English version
Accueil
Menu Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Afficher les livres par : prix décroissants | prix croissants | de A à Z | de Z à A

457 fiche(s) - Page 2


URFE (Honoré d'). Les Epistres morales (…). Dernière Edition reveüe, corrigée & augmentée d'un troisiesme livre (...).
Lyon, Jean Lautret, 1620.
In-12, plein veau havane moucheté, dos à 5 nerfs guillochés or, orné de compartiments dorés aux petits fers, double filet d'encadrement sur les plats, filet sur les coupes, tranches rouges (rel. vers 1740), (1) f. de titre-frontispice gravé, (22), 547 p., (12) p. de table et permission.
Très rare édition, en partie originale, augmentée du "troisième livre", l'édition de référence.
Important recueil, dans lequel Urfé livre en une prose élégante un essai autobiographique ainsi qu'un traité philosophique et moral néo-stoïcien.
Selon 'Sources de l'Histoire de France', n°2728: "Lettres écrites durant sa prison en 1595 après sa sortie de captivité. Le premier livre à valeur de mémoires".
"Honoré d'Urfé, précoce partisan de la Ligue, y confie sa rancœur, sa peine (mort du duc de Nemours, le 15 août 1595), ses espoirs de vengeances" (Hubert Houdoy).
Dans le deuxième livre, consacré à l'amour, l'auteur développe la doctrine néo-platonicienne exposée dans 'l'Astrée'; le troisième livre contient une méditation métaphysique érudite sur la destinée humaine et sur le bonheur.
" 'Les Epistres morales' contiennent l'essentiel de la pensée d'Honoré Urfé, somme des doctrines néo-stoïciennes et néo-platoniciennes, fondement sur lequel vont d'édifier les réflexions de l'auteur de 'L'Astrée'" (M. Gaume, 'Honoré d'Urfé…', St Etienne, 1977, p. 650 et passim).
(Arbour, 'L'ère baroque', n°9972. Tchemerzine Scheler, V, 935).
Seulement trois exemplaires de cette édition sont recensés dans le monde (WorldCat): Princeton, BnF et Univ. Bonn.
Petite signature ex-libris de l'époque en pied du titre. Petite trace de restauration à la reliure. Petite notice contrecollée sur la dernière garde.
Bel exemplaire, très bien relié.

Réf.: 37263 - Eur 1300.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



PEMBERTON (Henry), JONCOURT (Elie de) traducteur. Elémens de la philosophie Newtonienne (...). Traduit de l'anglois [par Elie de Joncourt].
Amsterdam et Leipzig, Arkstee & Merkus, 1755.
In-8, veau marbré de l'époque, dos à nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches rouges, xvi, 495 p., 12 planches dépliantes gravées, 17 bandeaux historiés gravés sur cuivre.
Edition originale de la traduction française, donnée par Élie de Joncourt.
Médecin et physicien, proche collaborateur et éditeur de Newton, Henry Pemberton (1694-1771) procure une synthèse claire et fidèle de la révolution newtonienne en matière de philosophie, de physique (loi de l'attraction universelle), d'astronomie, sur la lumière et les couleurs et les sciences de la nature.
Elaboré sous la supervision de Newton lui-même dans les derniers moments de sa vie, l'ouvrage contribua dans sa version anglaise, puis dans cette version française, à la diffusion et à la vulgarisation internationales de l'oeuvre du savant.
(Gray, 134. Wallis, 133. Manque à Babson).
Petits accrocs aux coiffes et coins. Mors légèrement fendillés.
Provenance: le duc d'Albret (Gascogne), XVIIIe siècle, avec son ex-libris gravé et armorié. Petit cachet sur le titre.
Bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 36821 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



COLLINS (Anthony), CROUSAZ (Jean-Pierre de). Discours sur la liberté de penser, par Mr. A. Collins. Traduit de l'Anglois & augmenté d'une Lettre d'un médecin Arabe ; avec l'Examen de ces deux Ouvrages par Mr de Crouzas. Nouvelle Edition corrigée.
Londres [i.e. en Hollande], 1766.
2 volumes in-12 (158 x 98 mm), plein maroquin rouge de l'époque, dos lisses ornés de compartiments cloisonnés et fleuronnés, filets et palettes dorés, triples filets en encadrement sur les plats, filet sur les coupes, dentelle intérieure, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et vert bronze, tranches dorées, xii, 168 [i.e. 268] p. et viii, 211 p.
Première édition collective de 'Discourse on Free Thinking' d’Antony Collins dans la traduction de Henri Scheurleer, revue par Jean Rousset de Missy, accompagné de son "Examen" par Jean-Pierre de Crousaz (1715), analyse critique et commentaires, donnés séparément et qui occupe l’intégralité du tome II.
La 'Lettre d'un médecin arabe', également due à A. Collins, dispose d'une page de titre propre (I, p. 241-168 [i.e 268]).
L’adresse de Londres est fictive, l’ouvrage a sans doute été imprimé aux Pays-Bas, vraisemblablement par Marc Michel Rey à Amsterdam.
Élève, correspondant et ami de Locke, Anthony Collins est l'une des figures centrales de la Libre-pensée britannique.
Dans ce célèbre 'Discours', il approfondit la thèse de Locke sur l'homme produit du milieu et se livre à une apologie de la liberté de penser. La brève et fulgurante 'Lettre d'un médecin arabe' défend et approfondit son système: la doctrine qui attire la persécution n'est pas le mahométanisme, mais tout fanatisme. La postérité de Collins sera considérable parmi les Encyclopédistes français.
"L'ouvrage parut dès l'origine comme le manifeste redoutable de tout un parti. La libre-pensée agressive, avec lui, était née" (G. Ascoli, 'La Grande-Bretagne devant l'opinion française', II, p. 86).
Le livre fut mis à l'index dès 1715 et attira à son auteur de nombreuses attaques qui l'obligèrent à se réfugier en Hollande.
(France littéraire, II, 253. Peignot, 'Livres interdits', II, 214).
Très bel exemplaire, imprimé sur vergé de Hollande, parfaitement relié à l’époque en 2 volumes de maroquin rouge, condition rare pour ce type d'ouvrage.

Réf.: 37227 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[DIDEROT (Denis)]. Pensées sur l'interprétation de la Nature.
S.l., 1754.
In-12, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs orné de caissons cloisonnés et fleuronnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, coupes et coiffes filetées, tranches rouges, (1) f. de titre, (2) f. "Aux jeunes gens...", (1) p. de départ, [-3], 206 p., (6) f. de table et errata.
Seconde édition, en partie originale, "considérablement complétée et transformée". On a cru longtemps qu'il s'agissait de la première, mais il existe une rarissime édition datée de 1753 intitulée 'De l'interprétation de la Nature' (que Wilson qualifie d''édition témoin').
"C'est un livre qui suggère nombre des plus importants problèmes de la philosophie des sciences, un livre exploratoire qui lance des éclaireurs sur les frontières de la connaissance" (Wilson, 'Diderot', p. 158).
En plus des feuillets indiqués par Adams, les 3 premiers sont également cartonnés entraînant une légère adhésion sur le fond.
(Adams, PE2. Conlon, 'Siècle des Lumières', 53:4. Tchemerzine-Scheler, II, 937).
Bel exemplaire, très frais, grand de marges, imprimé sur papier fort, très bien relié à l'époque.

Réf.: 37588 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[SAINT-MARTIN (Louis Claude de)]. L'Homme de Désir. Par l'Auteur des Erreurs & de la Vérité.
Lyon, J. Sulpice Grabit, 1790.
In-8, broché, couverture papier vert, pièce de titre manuscrite (couverture d'origine), (4), 412 p., non rogné.
Edition originale du "plus rare des ouvrages du Philosophe Inconnu" selon Nourry, "l'une de ses oeuvres les plus admirables et les plus élevées. Le penseur y trouvera matière à de longues et fructueuses méditations sur les lois secrètes des êtres, les nombres, la philosophie de l'univers, les harmonies occultes des choses, la culture de l'homme interne et la mise en oeuvre de ses facultés latentes" (Caillet).
Recueil de 301 méditations, élévations de l’âme, à la fois réflexions, objurgations et prières au cours desquelles l’auteur s’efforce de trouver le chemin "vers la montagne sacrée".
"Louis Claude de Saint-Martin y exalte ce qu’il y a de meilleur en l’homme: l’admiration, l’amour, la solidité des rapports humains, et la présence du grain de sénevé 'enfoui dans le cœur de chacun, mais qui doit nous porter jusqu’aux cieux, transfigurer la nature même, et rendre à l’homme sa splendeur passée' " (Robert Amadou).
(Caillet n°9774. Fesch, col.1265. Guaïta, n°933: "première édition très rare". Manque à Dorbon qui ne cite qu'une édition moderne).
Couverture d'origine vert céladon délavé. Certains cahiers sont uniformément brunis.
Exemplaire non rogné, tel que paru, imprimé sur papier fort.

Réf.: 37709 - Eur 1200.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



HOBBES (Thomas). Elemens philosophiques du Citoyen. Traicté politique où les Fondemens de la Société civile sont descouverts, par Thomas Hobbes, et Traduicts en François par un de ses amis [Samuel Sorbière].
Amsterdam, Jean Blaeu (à la sphère) [i.e. Paris], 1649.
2 parties en un volume petit in-8, plein vélin rigide de l'époque, (56), 246 p. et (1) f. blanc, 144 p.
Véritable édition originale française de premier tirage, la plus recherchée comportant un portrait de Hobbes.
Elle est traduite du latin par Samuel Sorbière, deux ans avant la première édition anglaise. Quoique publié à Paris, le livre a été, par prudence, imprimé sous l'adresse d'Amsterdam, Blaeu.
Exemplaire en tout point conforme à la description du premier tirage donnée par MacDonald & Hargreaves avec les 28 feuillets liminaires: premier titre allégorique gravé, second titre, épître, préface, lettre de Gassendi, de Mersenne, table, (1) f. d'errata, portrait gravé de Hobbes au verso. Feuillet banc entre les 2 parties.
Sur ce texte fondateur dans l'histoire des idées politiques de l'Europe moderne, sur les liens de Hobbes avec la France et le rôle de Sorbière comme "agent de diffusion du hobbisme en France", cf. Pintard, 'Le Libertinage érudit', p. 552 et s. et Thuau, 'Raison d'Etat et pensée politique à l'époque de Richelieu', p. 380 et s.
(MacDonald & Hargreaves, n°32. Brunet, III, 240).
Quelques petites rousseurs. Un peu court de marge supérieure sans perte.
Très bon exemplaire, dans sa première reliure de vélin.

Réf.: 22817 - Eur 1000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


RENOUVIER (Charles). Introduction à la philosophie analytique de l'histoire. Les idées. Les religions. Les Systèmes. (1 volume) -- Philosophie analytique de l'histoire (4 volumes).
Paris, Ernest Leroux, 1896-1897.
5 forts volumes in-4, pleine toile bleue moderne, pièces de titre de veau noir, couverture conservées.
Nouvelle édition profondément remaniée et augmentée par l'auteur, plus de trente ans après la première.
Ensemble en cinq volumes, bien complet de l'"Introduction à la philosophie analytique de l'histoire".
"Oeuvre considérable qui contient non seulement toutes les idées de Renouvier en ce qui concerne l'histoire sociologique, la théorie du progrès, mais aussi les systèmes politiques du XIXe siècle et les moeurs sociales" (R. Picard, 'La philosophie sociale de Renouvier', p. 23).
Parmi les grandes œuvres qui ont nourri la philosophie de la république, celle de Charles Renouvier rentre singulièrement en résonance avec notre temps.
Alors vieillissant, gagné par le doute quant à la perfectibilité des sociétés humaines et la "réalisation de l'esprit d'optimisme du XVIIIe siècle", "Renouvier dresse, dans cette œuvre gigantesque, un panorama érudit des grandes philosophies et des grandes religions, dans lequel il donne libre cours à ses doutes, constatant que l’avancement prodigieux des sciences coexiste avec la régression des mœurs" (cf. Jérôme Grévy, sur 'Au principe de la République. Le cas Renouvier' de M.-C. Blais, RHMC, 2003/2 (n°50-2), p. 225 sq.).
L'ouvrage est rare.
Bel exemplaire, très frais.

Réf.: 37341 - Eur 1000.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



OROBIO DE CASTRO (Isaac), HOLBACH (Paul Thiry, baron d') éditeur et traducteur. Israël vengé ou Exposition naturelle des Prophéties Hébraïques que les Chrétiens appliquent à Jésus, leur prétendu Messie.
Londres, 1770.
In-12, demi-veau moucheté de l'époque, dos lisse orné de filets et fleurons dorés, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées bleues, (1) f., (2), iv-243, (1) p., ex. imprimé sur papier fort.
Rare édition originale de cette traduction de "Prevenciones divinas a Israel", ouvrage composé par l'un des plus célèbres philosophes et médecins juifs du XVIIème siècle, Isaac Orobio de Castro (c.1617–1687), traduction revue, éditée et publiée par le baron d'Holbach en raison de la pugnacité de ses attaques contre le christianisme.
D’après Eusèbe Salverte cité par Barbier, Diderot aurait également participé à cette adaptation.
Selon O. Bloch (’Matérialisme du XVIIIe s.’, p. 222-226), le manuscrit d'Orobio aurait été transmis à Holbach par Levesque de Burigny qui résidait à l'époque en Hollande et l'ouvrage aurait longtemps circulé sous forme de copies manuscrites avant d'être imprimé.
"Traduction d'Orobio dans laquelle la part d'Holbach serait prépondérante, Diderot n'étant peut-être pas étranger à l'entreprise (...). La deuxième partie est constituée par une dissertation montrant que le Messie est encore à venir et qu'il ne saurait être comme l'a cru le Christianisme. Les Juifs ont donc raison d'attendre sa venue" (‘D’Holbach et ses amis’, N°151).
(Conlon, 'Siècle des Lumières', 70:1163. Vercruysse, 1770 F1. Szajkowski, 1543).
Petits défauts aux mors.
Très bon exemplaire, très frais, imprimé sur vergé fort.

Réf.: 35563 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[BAYLE (Pierre)]. 1- Pensées diverses, Ecrites à un Docteur de la Sorbonne, à l'occasion de la Comète qui parut au mois de Décembre 1680. Nouvelle édition corrigée. (2) f. de faux-titre et titre, (26), 432, (11) p. de table
2- Pensées diverses (…). [Suivi de:] Addition aux Pensées diverses sur les Comètes. (2) f., (12), 304 p. ('Pensées diverses') et [305-], 438 p., (11) de table, titre compris ('Addition aux Pensées diverses'…).
3- Continuation des pensées diverses (...). Ou Réponse à plusieurs difficultez que Monsieur *** a proposées à l'Auteur. (2) f., (28) p., 564 p., (17) p., (1) f. bl.
4- Continuation des pensées diverses (...). (2) f., (12), 671, (22) p., (1) f. bl.
Rotterdam, chez les Héritiers de Reinier Leers [i.e. Trévoux], 1721.
Ensemble de 3 ouvrages en 4 volumes in-12, plein veau havane raciné, dos à 5 faux-nerfs guillochés or, ornés de compartiments garnis de doubles filets dorés et d’un fleuron répété entre-nerfs, roulette sur les coupes, tranches mouchetées (reliure de l’époque).
Bonne édition, la plus complète ancienne, de ce recueil des trois ouvrages que Bayle consacre à la critique de la superstition, de l'intolérance et du fanatisme.
Le lieu d'impression est fictif, l'ouvrage a été imprimé à Trévoux, selon le catalogue de la BnF et Weller.
Bayle y donne toute la mesure de sa prodigieuse érudition et de sa méthode : "l'examen critique des faits servant à dissoudre les préjugés et la mise en avant d'une éthique liée à la nature de l'homme et indépendante de toute croyance de l'esprit".
"Le premier essai par lequel Bayle se fit connaître, d'une importance très grande dans son oeuvre, celui qu'il a écrit avec le plus de liberté (…). Contient des textes essentiels" (Delvolve, p. 43).
L' 'Addition aux Pensées diverses...’ figure à la suite des ‘Pensées’ sous page de titre particulière et pagination continue à partir de la page 305.
La 'Continuation des pensées diverses', fut composée plus de vingt ans après les 'Pensées diverses'. Bayle approfondit et radicalise sa thèse. L’étude comparative entre athéisme et idolâtrie qu’il développe, ainsi que la préférence affirmée par l’auteur pour le premier, firent scandale.
(Haag, II, 78. Delvolve, n°6, 29 et 33).
Quelques épidermures et petits accrocs aux coins.
Bel exemplaire, très frais, bien relié à l’époque.

Réf.: 37347 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BODIN (Jean). Universae naturae theatrum. In quo rerum omnium effectrices causae, & fines contemplantur, & continuae series quinque libris discutiuntur (...).
Francofurti [Francfort], Apud heredes Andreae Wecheli, Claudium Marnium, & Iaon Aubr. [Wechel, Marne & Aubry], 1597.
In-8, plein veau moucheté de l'époque, dos à 4 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, titre doré, tranches mouchetées, (1) f. de titre, (14), 633 p., page de titre à la grande marque de l'imprimeur, lettrines, bandeaux et quelques figures astronomiques gravées sur bois.
Seconde édition, publiée quelques mois après l'originale et recomposée page par page d'après celle-ci.
Le dernier ouvrage de Jean Bodin qu'il publia l'année même de sa mort, dans lequel il livre, sous forme de dialogue entre un maître ('Théodore') et son disciple ('Mystagogue'), une ultime et radicale conclusion à son oeuvre.
Si l'ouvrage s'attache à la question des rapports entre foi, science et raison, Bodin y exprime pour la première fois l'exigence d'un esprit qui veut trouver à la croyance elle-même un fondement purement rationnel. Tout en préservant une vision surnaturelle du monde, il bouscule certains des dogmes fondamentaux et aboutit à la conclusion que la foi, pour certains esprits, n'est plus possible. Sur ce point Bodin semble avoir dépassé les positions de Montaigne. Les censeurs, qui avaient autorisé la première édition, réagirent immédiatement pour supprimer leur approbation et interdire sévèrement l'ouvrage.
(Adams, B 2249. Crahay, Isaac, Lenger 'Bibliographie de Jean Bodin', L2, avec reproduction de la page de titre. Peignot, 'Livres condamnés au feu', I, 42).
Quelques traces de restaurations à la reliure, ex-libris manuscrit ancien avec cote de bibliothèque et petit cachet au titre. Auréoles claires en tête des 16 premiers feuillets. Quelques rousseurs éparses et une petite tache d'encre.
Très bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 37471 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



GASSENDI (Pierre). Exercitationes paradoxicae adversus aristoteleos. In quibus praecipua totius Peripateticae doctrinae fundamenta excutiuntur (...).
Amsterdam, Apud Ludovicum Elzevirium [Amsterdam, Louis Elzevier], 1649.
In-12, demi-chagrin rouge, dos à 4 nerfs filetés or, orné de compartiments à plein décor de rinceaux dorés aux petits fers, titre doré (rel. fin XIXe), (32), 208 p., titre rouge et noir.
Seconde édition du premier ouvrage de Gassendi (l’originale de 1624 n’est connue qu’à quelques exemplaires), publiée par Louis Elzevier à Amsterdam.
Dans ces "Dissertations en forme de Paradoxes contre les Aristotéliciens", "chef-d'oeuvre de polémique impitoyable" (Gusdorf), le jeune philosophe lance une attaque frontale contre l’aristotélisme de son temps, contre ses disciples scolastiques et défend l'épicurisme auquel il veut rendre justice.
"Gassendi remet en cause les autorités, l’interprétation a priori et la tradition immédiate et leur substitue les preuves expérimentales. Son opposition à Aristote et à son dogmatisme doit aussi être mise en perspective avec son combat contre les courants ésotériques et théosophiques et contre le dogmatisme occultiste" (Fonds Gassendi, Médiathèque des Trois Vallées en ligne).
L’intervention de Gassendi fut décisive au sein du groupe des libertins érudits de la Tétrade dont il fut le principal inspirateur. Plus largement, sa philosophie exerça une influence fondamentale dans l'histoire littéraire, des idées et de l'esthétique du XVIIe siècle, au point qu'on parle désormais d'un "gassendisme épicurien".
L'ouvrage ne sera plus réimprimé du vivant de l'auteur.
(Cf. Jammes, 'Libertins érudits', n° 160. Pintard, n° 757. Willems, 1085).
Bel exemplaire, très frais, très bien relié.

Réf.: 34965 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DOMENICHI (Lodovico). Dialoghi di M. Lodovico Domenichi; cioe, d'Amore, della vera Nobilità, de' Rimedi d'Amore, dell' Imprese, dell' Amor Fraterno, della Corte, della Fortuna, et della Stampa (...).
Vinegia, Appresso Gabriel Giolito de' Ferrari, 1562.
Petit in-8, cartonnage bleu, pièces de titre de veau vert et rouge, tranches rouges (rel. du XVIIIe siècle), (36), 399, (1) p., vignette de titre à la marque de l'imprimeur, grande marque de l'imprimeur à pleine page au verso du dernier feuillet, bandeaux et lettrines, imprimé en caractères italiques.
Edition originale et unique. Humaniste né à Plaisance (Piacenza) Lodovico Domenichi (1515-1564) s'établit à Venise, puis à Florence. Il fit ses débuts littéraires au sein de l'accademia degli Ortolani animée par Anton Francesco Doni.
"Écrivain professionnel", poète, traducteur, éditeur, il était lié avec Paul Jove et l'Arétin et collabora avec les Giunti à l’édition de textes de l’antiquité.
Il fut quelque temps emprisonné par l'inquisition pour avoir publié un texte de Calvin, puis devint historiographe officiel de Cosme Ier de Médicis. Il a laissé une oeuvre considérable.
Cet ouvrage, qui sacrifie à la forme alors très en vogue des Dialogues, se situe au croisement de la philosophie, de la rhétorique et de la littérature. L’oeuvre a été saluée comme l’une des productions remarquables de Lodovico Domenichi, tant par ses qualités littéraires propres que comme témoin de son temps. Elle renferme d'importants éléments autobiographiques (en particulier dans le dialogue 'Della Fortuna'). (Adams, D.779)
Petit cachet ex-libris ancien: "Ioan.dominici de Sinibaldis".
Accroc à la pièce de titre au dos, sans perte. Coiffes frottées.
Bon exemplaire.

Réf.: 35045 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LA MOTHE LE VAYER (François de). Oeuvres de François de La Mothe Le Vayer. Conseiller d'Estat ordinaire. Troisième édition, revue, corrigée & augmentée.
Paris, Augustin Courbé, 1662.
2 tomes et 3 parties en 3 volumes in-folio, plein veau granité de l'époque, dos à nerfs ornés de caissons fleuronnés, tranches mouchetées , (24), 1015, (52) p. et (8), 1166, (72) p., dont 3 pages de titre, grande vignette de titre, portrait gravé par Nanteuil en frontispice, planche allégorique hors texte au tome I, titres noir et rouge.
Troisième édition en partie originale, comportant une dédicace au roi, augmentée de 'La Physique du Prince' -- 'Discours sur la bataille de Lutzen et sur la trêve des Pays-Bas' -- un ouvrage composé vers 1636 qui paraît pour la première fois: 'En quoi la piété des Français diffère des Espagnols dans une profession de même religion' -- Ainsi que, dans le deuxième volume, les cinquante "Petits traités en forme de lettres" et "la Prose chagrine".
(James, 'Libertins Erudits', n°238. Tisserand, Bibliographie in : 'La Mothe Le Vayer', p. 236. Pintard, n° 861).
Reliure usée et épidermée, auréoles dans la marge inférieure des 2 premiers volumes, fente et manque de cuir au mors supérieur du tome I, défauts aux coiffes.

Réf.: 35076 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SILHON (Jean de). De la Certitude des connoissances humaines, Où sont particulièrement expliquez les Principes & les fondemens de la Morale et de la Politique, avec des Observations, sur la manière de raisonner par l'assemblage de plusieurs moyens, confirmée par des exemples, & particulièrement de la Religion Chrestienne.
Paris, Imprimerie Royale, 1661.
In-4, plein veau brun de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments entièrement garnis d'une résille dorée aux petits fers, roulette dorée en tête et pied, tranches rouges, (1) f., (42), 637, (1) p., bandeaux et culs de lampes gravés et historiés.
Edition originale de cet essai dédié à Louis XIV et publié à l'imprimerie royale l'année même de la mort de Mazarin dont l'auteur avait été le secrétaire et le protégé depuis 1642.
Philosophe proche de Descartes, Jean de Silhon (1596-1667) devint secrétaire de Richelieu, conseiller d'État, secrétaire de Mazarin et l'un des premiers fondateurs et membre de l'Académie française (1634).
Il est l'un des principaux théoriciens et idéologues du pouvoir absolu de la période.
"Le propos se divise en deux moments: la réfutation de la philosophie de Montaigne - figure emblématique du scepticisme aux yeux de Silhon - et de sa thèse sur la nature trompeuse des sens (…). Point remarquable: on trouvera au livre I de l'ouvrage la formulation d'un curieux cogito (…) qui précède de trois ans le Discours de la méthode, il est peut-être le fruit de discussions avec Descartes (…). Les livres III et IV, coeur de l'ouvrage, sont consacrés à la justification du principe fondamental de l'obéissance au Prince qu'illustrent des exemples empruntés aux épisodes de la Ligue et des Guerres de religion" (cf. Christian Nadeau, éd. Fayard).
Si le titre annonce une suite qui ne parut jamais, 'De la Certitude des connoissances humaines' fut plus tard réimprimé par l'auteur à la suite de son 'Ministre d'Etat'.
(Brunet, V, 381. Sources de l'Histoire de France, n°6120).
Mors fendus, plats épidermés, coiffes et coins usés. Intérieur frais. Exemplaire grand de marges.

Réf.: 36750 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ROUSSEAU - LE GRAND (Louis) ou LEGRAND, ANDRE (Jean),. 1- [LEGRAND (Louis)]. Censure de la Faculté de Théologie de Paris, Contre le Livre qui a pour titre, "Emile, ou de l'Éducation". Paris, P. Al. Le Prieur, 1762. 352 p. titre compris (précédé de):
2- [ANDRE (Jean)]. Réfutation du nouvel ouvrage de Jean-Jacques Rousseau, intitulé Emile, ou de l'Éducation. Paris, Desaint & Saillant, 1762. (4), 277, (1) p.

2 ouvrages reliés en un volume in-8, plein veau de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et vert, filet doré sur les coupes, tranches rouges.
1- Edition originale. La 'Censure', rédigée par l'abbé Le Grand docteur de Sorbonne qui devint censeur royal, où sont réfutées point par point les dix-neuf "hérésies" relevées dans "L'Emile" par la Faculté de théologie de Paris.
Elle est précédée de la "relation des circonstances qui décidèrent l'examen de cet ouvrage", et du discours de Jean-Clément Gervaise, syndic de la faculté de théologie.
La Censure fut achevée le 20 Août 1762; l'archevêque de Paris condamna "L'Emile" par un mandement du 28 août. De son côté, dès le 9 juin, le parlement avait ordonné que le livre, jugé impie et dangereux, soit lacéré et brûlé de la main du bourreau et que son auteur soit décrété de prise de corps.
Rousseau dut fuir seul, avec l'aide du maréchal de Luxembourg. Proscrit de France, mais aussi des Pays-Bas, de Genève et de Berne, il se réfugia à Yverdon chez son ami Daniel Roguin.
(Peignot, 'Livres condamnés au feu', II, p. 94. Monod, p. 563. Conlon, 'Rousseau', n° 236).
2- Edition originale. "C'est la méthode de Pascal qu'adopte André. Il voit d'emblée le point faible de Rousseau: l'état misérable de l'homme est injustifiable dans le théisme. Rousseau l'attribue bien au libre arbitre et pense avec tous les chrétiens, contre Bayle, que Dieu ayant 'voulu communiquer à ses créatures la dignité de la causalité' (Pascal), la misère avec la liberté est préférable à une servitude dorée" (Monod, p. 415). (Conlon, 'Rousseau', n° 194. Monod, p. 563).
Coiffes usées, mors fendillés. Commentaires anciens manuscrits au verso du faux-titre.
Bon exemplaire, relié à l'époque.

Réf.: 37109 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



HOLBACH (Paul Thiry, baron d'), NAIGEON (Jacques André), CHALLE (Robert). 1- HOLBACH (Paul Thiry, baron d'), NAIGEON (Jacques André), CHALLE (Robert). Le Militaire Philosophe ou Difficultés sur la Religion proposées au R.P. Malebranche, Prêtre de l'Oratoire. Par un ancien Officier. Londres [i.e. Amsterdam, Marc-Michel Rey], 1768. 193, (3) p. de table, faux-titre et titre inclus.
2- HOLBACH. Les prêtres démasqués ou des Iniquités du clergé chrétien. Ouvrage traduit de l'anglais. Londres [i.e. Amsterdam, Marc-Michel Rey], 1768. (1) f. de titre, (1) f. d'avertissement et table, 180 p.

2 ouvrages reliés en un volume in-12, plein veau fauve marbré de l'époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, triple filet d'encadrement sur les plats, tranches jaspées.
1- Edition originale publiée d'après un texte attribué à Robert Challe, qui circulait clandestinement sous forme de manuscrit depuis la première décennie du XVIIIe siècle.
Le texte de cette version imprimée aurait été largement récrit et adapté par Naigeon et par D’Holbach qui aurait composé la dernière partie (Cf. O. Bloch, 'Le matérialisme au XVIIIe s.').
Désigné à sa sortie comme "bréviaire du matérialisme", cet ouvrage a toujours été très rare si l'on en croit la correspondance de Grimm (cité par Belin, 'Commerce du livre', p. 106).
(Vercruysse, éd. 2017, 1768- B2, p. 102).
2- Première édition française de cette traduction libre, par d'Holbach, d'un ouvrage demeuré anonyme ('The Ax Laid to the Root of Christian Priestcraft'). Selon Vercruysse, le livre a été imprimé à Amsterdam par Marc-Michel Rey. (Vercruysse, éd. 2017, D5, p.105. Tchemerzine-Scheler, III, 718).
Coiffes frottées, quelques petits accrocs et épidermures. Rousseurs et brunissures, plus soutenues à quelques feuillets.
Bon exemplaire, relié à l'époque.

Réf.: 37416 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ROUSSEAU (Jean-Jacques). Emile, ou de l'éducation. Par J.J. Rousseau, Citoyen de Genève.
La Haye, Jean Néaulme [i.e. Paris, Duchesne], 1762.
4 volumes in-8, plein-veau marbré de l'époque, dos lisses ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin, triples filets dorés en encadrement sur les plats, filet doré sur les coupes, tranches jaspées, (4), viii, (2), 464 p. ; (4), 407 p. ; (4), 381 p. et (4), 455 p., 5 planches gravées hors texte.
Deuxième édition de Paris, à la date de l'originale, publiée à Paris par Duchesne. Elle est illustrée de 5 figures, dont 4 en frontispice de Eisen gravées par Legrand, Longueil et Pasquier.
(Dufour, 190. Sénelier, 763. Gagnebin, 6. McEachern, 4A, p.105).
Coiffes restaurées, quelques épidermures.
Bon exemplaire, imprimé sur papier vergé, grand de marges, bien relié à l'époque.

Réf.: 34658 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



PEREIRA (Bento) ou PEREYRA (Benito). Elucidarium sacrae theologiae moralis et juris utriusque: Exponens exponens universum idioma (...). Authore Patre Doctore Benedicto Pereyra societatis Jesu Portugallensi Borbano (...).
Venetiis, sumptibus Combi & Lanouii(is) [Venezia, Combi & La Noù], 1678.
In-folio, pleine peau de truie sur ais de bois, dos à 5 nerfs, plats entièrement ornés d'un riche décor à encadrements estampé à froid dégageant un large cartouche central, deux fermoirs d'origine en laiton, titre à la plume, tranches bleutées (reliure germanique de l’époque), (8) f., 550 p., (23) f. d’index, titre rouge et noir, vignette de titre, bandeaux, lettrines, texte sur deux colonnes.
Seconde édition imprimée à Venise, après l'originale posthume de Lisbonne (1668), précédée d’une épître dédicatoire à Sebastiano Pisano, évêque de Vérone. L'ouvrage est divisé en sept "expositions", contenant 1995 divisions ou parties.
Jésuite portugais, Bento Pereira (Borba, Portugal 1606 – Evora 1681) avait été admis dans la Compagnie à Lisbonne en 1620. Il étudia à Evora, devint professeur à l’université de Coimbra, puis recteur du Collège des Irlandais de Lisbonne, passa à Rome comme censeur et revint à Lisbonne pour y enseigner.
L'ouvrage est souvent attribué par erreur à un homonyme également jésuite (né à Valencia 1536 - Rome 1610), actif au Collège romain.
(Bibliotheca Lusitana, 1965, IV, 516. Griffante, Giachery & Minuzzi, 'Le edizioni veneziane del Seicento', n°625 p. 148. Sommervogel, I (1895), 507-512, n°8).
Trace de mouillure aux prem. feuillets, petits accrocs aux coins.
Ex-libris de l'abbaye de Schussenried (Reichsabtei Schussenried) de l'ordre des Prémontrés en Allemagne. La reliure a été exécutée sur place à leur usage.
Bel exemplaire, parfaitement conservé dans son vélin estampé et fermoirs d'origine.

Réf.: 35793 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VOLTAIRE, BOULAINVILLIERS (Henri de). 1- Le dîner du comte de Boulainvilliers par Mr. St. Hiacinte [Voltaire]. S.l., 1728 [i. e. Hollande, 1768]. (2) f. de faux-titre et titre, 60 p.
2- Relation du bannissement des jésuites de la Chine. S.l.n.d. [Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1768]. 31 p.
3- Relation de la mort du chevalier de La Barre : par Monsieur Cass*** [Cassen], avocat au Conseil du Roi, à M. le marquis de Beccaria. Le 15 juillet 1766. S.l.n.d. [Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1768]. 24 p.

3 ouvrages reliés en un volume in-12, plein veau havane de l'époque, dos à 5 nerfs orné, pièce de titre de maroquin amande, tranches bleutées.
Intéressante réunion de ces trois ouvrages de Voltaire, qui confirme leur origine commune: tous trois à l’année 1768 et sans doute publiés à Amsterdam chez Marc-Michel Rey.
1- Edition "en gros caractères", publiée l’année de l’originale, avec un faux-titre suivi d'un titre, qui porte le nom de Saint-Hyacinthe. Bengesco la distingue par le feuillet en tête duquel se trouve le titre de départ, paginé 1-2.
Les interlocuteurs du "Dîner" sont le comte et la comtesse de Boulainvilliers, l'abbé Couet et Nicolas Fréret. - Les "Pensées détachées de M. l'abbé de Saint-Pierre" sont de Voltaire. (Bengesco n°1750, p. 216. ‘L’oeuvre de Voltaire à la B.N.’, n°4141).
2- Edition publiée l’année de l’originale à Amsterdam chez Marc-Michel Rey selon le catalogue de la BnF, qui renvoie, au sujet de cette édition, au billet de Voltaire à H. Rieu, Besterman, n°14003. Cette édition se caractérise par le fait qu’elle ne comporte qu’un titre de départ. (Bengesco, n°1758/2. ‘L’oeuvre de Voltaire à la B.N.’, n°4161).
3- Edition originale. Titre de départ. Imprimé à Amsterdam chez M.M. Rey, selon le catalogue de la BnF :
"C'est par erreur que Beuchot avait considéré comme date d'édition celle du 15 juillet 1766, mentionnée au titre de départ, comme l'a montré Bengesco". (Bengesco, n°1722. ‘L’oeuvre de Voltaire à la B.N.’, n°4195).
Bel exemplaire, frais, dans une jolie reliure anglaise ou hollandaise de l’époque.

Réf.: 36251 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



COLLINS (Anthony), HOLBACH (Paul Thiry, baron d') traducteur et éditeur. Essai sur la nature et la destination de l'Ame Humaine (...). Traduit de l'Anglois, sur la dernière Edition revue & corrigée par l'auteur.
Londres [i.e. Amsterdam, Marc-Michel Rey], 1769.
In-12, broché, couverture papier bleu d'origine, (8), 295 p., exemplaire non rogné, non coupé, tel que paru.
Première édition française probablement sortie des presses de M.-M. Rey, dans une édition et une traduction attribuées à d’Holbach.
L’ouvrage contient le recueil des pièces composées par Anthony Collins, libre-penseur, élève et ami de Locke, dans la polémique qui s’était engagée entre eux-mêmes, Samuel Clarke et Henry Dodwell, sur l'immatérialité et l'immortalité de l'âme.
Selon Bréhier (II, 293) : "Collins montre l’union du matérialisme à la doctrine sensualiste de la connaissance".
De très larges extraits de cet ouvrage ont été cités par Naigeon dans "l’Encyclopédie Méthodique".
L’ouvrage a été interdit et condamné au feu.
(Colon, 'Siècle des Lumières', 69:676. 'Holbach et ses amis', 1553. Peignot, 'Livres condamnés', II, p.214. Vercruysse, p. 32).
Exceptionnel exemplaire, tel que paru, non rogné, non coupé.

Réf.: 37205 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



RAMUS (Pierre La Ramée, dit). Brutinæ Quaestiones, in Oratorem Ciceronis, ad Henricum Valesium Franciæ Regem.
Parisiis Matthei Davidis [Paris, Mathieu David], 1552.
Petit in-8, plein cartonnage vélin à la Bradel, titre doré en long, daté en pied (reliure moderne Goy), 126 p., (1) f. blanc.
Troisième édition dédiée à Henri II (la première date de 1547) de cet ouvrage controversé, analyse critique de "l'Orateur" de Cicéron considéré comme le chef-d'œuvre des traités de rhétorique.
Dans cette critique paradoxale, Pierre de La Ramée qui était pourtant l'un des plus fervents admirateurs de Cicéron, réclame pour la rhétorique comme pour les autres arts une forme plus humaine et plus méthodique. L'ouvrage suscita une tempête et réveilla la haine tenace et durable des ennemis de Ramus: Jacques Charpentier en particulier, peut-être l'un des responsables de son assassinat lors de la Saint-Barthélemy.
Caractères italiques, lettrine et belle marque de l'imprimeur gravée au titre.
(W. J. Ong, 'Ramus and Talon Inventory', n° 57).
Mouillure claire en coin.
Très bon exemplaire, frais, grand de marges, bien relié.

Réf.: 37246 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CORDEMOY (Géraud de). Dissertations physiques sur le discernement du Corps & de l'Ame ; Sur la parole et sur le systéme de Monsieur Descartes (...). Troisième édition.
Paris, Veuve de Denis Nion, 1690-1689.
2 tomes reliés en un volume petit in-8, plein veau brun moucheté de l'époque dos à nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, triples filets d'encadrement sur plats, grandes armes dorées au centre du plat supérieur, tranches mouchetées rouges, (1) f., (22), 227 p. et (1) f., (24), 194, (1) p.
Troisième édition collective des oeuvres de Géraud de Cordemoy publiées par son fils à titre posthume et dédiées au Roi.
Contient  : "Six Discours sur la Distinction et l'Union du Corps et de l'Âme – Discours physique sur la Parole", suivi de la "Lettre au R.P. Cossart, sur les Systèmes de Monsieur Descartes, & son opinion touchant les bêtes…"
"Maître de Malebranche et précurseur de Leibniz", "cartésien passionné", Géraud de Cordemoy (1626-1684) est l'auteur d'une oeuvre philosophique originale et novatrice qui fait l'objet d'une large réévaluation par les historiens modernes de la philosophie.
"Dans ces ouvrages concis, il renouvelle et enrichit la philosophie de Descartes. Il donne à l'occasionalisme une systématisation qui prépare celle de Malebranche (...). Leibnitz apprécia cet effort pour fonder l'unité de chaque substance incompréhensible dans le cartésianisme" (cf. G. Rodis-Lewis, in "Dict. des philosophes", PUF, I, p. 672-675).
Le deuxième discours ("Du mouvement et du repos des corps") était jugé tellement important par ses contemporains, qu'il fut joint aux éditions posthumes du Monde de Descartes.
Sur les recherches novatrices de l’auteur en matière de linguistique (in "Discours physique de la parole"), cf. N. Chomsky ("La linguistique cartésienne") et A. Robinet ("Le langage à l'âge classique"). Des extraits de cet essai ont été utilisés par Molière pour la scène de la leçon de phonétique de M. Jourdain dans le "Bourgeois gentilhomme".
Provenance: le marquis Gabriel Grégoire Bourdeau de Lajudie (1788-1877) avec ses armes dorées sur le plat supérieur (OHR, n°2378) et son ex-libris imprimé, et "Joannis Petri de Villeneuve" avec son grand ex-libris armorié (XVIIe-XVIIIe s.).
Quelques petites traces de restauration.
Bel exemplaire, frais, bien relié à l'époque.

Réf.: 37392 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BERKELEY (George). Dialogues entre Hylas et Philonous, dont le but est de démontrer clairement La réalité & la perfection de l'entendement humain, La nature corporelle de l'âme, Et la providence immédiate de la Divinité, contre les sceptiques et les athées, et d'ouvrir une méthode Pour rendre les Sciences plus aisées, plus utiles & plus abrégées. Traduit de l'anglois [par J.-P. Gua de Malves].
Amsterdam, 1750.
In-12, plein veau marbré de l'époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, filet d’encadrement à froid sur les plats, roulette dorée sur les coupes, (4), xx, 288 p., 3 vignettes gravées sur cuivre en bandeau.
Première et unique traduction française ancienne, donnée par l'abbé Jean-Paul de Gua de Malves, illustrée de trois jolies vignettes en bandeau, une en tête de chaque dialogue.
L'exposé de la philosophie "immatérialiste" et empiriste de Berkeley, dans lequel le philosophe irlandais développe les implications métaphysiques de sa théorie de la perception.
Sous forme de trois entretiens dialogués, affrontement entre Hylas, défenseur de la doctrine matérialiste (réfutée par Berkeley) et Philonous, pour qui seuls existent les esprits et les idées.
"Chef d'oeuvre littéraire (...). L'auteur y expose l'ensemble de sa doctrine. Peu d'oeuvres ont une plus grande efficacité didactique" ('Nouveau Dict. des oeuvres', 7306).
(Jessop, 'A Bibliography of George Berkeley', 2sd ed., n°96. Keynes, 'id.’, 12).
Quelques traces de restauration à la reliure. Quelques rousseurs éparses.
Très bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 26015 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CAYLUS (Anne-Claude de Tubières-Grimoard, comte de), MAJAULT (Michel Joseph). Mémoire sur la peinture à l'encaustique et sur la peinture à la cire. Par M. le Comte de Caylus (...); Et M. Majault (...).
Genève et Paris, Pissot, 1755.
In-8, cartonnage marbré à la Bradel (papier ancien de réemploi), (4) f., 133 p., frontispice gravé et 2 planches in fine (outillage et machine).
Edition originale illustrée d'un beau frontispice allégorique qui représente Minerve "qui détourne le peintre de sa méthode traditionnelle en lui montrant la technique de l'encaustique" et de deux planches d'outillages.
Caylus, le premier, défendit les vertus de la peinture à encaustique et tenta de retrouver les procédés anciens. Ce "Mémoire" engendra une vive polémique avec les Encyclopédistes. Diderot lui-même s'en mêla en publiant un pamphlet anonyme. Caylus présenta à l'Académie une "Tête de Minerve exécutée sur bois" par Vien, d'autres essais suivirent.
Au XIXe s., le procédé trouva une nouvelle faveur auprès des peintres, qui renouaient ainsi avec la grande tradition de la peinture murale.
"Expérimentateur né, en parfaite harmonie avec son temps, Caylus cherche à voir les choses de l'intérieur et se passionne pour les sciences. Il s'attache également à retrouver les techniques des Anciens, notamment en ce qui concerne la peinture à l'encaustique. En publiant ce traité, Caylus mettait à la disposition de ses contemporains un ferment d'idées que peintres et artistes s'approprièrent pour chercher à résoudre des problèmes qui leur tenaient à cœur (…)" (Expo. "Caylus, mécène du Roi. Collectionner les antiquités au XVIIIe siècle", Paris, BnF, 2002).
(K. Peeters, 'Bibliographie du comte de Caylus', 1755, p. 42 et A. Fontaine, 'Vies d'artistes du XVIIIe', Paris, 1910. p. 215).
Joli exemplaire, bien relié.

Réf.: 36433 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LA FORGE (Louis de). Traitté de l'Esprit de l'Homme, de ses Facultez et Fonctions, et de son union avec le Corps. Suivant les Principes de René Descartes [i.e. Traité de l'Esprit de l'Homme].
Paris, Michel Bobin & Nicolas Le Gras, 1666.
In-4, plein veau moucheté de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, titre doré, tranches mouchetées, (56), 453, (2) p.
Edition originale de cet ouvrage fondateur, le premier à prolonger la métaphysique cartésienne à l'occasionnalisme qui en vint à dominer le cartésianisme, de Malebranche à d'Alembert.
Médecin et philosophe, ami et disciple de Descartes, Louis La Forge (1632-1666) élabore un nouveau rapport de causalité entre l'esprit et le corps. Tout en atténuant des conséquences mécanistes du système cartésien, il soumet sa théorie de "l'occasionnalisme", dont il se montre l'un des plus habiles interprètes.
Pierre Clair (art. "Esprit", Encyclo. Universalis) souligne un autre aspect novateur de cet essai: "On y trouve une intéressante étude du fonctionnement du cerveau, qui, pourtant, n'est nullement assimilable à l'esprit et qui demeure le simple 'organe' (corporel) de celui-ci".
L'ouvrage connut un très large succès, y compris dans les milieux mondains: Madame de Sévigné, dans une lettre, qualifie ce livre "d'admirable".
(Brunet, III, 764). Exemplaire sans le portrait.
Quelques piqûres, plus abondantes en coin des 100 derniers feuillets, épidermures.
Exemplaire de Frédéric Le Duchat (1683-1746), conseiller au parlement de Metz, avec sa signature autographe sur la première garde blanche.
Bon exemplaire.

Réf.: 36652 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 1 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 |