English version
Accueil
Menu Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Les livres sont affichés par ordre de prix décroissant.

100 fiche(s) - Page 3


[VIGNIER (Nicolas) ou PITHOU (François)]. De la Noblesse, ancienneté, remarques & mérites d'honneur de la troisiesme maison de France.
Paris, Abel Langelier, 1587.
In-8, plein vélin ivoire souple de l'époque, 206 [i.e. 226] p. page de titre inclus, vignettes et bandeaux et lettrines.
Edition originale de cet important ouvrage, érudit et très documenté, sur l’histoire des origines des Capétiens.
Contre l’avis général de ses contemporains et des tenants de la légitimité carolingienne, particulièrement Pierre de Saint-Julien de Balleure qu’il réfute, l’auteur tente de prouver la légitimité d’Hughes Capet au trône de France, appuyé par le Parti impérial et les Grands vassaux.
Il fallut attendre 1833 et la découverte du manuscrit de la chronique de Richer de Reims par G.-H. Pertz ("Quatre livres d'histoire, 991-998" connu sous le nom "d'Histoire de Richer") pour que cette hypothèse soit vérifiée.
L’ouvrage est traditionnellement attribué à Nicolas Vignier (1530-1596) né à Troyes, un temps calviniste revenu au catholicisme, médecin, historiographe et Conseiller d’Etat de Henri III. Or Vignier est lui-même cité dans le livre parmi d’autres historiens à deux reprises (p.70-71). L’exemplaire de Rome porte une note manuscrite contemporaine attribuant l’ouvrage à l’humaniste François Pithou.
(Adams, V-756. Balsamo & Somonin, ‘Abel L’Angelier’, n°189. Guigard, 'Bibliothèque héraldique de la France', n° 1688. Techener, ‘Bibliothèque champenoise’, n°1965).
Quelques petits accrocs de papier, vélin légèrement fripé.
Ex-libris armorié de la collection de l'avocat Victor Duchataux (1823-1905) avocat à Reims et petit cachet de bibliothèque au titre.
Très bon exemplaire, dans sa première reliure de vélin.

Réf.: 36977 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



Code de police pour les villes et fauxbourgs de Nancy. Code de police pour les villes et fauxbourgs [sic] de Nancy.
Nancy, J. B. Hiacinthe Leclerc, imprimeur de l’Intendance, 1769.
In-12, plein maroquin rouge de l'époque, dos lisse orné d'un riche décor de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bronze, double filet d'encadrement sur les plats, tranches dorées, 212, (3) p.
Première édition et rare impression nancéienne de l'un des premiers recueils de dispositions données en Lorraine sous la nouvelle administration de la France.
Bien que les duchés de Lorraine et Bar aient été cédés à la France dès 1738 (traité de Vienne), Louis XV en avait reporté l'annexion et donné les provinces à titre viager à son beau-père Stanislas Leszczynski. Ils ne furent officiellement annexés à la France qu'après sa mort en 1766.
Cet ensemble de dispositions régissant la nouvelle capitale française de la Lorraine fut promulgué trois années plus tard, le 4 janvier 1769. Les règlements très détaillés couvrent le statut des personnes, les professions, le commerce, l’hygiène, la sécurité, etc., fournissant un tableau vivant de la société lorraine du temps: "Admission des étrangers -- Observation des dimanches & fêtes -- Serviteurs & domestiques -- Police des Halles & marchés de grains -- Boulangers; Bouchers; Charcutiers; Des marchés; Poissonniers -- Aubergistes, cabaretiers, taverniers, cafetiers & maîtres de billards -- Du commerce -- Livreurs de bois -- Manœuvres & voituriers; Porteurs de chaises; Carrosses publics -- De la propreté & sûreté dans les rues; Incendies; Échenillage et lutte contre les parasites", etc...
WorldCat ne localise que 5 exemplaires dans le monde, dont 2 seulement en France (Bibliothèque Ste-Geneviève et Bibliothèque d'Études Lorraine CRULH).
Bel exemplaire, frais, dans sa première reliure de maroquin rouge.

Réf.: 37164 - Eur 850.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[VARLIN (Eugène), CLEMENCE (Adolphe), WYNANTS (Victor)]. 1- Exposition de 1867. Délégation des ouvriers relieurs. Première partie: la reliure aux Expositions de l'industrie (1798-1862). Paris, Au Siège de la Commission, chez M. Clémence, 1868. xxvii, 278 p.
2- Exposition de 1867. Délégation des ouvriers relieurs. Deuxième partie: La reliure à l’Exposition de 1867. Etudes comparatives de la reliure ancienne et moderne. Paris, chez tous les libraires,1869-1875. (4), 223 p, 9 planches de reproductions de reliures hors-texte photogravées par Dujardin et imprimées par Eudes.
3- Rapport des Délégués de Paris ouvriers relieurs à l'exposition de Vienne. Paris, Imp. Nouv., [1873]. 48 p.

Ensemble relié en un volume in-8, demi-chagrin vert bronze de l'époque, dos à 5 nerfs filetés or, garni de caissons richement dorés, titre doré, 9 planches de reproductions de reliure hors texte.
Édition originale de cet important document, tant pour l’histoire de la reliure que pour l’histoire sociale, publié par souscription.
Élu à la tête des cinq délégués relieurs à l’exposition universelle de 1867, Eugène Varlin participa à la rédaction de ce rapport en 1868, depuis sa prison où il avait été incarcéré à la suite du deuxième procès de l’Internationale. Ses initiales figurent au bas de l’avant-propos du deuxième volume ("E.V.") aux côtés de la signature de V. Wynants.
Parmi les autres membres de la délégation des relieurs parisiens à l’Exposition universelle : Adolphe Clémence, petit-fils d’un membre de la conjuration des Égaux, un des fondateurs de l’Internationale, futur acteur de la Commune qui assura la distribution du premier volume, Jean-Pierre Leclère, Alphonse Delacour, E. Paillet et Victor Wynants. Ce dernier participa à la commission qui, en 1875, fit paraître le deuxième volume du rapport. Varlin était mort entre temps.
Cf. M. Cordillot, 'Eugène Varlin, chronique d’un espoir assassiné', Paris, 1991. (Maitron, IX, p. 276).
L’ouvrage est suivi du très rare "Rapport des ouvriers relieurs à l’exposition de Vienne en 1873", brochure recensée à un unique exemplaire dans le monde (WorldCat): bibliothèque de l’Arsenal.
Très bon exemplaire, bien relié à l’époque, grand de marges.

Réf.: 36943 - Eur 800.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BERKELEY (George). Dialogues entre Hylas et Philonous, dont le but est de démontrer clairement La réalité & la perfection de l'entendement humain, La nature corporelle de l'âme, Et la providence immédiate de la Divinité, contre les sceptiques et les athées, et d'ouvrir une méthode Pour rendre les Sciences plus aisées, plus utiles & plus abrégées. Traduit de l'anglois [par J.-P. Gua de Malves].
Amsterdam, 1750.
In-12, plein veau marbré de l'époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièce de titre de maroquin bordeaux, filet d’encadrement à froid sur les plats, roulette dorée sur les coupes, (4), xx, 288 p., 3 vignettes gravées sur cuivre en bandeau.
Première et unique traduction française ancienne, donnée par l'abbé Jean-Paul de Gua de Malves, illustrée de trois jolies vignettes en bandeau, une en tête de chaque dialogue.
L'exposé de la philosophie "immatérialiste" et empiriste de Berkeley, dans lequel le philosophe irlandais développe les implications métaphysiques de sa théorie de la perception.
Sous forme de trois entretiens dialogués, affrontement entre Hylas, défenseur de la doctrine matérialiste (réfutée par Berkeley) et Philonous, pour qui seuls existent les esprits et les idées.
"Chef d'oeuvre littéraire (...). L'auteur y expose l'ensemble de sa doctrine. Peu d'oeuvres ont une plus grande efficacité didactique" ('Nouveau Dict. des oeuvres', 7306).
(Jessop, 'A Bibliography of George Berkeley', 2sd ed., n°96. Keynes, 'id.’, 12).
Quelques traces de restauration à la reliure. Quelques rousseurs éparses.
Très bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 26015 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SILHON (Jean de). De la Certitude des connoissances humaines, Où sont particulièrement expliquez les Principes & les fondemens de la Morale et de la Politique, avec des Observations, sur la manière de raisonner par l'assemblage de plusieurs moyens, confirmée par des exemples, & particulièrement de la Religion Chrestienne.
Paris, Imprimerie Royale, 1661.
In-4, plein veau brun de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments entièrement garnis d'une résille dorée aux petits fers, roulette dorée en tête et pied, tranches rouges, (1) f., (42), 637, (1) p., bandeaux et culs de lampes gravés et historiés.
Edition originale de cet essai dédié à Louis XIV et publié à l’imprimerie royale l’année même de la mort de Mazarin dont l’auteur avait été le secrétaire et le protégé depuis 1642.
Philosophe proche de Descartes, Jean de Silhon (1596-1667) devint secrétaire de Richelieu, conseiller d'État, secrétaire de Mazarin et l’un des premiers fondateurs et membre de l'Académie française (1634).
Il est l’un des principaux théoriciens et idéologues du pouvoir absolu de la période.
"Le propos se divise en deux moments : la réfutation de la philosophie de Montaigne – figure emblématique du scepticisme aux yeux de Silhon – et de sa thèse sur la nature trompeuse des sens (…). Point remarquable: on trouvera au livre I de l’ouvrage la formulation d’un curieux cogito (…) qui précède de trois ans le Discours de la méthode, il est peut-être le fruit de discussions avec Descartes (…). Les livres III et IV, cœur de l'ouvrage, sont consacrés à la justification du principe fondamental de l’obéissance au Prince qu’illustrent des exemples empruntés aux épisodes de la Ligue et des Guerres de religion" (cf. Christian Nadeau, éd. Fayard).
Si le titre annonce une suite qui ne parut jamais, 'De la Certitude des connoissances humaines' fut plus tard réimprimé par l'auteur à la suite de son 'Ministre d’Etat'.
(Brunet, V, 381. Sources de l’Histoire de France, n°6120).
Mors fendus, plats épidermés, coiffes et coins usés. Intérieur frais. Exemplaire grand de marges.

Réf.: 36750 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


FEMINISME - REVOLUTION FRANCAISE. Délibération prise par des citoyennes de Bordeaux dans une assemblée de plusieurs d’entre elles, qui a eu lieu le 19 de Juin dans l’Eglise métropolitaine St André (…).
Bordeaux, Michel Racle, imprimeur de la Commune, rue Saint-James, 1791.
In-4, broché, 6 p. imprimées, sous couverture de papier avec titre manuscrit, suivies de 2 pages manuscrites.
Exemplaire unique de ce très intéressant document. Il rend compte de l’organisation spontanée, par des "citoyennes" de Bordeaux, d’un comité destiné à d’apporter leur soutien à l’évêque constitutionnel Pierre Pacareau. Bien qu'octogénaire, celui-ci s'enflamma pour les idées nouvelles dès que la Révolution survint.
Elles organisent leur comité, nomment leur présidente et leur trésorière, seul homme admis: le secrétaire, pour des raisons de convenance (!). Une cérémonie citoyenne est planifiée en huit articles dont l’un prévoit une prestation de serment de fidélité aux nouvelles institutions "en présence de l’Être suprême".
Suivi de l’acceptation, datée du 27 juin 1791, par le maire de Bordeaux (François-Armand de Saige, qui sera guillotiné le 25 octobre 1793) et par ses officiers municipaux.
La brochure est protégée sous couverture de papier comportant le titre manuscrit, suivie d’une page et demie de commentaires misogynes manuscrits postérieurement : "Voici une pièce, qui à elle seule, suffirait pour caractériser une époque. On y voit des citoyennes, oubliant le rôle que le Créateur a assigné à la femme, se réunir en place publique pour une démonstration patriotique (…)".
Document un peu froissé et légèrement défraîchi, comportant des renforts de papier.
Exemplaire unique de cette pièce, qui n’est recensé dans aucune bibliothèque publique ou privée, ni bibliographie.

Réf.: 36924 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CONSTANTINI (Antoine). Adresse de remerciements à l'Assemblée nationale, à l'occasion de son Décret rendu le 30 Novembre 1789, qui déclare l'Isle de Corse Province Françoise. Par un citoyen corse [i.e. Antoine Constanini].
Paris, Baudouin, 1789.
In-8, cartonnage moderne à la Bradel, pièce de titre de veau bordeaux, 11 p.
Rare brochure révolutionnaire. Antoine Constantini adresse les remerciements de la population corse à l'Assemblée nationale pour avoir, le 30 novembre 1789, fait décréter que l’Île devenait "partie intégrante de l’Empire français", mesure qui fut prise à la demande du député corse Antoine-Christophe Salicetti
Il fait l’éloge du nouveau gouvernement issu de la Révolution, critique violemment les méfaits et la brutalité des gouvernements despotiques qui avaient précédé, dresse les louanges de la "nation" corse, son patriotisme, sa loyauté et son courage et défend chaleureusement l’œuvre et l’action de Pascal Paoli dont il réclame le retour d’exil dans sa patrie.
Né en 1754 à Bonifacio, négociant en grains à Sassari, Antoine Constantini devint membre du Club des Jacobins au début de la Révolution, séjourna quelque temps à Paris et fut élu "député extraordinaire" de Bonifacio, ville dont il devint maire quelques mois en 1801.
La brochure est signée en fin: "Constantini, Négociant Corse. Paris, le 5 décembre 1789".
(Conlon, ‘Siècle des Lumières’, 89:7936. Martin & Walter, I, 8172).
Très bon exemplaire, très frais, grand de marges.

Réf.: 37032 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



MILLET (Simon-Germain). Le Trésor sacré, ou Inventaire des Sainctes Reliques, et autres précieux joyaux qui se voyent en l'Eglise et au Trésor de l'Abbaye Royale de S. Denis en France. Ensemble les Tombeaux des Rois & Reines ensépulturés en icelle (...). Avec un abbrégé des choses plus notables arrivées durant leurs Règnes (...). Seconde édition, revue & augmentée par le même Autheur.
Paris, Jean Billaine, 1638.
In-12, plein vélin souple de l'époque, dos tiré à la plume, (32), 549, (1) p.
Seconde édition "revue et augmentée par l’auteur". Une des sources de première importance et précieux témoignage pour l’histoire de l’abbaye cathédrale de Saint-Denis, inventaire et description de son riche contenu au début du XVIIe siècle, véritable guide en la matière et source souvent citée.
Bâtiments et vitraux, sépultures et tombeaux des rois, reliques, bijoux et joyaux, cultuels et royaux, reliures et manuscrits, en partie perdu ou détruit. L’ouvrage est accompagné d’un historique des rois et reines ensevelis à Saint-Denis.
L’auteur Simon-Germain Millet (1575-1647) devint moine bénédictin de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, avant d'entrer dans la congrégation de Saint-Maur. Il mourut à l’abbaye de Saint Denis.
Ex-libris gravé sur cuivre dans un ovale de Jean-Baptiste Verdussen (1698-1773), à la devise de "Virtus Pietas Homini Tutissima". Libraire-imprimeur à Anvers, premier directeur de l'Académie royale d'Anvers, bibliophile et bibliographe renommé, sa bibliothèque a été vendue en 1776.
Le catalogue de la bibliothèque de Paul Lacombe sur Paris et ses environs (n°3230), signale que cet ouvrage est "rare".
Légère rousseur uniforme.
Très bon exemplaire, dans sa première reliure de vélin souple.

Réf.: 37092 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DUMAS PERE (Alexandre). Madame de Chamblay. Drame en cinq actes.
Paris, Michel Lévy frères, 1869.
In-8, demi-percaline rouge de l'époque à la Bradel, dos lisse orné d'un fleuron central doré, pièce de titre de percaline beige, couvertures imprimées conservées, (4), vi, (2), 96 p. et 35 p. de catalogue éditeur, exemplaire non rogné.
Edition originale, très rare, de cette pièce créée au Théâtre de la Porte-Saint-Martin, le 31 octobre 1868.
"Adaptation du roman ‘Ainsi soit-il’ paru en feuilleton dans "Le Monte-Cristo" en 1859 (et publié ensuite sous le titre que reprend la pièce), ce drame en cinq actes est l'avant-dernier du Théâtre Complet. Dumas en parle dans sa préface comme ‘d'une fleur d'automne dans [son] jardin dramatique’" (François Rahier, Société des Amis d'Alexandre Dumas en ligne).
Dans son intéressante préface, Dumas évoque les conditions de production, de création et de distribution de la pièce en deux mises en scène successives. Il revient sur l'épisode intime d'où a été tirée l'intrigue: ses amours avec Emma Manoury-Lacour.
(Parran, p. 37. Reed, p. 425. Vicaire, III, 427. Manque à Munro).
Très bon exemplaire, bien relié, non rogné, avec ses couvertures conservées.
Provenance: de la bibliothèque de Léon Hennique, avec son bel ex-libris gravé par Eugène Dété d'après un dessin de Léon Glaize, à ses initiales "L.H." et à sa devise "Ex libris puber veritas".

Réf.: 37124 - Eur 750.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[BAUDEAU (Abbé Nicolas)]. Lettres historiques sur l'état actuel de la Pologne, et sur l'origine de ses malheurs [Suivi de: Avis économiques aux citoyens éclairés de la République de Pologne sur la manière de percevoir le revenu public].
Amsterdam et Paris, Didot l’aîné, Delalain Lacombe, 1772.
2 parties en un volume in-8, demi-vélin marbré vert bronze à petits coins, dos lisse, plats de papier raciné, tranches citron (relié fin XVIIIe), 4, 328 p. et 52 p. pour "Avis économiques…".
Première et unique édition de cette analyse et projet de réformes pour la Pologne par l’un des principaux théoriciens de la doctrine physiocratique.
Les "Avis économiques aux citoyens éclairés de la République de Pologne" figurent en pagination séparée (52 p.) ; ils avaient été d’abord publiés dans les 'Ephémérides du Citoyen' en 1770.
La situation désastreuse de la Pologne en cette année 1772, en partie due à l'anarchie nobiliaire et à la guerre civile, conduisit au premier partage du pays entre la Russie, l'Autriche et la Prusse.
C’est en Pologne et en Allemagne que les théories physiocratiques attirèrent le plus d’adeptes. Baudeau, qui avait fait le voyage à Varsovie pour y prendre possession d’un bénéfice ecclésiastique, y fut suivi par Dupont de Nemours appelé pour réformer l’enseignement. Il soumet, sous forme de "Lettres", son analyse et ses observations sur la situation politique et sociale. Dans les "Avis économiques", il livre un diagnostic de la crise économique et financière et propose des remèdes en tous points conformes aux idéaux physiocratiques.
(A. Clément, 'Baudeau', p. 373. Goldsmiths, 'Online catalogue', n°10841.1. Manque à Einaudi, Higgs, INED, Kress).
Le feuillet 73-75 figure en double, le premier est à sa place, le second à la place du feuillet 283-284 qui fait défaut.
Quelques piqûres éparses et taches de cire de bougie plus soutenues aux p. 105-116
Bon exemplaire, grand de marges, imprimé sur papier vergé de Hollande.

Réf.: 29487 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FOGLIETTA (Uberto). Della Republica di Genova. Libri II.
Roma, Per Antonio Blado Impressore Camerale, 1559.
In-8, plein vélin moderne rigide, dos lisse titré à la plume, 76 feuillets [A-I8, K4], errata au verso du dernier feuillet.
Prima edizione. Scritta in forma di dialogo, l'opera denunciò gli abusi della vecchia nobiltà di Genova. L'opera ebbe larga risonanza, ma per essa l'autore fu processato in Genova dal vicario arcivescovile e posto al bando della repubblica.
"Il solo testo del dibattito politico genovese del Cinque-Seicento a conoscere la via della stampa, associava i temi dell'indipendenza e del riarmo navale della Repubblica, immaginava per Genova una prospettiva di lucroso mercenario marinaro, era animato da una visione antinobiliare della storia genovese, proponeva una riforma censitaria del sistema politico" (Bitossi, D.B.I., Vol. 48, 1997).
“Genova, was the subject of a work by one of its citizen, Uberto Foglietta. His ‘Della republica di Genova’ (the only vernacular work by this defender of the superiority of Latin) is a dialogue, influenced by Machiavelli's ideas on ancient Rome, in which a Genoese citizen tells another who is living in Antwerp of the conflicts between the nobles and the “popolari” which are destroying the city and threatening its freedom. The nobles emerge as the less deserving class, and the publication of these views (Rome, 1559) led to Foglietta's exile. In 1576, however, he was allowed to return to his city and liter became its historian" (‘The Cambridge History of Italian Literature’, 2001, p. 201)
Storico, Uberto Foglietta (ca. 1518-1581) nato a Genova da famiglia cospicua, che fu ascritta alla nobiltà nel 1528. Fu al servizio di Emanuele Filiberto di Savoia nel 1564, quindi nel 1568 del cardinale Ippolito d'Este e del cardinale Luigi d'Este. Nel 1576, revocato il bando, fu eletto storiografo della Repubblica.
(Adams, F-670. BM STC Italian, 1465-1600, p. 271. Graesse, ‘Livres rares et précieux’, II, 609. Rossi, n°761: "rarissimo").
Marge extérieure du titre restaurée sans perte de texte. Court de marge supérieure.
Très bon exemplaire, bien conservé.

Réf.: 37033 - Eur 700.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



WALLACE (Rev. Robert), JONCOURT (Elie de) traducteur. Essai sur la différence du nombre des hommes dans les temps anciens et modernes, dans lequel on établit qu'il était plus considérable dans l'Antiquité.Traduit de l'anglais (...) par M. de Joncourt.
Londres [i.e. Paris], 1754.
In-12, plein veau marbré de l'époque, dos à 5 nerfs guillochés or, orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, (2), ij, ij, 292 p., 2 tableaux statistiques à pleine page.
Première édition française de ‘Dissertation on the Numbers of Mankind in Ancient and Modern Times', traduit par le chevalier de Joncourt, peut-être sous la supervision de Montesquieu, publiée un an après l'originale anglaise.
L'une des premières grandes spéculations, au XVIIIe siècle, sur l'évolution de la population mondiale, qui ouvrit une controverse entre l'auteur et Hume.
S'appuyant sur calculs et statistiques, Wallace réfute les théories sur l'accroissement indéfini de la population en la mettant en relation avec la quantité des subsistances, la nature, la fertilité et le partage des terres, la santé publique, les moeurs, la politique économique des Etats, etc. Il aborde la question de l'optimum de population et traite des moyens d'y parvenir. Cet ouvrage exerça une influence majeure sur Malthus et sur les études démographiques en France.
"A limited earth, a limited degree of fertility, and the continual increase of mankind: these are the determinants. Malthus had only to add the ratios!"(K. Smith, 'The Malthusian controversy', p. 22).
(Kress, 5408. Einaudi, n°5956. Higgs, 871).
Des bibliothèques de M. Fontaine de la Barberie et du Vicomte de Noailles avec leurs ex-libris armoriés gravés.
Bel exemplaire, très frais, très bien relié à l'époque.

Réf.: 22776 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



PHILIDOR (François André Danican dit), MONTIGNY (Alfred de) éditeur. Analyse du jeu des échecs. Avec une nouvelle Notation abrégée et des Planches où se trouve figurée la situation de jeu pour les Renvois et les Fins de parties par l’auteur des ‘Stratagèmes des échecs’ [MONTIGNY]. Nouvelle édition.
Paris, Causette, 1820.
Petit in-12, demi-veau vert de l'époque, dos lisse orné de filets dorés, 148 p., portrait gravé de l’auteur en frontispice et 42 planches en couleurs.
Nouvelle édition, l’édition définitive, du traité composé par le plus célèbre joueur d'échecs du XVIIIe siècle, premier grand théoricien du jeu, "son seul livre et son chef-d'œuvre". Publié pour la première fois en 1749, le livre est ici édité et augmenté par Alfred de Montigny, auteur lui-même de ‘Stratagèmes des échecs’ et introducteur d’un système de notation et de désignation des pièces qui fera date.
L’ouvrage est illustré d'un portrait gravé de Philidor et de 42 planches en couleurs au pochoir où se trouve figurée la situation du jeu pour les renvois et les fins de parties.
(Bibliotheca scaccariana, n°309. Catalogue van de Schaakboekerij Niemeijer, n°1799. Gay, ‘Biblio. du jeu des échecs’, p. 109).
Joli exemplaire, frais, bien relié à l’époque.

Réf.: 36926 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



POUGY (Liane de), pseudo. de Marie Chassaigne. Lettre autographe signée "Ta Liane", [Roscoff 16 novembre 1927], à son amie Jenny Chollet.

2 pages in-4, sur beau papier couleur lilas, enveloppe timbrée.
Belle lettre de confidences de Liane de Pougy à Jenny Cholet, l'amie de toute sa vie, sur l'horreur de son existence avec son mari le Prince Ghika... Tout n'étant pour elle que «déchirure et souffrance sur le déchirement», elle veut le quitter: «Je voudrais me séparer de lui en beauté. Il dit qu'il m'aime et ne peut vivre sans moi, mais est-ce vivre ? Je ne puis faire prononcer mon divorce à son insu [...] j'en ai assez de ces nobles sans noblesse, de tout cet attirail d'infamies, méprisant tout ce qui élève, rehausse, et adoucit dans la vie. Evidemment je serai seule - mais la solitude n'est-elle pas préférable à cette union gangrenée ?».Elle termine : « Ma Jenny, prends-moi dans tes bras, sur ton cœur… »,
Par manque de place dans les 2 pages pourtant entièrement couvertes, sans marges, l’auteure a superposé quelques lignes dans le sens de la longueur.
Née Anne Marie Chassaigne dans la Sarthe, mariée à 16 ans, prostituée à 18, courtisane à la fin de la belle époque, aux amours saphiques, romancière et diariste, Liane de Pougy épouse Georges Ghika, Prince de Roumanie et devient la princesse Ghika. Après la mort de son mari en 1946, elle termina sa vie comme soeur dans un couvent Dominicain.

Réf.: 36934 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


PARA du PHANJAS (François). Théorie des êtres sensibles, ou Cours complet de physique, spéculative, expérimentale, systématique et géométrique, mise à la portée de tout le monde: Avec une Table alphabétique des matières, qui fait de tout cet Ouvrage un vrai Dictionnaire de Physique. Nouvelle Edition, rectifiée, perfectionnée, assortie aux modernes Découvertes, & augmentée d'un cinquième Volume.
Paris, chez Didot fils, 1786.
5 forts volumes in-8, brochés, couvertures de papier gris d'attente d’origine (accrocs de papier au dos), pièces de titre à la plume, 41 planches dépliantes, exemplaire entièrement non rogné.
Deuxième édition, largement remaniée et augmentée d'un cinquième volume, illustrée de 41 planches dépliantes gravées sur cuivre par La Gardette.
Originaire de Besançon où il enseigna, brillant élève des Jésuites, professeur de philosophie et de mathématiques doué d’un savoir encyclopédique, Para Du Phanjas composa cette véritable encyclopédie des connaissances de la physique de son temps, pour faire suite à un premier traité de métaphysique (‘Théorie des êtres insensibles’).
L’ouvrage était regardé par ses contemporains comme "un livre sans exemple pour l'élévation de la pensée, la perfection de la méthode, la clarté du style, et qui doit être un classique pour l’enseignement" (Feller, ‘Journal historique,’ 1785).
Divisé en 5 parties : I- La Matière et le Mouvement. II- La Terre, l'Eau et l'Air. III- Les Météores, la Lumière, le Fluide igné, le Fluide électrique. IV- La Théorie du Ciel, ou l'Astronomie géométrique et physique. V- Théorie des nouvelles découvertes en genre de Physique et de Chymie.
(De Becker 1895, VI, 193-197. Conlon, ‘Siècle des Lumières’, 72:1107. Poggendorff, II, col. 356-7. Rochas, ‘Bibliographie du Dauphiné’, II, 214).
Quelques petites auréoles claires et petits accrocs de papier.
Bon exemplaire, très frais, entièrement non rogné, tel que paru.

Réf.: 36941 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


LAVOISIER - TRESORIE NATIONALE 1791 - 1792. 1- Compte rendu à la Convention, par les commissaires de la Trésorerie Nationale de leur administration, depuis le 1er Juillet 1791 [jusqu'au 1er septembre 1793]. S.l.n.d. [Paris, 1793]. 28 p.
2- Mémoire sur les opérations relatives au Numéraire, depuis le premier juillet 1791, jusqu’au 15 septembre 1792. S.l.n.d. [Paris, 1793]. 80 p.
3- Deuxième compte rendu par les commissaires de la Trésorerie Nationale de leur administration, dans lequel on trouve les principaux détails de l’organisation de ces établissements (septembre 1793). S.l.n.d. [Paris, 1793]. 50 p., 3 tableaux dépliants en fin de volume.
(LE BILAN DE L'ADMINISTRATION DE LAVOISIER ET DE CONDORCET À LA TÊTE DE LA TRÉSORERIE NATIONALE)

3 pièces reliées en un volume in-4, cartonnage à la Bradel ancien, pièce de titre de basane fauve, titre doré, tranches rouges.
1 - Edition originale. "Pièces justificatives" pages 21-28. (Goldsmiths'-Kress online, n°15706. Martin & Walter, 'Anonymes', 3677. Tourneux, 13416).
2 - Edition originale. Pièces justificatives pages 17-80. (Goldsmiths'-Kress online, n°15707).
3 - Edition originale. (Tourneux, 13416).
Trois importants documents des Nouveaux Commissaires de la Trésorerie Nationale qui succèdent à l’administration pilotée par Lavoisier et Condorcet démissionnaires. Les noiuveaux commissaires dressent le bilan de la précédente administration.
Parmi les Commissaires de la Trésorerie Nationale signataires de ces comptes rendus et mémoires: Jean Devaines, Michel Martin de Gaudin, Charles-Pierre-Paul de Langes marquis de Savalette, Lermina, Antoine Pierre Dutramblay de Rubelles, François Benoit Cornut de La Fontaine de Coincy.
Pour les trois pièces, cf. Stourm, 'Bibliographie historique des finances de la France au XVIIIe s.', p. 221-222.
Sur l'importance de ces documents, cf. Marcel Marion, ‘Histoire financière de la France depuis 1715’, III, 191, et passim.
Provenance: le conventionnel Claude Antoine Rudel du Miral (1719-1807), avec sa signature ex-libris manuscrite sur les deux pièces et une table manuscrite sur le contre plat inférieur. Avocat auprès du Parlement de Paris, avant de venir s'établir à Thiers, il devint maire de cette ville pour la première fois de 1763, et occupa plusieurs fois ce poste jusqu'à la fin de l'Ancien Régime. Le 7 septembre 1792, il fut élu député du Puy-de-Dôme à la Convention et siégea avec les modérés de la Plaine.
Bon exemplaire.

Réf.: 37011 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CREVIER (Jean Baptiste Louis). Histoire de l'Université de Paris, depuis son origine jusqu'en l'année 1600.
Paris, Desaint & Saillant, 1761.
7 forts volumes in-12, plein veau havane marbré de l'époque, dos à 5 nerfs ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, filets sur les coupes, tranches jaspées.
Edition originale. Le livre XII et dernier, au tome VII, est suivi d'une "Dissertation sur les origines de l'université de Paris" (p. 90-164) et d’une table générale des matières pour l’ensemble des volumes.
Histoire érudite et très complète des institutions d’enseignement à Paris, depuis les origines sous Charlemagne. L’auteur a pris pour base le monumental ouvrage composé en latin par Egasse du Boulay, ‘Historia Universitatis Parisiensis’ (1665-1673), en accompagnant son essai de tables particulières, par volume, d’une très importante table générale, de notes et de citations.
J.-B. Crevier fit une longue carrière dans l’enseignement et devint Professeur Emérite de Rhétorique en l'Université de Paris, au Collège de Beauvais.
('Bibliothèque historique de la France', n°44625. Brunet, V, 661).
Bel exemplaire, très bien relié à l’époque.

Réf.: 37052 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


ROUSSEAU - LE GRAND (Louis) ou LEGRAND, ANDRE (Jean),. 1- [LEGRAND (Louis)]. Censure de la Faculté de Théologie de Paris, Contre le Livre qui a pour titre, "Emile, ou de l'Éducation". Paris, P. Al. Le Prieur, 1762. 352 p. titre compris (précédé de):
2- [ANDRE (Jean)]. Réfutation du nouvel ouvrage de Jean-Jacques Rousseau, intitulé Emile, ou de l'Éducation. Paris, Desaint & Saillant, 1762. (4), 277, (1) p.

2 ouvrages reliés en un volume in-8, plein veau de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et vert, filet doré sur les coupes, tranches rouges.
1- Edition originale. La 'Censure', rédigée par l'abbé Le Grand docteur de Sorbonne qui devint censeur royal, où sont réfutées point par point les dix-neuf "hérésies" relevées dans "L'Emile" par la Faculté de théologie de Paris.
Elle est précédée de la "relation des circonstances qui décidèrent l'examen de cet ouvrage", et du discours de Jean-Clément Gervaise, syndic de la faculté de théologie.
La Censure fut achevée le 20 Août 1762; l'archevêque de Paris condamna "L'Emile" par un mandement du 28 août. De son côté, dès le 9 juin, le parlement avait ordonné que le livre, jugé impie et dangereux, soit lacéré et brûlé de la main du bourreau et que son auteur soit décrété de prise de corps.
Rousseau dut fuir seul, avec l'aide du maréchal de Luxembourg. Proscrit de France, mais aussi des Pays-Bas, de Genève et de Berne, il se réfugia à Yverdon chez son ami Daniel Roguin.
(Peignot, 'Livres condamnés au feu', II, p. 94. Monod, p. 563. Conlon, 'Rousseau', n° 236).
2- Edition originale. "C'est la méthode de Pascal qu'adopte André. Il voit d'emblée le point faible de Rousseau: l'état misérable de l'homme est injustifiable dans le théisme. Rousseau l'attribue bien au libre arbitre et pense avec tous les chrétiens, contre Bayle, que Dieu ayant 'voulu communiquer à ses créatures la dignité de la causalité' (Pascal), la misère avec la liberté est préférable à une servitude dorée" (Monod, p. 415). (Conlon, 'Rousseau', n° 194. Monod, p. 563).
Coiffes usées, mors fendillés. Commentaires anciens manuscrits au verso du faux-titre.
Bon exemplaire, relié à l'époque.

Réf.: 37109 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[SAINT-MARTIN (Louis Claude de)]. Tableau Naturel des rapports qui existent entre Dieu, l'Homme et l'Univers.
Edimbourg, 1782.
2 volumes in-8, plein veau marbré de l'époque, dos lisses ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, tranches marbrées, (8) p. de faux titre, titre, 'Avis de éditeurs', errata, 276 p. et (4), 244 p., (1) f. de table pour les 2 parties.
Edition originale de premier tirage, comportant le feuillet d'errata des deux parties imprimé sur 2 pages à la suite de "l'Avis des éditeurs" et les fautes non corrigées.
"Cet ouvrage est certainement le chef d'oeuvre du "Philosophe inconnu", dont il contient toute la doctrine. Basé tout entier sur les 22 clefs du Tarot et sur la grande loi de l'analogie, il a surtout pour but 'd’expliquer les choses par l'homme', autrement dit d'étudier l'Univers ou Macrocosme par le Microcosme. Cet ouvrage contient l'essence la plus pure du Martinisme" (Caillet, 9785).
(Caillet, 9784. Dorbon, 4317. Fesch, 1265. Guaïta, 938).
L'errata a été augmenté par un lecteur attentif au moyen d'ajouts à la plume
Petit défaut à un mors et à une coiffe. Quelques soulign. Quelques ressauts de cahiers au second volume.
Bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 35438 - Eur 600.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ESCHERNY (François Louis, comte d'). La philosophie de la politique, ou Principes généraux sur les institutions civiles, politique et religieuses. Précédé de l'éloge de J. J. Rousseau, en forme d'introduction (...). [De l'Egalité ou Principes généraux sur les Institutions civiles, politiques et religieuses].
Paris, 1796.
2 volumes in-8, demi-veau marbré, dos lisses ornés d'un décor Empire de filets et fleurons à l'urne dorés, pièces de titre et de tomaison de maroquin rouge et vert, tranches mouchetées, (1) f., (2), viij, cvj, 330 p. et (1) f., 550, (2) p.
Second tirage, sous un nouveau titre de cet ouvrage qui avait paru la même année, sous le titre : "De l'Egalité ou Principes généraux…".
Dans un "avertissement" ajouté à ce tirage, l’auteur justifie le changement de titre par l’émotion qu’avait suscitée le mot "Egalite" assimilé en cette année 1796 au "terrorisme".
L’essai tout entier est une réfutation du ‘Contrat social’ de Rousseau et de la doctrine de l’égalité. Escherny tente de démontrer que l’égalité est incompatible avec la liberté et que si elle est une vérité dans l’ordre moral ("principe naturel"), elle est source de dissolution dans l’ordre social et politique ("principe conventionnel"). L’effacement des distinctions et des rangs conduit fatalement à la désobéissance, à l’anarchie, à la violence et au despotisme des masses.
(Conlon, 'Rousseau', n° 1011. INED, 1746).
Protestant de Neuchâtel venu à Paris, Escherny avait été admis dans la Société des Encyclopédistes. Il se lia avec Raynal, Helvétius, Diderot et surtout Rousseau duquel il devint l'ami. Partisan enthousiaste de la Révolution à ses débuts, il quitta la France au moment de la Terreur.
L’essai est précédé d’un "Eloge de J.J. Rousseau" (106 p.) qui souleva de violentes polémiques.
Bel exemplaire, très frais, très bien relié.

Réf.: 29543 - Eur 500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


DUMAS PERE (Alexandre). Le Gentilhomme de la montagne. Drame en cinq actes et huit tableaux.
Paris, Michel Lévy frères, 1860.
In-8, demi-percaline bleu-canard de l’époque à la Bradel, dos lisse orné d'un fleuron doré au centre, date dorée en pied, pièce de titre de percaline chocolat, couvertures imprimées conservées, (2) f., 144 et 36 p. de catalogue éditeur, exemplaire non rogné.
Edition originale de cette pièce adaptée du roman de Dumas, "El Salteador", accompagné d’intermèdes musicaux composés par Amédée Artus qui avait déjà collaboré avec Dumas et d’un ballet de Charles Honoré.
La première eut lieu au théâtre de la Porte-Saint-Martin, le 12 juin 1860.
"Dumas poursuit donc son travail de mise en scène de ses romans historiques, dans une optique qui n'est plus tout à fait celle du romantisme (…). On peut y voir la prémonition de l'écriture cinématographique qui servira au XXe, les romans historiques de Dumas" (Société des Amis d'Alexandre Dumas en ligne).
Quelques rousseurs.
Bon exemplaire, bien relié, non rogné, couverture conservée, complet du catalogue de l’éditeur (36 p.).
Provenance: de la bibliothèque de Léon Hennique, avec son bel ex-libris gravé par Eugène Dété d'après un dessin de Léon Glaize, à ses initiales "L.H." et à sa devise "Ex libris puber veritas".

Réf.: 37135 - Eur 500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BEAUVOIR (Simone de). L.A.S. [à Maurice COINDREAU, professeur à Princeton, traducteur de Faulkner].
Vers 1946.
1 page in-4, 9 lignes à la plume sur papier quadrillé.
Lettre autographe signée de Simone de Beauvoir à Maurice-Edgar Coindreau. "Je me rappelle toujours avec le plus vif plaisir mon séjour à Princeton, j'aimerais infiniment y revenir. Je crains que pour mille raisons ce ne soit possible avant longtemps. Mais si jamais vous venez à Paris je serais très heureuse de pouvoir avoir un moment avec vous...".
Simone de Beauvoir avait rencontré Maurice-Edgar Coindreau à Princeton en avril 1947, lors de sa tournée de conférences aux Etats-Unis, rencontre dont elle rendit compte dans une lettre à Sartre (‘Lettres à Sartre’, II, 1940-1963, Paris, Gallimard, 1990, p. 352). Traducteur, professeur à Princeton pendant plus de trente années, Cointreau joua un rôle décisif dans l'introduction de la littérature américaine moderne en France. Sartre déclarait en 1948 : "La littérature américaine, c'est la littérature Coindreau".
La lettre est très bien conservée, le papier intact.

Réf.: 36047 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SENANCOUR (Etienne Pivert de). Libres méditations d’un solitaire inconnu sur divers objets de la morale religieuse (...).
Paris, Vieilh de Boisjoslin, 1831 (1830).
In-16, broché, couverture imprimée, lx, 579 p., (1) f. de table.
Deuxième édition, largement augmentée et remaniée, ce dont l’auteur se justifie dans sa nouvelle préface.
"L’ouvrage où Sénancour a le mieux et le plus complètement exprimé sa pensée" (J. Merlant), son oeuvre la plus profonde, fruit de ses dernières méditations et aboutissement mystique de sa vision du progrès des Lumières.
Le moraliste infléchit le thème de la perfectibilité humaine en une direction spirituelle et livre d’amples vues sur l’histoire de l’humanité et son devenir: une évolution continue, à la fois anthropologique et spirituelle, qui conduirait au triomphe du pur esprit. Et de conclure que le devoir essentiel de l'homme résiderait à préparer cet avènement.
Ce n'est qu'en 1833 que les romantiques, à la suite de Sainte-Beuve, s'aviseront de découvrir en l'auteur 'd'Oberman' (1804) le héraut du mal du siècle.
(Merlant, ‘Bibliogr. des œuvres de Senancour’, p. 31-48).
Papier jauni, qqs rousseurs. Page de titre à la date de 1831 et couverture de 1834.
Bon exemplaire entièrement non rogné, tel que paru sous sa couverture imprimée d’origine.

Réf.: 36969 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LLORENTE (Juan-Antonio). Histoire critique de l'Inquisition d'Espagne, depuis l'époque de son établissement par Ferdinand V jusqu'au règne de Ferdinand VII ; tirée des pièces originales des archives du Conseil de la Suprême, et de celles des tribunaux subalternes du Saint-Office.
Paris, Strasbourg et Londres, Treuttel et Würtz, 1818.
4 volumes in-8, cartonnage à la Bradel brun marbré de l'époque à petits coins, dos ornés de filets et petits fers spéciaux, plats de papier raciné, pièces de titre de maroquin orange surlignées d’une guirlande dorée, tranches jonquille, portrait de l'auteur gravé en frontispice ainsi que son blason gravé au verso du faux-titre.
Remise en vente de la première édition, publiée la même année que celle-ci, traduite "sous les yeux de l’auteur" par Alexis Pellier.
Prêtre espagnol, ancien secrétaire du tribunal de l’Inquisition de 1789 à 1791, Juan Antonio Llorente passa du côté des libéraux et dût s’exiler à Paris en 1814 où il publia cette œuvre pour la première fois: il fallut attendre 1822 pour que la première édition espagnole vît le jour.
Cette monumentale histoire, qui rencontra un considérable succès à travers toute l’Europe, demeure une source de première importance sur le sujet. Elle a été composée sur la base des archives du Tribunal de l’Inquisition et de documents authentiques auxquels Llorente eut accès en tant que responsable de la préparation du décret de suppression de l’Inquisition pendant la crise de 1808.
Mis à l’index, l’ouvrage fut sévèrement proscrit par l’Eglise. En Espagne la foule saccagea la résidence de l’auteur ainsi que sa bibliothèque personnelle qui comptait plus de 8000 livres, manuscrits et documents.
"The first fully documented accounts of the Inquisition to have seen the light of day in over three hundred years of the tribunal's existence" (Henry Kamen, ‘The Spanish Inquisition’, 1999).
(Caillet, 6733. Dorbon, 2730. Fesch, col. 863. Palau, 145349).
Le tome IV comporte la signature autographe de l’auteur qui authentifie la publication.
Bel exemplaire, très frais, dans sa première reliure orné d'un élégant décor Empire.

Réf.: 37034 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


ROBESPIERRE (Maximilien). Adresse aux Français.
Paris, Paquet, 1791.
In-8,broché, couverture papier d'attente, (1) f., 49 p.
Edition originale et unique. Dans ce plaidoyer, largement diffusé en août 1791, Robespierre tire les conséquences de la fusillade du Champ-de-Mars le 17 juillet 1791, ou la Garde Nationale ouvrit le feu sur le peuple. Dans un texte aux accents autobiographique, Robespierre justifie sa position et réfute l'accusation d'être un factieux en affirmant son souci de la légalité fondé sur le respect de "la Déclaration des droits et [de] la souveraineté de la nation". Considérée comme "l’acte de naissance de l’Incorruptible", cette adresse contribua à asseoir sa popularité et à rassembler les sociétés patriotiques autour des Jacobins de Paris.
(Martin & Walter, IV, 29526-11).
Quelques rousseurs.
Bon exemplaire, non rogné.

Réf.: 37094 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 1 | 2 | 4 |