English version
Accueil
Menu Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte Accueil Catalogues précédents Derniéres acquisitions Contact Mon compte
Recherche par



Recherche par sujet
Catalogues
Dernier catalogue

Dernier catalogue
Catalogues précédents
Demande de catalogues
Conditions de vente
Liens



SLAM

Librairie Hatchuel, membre de la lila

Paiement sécurisé


Hébergé par
Ovh
Les thèmes
Humanisme & Renaissance
Philosophie
Philosophie politique
Economie politique
Histoire des femmes
Musique
Théatre
Histoire sociale
Curiosa
Histoire des sciences
Tous les thèmes



Afficher les livres par : prix décroissants | prix croissants | de A à Z | de Z à A

205 fiche(s) - Page 2


PARUTA (Paolo). Discorsi politici (...), Nei quali si considerano diversi fatti illustri, e memorabili di Principi, e di Republiche Antiche, e Moderne. Divisi in due libri. Aggiontovi nel fine un suo Soliloquio, nelquale l'Auttore fa un breve essame di tutto il corso della sua vita (...).
Venetia, Domenico Nicolini, 1599.
2 parties en un fort volume in-4, pleine basane marbrée (dos refait, plats d'origine conservés), (22) f. dont titre, 636 p., (1) f. de colophon et 21 p., (1) p. de colophon, impression en italique, lettrines historiées, bandeaux et culs de lampe, portrait de l'auteur en grande vignette de titre.
Edition originale posthume de l’œuvre principale de Paolo Paruta, publiée un an après sa mort, prolongement des recherches entreprises par Machiavel.
En théoricien de la raison d’Etat, l'auteur étudie les causes de la grandeur et de la décadence de l’Empire romain qu’il compare à la république vénitienne, pour conclure en faveur de cette dernière. Si les institutions politiques varient inévitablement selon le lieu, les circonstances et les moeurs, la personnalité du souverain et sa "virtù" doivent constituer un exemple absolu pour ses administrés. L’ouvrage est cité comme l’une des sources de Montesquieu.
A la suite, sous pagination séparée: un "Soliloquio", intéressante méditation de l’auteur sur son propre parcours et sa vie passée, inspirée par Saint Augustin.
Homme d’État et historien vénitien, Paolo Paruta (1540-1598) fut historiographe de Venise, sénateur, gouverneur de Brescia, ambassadeur et procurateur de Saint-Marc.
(Adams, P.363. Brunet, IV, 392. Graesse, V, 144).
Quelques petits soulign. anciens dans les marges et au crayon.
Très bon exemplaire.

Réf.: 34406 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



DESTUTT DE TRACY (Antoine Louis Claude). Opinion de M. de Tracy, sur les affaires de Saint-Domingue.
[Paris, Imprimerie de Laillet, 1791].
In-8, cartonnage de papier marbré saumon à la Bradel, pièce de titre de maroquin bordeaux, 23 p. titre compris, non rogné.
Edition originale de l’une des premières publications du futur chef de l'Idéologie, le discours qu’il prononça à la tribune le 23 septembre 1791. Élu aux États généraux par la noblesse du Bourbonnais, Destutt de Tracy avait été l’un des premiers de son ordre à se rallier au Tiers Etat. Il livra cette "opinion" à la fin de son mandat de député, au moment où l'Assemblée constituante allait être remplacée par la Législative.
Après un préambule où il prend la prend la précaution de se démarquer de la "Société des Amis des noirs" et de Brissot, Destutt dresse un état des relations entre la France et les colonies aux premiers mois de la révolution et examine les conséquences du décret du 28 mars 1790 qui écartait les colonies du droit métropolitain, créaient des assemblées coloniales et confirmait l'esclavage. Il s’élève contre les prétentions des colons blancs de Saint-Domingue "à être les maîtres de l'île" et rejette les compétences de l’assemblée coloniale en matière de statut des "personnes non libres". Mettant en avant des arguments moraux, il tente également de convaincre par des arguments stratégiques: "les gens de couleur tirés par nous de l'oppression seront nos alliés naturels, il n'est ni juste ni politique de les abandonner (…). Est-ce bien sérieusement que 24 000 blancs établis à Saint-Domingue, haïs de 20 000 mulâtres qu'ils oppriment, embarrassés de 400 000 esclaves dont ils sont condamnés à redouter éternellement le moindre mouvement…" (p. 20).
(Max Bissainthe, 5468. Sabin, 96414).
Bel exemplaire, très frais, entièrement non rogné, témoins conservés.

Réf.: 37255 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



MONTESQUIEU (Charles-Louis de Secondat, baron de), RISTEAU (François), LA BEAUMELLE (Laurent Angliviel de). 1- [RISTEAU (François)]. Réponse aux observations sur l'Esprit des loix. S.l., 1751.162 p., (1) f. bl. titre compris.
2- [LA BEAUMELLE (Laurent Angliviel de)]. Suite de la défense de l'Esprit des loix, ou Examen de la réplique du Gazetier Ecclésiastique à la Défense de l'Esprit des loix. Berlin [i.e. Amsterdam, M.-M. Rey], 1751. (2), 76 p.

2 ouvrages reliés en un volume in-12, plein veau marbré de l'époque, dos à 4 nerfs fleuronnés et cloisonnés, tranches rouges.
1- Edition originale de cette défense de Montesquieu en réponse aux graves critiques que l'abbé Joseph de La Porte avait publiées dans le "Gazetier ecclésiastique". Négociant bordelais devenu directeur de la Compagnie des Indes, François Risteau était un proche de Montesquieu. Cette pièce qui était regardée par ses contemporains comme "comme la meilleure et la plus courte réponse aux critiques de l'Esprit des lois" devint "canonique" jusqu'à être intégrée aux "Lettres familières de M. le président de Montesquieu". (Conlon, 'Siècle des Lumières', 51:980).
2- Edition originale. Protestant cévenol, proche et admirateur de Montesquieu, Angliviel de La Beaumelle publia cette 'Suite de la Défense de l’Esprit des Lois' à Amsterdam, chez Marc Michel Rey, sous la fausse adresse de Berlin. Cette pièce violemment anti-janséniste fut longtemps considérée comme étant de la plume même de Montesquieu et lui fut durement reproché. (Conlon, 'Siècle des Lumières', 51:750).
Quelques annotations au crayon sur la première garde blanche. Petites épidermures à la reliure.
Très bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 37354 - Eur 650.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LANJUINAIS (Jean-Denis). Oeuvres de J.-D. Lanjuinais, Pair de France, Membre de l'Institut, etc., avec une notice biographique par Victor Lanjuinais.
Paris, Dondey-Dupré père et fils, 1832.
4 volumes in-8, demi-toile bleu marine, pièce de titre bordeaux, (6), 463, 1 f. d'errata; (4), 592 p.; (4), 654 p. et (4), 676 p., portrait frontispice de l'auteur, fac-similé de lettre dépliant.
Edition originale et unique des oeuvres politiques, philosophiques et linguistiques de Lanjuinais. Député du Tiers-Etat de la sénéchaussée de Rennes aux Etats-Généraux, pair de France, il fut politiquement actif, de son élection aux États de Bretagne en 1779 à sa mort en 1827. Homme politique libéral, juriste, érudit, philologue et archéologue, il rédigea une traduction du Bhagavad-Gita en français.
T. I: Pièces historiques et politiques (Discours et Textes politiques de 1788 à 1821) - T. II: Constitutions de la Nation française - T. III: Opinions et fragments sur la Religion - T. IV: Recherches sur les langues, la littérature, la religion et la philosophie des Indiens. Fragments divers. (France Littéraire, III, p.709).
Bon exemplaire, très frais, bien complet du fac-similé d’une lettre de Lanjuinais et du portrait de l’auteur, absents de nombreux exemplaires.

Réf.: 21643 - Eur 600.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LEROUX (Pierre). De l'Humanité, de son principe, et de son avenir où se trouve exposée la vraie définition de la Religion et où l'on explique le sens, la suite et l'enchaînement du Mosaïsme et du Christianisme.
Paris, Perrotin, 1840.
2 tomes reliés en un volume in-8, demi-veau vert bronze de l'époque, dos lisse orné d'un jeu de doubles filets dorés et petits fleurons répétés, (4), xxi, 467 p. et (4), [-468], 1008 p. (les 2 tomes en pagination continue).
Edition originale. "L'oeuvre principale de Pierre Leroux qui renferme l'exposition la plus complète de son système politique et religieux" (Evans, p. 204).
"La synthèse que propose ce penseur encyclopédique, reste prophétique pour le lecteur du jeune XXIe siècle. Leroux combat les inégalités de classe, de race et de sexe, et explore tous les grands problèmes en les mesurant à l'aune de l'humanité, placée au cœur de sa réflexion" (Bruno Viard).
(Evans, p. 245. Stammhammer, I, p. 134, n°12).
Quelques piqûres éparses.
Provenance: le diplomate Edouard de Bavier (1842-1926), avec son ex-libris armorié gravé.
Bon exemplaire, relié à l'époque.

Réf.: 24558 - Eur 600.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



VOLTAIRE, FREDERIC II, MACHIAVEL. Anti-Machiavel, ou Essai de critique sur le Prince de Machiavel, publié par Mr. de Voltaire.
Bruxelles, Chez R. François Foppens, 1740.
In-8, broché, cartonnage beige d'attente d'origine, xvi, 191, (3) p. titre inclus., vignette de titre, texte sur 2 colonnes, non rogné.
Première édition autorisée, partagée avec celle de La Haye, imprimée par Pierre Paupie, sous une nouvelle page de titre à l’adresse de Foppens. Titre rouge et noir.
Les conditions de distribution de cette édition bruxelloise n'ont jamais été entièrement éclaircies. J. Vercruysse, dans sa notice pour le catalogue de l'exposition Voltaire (Biblio. Royale Albert 1er, 1978, n°22), présente les différentes hypothèses.
La "Préface de l'éditeur" signée : "F. de Voltaire", est datée: "A La Haye, ce 12 octobre 1740".
Les autres pièces liminaires comprennent: "Avant-propos de l'auteur de l'Essai de critique sur le Prince de Machiavel" (Frédéric II) - La "Préface du Prince de Machiavel par Amelot de La Houssaye" - L'épître dédicatoire de "Nicolas Michiavel [sic]" à Laurent de Médicis.
Texte de l'ouvrage sur 2 colonnes: traduction française du ‘Prince’ par Amelot de La Houssaie en regard du texte des commentaires de Frédéric II, revu et modifié par Voltaire.
Page 192, un "Avis de l'éditeur" dénonce comme fautives et "très différentes du manuscrit original" les éditions de Londres, Jean Mayer [sic] et La Haye, Van Duren.
Les éditions bruxelloises avouées de Voltaire au XVIIIe s. sont peu nombreuses: seulement dix-huit ont été recensées.
(Bengesco, 1892. Voltaire à la B.N., n° 5354. Vincent, 'Typographie bruxelloise', IV, 30).
Quelques rousseurs et piqûres éparses.
Petite signature ex-libris de l'époque au titre: "Vogué".
Bon exemplaire, tel que paru, entièrement non rogné, dans son cartonnage d'attente de livraison.

Réf.: 37544 - Eur 600.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CUMBERLAND (Richard). Traité philosophique des Loix Naturelles, où l'on recherche et l'on établit, par la nature des choses, la forme de ces Loix, leurs principaux chefs, leur ordre, leur publication & leur obligation: on y réfute aussi les Elémens de la morale & de la politique de Thomas Hobbes.
Amsterdam, Pierre Mortier et Paris, Huart, 1744.
In-4, plein veau marbré de l'époque, dos à nerfs guillochés or, compartiments garnis d'un riche décor de fleuron central et petits fers d'angle dans un triple encadrement doré, filets, palettes et titre dorés, roulette d'encadrement à froid sur les plats, tranches rouges (petits accrocs à un mors), xxviii, (2), 435 (i.e. 425), (9) p., frontispice gravé.
Première édition française, publiée à Amsterdam, traduite du latin et annotée par Jean Barbeyrac. Beau frontispice allégorique gravé par Pierre Tanjé d'après Louis Fabrice du Bourg.
L’ouvrage majeur du philosophe anglais Richard Cumberland (1631-1718), réfutation des théories de Hobbes, acte fondateur de l’utilitarisme et l’une des sources du Droit naturel.
Le livre exercera une influence majeure sur la philosophie morale et politique de John Locke et Jean-Jacques Rousseau en fut un lecteur attentif.
"Cumberland entend, comme il le dit lui-même, conduire contre les théories contractualistes de Hobbes une critique aussi méthodique que sévère. Il expose qu’en deçà de toutes les conventions humaines, réelles ou possibles, s’imposent les dictamina d’une morale naturelle que régit la loi divine fondamentale" (P.U. de Caen).
(Goldsmith, 'Online Catalogue', 8125).
Reliure épidermée.
Bon exemplaire.

Réf.: 31437 - Eur 500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LA LOUPE (Vincent de). Premier et second livre des Dignitez, magistrats & offices du Royaume de France. Ausquels est de nouveau adjousté le tiers livre de ceste matière, outre la reveue & augmentation d'iceux.
Paris, Guillaume le Noir, 1560.
3 parties en un volume petit in-8 (154 x 100 mm), broché (couverture papier moderne), 68 feuillets titres compris [sign. A-H8, I4].
Première édition française de cet important essai de science politique de la Renaissance, traduit du latin, largement remanié et augmenté par l'auteur lui-même.
L'ouvrage est divisé en trois parties: chacune comporte un titre propre compris dans la pagination. Grande marque de l'imprimeur au titre. Lettrines.
Juriste, historien et magistrat du pays chartrain, Vincent de La Loupe étudie les attributions et fonctions des différents offices dans le royaume, recherche l'origine de leur pouvoir et cite les principaux travaux de ses contemporains en la matière: Paul Émile, Gaguin, Budé père et fils, etc.
G. Weill ('Théories du pouvoir royal en France', p. 20-21) classe cet ouvrage comme exemplaire des théories du pouvoir absolu qui fleurissaient à la veille des Guerres de Religion. Cf. également R. Doucet, 'Institutions de la France au XVIe s.', p. 198 sq. et 898.
(Brunet, III, 779. Guigard, 'Bibliothèque héraldique de la France', n°1920. Lindsay, 397. Saffroy, 13711).
Biffures anciennes à la plume sur les titres des deuxième et troisième parties.
Bon exemplaire.

Réf.: 37414 - Eur 500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[SIEYES (Emmanuel-Joseph), CONDORCET (Jean Antoine Nicolas de Caritat, marquis de)]. Ebauche d'un nouveau plan de société patriotique. Adopté par le Club de Mil sept cent quatre-vingt-neuf.
Paris, De l'Imprimerie Nationale, [1790].
In-8, broché sous couture, 16 p., exemplaire entièrement non rogné.
Rare édition originale et unique de ce document historique: le programme et les statuts du "Club de 1789" rédigés par Sieyès et signés, en fin, de ses initiales: "E.J.S.".
Fondé début avril 1790 par des éléments modérés du Club des Jacobins, il comptait, parmi ses membres, Condorcet, Sieyès, La Fayette, La Rochefoucauld et Dupont de Nemours.
."Société d'amis versés dans les sciences morales et politiques, elle se donnait comme objectif de rétablir l'ordre politique en établissant une nouvelle constitution sur la base des principes de ces sciences" (cf. Baker, 'Condorcet', p. 355-360).
"Art.1: Le but principal de la Société se propose de développer, de défendre & de propager les principes d'une constitution libre; & plus généralement de contribuer de toutes ses forces aux progrès de "l'Art Social" (…)". (p. 1).
(Baker, 'Condorcet', bibliographie, p. 594. Martin & Walter, n°6034).
Très bon exemplaire, très entièrement non rogné, tel que paru.

Réf.: 37688 - Eur 500.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


VALOIS (Georges). L'Homme devant l'Eternel.
S.l., mai 1943.
In-4 (217 x 278 mm), broché sous rivets d'origine, étiquette imprimée sur le premier plat, (2), 230, (3) p.
Rarissime édition originale produite d'après le tapuscrit et publiée en mai 1943 dans la clandestinité. Elle porte la mention: "Edition originale d'après le texte commencé à la Prison civile de Meknès le 7 fév. 1941 et terminé au Val d'Ardières le 4 juin 1943 et dont le manuscrit est déposé chez Me Eymard, notaire à Lyon (…). Hors commerce tiré à 500 exemplaires numérotés et paraphés. Exemplaire n°467" (le paraphe et la justification sont manuscrits).
La première édition de librairie parut à titre posthume en 1947, avec des changements.
Le dernier écrit de Georges Valois (de son vrai nom Alfred-Georges Gressent), aboutissement de son parcours intellectuel et philosophique qui le fit osciller entre radicalités de gauche et de droite.
Engagé dans la Résistance, il fut arrêté par la Gestapo en mai 1944 et mourut du typhus en déportation à Bergen-Belsen, en février 1945.
Inspiré par Auguste Comte, l'auteur plaide pour que soient jetées les fondations d'une politique transcendante, d'une "foi nouvelle" et d'une religion positive qui permettraient de réorganiser la société européenne autour d'une nouvelle mystique.
Sur ce texte cf. Y. Guchet, 'G. Valois', 2001, p. 317 et s.
Cette édition manque à la BnF. WorldCat ne recense qu'un unique exemplaire dans le monde ("Université de Genève, Etudes européennes").
Très bon exemplaire.

Réf.: 18292 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SAAVEDRA FAJARDO (Diego de). Idea del principe politico christiano (...). Rappresentata con bellissime imprese (...). Trasportata dalla lingua spagnuola dal Sig. Dottor Paris Cerchiari.
Venetia, il Brignan, 1684.
Petit in-12, demi-veau brun à coins, dos à 5 nerfs guillochés, garnis de fleurons et roulettes dorés, pièce de titre de maroquin noir, tranches mouchetées (rel. fin XIXème), titre frontispice, (24), 753 p., 103 emblèmes gravés dans le texte.
Précoce traduction italienne de ‘Idea de un príncipe político cristiano', illustrée de 103 gravures emblématiques sur cuivre et d'un beau titre-frontispice signé "S. Isabella P. F." (Elisabetta Piccini, Venise 1646 - 1734).
Homme d'État et diplomate espagnol du Siècle d'or, l’auteur est considéré comme le plus grand politique du règne de Philippe IV. Composé pour l'éducation de l'infant Balthasar, fils de Felipe IV, cet essai est l’oeuvre principale de Saavedra Fajardo, "grand classique des emblèmes politiques", et l’un des traités les plus importants de la philosophie politique au XVIIe s., rapidement traduit dans les principales langues européennes.
(Palau y Dulcet 283473. Pour autre éd. Cf. Praz, ‘Studies in 17th c. imagery’, p. 483-484 et Châtelain, ‘Livres d'emblèmes et de devises’, p. 147).
Court de marges avec perte de quelques caractères.
Exemplaire très frais.

Réf.: 34970 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



SAIGE (Guillaume-Joseph). Catéchisme du Citoyen, ou Elemens du Droit public français; Par demandes & Réponses; suivi de fragmens politiques par le même auteur.
En France, 1788.
In-8, plein veau fauve de l'époque, dos lisse orné de filets dorés, tranches mouchetées (qqs petits accrocs à la rel.), iv, 220, (2) p.
Troisième, la plus complète, comportant en seconde partie des "Fragments politiques" augmentés "d’Observations sur des réformes projettées" (sic) dans lesquels l’auteur introduit une sévère critique de la constitution anglaise qui annonce en des termes remarquables les thèses de Sieyès.
L’ouvrage qui connut une large diffusion à la fin de l'Ancien Régime est cité comme "l'un des essais les plus radicaux des Lumières tardives" et comme l’une des tentatives les plus "sérieuses" et les plus absolues de maximisation de la théorie du Contrat social selon Rousseau.
Avocat au Parlement de Bordeaux Guillaume-Joseph Saige (1746-1804) livre la définition d'une souveraineté résidant de façon essentielle et inaliénable dans le corps des citoyens réunis par un contrat social. Il justifie au besoin la désobéissance civile, pour aboutir à la conclusion que l’Etat doit rompre avec l’inégalité des richesses et des conditions et participer au "bonheur de tous".
Considéré comme "dangereux" et "séditieux", l’ouvrage fut condamné par le Parlement de Paris.
(Cf. K.-M. Baker, 'Un "républicain classique" à Bordeaux : G.-J. Saige', in "Le tribunal de l'opinion", Paris, 1990, p. 183-218).
(Conlon, 'Siècle des Lumières', 75 :1613. INED, 4025. Leblanc, n°177).
Bon exemplaire, relié à l’époque, intérieur très frais.

Réf.: 35180 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ANDRE (Jean), FENELON (François de Salignac de La Mothe). 1- [ANDRE (Jean)]. Réfutation du nouvel ouvrage de Jean-Jacques Rousseau, intitulé Emile, ou de l'Éducation. Paris, Desaint & Saillant, 1762. (4), 277, (1) p.
2- FENELON (François de Salignac de La Mothe). Directions pour la conscience d'un roi, composées pour l'instruction de Louis de France, duc de Bourgogne. La Haye, Jean Neaulme, 1747. xvi (titre inclus), 102 p. et (1) f. d' 'avertissement du libraire' (verso blanc), portrait gravé de Fenelon en frontispice.

2 ouvrages reliés en un volume in-8, plein veau de l'époque, dos à 5 nerfs orné de compartiments fleuronnés, 2 pièces de titre de maroquin, guirlande sur les coupes, tranches rouges.

1- Edition originale. "C'est la méthode de Pascal qu'adopte André. Il voit d'emblée le point faible de Rousseau: l'état misérable de l'homme est injustifiable dans le théisme. Rousseau l'attribue bien au libre arbitre et pense avec tous les chrétiens, contre Bayle, que Dieu ayant 'voulu communiquer à ses créatures la dignité de la causalité' (Pascal), la misère avec la liberté est préférable à une servitude dorée" (Monod, p. 415). (Conlon, n° 194. Monod, p. 563).
2- Édition à la date de l'originale, conforme à la description donnée par L. Scheler dans ses annotations à Tchemerzine, de l'un des textes fondamentaux de la pensée politique de Fénelon, qu'il composa pour l'instruction du Dauphin.
Cet essai avait été préalablement publié en 1734 sous le titre de 'Examen de conscience pour un Roi' et joint aux 'Aventures de Télémaque', tiré à 150 exemplaires. Il suscita la fureur de Louis XIV, fut interdit par ordre et supprimé des exemplaires de 'Télémaque'. Il fallut attendre cette année 1747 pour qu'il soit réimprimé.
(France Littéraire, III, 99. Peignot, 'Livres interdits', 140. Tchemerzine-Scheler, III, 234).
Exemplaire enrichi d'un portrait frontispice de Fénelon d'après Joseph Vivien, gravé par P. Dupin.
Provenance: "Madame Roland de Challerange, conseillère au Parlement", avec son grand ex-libris gravé armorié (XVIIIe).
Très bon exemplaire, très bien relié à l'époque.

Réf.: 35901 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier


MIRABEAU (Honoré Gabriel de Riqueti, comte de), ROMILLY (Sir Samuel), DUMONT (Etienne). 1 - Lettre du comte de Mirabeau à M. le comte de *** sur l'éloge de Frédéric, par M. de Guibert, & l'Essai général de Tactique du même auteur. S.l. [Paris], 1788. (2) f., 67p.
2 - Dénonciation de l'agiotage au Roi et à l'Assemblée des Notables. S.l. [Paris], 1787. viij, 143 p. et (1) f. d'errata.
3 - Réponse aux alarmes des bons citoyens. S.l.n.d. [Paris, 1789]. 49 p., (3) p. de notes et errata.
4 - Lettre remise à Frédéric-Guillaume II, Roi régnant de Prusse, le jour de son avènement au Trône. Berlin, 1787. 91 p.
5 –ROMILLY (Samuel de) auteur, DUMONT (Etienne) traducteur, MIRABEAU, éditeur. Reglemens observés dans la Chambre des Communes, pour débattre les matières & pour voter. Traduit de l'anglois. Mis au jour par le Comte de Mirabeau. S.l. [Paris], 1789. 88 p.

4 brochures reliées en un volume in-8, couverture de papier gris d'attente postérieure.
1 - Edition originale. Mirabeau répond aux critiques du comte de Guibert sur son grand ouvrage 'De La Monarchie prussienne" avant même que celui-ci ne soit sorti, "sur la foi périlleuse d'un prospectus": Fréderic II, la tactique et le système militaire prussien. (Martin & Walter, 24446).
2 - Édition à la date de l'originale. "C'est le philosophe moraliste qui apparaît ici. Persuadé que l'agiotage (spéculation), qu'il lie au monopole, est une calamité, Mirabeau en trace un historique, insiste sur ses "résultats sinistres et apporte, en quelque sorte, une théorie de l'agiotage " (INED, n° 3185).
3- Edition originale de ce pamphlet dans lequel Mirabeau critiquait les Parlements alors que le roi et ses ministres étaient en conflit ouvert avec les magistrats. La publication de ce texte, sans nom d'auteur, entama la popularité de Mirabeau. "L'ouvrage apparaissait comme un texte commandé par le pouvoir royal et rédigé par un homme qui attend, en retour, une place pour assurer son quotidien". (Martin & Walter, III, 24624. Barbier, 'Anonymes', IV, 301-302).
4- Edition à la date de l'originale. "Dès la mort du grand Frédéric (17 août 1786), Mirabeau s'offrant en mentor à son successeur, lui adresse [ce] mémoire (…), véritable plan de gouvernement. Le nouveau roi répondit à l'auteur le 20 août 1786. Ce n'est que plusieurs mois après, l'année suivante, que Mirabeau publia sa lettre pour répondre aux critiques" (Henry Aureille). (Martin & Walter, III, 24449).
5- Edition originale, rare, de cet essai composé par Samuel Romilly, traduit par Etienne Dumont et publié par Mirabeau. Bentham aurait aidé Romilly dans son travail. Selon Etienne Dumont dans ses "Souvenirs sur Mirabeau" (éd. 1832, p. 164 et s.): "Romilly avait fait un travail très intéressant (…). Ces 'règlemens' sont le fruit d’une expérience raisonnée, et plus on les examine, plus on les admire (…). Ce petit code indiquait la meilleure manière de poser les questions, de préparer les motions, de les débattre, de recueillir les suffrages, de nommer les comités (…); en un mot, toute la tactique d’une assemblée politique. J’avais traduit cet écrit au commencement des États-Généraux; Mirabeau le présenta et le déposa sur le bureau des communes, lorsqu’il était question de faire un règlement pour l’Assemblée nationale. "Nous ne sommes pas Anglais et nous n’avons pas besoin des Anglais": voilà la réponse qui lui fut faite. On ne donna pas la plus légère attention à cet écrit, qui fut imprimé ; on ne daigna pas s’informer de ce qui se passait dans un corps aussi célèbre que le Parlement britannique (...). Ils aimèrent mieux persister dans le mode de délibération le plus mauvais et le plus dangereux; la séance du 4 août en était la preuve". (Martin & Walter, II, 11905).
Quelques petites déchirures sans perte. Quelques auréoles et brunissures, prononcées en fin de volume.
Provenances: Stanislas Girardin (1762-1827), avec son ex-libris gravé et Édouard Laboulaye (1811-1883), avec sa signature ex-libris autographe sur le premier titre.

Réf.: 37288 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[SIEYES (Emmanuel-Joseph)]. Essai sur les privilèges.
S.l., 1789.
In-8; broché, couverture de papier marbré (rel. postérieure), (2), 54 p.
Deuxième édition de ce pamphlet, publiée immédiatement à la suite de l'originale, qui annonce "Qu'est-ce que le Tiers Etat?" quelques semaines avant la sortie de ce dernier (novembre 1788).
Dans cette "machine de guerre contre l'Ancien Régime", l'abbé Sieyès dénonce sur le registre âpre et véhément qui fera sa célébrité, les abus, injustices et iniquités de l'organisation politique et sociale de son temps.
"L'entrée de Sieyès sur la scène publique. Il dénonce les privilèges de classes, faveurs indues et milite pour l'élaboration d'une loi commune, d'un statut commun à tous, de droits communs. Selon lui les non-privilégiés n'étant en rien concernés par les distinctions des privilégiés, ils sont déliés de tout devoir envers ces derniers. Il préconise ainsi le fait révolutionnaire" (Pierre-Yves Quiviger).
(Bastid, ‘Sieyès’, Bibliographie, n°15, p. 317. Goldsmiths'-Kress, n°14063. Martin & Walter, IV, 31629).
Quelques minimes rousseurs éparses.
Bon exemplaire, bien conservé.

Réf.: 37440 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ROBESPIERRE (Maximilien). Rapport sur les principes de morale politique qui doivent guider la Convention nationale dans l'administration intérieure de la République, fait au nom du comité de Salut public, le 18 Pluviôse, l'an 2e de la République.
[Paris, Imprimerie nationale, 1794].
In-8, broché, couverture d'attente de papier paille, 23 p.
Edition originale de ce discours de philosophie politique fondateur, prononcé par Robespierre alors au sommet de son pouvoir au sein du Comité de salut public.
Annonçant "qu'il est temps de marquer le but de la Révolution", il dresse un bilan des premières années et soumet sa conception du régime républicain dans sa "pureté", assis sur deux piliers: la vertu et l'égalité. Robespierre y légitime et théorise le gouvernement de la Révolution par la Terreur comme accélérateur nécessaire, comme "despotisme de la liberté contre la tyrannie", "glaive qui brille dans les mains des héros de la liberté". Elle est le "principe général de la démocratie appliqué aux plus pressants besoins de la patrie".
Ce discours provoqua l’enthousiasme de l’auditoire jacobin: “Ce n’était plus des applaudissements, écrira Louvet, c’étaient des trépignements convulsifs, c’était un enthousiasme religieux, c’était une sainte fureur”.
"Ce qui fait de Robespierre une figure immortelle, ce n'est pas qu'il a régné quelques mois sur la Révolution; c'est que la Révolution parle à travers lui son discours le plus tragique et le plus pur" (F. Furet et D. Richet, 'La Révolution', I, p. 87).
(B.N., 'Robespierre', 15. 'En français dans le texte', n°191. Martin & Walter, 29547. Monglond, III, 99.).
Petit cachet ex-libris.
Très bon exemplaire, bien conservé.

Réf.: 37692 - Eur 450.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BENTHAM (Jeremy), CHASLES (Philarète) traducteur. Essais sur la situation politique de l'Espagne, sur la Constitution et sur le nouveau Code Espagnol, sur la Constitution du Portugal, etc. Traduits de l'anglais, précédés d'observations sur la révolution de la péninsule et sur l'histoire du gouvernement représentatif en Europe, et suivis d'une traduction nouvelle de la Constitution des Cortès.
Paris, Brissot-Thivars, Bossange frères, 1823.
2 parties en un volume in-8, demi-veau rouge de l'époque à petits coins, dos lisse richement orné d'un décor de plaque à froid, fers spéciaux, palettes et filets dorés, tranches jaspées, (4), xxxi, v, 263 p., 100 p.
Première édition française de "Three Tracts Relative to Spanish and Portuguese Affairs", traduite et préfacée par Philarète Chasles.
Cet ouvrage fut rédigé à l'occasion de la révolution espagnole pour soutenir le gouvernement libéral, alors que la France de Louis XVIII en accord avec la Sainte-Alliance, était en passe d’écraser le régime des Cortès.
Cet essai, peu connu, se situe à un moment charnière de l'évolution de Bentham sur les questions d'organisation du pouvoir et du fonctionnement de l'Etat.
Il renferme une importante réflexion sur le pouvoir judiciaire et sur la démocratie constitutionnelle, qui trouva des échos parmi les libéraux français.
(France littéraire, I, 275. Halévy, 'Radicalisme philosophique', III, 492).
Quelques auréoles claires et petits accrocs de papier.
Très bon exemplaire, très bien relié à l'époque.

Réf.: 19489 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



BOULAINVILLIERS (Henri de) ou BOULAINVILLER. Lettres sur les anciens parlemens de France.
Londres, T. Wood & S. Palmer, 1753.
3 tomes reliés en un volume in-12, plein veau havane, dos à 5 nerfs ornés de caissons fleuronnés et cloisonnés (mors lég. restaurés, coins émoussés), (4), 140 [i.e. 240] p.; (4), 240 p. et (4), 207 p. (qqs rousseurs)
Edition originale posthume de cet ouvrage considéré comme "le chef-d’œuvre de Boulainvilliers".
"Ouvrage vivant, alerte, fort bien écrit, de pensée claire et de style captivant, auquel on pourrait donner comme sous-titre 'l'ascension du Tiers-Etat' (...). Après avoir établi la nature des parlements de France depuis Charlemagne et les causes qui les ont rendues infructueux, Boulainvilliers dénonce l’absolutisme royal qu’il accuse d’avoir détruit le système féodal qui assurait plus de liberté au peuple et réclame le rétablissement des États généraux comme contrôle du pouvoir royal" (cf. Renée Simon, 'Henry de Boulainvillier', p. 145-183).
L'ouvrage a été édité à l’occasion du violent conflit qui opposa les parlements et le Roi en cette année 1753. Le Parlement de Paris se mit en grève du service judiciaire, le roi riposta en exilant les parlementaires à Pontoise et le conflit se généralisa à travers les Parlements de Province.
(Simon, 'Boulainvillier', bibliographie, p. 145).
Bon exemplaire, bien relié à l'époque.

Réf.: 35415 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



ROUSSEAU (Jean-Jacques). Oeuvres de M. Rousseau de Genève. Nouvelle édition, Revue, Corrigée, & augmentée de plusieurs morceaux qui n'avoient point encore paru.
Neuchâtel [i.e. Paris, Duchesne], 1764-1775.
8 volumes (sur 10) in-8, plein veau marbré de l'époque, dos à nerfs ornés de compartiments fleuronnés et cloisonnés, pièces de titre et de tomaison de maroquin, roulette dorée sur les coupes, tranches rouges.
Précoce édition collective des oeuvres de Rousseau, réimpression faite par Duchesne de son édition in-12, avec des modifications, ensemble exactement conforme à la description donnée par Dufour (II, n°380).
Quelques petits accrocs à la reliure et menus défauts divers.
8 volumes sur 10 publiés. Complet des planches frontispices (sauf celle du tome V qui manque).
Bon exemplaire, très frais, grand de marges, bien relié à l'époque.

Réf.: 36395 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



MALON (Benoît). Précis historique, théorique et pratique du Socialisme. (EXEMPLAIRE SUR GRAND PAPIER)
Paris, Félix Alcan et Librairie de la Revue Socialiste, 1892.
In-12, demi-maroquin noir, dos à 5 nerfs orné de compartiments garnis d'un fleuron central répété entre-nerfs, titre doré, daté en pied, couverture et dos conservés (rel. moderne), xi, 352 p., photographie frontispice en héliogravure d'après photo.
Edition originale, un des 100 exemplaires sur grand papier de Hollande (n°93).
Ouvrier teinturier, libraire, journaliste, l'un des fondateurs de l’Internationale, membre de la Commune, coopérateur, franc-maçon, Benoît Malon (1841-1893) est l'une des principales figures du socialisme français de la période.
A partir de 1876, il se rapprocha des marxistes et collabora à 'L’Egalité' de Jules Guesde. De retour en France après l’amnistie, il adhéra au Parti ouvrier pour le quitter trois ans après. Face à un socialisme divisé, il tenta de favoriser, par le pluralisme, l’unité du mouvement ouvrier. Conscient des dangers que constituait l'aventure boulangiste, il rallia le camp républicain et la Société des droits de l’homme afin de défendre le régime.
Il s’affirma comme l'un des théoriciens et vulgarisateurs du socialisme français, en particulier à travers ces "lundis socialistes", exposé de son projet politique.
Sa pensée, qui a marqué plusieurs générations de militants, annonce le socialisme humaniste de Jaurès.
(Maitron, VII, p. 233. Stammhammer, II, p. 202).
Très bel exemplaire parfaitement relié en demi-maroquin, très frais, entièrement non rogné, témoins conservés, un des 100 exemplaires sur grand papier de Hollande.

Réf.: 37606 - Eur 400.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



CONSTANT (Benjamin). Du polythéisme romain, considéré dans ses rapports avec la philosophie grecque et la religion chrétienne; Ouvrage posthume précédé d'une introduction de M. J. Matter.
Paris, Béchet aîné, 1833.
2 volumes in-8, veau bronze romantique de l'époque, dos lisses ornés d'un décor de fers "rocaille" en long, filets d'encadrement dorés et plaque estampée à froid sur les plats, tranches jaspées, (4), lix, 283, (1) p. et (4), 384 p. (qqs rouss.).
Edition originale posthume. Le testament de Benjamin Constant, "expression interrompue et dernière d'une pensée qui aurait dû prolongée sa course longtemps encore".
"Le Polythéisme romain nous fait rentrer dans l'histoire (...). L'éditeur a même placé en épigraphe cette phrase de l'auteur lui-même : 'L'époque où les idées religieuses disparaissent de l'âme des hommes est toujours voisine de la perte de la liberté; des peuples religieux ont pu être esclaves, aucun peuple incrédule n'a pu être libre'" (cité par Bastid, ‘B. Constant’, II, p. 645).
(Courtney, A63-1. Graesse, II, 253).
Exemplaire de prix décerné à Félix Bès (Collège d'Avallon, 1840-1841).
Très bon exemplaire, dans une jolie reliure romantique ornée d’un décor rocaille.

Réf.: 12037 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



LEROUX (Pierre). De l'Egalité [suivi de: Doctrine de l'Humanité. Aphorismes].
Boussac, Imprimerie, de Pierre Leroux, 1848.
Ensemble relié en un volume in-8, demi-percaline bordeaux à la Bradel de l'époque, dos orné d'un petit fer central à la grenade et de doubles filets dorés, pièce de titre de maroquin noir, (4), xi, 272 p. et 32 p. (pour les 'Aphorismes').
Édition publiée à Boussac sur les presses de Pierre Leroux, augmentée d'un nouvel avertissement (daté de juillet 1848) et des "Aphorismes" sous page de titre et pagination séparées.
"On saisit sur le vif, dans ce livre, quel est l'utopisme de Leroux. La reconnaissance des principes démocratiques, sous sa forme officielle, est une manœuvre pour duper la multitude, donc un instrument de domination politique. Mais il croit que cet instrument, sans changer de nature, se transformera en égalité véritable (...). Et cette heureuse révolution se fera par la prolifération naturelle du Droit à partir des mots qui l'expriment (...). Nous voilà déjà en pleine religion politique" (H. Mougin, 'P. Leroux', p. 89-90).
En ardent républicain, Pierre Leroux tente de réconcilier « liberté » et « égalité » et de résoudre la tension potentiellement mortelle pour la démocratie entre ces deux pôles de la devise républicaine. Pour se faire, il jette les bases d’une "religion de la fraternité", fondée sur une morale républicaine et spiritualiste et une culture génératrice de lien social qui prendra l’aspect d’une nouvelle religion.
Les «Aphorismes» ont été composés en collaboration avec Luc Desages et Auguste Desmoulins, tous deux gendres de Pierre Leroux et francs-maçons.
(D.O. Evans, 'Le socialisme romantique', Bibliographie p. 245).
Bon exemplaire.

Réf.: 24369 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



FERGUSON (Adam). An essay on the history of civil society. The fifth edition.
London, printed for T. Cadell; and W. Creech, and J. Bell Edinburgh, 1782.
In-8, plein veau fauve de l'époque, dos à 5 nerfs orné de filets dorés, doubles filets dorés sur les plats, pièce de titre de maroquin bordeaux, tranches mouchetées (full contemporary calf gilt, all edges), vii, (1), 468 p.
Cinquième édition l'édition définitive. "A classic of the Scottish and European Enlightenment. Drawing on such diverse sources as classical authors and contemporary travel literature, Ferguson combines a subtle analysis of modern commercial society with a critique of its abandonment of civic and communal virtues. Central themes in Ferguson's theory of citizenship are conflict, play, political participation and military valor. The Essay is a bold and novel attempt to reclaim the tradition of active citizenship in the modern state" (F. Oz-Salzberger, Cambridge University Press).
"Contemporain de Smith, Ferguson propose, dans cet essai, une vision du progrès et de la civilisation qui tranche singulièrement avec la conception libérale des libertés et de la société de marché" (Claude Gautier, PUF, 2011).
(Goldsmiths, n°12251. Jessop, p. 122).
Très bon exemplaire, très frais, très bien relié à l'époque (a very nice and very clean contemporary full calf binding).

Réf.: 35017 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[ANONYME] - GUERRE DE HOLLANDE 1672. Les Entretiens familiers des Animaux parlans, où sont découverts les plus importants secrets de l'Europe dans la conjoncture de ce temps, Avec une clef qui donne l'intelligence de ce tout.
Amsterdam, Hernan de Witt, 1672.
In-12, vélin rigide ivoire de l'époque, 248 p., (1) f. de clef.
Edition originale elzévirienne publiée à Amsterdam, partagée avec l'édition bruxelloise Jean Le Petit.
Sous forme d'entretiens, violent pamphlet sur la mésentente européenne qui avait conduit à la guerre de Hollande (1672-1678).
Chaque représentant des 24 nations, participe à l'un des six dialogues et expose sa position particulière sur l'échiquier européen.
La clef, située à la fin de l'ouvrage, permet d'identifier la nationalité de chacun des protagonistes. Elle n'est pas comprise dans la pagination. Les Hollandais sont représentés par des babouins, les Espagnols des renards, les Français des coqs, les Anglais des léo­pards, les Toscans des escargots, les Danois des éléphants, les Russes des ânes...
(Brunet, IV, 1314. Drujon, ‘Livres à clef’, I, 318. Willems, 2073).
De la Bibliothèque "Pierre de Witt" avec son ex-libris imprimé.
Bel exemplaire, dans son vélin d'origine.

Réf.: 35359 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier



[SIEYES (Emmanuel-Joseph)]. Vues sur les moyens d'exécution dont les représentans de la France pourront disposer en 1789.
S.l., [i.e. Paris], 1789.
In-8, broché, couverture papier bleu moderne, tranches jaspées, vj, 161 p.
Edition originale, la première des deux publiée la même année. Le texte avait été composé pendant l'été de 1788 mais la publication fut retardée et intervint immédiatement avant celle de ‘Qu’est-ce que le Tiers Etat’.
Dans ce texte fondamental destiné à tracer l'ordre et la direction des travaux des Etats Généraux, l’auteur pose leurs attributions et pouvoirs qu’il identifie à ceux du Tiers Etat et qu’il oppose aux prérogatives des privilégiés. Bastid souligne que c’est ce texte auquel "Sieyès se rapportera ultérieurement plus qu’à aucun autre de ses autres ouvrages".
(Bastid, ‘Sieyès’, Bibliographie n°4, p. 316. Martin & Walter, 31636).
Sans le faux titre.
Bon exemplaire.

Réf.: 37071 - Eur 350.00
Ajouter au panierMettre dans le panier




Aller à la page : 1 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 |