, (1) f., (40), 125, (8) p. de table, approbation et privilège.
Première édition de cette traduction française de 'De nobilitate & praecellentia foeminei sexus' (Anvers, 1529), donnée par Jean d'Arnaudin à l'occasion d'une reprise de la "querelle des femmes" au début du XVIIIe siècle.
Précédée d'une importante préface du traducteur et d'une "Vie d'Agrippa", cette version est donnée comme la traduction française de référence (cf. M. Angenot, cf infra, p. 29).
L'un des ouvrages fondateurs dans l'histoire du féminisme et de la réforme de la condition féminine, position radicale ("Il y a des preuves certaines de l'excellence de la Femme au-dessus de l'homme" p.4) qui "fixe pour longtemps le plan à suivre" (M. Angenot, id.).
Savant humaniste, philosophe, théologien, médecin, alchimiste, l'auteur Henri Corneille Agrippa (1486-1535) avait été médecin de Louise de Savoie.
"Ce traité a été traduit dans toutes les langues européennes et connu un succès considérable et durable (…). Médecin réputé, Agrippa ne manque pas d'aborder le problème du point de vue physiologique (…). Il proclame l'absolue égalité des sexes sur le plan de la raison et de la pensée (…). Il conclut par un violent réquisitoire contre la loi inique de l'homme, du législateur et du prêtre (…). Il ressort de cette lecture une impression de force et de grande modernité" (M. Albistur et D. Armogathe, 'Histoire du féminisme français', p. 92-94).
(Marc Angenot, 'Les champions des femmes', bibliographie, p. 173. Cioranescu, 8475. Gay, I, 799).
Quelques infimes traces de restaurations à la reliure. Petit accroc sans perte au titre.
Bel exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 37417 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DEL RIO ou DELRIO (Martin). Disquisitionum magicarum libri sex. quibus continetur accurata curiosanum artium, et vanarum superstitionum confutatio (...).
Coloniae Agrippinae [Cologne = Köln], Hermanni Demen, 1679.
Un tome relié en 3 volumes in-4, demi-vélin ancien, dos lisses ornés de filets dorés, pièces de titre de veau havane, (16), 1221, (48) p., titre frontispice gravé.
Nouvelle édition de cet ouvrage, "des plus précieux du point de vue documentaire pour l’histoire de la sorcellerie".
Beau titre-frontispice gravé par J. de Fornazeris, illustré de 11 vignettes historiées représentant des épisodes de l’Exode.
Né à Anvers et mort à Louvain, Martin Del Rio professa la philosophie et la théologie à Salamanque, Douai, Liège et Louvain. Il fut l’un des plus féroces juges du tribunal institué par le duc d’Albe dans les Flandres, tribunal que les flamands terrorisés baptisèrent du nom significatif de "Conseil de Sang".
"Del Rio était bien placé pour écrire sur la sorcellerie puisqu’il fit partie de cet épouvantable tribunal. Son livre contient donc les formules de sorcellerie employées à cette époque".
Il contient également un exposé des différentes procédures mises en oeuvre contre les magiciens, les sorciers ainsi que ceux qui se livrent à "la prophétie" et à la divination. Le livre IV traite du confesseur qui "soutient une double charge de juge et de médecin".
(Voir Caillet, 2967. Dorbon, 1139. De Backer-Sommervogel, II, 1899-1900. Faber du Faur, 'German Baroque Literature in the Yale U.L.', n°1243. Yve-Plessis, ‘Bibl. Sorcellerie', 1181).
Page de titre renforcé sans perte. Accrocs de papier sans perte. Rousseurs et brunissures, parfois très soutenues. Cachets. Exemplaire bien complet.

Réf.: 36837 - Eur 800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SAINT-SIMON (Claude-Henri, comte de). I- Saint-Simon. Son premier écrit; lettres d'un habitant de Genève à ses contemporains, 1802. Sa parabole politique, 1819. Le Nouveau Christianisme, 1825. Précédés de fragmens de l'histoire de sa vie écrite par lui-même. Publiés par Olinde Rodrigues, son disciple (...).
II- Catéchisme politique des industriels, 1824. Vues sur la propriété et la législation, 1818.
Paris, Librairie saint-simonienne (t.1) & A. Naquet (t.2), 1832.
2 tomes reliés en un volume in-8, demi-percaline bordeaux, dos lisse orné de filets et d'un petit fer central dorés, titre doré, daté en queue, couverture imprimée conservée, tranches mouchetées (rel. moderne Laurenchet), (2) f., xxxviii, (1) f. blanc, 201 p. et (2) f., 364 p.
Première édition collective des oeuvres de Saint-Simon publiée et préfacée par Olinde Rodrigues au lendemain de la rupture avec Enfantin dans le but affiché de restaurer l'unité de l'œuvre de Saint-Simon, dans toute la durée de sa production intellectuelle.
Elle contient plusieurs textes de Saint-Simon non annoncés au titre ainsi que la mise au point par Olinde Rodrigues sur le différend qui l'opposait à Enfantin au sujet de la "Communauté de femmes", différent qui entraîna la scission de l'École l'année de la publication de ces volumes.
(Fournel, p. 99-100. Einaudi, 4955. Mazzone, p.5. Mori, p. 97. Walch-Gerits, n° 412).
Auréoles dans la marge supérieure de la deuxième partie.
Bon exemplaire, bien relié, couverture romantique imprimée conservée.

Réf.: 27236 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LUSSAN (Marguerite de). Les Veillées de Thessalie. Première [cinquième] veillée.
Paris, J.-Fr. Josse, 1731-1732.
5 parties reliées en 2 tomes petit in-8, plein veau marbré de l'époque, dos à nerfs ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin bordeaux, armes dorées au centre des plats, (6), 117, (1) p.; (2), 157 p.; (2), 114 p.; (2), 120 p. et (2), 176 p.
Edition originale, rare, bien complète de la cinquième veillée rajoutée en 1732.
Ce recueil de contes mythologiques et philosophiques avait été déjà remarqué pour ses qualités par ses contemporains. Plusieurs fois réédité au XVIIIe siècle, en particulier dans "Le Cabinet des fées", l'ouvrage a fait récemment l’objet d’une édition critique (Honoré Champion, 2007) et de plusieurs études dans lesquelles sont soulignées ses qualités novatrices ainsi que l’originalité d’un récit qui réalise la synthèse entre traditions populaires et cultures savantes.
Peut-être fille naturelle d’un Prince de Savoie et d’une courtisane, Marguerite de Lussan (1682-1758) reçut une très bonne éducation. Protégée du duc de Soissons, elle composa romans, contes et récits historiques sur les recommandations de Huet qui l’introduisit dans les salons parisiens.
(France littéraire, V, 396).
Quelques traces de restauration à la reliure, quelques réparations de papier, sans perte.
Bel exemplaire, bien relié à l’époque aux armes de Jacques André du Pille (1680-1740), vicomte du Monteil, baron de La Brosse, sieur de La Feuillère, trésorier général de l'extraordinaire des guerres et des troupes de la maison du Roi (OHR, 249. Guigard, II, 193).

Réf.: 37144 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


BELLEGARRIGUE (Anselme). Les femmes d'Amérique.
Paris, Blanchard, 1855.
Petit in-12, demi-toile de l'époque, couverture imprimée contrecollée sur le plat sup., 96 p., imprimé sur papier fort.
Rare édition originale et unique de cet essai que l’auteur consacra aux femmes américaines, à la suite d’un long voyage sur le continent américain.
L’auteur rend compte de leur vie: éducation, mœurs, famille, amour, sexualité… pour conclure sur leur réalisme et leur pragmatisme, opposé à l'idéalisme suranné des Européennes et constater les répercussions sur l’ensemble de la société.
Le texte parut d’abord, par articles, dans la revue "La Liberté de penser".
Personnalité très remarquable dans l’histoire sociale de la France, Anselme Bellegarrigue est considéré comme l’un des premiers anarchistes. Il participa à la Révolution de 1848 et publia, entre autres périodiques, "L'Anarchie, journal de l'ordre", premier journal libertaire connu dans le monde.
Cf. M. Perraudeau, 'A. Bellegarrigue, le premier des libertaires', Editions libertaires (2012).
(Gay, II- 287. Gerritsen Collection of Women's History, n° 206. Maitron, 'Dict. du mouvement anarchiste' et DBMO en ligne. Sabin, 4509).
Les ouvrages d'A. Bellegarrigue sont rares.
Légèrement débroché. Quelques rousseurs.
Bon exemplaire.

Réf.: 17621 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FEMME, FEMINISME - BARBARO (Francesco). De re uxoria libelli duo. De re uxoria libri duo.
Haganoae, Seceriana [Haguenau, Jean Secer], 1533 (au colophon).
Petit in-8, plein vélin moderne à la Bradel, dos orné d'un petit fer aldin au centre et daté en pied, titre doré, tranches rouges, 52 feuillets non paginés accompagnés de 3 lettrines, grande marque de l'imprimeur au colophon.
Précoce édition, imprimée à Haguenau chez Jean Secer, de cet ouvrage composé à Florence en 1416 pour les noces de Laurent de Médicis, l'un des principaux traités de la période sur la question du mariage et du statut de la femme.
L'ouvrage, très populaire au XVIe siècle, fut traduit dans les principales langues européennes. Il est l'une des sources de Jean Bodin.
Envisageant l'institution familiale dans ses relations avec le fonctionnement de la cité, Barbaro examine la nature du mariage du point de vue social et légal. Le deuxième livre est plus spécifiquement consacré aux devoirs de la femme et à son rôle auquel il accorde un rôle central.
"With his emphasis in the 'De re uxoria' on the family as the basic unit of state and society, and on the duties of wives in this context, Barbaro created a new literary genre. Aided by his studies of works from Greek antiquity, he gave the conventional treatise on family life a new twist (...). The 'De re uxoria' stands as a pioneering work on the subject of love, marriage, and family in the early modern period” (B.G. Kohl & R.G. Witt. ed., 'The Earthly Republic. Italian Humanists on Government and Society', Manchester, 1978, p. 186-187).
"Petit traité rare et recherché pour sa singularité" (Osmont).
(Panzer, 7, 111, n° 359 et 9, 472, n°359. VD16 B 356).
Quelques piqûres, plus prononcées aux derniers feuillets.
Bon exemplaire.

Réf.: 35242 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



STAEL (Germaine de), NECKER (Suzanne CURCHOD épouse). 1- Recueil de morceaux détachés. Lausanne, Durand, Ravanel et Comp. & Paris, Fuchs, 1795. (1) f. de titre, 203 p.
2- Réflexions sur le Divorce. Lausanne et se trouve à Paris chez P.F. Aubin et Desenne, [1794]. 96 p.

In-8, plein veau marbré de l'époque, dos lisse orné de caissons fleuronnés, pièce de titre de maroquin rouge, filet d'encadrement à froid sur les plats, chasses et coupes filetées, tranches mouchetées rouges.
1- Première édition collective de ce recueil d'oeuvres de jeunesse de Madame de Staël, jusqu'alors inédites: "Epître au malheur ou Adèle et Edouard" - "Essai sur les fictions" dans lequel l'auteure développe sa théorie du roman et de la fiction, que Goethe traduisit par pour la revue littéraire "Die Horen" ainsi que trois nouvelles : "Mirza ou lettre d'un voyageur", "Adélaïde et Théodore" et "Histoire de Pauline" où personnages et situations préfigurent ceux des romans de Mme de Staël à venir.
(Schazmann, 21. Lonchamp, 27-1).
2- Edition originale posthume de cet ouvrage publié et préfacé par le mari de l'auteure, le ministre Necker, quelques mois après sa mort. Cultivée, belle et spirituelle, la mère de Mme de Staël parvint à grouper autour d'elle, dans son salon de la rue Michel Lecomte, l'élite de la société française de son temps. Elle ne put jamais se livrer à son goût pour l’écriture, son mari jugeant cette activité "peu convenable" pour les femmes, et ne laissa donc que peu d'écrits.
(Gay, III, 987. Monglond, III, col. 111).
Petit accroc au mors inf., qqs petites épidermures.
Bon exemplaire, frais, bien relié à l'époque.

Réf.: 36583 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



POUGY (Liane de), pseudo. de Marie Chassaigne. Lettre autographe signée "Ta Liane", [Roscoff 16 novembre 1927], à son amie Jenny Chollet.

2 pages in-4, sur beau papier couleur lilas, enveloppe timbrée.
Belle lettre de confidences de Liane de Pougy à Jenny Cholet, l'amie de toute sa vie, sur l'horreur de son existence avec son mari le Prince Ghika... Tout n'étant pour elle que "déchirure et souffrance sur le déchirement", elle veut le quitter: "Je voudrais me séparer de lui en beauté. Il dit qu'il m'aime et ne peut vivre sans moi, mais est-ce vivre ? Je ne puis faire prononcer mon divorce à son insu [...] j'en ai assez de ces nobles sans noblesse, de tout cet attirail d'infamies, méprisant tout ce qui élève, rehausse, et adoucit dans la vie. Evidemment je serai seule - mais la solitude n'est-elle pas préférable à cette union gangrenée ?".Elle termine : "Ma Jenny, prends-moi dans tes bras, sur ton cœur… ",
Par manque de place dans les 2 pages pourtant entièrement couvertes, sans marges, l’auteure a superposé quelques lignes dans le sens de la longueur.
Née Anne Marie Chassaigne dans la Sarthe, mariée à 16 ans, prostituée à 18, courtisane à la fin de la belle époque, aux amours saphiques, romancière et diariste, Liane de Pougy épouse Georges Ghika, Prince de Roumanie et devient la princesse Ghika. Après la mort de son mari en 1946, elle termina sa vie comme soeur dans un couvent Dominicain.

Réf.: 36934 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


[MIRABEAU (André Boniface L. Riquet, vicomte de)]. La Morale des Sens, ou L'Homme du siècle. Extrait des Mémoires de Mr. le Chevalier de Bar... [Barville], rédigés par Mr. M... D. M. [Mirabeau].
Londres, 1792.
In-12, cartonnage marbré à la Bradel, pièce de titre et de date de veau bleu nuit (rel. moderne), (1) f., 244, (5) p.
Seconde et dernière édition ancienne de ce classique de la littérature érotique du XVIIIe siècle. "Le 'chevalier de Bar.*** ', mystérieux auteur de cette petite merveille de lascivité et d'impertinence, n'est autre que le frère cadet de Mirabeau le tribun. Nous est troussée l'initiation d'un "libertin de qualité", le héros vole d'aventure en aventure et nous livre le détail de ses bonnes fortunes. La démocratie est déjà là : baronnes, soubrettes, filles des champs, nonnes sont égales devant la seule loi qui gouverne ici les humains, celle du désir. Et pour que la peinture soit complète, le bouillant Mirabeau en profite pour régler quelques comptes, car son récit est à "clés", et les dards qui s'y trouvent à l'œuvre savent aussi joliment assassiner. L'on jouit, en ces pages, de l'art délicieux qui s'y donne carrière. Ce qui permettra à la presse et aux libraires de recommander ce petit livre aux jeunes gens et aux jeunes filles qui voudraient se familiariser avec la plus belle langue qui jamais fut" (Edition Phébus).
(Gay, III, 278. Pia, 'Livres de l'enfer', 887).
Quelques feuillets lég. brunis.
Bon exemplaire, grand de marges, bien relié.
((CURIOSA-))

Réf.: 8586 - Eur 500.00
Ajouter au panierOuvrage commandé



CURIOSA - Chronique arétine. Chronique arétine, ou Recherches pour servir à l'histoire des moeurs du dix-huitième siècle: première livraison [seule parue].
A Caprée [i.e. Paris], 1789.
In-8, broché, couverture papier marbré d'origine, 104 p., non rogné.
Edition originale et unique ancienne de cette biographie doublée d'une chronique scandaleuse de dix-sept des principales courtisanes, libertines, actrices et "femmes galantes" du temps. L’auteur relate leurs aventures les plus scabreuses et livre les noms des protecteurs, amants et personnalités concernées.
Les noms réels dissimulés dans le texte par des abréviations sont dévoilés en fin d’ouvrage (p.102-104).
L'auteur se présente dans sa préface, comme un "écrivain patriote" qui engage les États généraux, à la veille de leur convocation, "à s’occuper sérieusement de la recherche des moyens les plus propres à sauver les mœurs". Il annonce, par ailleurs, des recherches prochaines sur les "deux sexes" et le dévoilement des "Grecs modernes" accusés de corrompre la "jeunesse imprudente".
(Conlon, ‘Siècle des Lumières’, 89:1401. Gay, I, 579. Monglond, I, 326. Tourneux, III, 20418 et IV, 20746).
Quelques petites rousseurs éparses et petites auréoles claires en marge des derniers feuillets.
Bon exemplaire, entièrement non rogné, tel que paru.

Réf.: 37234 - Eur 500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



RESTIF DE LA BRETONNE (Nicolas Edme) ou RETIF DE LA BRETONNE. 1- Le Pornographe, ou Idées d'un honnête-homme sur un projet de règlement pour les prostituées, Propre à prévenir les Malheurs qu'occasionne le Publicisme des Femmes. Avec des notes historiques et justificatives. Londres, Jean Nourse, La Haie, Gosse junior, & Pinet, 1770. 8, 215 p. titre inclus.
2- La Mimographe ou Idées d'une honnête-femme pour la réformation du Théâtre national.
Amsterdam, Changuion, La Haie, Gosse & Pinet, 1770. (2) f., [-7], 466 p.

2 ouvrages reliés en un volume in-8, demi-veau blond à coins, dos lisse orné d'un décor géométrique de filets dorés, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées (mors lég. frottés, rel. ca 1830).
1- Troisième édition publiée l'année suivant l'originale. Vaste projet de réformes de la prostitution dans lequel Restif propose de créer une sorte d'ordre religieux consacré à Vénus. Les établissements ("Parthénions"), administrés par l'État, pourront contenir trente mille sujets qui composeraient la communauté. Un "projet de règlement", en 45 articles, figure aux p. 108-134. (Gay, III, 814. Rives Childs, VI n°3, p. 212).
2- Edition originale et unique. Restif travailla lui-même à l'impression de 'La Mimographe'. Il livre nombre de détails, sans doute réunis avec l'aide de son ami Nougaret, sur le théâtre de son temps, les acteurs et les actrices, le boulevard du Temple, etc., et réfute la lettre sur Rousseau sur les spectacles. Il y insère un essai pour 'corriger les abus du théâtre', 'vaste utopie qui engage tout le système éducatif et tout le système théâtral' (Martine de Rougemont), ainsi qu'un véritable traité d'art dramatique. Cet ouvrage ne fut jamais contrefait. (Rives Childs, VII n°1, p. 215. Soleinne, V, 55).
Provenance: ex-libris "Collection restivienne L.L. Bruxelles" (Léon Lambert).
Bon exemplaire, frais, bien relié.

Réf.: 34483 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[SAINTE-CROIX (Mademoiselle), enlèvement de]. Lettre d'un Gentilhomme de la Cour, A un Seigneur qui est à l'Armée, touchant l'attentat commis aux Filles Dieu à Paris, En la personne de Madamoiselle [sic] de Sainte Croix, & toute la suite des procédures dont on a usé contre-elle.
Paris, Jean Henault, 1649.
Petit in-4, demi-veau brun, titre doré en long (coif. usées, un mors fendillé, rel. XIXe), (4), 20 p.
Rare édition originale de fait divers qui défraya la chronique du temps de la Fronde. Le document est daté de Paris, le 30 avril 1648 soit quelques jours après les événements qu'il relate et signé "L. le C.".
Le permis d'imprimer est du 10 juin.
La brochure porte en titre de départ: "L'Amant obstiné dans ses recherches et la Fille constante en ses refus".
Le sieur de Charmoy qui voulait épouser une demoiselle de Sainte-Croix, fut éconduit par celle-ci malgré la promesse du père.
Sur la demande de Charmoy, un procès fut renvoyé au Parlement de Paris, où, par arrêt, est ordonné que la fille sera mise au couvent des Filles-Dieu pour déclarer sa volonté.
Charmoy, enragé, se résolut d'enlever la fille. "Accompagné de cinq hommes, ils la tirent de sa chambre de force quoiqu'elle fut en chemise, lui font donner de la tête contre le plancher, cent coups de bâton, d'éperons et des coups sur les bras pour lui faire quitter prise, la traînent dans le jardin nue comme la main (…), la tirent par les cheveux mais n'en peuvent venir à bout (...). On sonne le tocsin, la population accourt et l'enlèvement échoue" (cf. O. Lefèvre D'Ormesson, 'Journal', 1860, I, 470 sq.).
Un jugement très sévère fut rendu par le Parlement contre les auteurs du rapt : amende honorable devant la porte du couvent des Filles-Dieu, supplice de la roue, leurs biens confisqués et leurs maisons rasées. Quant à Mademoiselle de Sainte-Croix, elle épousa, en 1654, un prétendant choisi.
Dulaure relate d'affaire avec précision dans son 'Histoire de Paris', éd. de 1823, II, 401.
Court de marge inférieure sans perte de texte.
Moreau (‘Mazarinades’, II, n°1868) indique que "le seul exemplaire que j'ai vu est incomplet".

Réf.: 35471 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DUSAUSOIR (Jean-François). Epitre aux détracteurs des femmes. Lue dans la Séance publique de la Société des Belles-Lettres, le 23 Fructidor an 7. Suivie du Portrait de l'homme, Stances.
Paris, chez Moller et les marchands de nouveautés, An VIII [1800].
In-8, cartonnage à la Bradel, pièce de titre de maroquin brique (rel. fin XIXe), 15 p.
Edition originale de cet "éloge des Femmes" lu le 9 septembre 1799 dans une séance de la Société des Belles-Lettres.
L'auteur répond aux misogynes de son temps ("Dussiez-vous contre moi prononcer l'anathème / Je veux anéantir l'effet de vos poisons / Je combattrai votre système") et dresse une défense et un éloge des femmes, leur excellence dans les lettres, la musique et les arts…, mais aussi leurs vertus. Il cite des femmes de "mérite", dans l'histoire comme parmi les contemporaines et assortit ses vers de notes développées, procédé que Legouvé utilisera peu après dans son "Mérite des femmes".
Républicain enthousiaste, François-Jean Dusausoir (1737- 1822) composa d’assez nombreux hymnes et chants pour les solennités publiques de la Révolution.
(Gay, II, 128).
Ex-dono manuscrit autographe de l'auteur avec son paraphe ("De la part de l'auteur").
Petit accroc de papier en marge de la page de titre.
Bon exemplaire très frais, entièrement non rogné.

Réf.: 37456 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[LA VALLIERE (Françoise-Louise de La Baume Le Blanc, duchesse de)]. Réflexions sur la miséricorde de Dieu. Par une dame pénitente.
Paris, Antoine Dezallier, 1682.
In-12, plein veau moucheté de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés, titre doré, roulette sur les coupes, (1) f., (14), 139 p., (1) p.
Troisième édition publiée deux ans après la première chez le même éditeur. Peut-être corrigée par Bossuet, l'oeuvre emblématique de Louise de La Vallière, brillante favorite du jeune Louis XIV, puis entrée au monastère des Carmélites de Paris à vingt-quatre ans où elle mourra en 1710, après trente-six années de pénitence et de solitude.
"Composés à la fin par une duchesse en passe de devenir Carmélite, ce texte a conservé sa saveur originelle, sa force irrépressible et la vigueur d’un témoignage pour aujourd’hui encore, comme il l’a été pour les générations passées" (Ph. Beitia).
(Tchemerzine-Scheler, IV, 100).
Bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 32333 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


BONAPARTE (Marie). A la mémoire des disparus. I- Derrière les vitres closes. II- L'appel des Sèves.
Paris, PUF (Leeds, impr. de Chorley et Pickersgill), 1958.
2 volumes in-8, brochés, 1008 p. (pagination continue), 34 planches d'illustrations hors texte.
Première édition de librairie des souvenirs d'enfance et de jeunesse de Marie Bonaparte. La première édition avait été publiée à compte d'auteur à Londres en 1953.
Le tome I porte comme sous-titre: "Derrière les vitres closes", le tome II: "L’appel des Sèves".
34 planches hors texte d’illustrations, reproductions et photographies.
Première femme psychanalyste et pionnière de la psychanalyse en France, traductrice de Freud et analysée par lui, Marie Bonaparte a cofondé la "Société Psychanalytique de Paris" qui ne comportait que neuf membres à ses débuts.
Ces souvenirs mélancoliques d’enfance et de jeunesse s’étendent de sa naissance à son mariage, en 1907. Trop méconnus, ils constituent l’une des plus belles, des plus riches et des plus lucides autobiographies de femme au XXe siècle.
Couvertures légèrement passées.
Bon exemplaire imprimé sur papier vélin, en partie non coupé, le premier volume est numéroté.

Réf.: 32787 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



COUTELE (Dr). Observations sur la Constitution médicale de l'année 1808, à Albi; précédées d'un coup d'oeil général sur la Ville, son territoire; sur la météorologie et le climat qui lui sont propres; sur ses habitants, ses établissements (...); avec des vues d'hygiène publique (...). Terminées par des réflexions sur les accouchemens et sur avortemens (...). Présentées à M. Baude, préfet du département du Tarn, baron de l'Empire; Par M. Coutèle, docteur en médecine et chirurgien, médecin du recrutement du Tarn (...).
Albi, Imprimeries de Baurens et de Collasson, 1809.
2 parties reliées en un volume in-8, plein veau moucheté de l'époque, dos orné de filets dorés, pièce de titre de maroquin vermillon, (6), 152 p. et 222 p.
Edition originale de cette importante enquête réalisée à Albi et dans ses environs. Une partie est consacrée aux avortements et problèmes de médecine légale. L'auteur était docteur en médecine et chirurgien et médecin du recrutement du Tarn.
('Catalogue des sciences médicales', BN, I, 438. France littéraire, II, 345. J.-C. Perrot, 'L'Âge d'or de la statistique régionale française', n°686, p. 225).
Bel exemplaire, très frais, bien relié à l'époque.

Réf.: 35173 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DUPIN (Charles). Le petit producteur Français. I- Petit tableau des forces productives de la France depuis 1814. II- Le Petit propriétaire français. III- Le Petit fabricant français. IV- Le Petit commerçant français. V- L'Ouvrier français. VI- L'Ouvrière française.
Paris, Bachelier, 1827-1828.
6 tomes reliés en 2 volumes in-16, plein veau fauve raciné, dos lisses ornés de filets et roulettes dorés, tranches mouchetées, filet doré sur les coupes (qqs pet. épidermures).
Edition à la date de l’originale. Vaste panorama du potentiel commercial et industriel français précédé par un volume de statistiques, plaidoyer pour le libre-échange et synthèse de la grande oeuvre de l'auteur: 'Forces productives et commerciales de la France'.
Charles Dupin composa cet ouvrage dans un ambitieux projet de formation technique ouvrière, appuyé sur ses ‘Cours normal pour les ouvriers’ professés au Conservatoire des arts et métiers.
Ingénieur, savant, économiste, pédagogue et parlementaire du Premier au Second Empire, Charles Dupin est "l'un des hommes clés dans l'histoire du développement industriel de la France" auquel il donna une impulsion décisive, tant par son travail de théoricien, de pédagogue, que par ses activités de terrain.
(Coquelin & Guillaumin, I, 623).
Bel exemplaire, frais, bien relié.

Réf.: 34389 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


DUNOYER (Anne-Marguerite). Lettres historiques et galantes, par Madame Du Noyer: Ouvrage curieux. Nouvelle édition corrigée, & augmentée de plusieurs Lettres très intéressantes.
Paris et Avignon, François Seguin, 1790.
12 volumes in-12, couvertures citron de parution, pièces de titre manuscrites, entièrement non rognés.
La dernière et la plus complète des éditions anciennes, l’édition de référence comportant un important index des noms propres en fin du dernier volume (156 p.).
"Véritable anatomie de la France à la fin du règne de Louis XIV et au début de la Régence, les ‘Lettres’ nous permettent de nous immiscer dans le climat d'opinion qui caractérisa les premières années du siècle des Lumières. Anne-Marguerite Petit Dunoyer (1663-1719), née à Nîmes d'une famille protestante, se réfugie en Hollande après la révocation de l'édit de Nantes puis, de retour en France, renonce à sa foi en épousant un catholique. Désabusée, elle fuit de nouveau la France en 1701 et finit par s'installer près de La Haye, et devient une des premières femmes journalistes. Vraie-fausse correspondance écrite sur le ton spontané, les ‘Lettres’ mêlent autobiographie, nouvelles du jour, littérature de voyage, anecdotes amusantes ou scandaleuses, comptes rendus de grands tournants historiques, critique sociale et politique (…). Dès la parution les lecteurs s'arrachent l'ouvrage : les ‘Lettres historiques et galantes’ seront un des grands succès de librairie du XVIIIe siècle. Les lecteurs d'aujourd'hui y trouveront le témoignage à la fois divertissant et provocant qu'une femme hors du commun porte sur une période charnière de l'histoire de la France et de l'Europe" (Nancy O'Connor, PU de Rennes).
Quelques accrocs de papier aux dos et aux couvertures.
Bon exemplaire, dans ses couvertures de parutions, entièrement non rogné, tel que paru.

Réf.: 36564 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CAQUET DE l'ACCOUCHEE - 1622. Le Caqvet de l'accovchee. [i.e. Le caquet de l'accouchée].
S.l., s.n., 1622.
In-12, cartonnage à la Bradel, dos acajou, plats de papier marbré, intérieur doublé, tranches rouges (reliure moderne), 24 p.
Edition originale de ce spirituel pamphlet qui connut une grande vogue, vive satire de la bourgeoisie parisienne de la période. Le titre fait référence à la coutume qu'avaient les bourgeoises de se visiter lorsque l'une d'elles était en couches.
Le narrateur, un Parisien en convalescence à qui son médecin prescrit de se distraire, se rend rue Quincampoix et restitue les caquetages et commérages des femmes entourant sa cousine qui vient d'accoucher. Chronique acerbe de la vie parisienne où se mêlent des considérations sur les personnalités de l’époque, citées nommément, la politique, la religion, l’économie, les moeurs, etc.
Le texte est considéré comme une bonne source sur la vie quotidienne et les représentations de la femme dans ce premier quart du XVIIe s.
Cf. P. Brun, ‘La Bourgeoisie au XVIIe siècle d'après Les Caquets de L'accouchée', Revue d'Hist. Litt. de la France, n°2,‎ 1896, p. 192-203.
(Arbour 10458. Lindsay et Neu, 4732.Mercier, ‘La litt. facétieuse sous Louis XIII’, n°87).
Quelques petits accrocs à la reliure.
Très bon exemplaire, très frais.

Réf.: 36746 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 2 | 3 | 4 | 5 | 6 |